Type
Thèse de doctorat
Titre
Essays on the social inclusion of young people. Family and labor market pathways
Titre traduit
Essais sur l’inclusion sociale des jeunes. Trajectoires familiales et professionnelles
Auteur(s)
MINEA Andreea - Département d'économie (Auteur)
ALGAN Yann - Département d'économie (Directeur de thèse ou mémoire)
CAHUC Pierre - École polytechnique (X) (Directeur de thèse ou mémoire)
Établissement de soutenance
Paris : Sciences Po - Institut d'études politiques de Paris
Pages
203 p.
Notes
Programme doctoral en Sciences économiques
Mots clés
Youth, Economics of gender, Labor discrimination, Labor market policies, Jeunes, Economie du genre, Discrimination, Politiques du marché du travail
Résumé
EN | FR
Le 1er chapitre examine le rôle de la culture d’origine sur la manière dont les jeunes hommes et femmes diffèrent dans leurs choix de retarder le départ du foyer parental. Je montre que dans les cultures caractérisées par des valeurs traditionnelles portant sur les rôles de genre, les jeunes hommes ont plus d’incitations que les jeunes femmes à rester chez leurs parents. Lorsque les femmes de ces cultures vont vivre dans une société plus libérale par rapport aux rôles de genre, elles quittent plus vite le foyer parental et cherchent à trouver un mari d’une culture différente de la leur. Dans le 2e chapitre, nous montrons, à partir d’un testing sur CV, que les jeunes peu qualifiés sont moins rappelés par les employeurs du secteur privé lorsqu’ils sont Maghrébins plutôt que Français. L’origine des candidats n’a pourtant pas d’effet sur le taux de rappel dans le secteur public, même si les recruteurs des deux secteurs ont des préférences discriminatoires similaires. Notre modèle montre que l'absence de discrimination à l’invitation pour un entretien dans le secteur public est compatible, dans ce contexte, avec une discrimination plus forte à l'embauche. Le 3e chapitre s’appuie aussi sur un testing sur CV pour étudier les effets de l’expérience professionnelle des jeunes décrocheurs du secondaire quatre ans après avoir quitté les études. À défaut de formation certifiante, le taux de rappel n’est pas plus élevé pour ceux ayant eu une expérience professionnelle, subventionnée ou non, dans le secteur marchand ou non-marchand par rapport à ceux restés au chômage. De plus, une formation certifiante améliore les taux de rappel uniquement lorsque le taux de chômage local est faible.

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT