Type
Contribution à un site web
Titre
Ce que les droites extrêmes européennes partagent sur les réseaux sociaux
Dans
COGITO, la lettre de la recherche à Sciences Po
Résumé
FR
La présence en ligne d’organisations, d’activistes et de personnalités de droite extrême et la diffusion de leurs idées par le biais des réseaux sociaux sont en train de devenir l’épouvantail de la majorité des commentateurs et commentatrices de la vie politique. Si les chercheur.e.s s’accordent à dire que les réseaux sociaux permettent à ces entrepreneurs politiques de diffuser leurs idées, il reste encore à comprendre comment ces échanges se produisent et quels sont leurs contenus. Voulant à répondre à ces questions, j’ai mené une recherche* avec Bharath Ganesh (Oxford Internet Institute) dont nous avons exposé les résultats dans la revue European Societies : The transnationalisation of far right discourse on Twitter. Nous y avons étudié différentes formations d’extrême droite, c’est-à-dire des partis politiques et mouvements sociaux qui se caractérisent par leur ethnocentrisme et leur vision autoritaire de la société, suivant la définition de Cas Mudde présentée dans l’ouvrage Populist Radical Right Parties in Europe (Cambridge University Press, 2007). Il s’agissait pour nous d’examiner les échanges sur Twitter entre ces formations, leurs activistes et leurs leaders dans quatre pays d’Europe Occidentale : France, Italie, Allemagne, Royaume-Uni. L’idée était d’identifier – malgré les spécificités nationales – les réseaux communs de diffusion, définir leurs caractéristiques, les idées qu’ils partagent et qui en sont les promoteurs. Pour cela, nous avons étudié les circulations transnationales de leurs discours numériques.

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT