Type
Compte-rendu d’ouvrage
Titre
A propos de Muriel Fabre-Magnan, L'institution de la liberté, PUF, 2018
Dans
Revue trimestrielle de droit civil
Éditeur
FR : Dalloz
Pages
995 - 995 p.
ISSN
03979873
Mots clés
Liberté, Droits de l'homme
Résumé
FR
Muriel Fabre-Magnan estime que la réduction des sources du devoir ou de l'obligation (en son sens politique moderne autant qu'en son sens juridique) au consentement ne suffit pas à garantir l'épanouissement de la liberté individuelle. Confier aux seuls individus la charge de produire la contrainte, à la mesure de leurs intentions ou de leurs désirs, ne les préserve pas de l'aliénation. « Le consentement et le contrat ne suffisent en réalité pas à garantir la liberté, et ils en sont même parfois les fossoyeurs ». C'est pourquoi la liberté doit être instituée, il y a là une tâche pour la loi. Elle doit aussi être soutenue, il y a là une tâche pour le droit. Le propos de l'auteur se raccorde bien au libéralisme pris dans le sens de l'affirmation « de la liberté des modernes, [du] pluralisme des choix de vie possibles, ou encore [des] droits et libertés fondamentaux ». Répétons-le pourtant : ce libéralisme ne la porte pas à appuyer le simple déploiement du consentement. Le pouvoir de celui-ci est limité dans l'intérêt commun et cette limitation marque l'avènement d'une société libérale. Ainsi s'explique l'affirmation de Muriel Fabre-Magnan : l'interdit et la dignité ne sont pas toujours les ennemis de la liberté. [Quatrième paragraphe]

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT