Type
Article
Titre
Féminismes et ‘convergence des luttes’ au temps de la Covid-19 et de la cancel culture
Dans
Diogène. Revue internationale de sciences humaines
Éditeur
FR
Numéro
267-268
Pages
234 - 253 p.
ISSN
04191633
Mots clés
Violences systémiques, Violences sexistes, violences raciste, Féminismes contemporains, Engagement féministe
Résumé
FR
Le mouvement de réappropriation des espaces physiques et virtuels de parole pour dénoncer les injustices et ceux qui les commettent a pris des formes multiples : de l’occupation de places publiques à la libération de la parole contre les violences systémiques, sexistes et racistes en particulier, via des mouvements comme #MeToo et #OnVeutRespirer. Les féminismes contemporains s’inscrivent ainsi dans un contexte de mobilisation caractérisé par la défiance vis-à-vis d’une démocratie représentative perçue comme confisquée par les élites et par un horizon de « convergence des luttes » ne recomposant pas l’hégémonie d’un critère ou d’une idéologie. Comment, dans la société française contemporaine, l’entrecroisement des urgences écologique, sociale et sanitaire questionne-t-il le rapport à l’engagement, en particulier féministe? Cette interrogation est appréhendée à partir d’une enquête qualitative, menée de juillet 2019 à août 2020, auprès de plus de 120 responsables associatifs féministes, anti-racistes, écologistes, antispécistes, pour la justice sociale et/ou de lutte contre la pauvreté, mais aussi d’activistes avec des affiliations plurielles et fluides. Après avoir abordé la manière dont la question du « faire commun » se pose dans l’ère de la Covid-19 et des controverses autour de la « cancel culture », nous examinerons comment les féminismes contemporains sont mis à l’épreuve par l’horizon d’une émancipation partagée dans une interdépendance apaisée.

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT