Type
Article
Titre
Pouvoir et territoire en Russie
Dans
Cultures et conflits
Éditeur
FR : Éditions L'Harmattan
Numéro
21-22
Pages
103 - 111 p.
ISSN
1157996X
Résumé
FR
L'histoire de la fin de l'U.R.S.S. montre qu'il est plus difficile de sortir d'une longue histoire impériale que de s'affranchir de l'idéologie communiste ou de l'économie centralisée. Voir se désagréger un régime prédateur et l'appareil du Parti communiste n'a pas été le plus traumatisant. Dans les années quatre-vingt, peu de Soviétiques s'identifiaient encore au régime communiste, un système de gouvernement dont ils cherchaient à se protéger ou à en profiter. La désaffection des Soviétiques à l'égard de l'idéologie et du régime dirigeant n'avait cessé de croître depuis les années 1960. Les valeurs communistes et les grands dogmes de l'organisation de la société étaient profondément fissurés bien avant la glasnost, le parler-vrai de Mikhaïl Gorbatchev. Le gouverné comme le gouvernant contournaient le système. Les privilégiés du régime avaient déjà « humanisé » l'économie, par la corruption et les lois des réseaux. La société, loin d'être une société civile, était devenue beaucoup moins malléable. Une forme de « résistance » par le moindre effort et l'évanouissement de l'intérêt public, du bien commun, minaient de l'intérieur un État productiviste (...).

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT