Type
Doctoral (Phd) thesis
Title
Etat, religion et société en Asie centrale post-soviétique Usages du religieux, pratiques sociales et légitimités politiques au Kirghizstan
Translated title
State, religion and society in Post-Soviet Central Asia Uses of religiosity, social practices and political legitimacies in Kyrgyzstan
Author(s)
BIARD Aurélie - Centre de recherches internationales (Author)
MICHEL Patrick - Sciences Po (Thesis advisor)
Institution of defense
Paris : Sciences Po - Institut d'études politiques de Paris
Pages
570 p.
Notes
Programme doctoral en Science politique
Keywords
Religion et politique, Islam en Asie centrale, Légitimités politiques, Identité ‘ethnique’
Abstract
FR | EN
Ce travail de thèse explore la reconstruction des dispositifs identitaires engendrée par l’effondrement de l’URSS et par les flux de la mondialisation, au sein du Kirghizstan post-soviétique, qui est à majorité musulmane (islam Sunnī, école théologique Ḥanafī). L’une des principales stratégies déployées par les acteurs de la scène kirghizstanaise en terme de gestion de ces bouleversements est celle de la ré-articulation du religieux en relation au politique. Afin de dégager des éléments d’analyse visant à rendre compte du statut, de la nature et du rôle du religieux sur la scène socio-politique kirghizstanaise, ce travail de thèse considère la triangulation des acteurs État-religion-société, qui est explorée au travers de trois hypothèses principales. Ces réemplois du religieux, étroitement articulés, concernent : en premier lieu, le ‘réenchantement’, via le religieux, de l’ordre politique de l’après-indépendance, qui est à la recherche d’une légitimité nouvelle depuis l’effondrement du communisme. En second lieu, la gestion au niveau local, via le religieux, d’une redistribution d’un rapport au sens dans une société désarticulée par les changements brutaux liés à la chute de l’État-providence soviétique. L’hypothèse principale ici est que le recours à l’islam répond à l’effondrement du contrat social soviétique en ce qu’il est étroitement intégré au tissu social kirghiz et en reflète les changements de valeurs et de normes sociales ainsi que les légitimités en compétition. Enfin, l’établissement, via l’islam, d’un rapport renouvelé au politique et, partant, d’une quête de refondation de l’ordre politique.

BIBLIOGRAPHIC QUOTE
EXPORT