Type
Article de presse ou magazine
Titre
La flexibilité sans emplois à la clé
Dans
Alternatives économiques. Hors-série
Éditeur
Alternatives économiques
Numéro
114
Pages
38 - 39 p.
ISSN
12524999
Mots clés
Emploi, Droit du Travail, Réformes structurelles
Résumé
FR
Le gouvernement multiplie les mesures pour flexibiliser un marché du travail pourtant peu rigide. Ce n'est pas ce qui va faire reculer massivement le chômage. Comme annoncé, le début de quinquennat d’Emmanuel Macron est marqué par une frénésie de réformes. Parmi elles, la réforme du droit du travail (par ordonnances) et celle de l’assurance chômage. Elles répondent au diagnostic selon lequel le marché du travail serait trop rigide, découragerait les entreprises d’embaucher et serait responsable d’un taux de chômage encore élevé dix ans après la Grande Récession, au moment où la croissance retrouve de la vigueur et où les entreprises indiquent avoir des difficultés à recruter de la main-d’oeuvre. Il faudrait donc faire les réformes structurelles depuis si longtemps repoussées pour flexibiliser le marché du travail afin d’inciter les entreprises à embaucher plus facilement et les chômeurs à accepter les emplois vacants, tout en assurant une plus grande sécurité aux individus, en élargissant l’assurance chômage notamment. Depuis 2015 pourtant, les créations d’emplois dans le secteur privé ont repris (+ 50 000 postes en moyenne chaque trimestre), témoignant d’un certain dynamisme retrouvé. Dès lors, le marché du travail français est-il vraiment trop rigide ? Peut-on, en cassant ces rigidités, espérer la création massive d’emplois et une baisse significative du chômage ?

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT