Texte intégral
  • Non (17966)
  • Oui (7542)
Type de Document
  • Article (7976)
  • Partie ou chapitre de livre (5610)
  • Livre (2300)
  • Communication non publiée (2094)
  • Voir plus
Centre de Recherche
  • Centre de recherches internationales (4254)
  • Centre de recherches politiques de Sciences Po (3064)
  • Centre d'études européennes et de politique comparée (3047)
  • Observatoire français des conjonctures économiques (2975)
  • Voir plus
Discipline
  • Science politique (13363)
  • Sociologie (7673)
  • Economie et finances (5371)
  • Histoire (2457)
  • Voir plus
Langue
  • Français (17668)
  • Anglais (6958)
  • Italien (432)
  • Espagnol (264)
  • Voir plus
Projet
  • FUTUREPOL (21)
  • EUMIGPOL (18)
  • AIME (13)
  • SILICOSIS (8)
  • Voir plus
18
vues

18
téléchargements
Trente ans après la nationalisation des hydrocarbures, la richesse pétrolière accumulée semble avoir disparu tant elle est absente des indicateurs d’évaluation du bien-être. En Algérie, elle a fait le bonheur d’une minorité et la tristesse de la majorité. L’absence de contrôle exercé sur la rente pétrolière a conduit à sa dilapidation. Depuis 2002, le pays a renoué avec la richesse pétrolière. L’envolée du prix du baril, bondissant de 30 à 147 dollars entre 2002 et 2008, lui a procuré des revenus extérieurs inespérés qui lui ont permis de se doter de réserves en dollars estimées en 2009 à 150 milliards. Rapatrié pour restaurer la paix civile dans une Algérie dévastée, Abdelaziz Bouteflika a bénéficié de la montée inattendue et inespérée du prix du baril de pétrole. Ainsi, au-delà de la réconciliation nationale, il a pu offrir à l’Algérie un nouvel envol économique. Mais, alors que les drames de la décennie 1990 ne sont pas entièrement pansés et que les illusions de la richesse pétrolière se sont évaporées dans les méandres de la précarité, ce retour inattendu de l’abondance financière ne manque toutefois pas d’inquiéter. A quoi la manne va-t-elle servir ? Qui va la contrôler ? Va-t-elle provoquer ou entretenir à nouveau violence et conflits ?

in Les Dossiers du CERI Publié en 2002-02
1
vues

0
téléchargements

in Alternatives économiques. Hors-série Publié en 2017-01
68
vues

0
téléchargements
La stabilité du pouvoir d'Abdelaziz Bouteflika, assurée jusqu'à présent par la redistribution de la manne pétrolière, est très menacée si le cours du baril ne remonte pas.

in Les Dossiers du CERI Publié en 2002-02
4
vues

0
téléchargements

3
vues

0
téléchargements
Une décennie après la profonde crise politique qui l’a traumatisée, l’Algérie semble progressivement retrouver un équilibre. Le drame à huit clos qui s’est déroulé paraît en passe d’être surmonté. Ainsi, alors que l’armée avait, tout au long de la décennie quatre vingt dix, communiqué avec parcimonie, elle a entrepris en octobre 2002 lors d’un colloque international qui s’est tenu à Alger, de fournir sa version des faits passés et les raisons de ses choix (...).

8
vues

8
téléchargements
Carte blanche CERI/Atelier de cartographie de Sciences Po, par Luis Martinez, réalisée en partenariat avec le magazine Carto

in Alternatives internationales. Hors-série Publié en 2012-01
1
vues

0
téléchargements
Les dirigeants libyens ont présenté un calendrier électoral pour rassurer leurs alliés occidentaux. Mais les ingrédients de la démocratie sont loin d'être pour autant réunis.

9
vues

0
téléchargements
Au début de la décennie 1970, la nationalisation du secteur des hydrocarbures apporte au régime révolutionnaire libyen la manne financière nécessaire à la réalisation de ses ambitions politiques. Le pétrole est alors perçu comme une bénédiction; c’est le «carburant de la Révolution» pour Kadhafi. Une partie des revenus issus de la vente des hydrocarbures est investie dans les infrastructures civiles, améliorant ainsi de façon très nette les conditions de vie de la population. La prise de contrôle du secteur pétrolier est vécue comme une revanche historique, d’autant mieux savourée que l’accès à l’indépendance apparaissait comme inachevé, tant la présence des compagnies pétrolières internationales restait hégémonique. Une rente pétrolière a ainsi commencé à se développer pour finalement représenter très rapidement l’essentiel des revenus issus des exportations, et ce jusqu’à aujourd’hui. Hors de tout contrôle, l’usage de cette rente a favorisé des pratiques mafieuses au profit des clans associés au régime. Simultanément, en dépit des crises et tensions régionales, la Libye est devenue un pays stratégique dans l’approvisionnement énergétique de l’Union européenne.

5
vues

5
téléchargements
Une décennie après la profonde crise politique qui l'a traumatisée, l'Algérie semble progressivement retrouver un équilibre. Le drame à huit clos qui s'est déroulé paraît en passe d'être surmonté. Ainsi, alors que l'armé avait, tout au long de la décennie quatre vingt dix, communiqué avec parcimonie, elle a entrepris en octobre 2002 lors d'un colloque international qui s'est tenu à Alger, de fournir sa version des faits passés et les raisons de ses choix (...).

in Alternatives internationales. Hors-série Publié en 2015-01
27
vues

0
téléchargements
Nationalistes contre islamistes, milices contre police, gouvernement légitime contre autorités tribales sécessionnistes, l'euphorie de la révolution a laissé place à la peur de la guerre civile.

104
vues

0
téléchargements
Des dizaines de milliers d’Algéries ont marché vendredi dans les rues des grandes villes pour s’opposer à un cinquième mandat du président Bouteflika. La période 2019-2020 s’annonce comme celle de tous les dangers pour le pays : l’épuisement possible des réserves financières à cet horizon et la très mauvaise santé du président pourraient bousculer un très fragile équilibre et faire sortir l’Algérie de son calme apparent…

Cela fait maintenant deux mois que le pouvoir algérien est confronté à une contestation populaire inédite, près de dix ans après le Printemps arabe. Alors que le président Bouteflika a démissionné et qu’une nouvelle élection est prévue le 4 juillet 2019, une partie du peuple algérien continue à réclamer le départ des hommes du « système ». Luis Martinez, politologue spécialiste du Maghreb et chercheur au CERI de Sciences Po, décrypte pour Émile ce soulèvement historique et revient sur le rôle clé de l’armée dans l’appareil étatique algérien.

in The Diplomat Publié en 2013-12-27
FATTON Lionel
0
vues

0
téléchargements
So is Japan now finally a normal country? The question has been asked and debated for about two decades, the answer quite naturally depending on the definition given to the concept of “normal country.” A first step to address this question is to approach it in reverse, asking why Japan was seen as “abnormal” in the first place. The answer lies in the contextual reality that surrounded the emergence of the debate on Japan’s “normalcy”...

The Cabinet of Prime Minister Shinzo Abe approved on July 1 a reinterpretation of the Japanese Constitution, extending the scope of the right to self-defense to include the defense of an ally under attack. Past governments have maintained that Japan possessed the right to collective self-defense under international law, more specifically under Article 51 of the Charter of the United Nations, but that Article 9 of its pacific Constitution prevented the country from exercising this right because doing so would go beyond the minimum necessary for national defense...

Cette thèse analyse les raisons qui ont poussé le Japon à se retirer en 1936 du système de contrôle des armements navals établis en 1922. La littérature sur le sujet est particulièrement pauvre pour ce qui est de la science politique et ne parvient pas à systématiser les différentes variables afin de mieux comprendre l’extrême complexité du processus de décision japonais. Appréhender ce processus permet d'aborder une problématique plus générale, qui est de comprendre pourquoi les états mettent fin à des relations de nature coopérative, préférant poursuivre une politique de sécurité unilatérale malgré les coûts que cela peut engendrer. Le modèle théorique de cette thèse propose l’hypothèse suivante: certains changements dans le système international affectent l'influence relative des différentes institutions domestiques prenant part à la formulation des politiques étrangères. En cas de tensions internationales, l'expertise des forces armées prend de l’importance pour la formulation des politiques étrangères. Dans un tel scénario, il est probable que le pays se retire de l'accord de contrôle des armements si ses forces armées s’opposent au maintien de cet accord. Les forces armées désavouent l'accord si ce dernier est intrusif dans des domaines relevant de l'expertise de l’institution militaire au point de menacer sa capacité à répondre à une nouvelle menace extérieure. Le degré d'influence des forces armées et l'intensité du conflit entre militaires et civils pour ce qui concerne la politique de défense nationale constituent les deux variables qui déterminent la propension d'un état à privilégier une approche unilatérale de sa politique étrangère en matière de sécurité.

Cet article traite du service de santé de l’expédition de Saint-Domingue de 1802-1803 et de sa lutte face à l’épidémie de fièvre jaune qui frappe le corps expéditionnaire. Il vise particulièrement à révéler la multiplicité des acteurs et des pratiques œuvrant au sein et aux marges du service de santé. En sous-nombre et déconcertés par les pathologies tropicales, les officiers de santé militaires réquisitionnent les praticiens de la colonie et s’appuient sur leur expérience, mais ils exercent également aux côtés de soignantes créoles lors de leurs visites à la chambre. En rendant compte de ce pluralisme médical, cette étude s’attache également à examiner les circulations de savoir et de pratiques entre ces acteurs. La réflexion menée sur le processus d’appropriation de traitements créoles par les officiers de santé permet de mettre en lumière la co-construction des savoirs médicaux dans les espaces coloniaux, et de nuancer les discours scientifiques sur la dimension locale ou universelle des savoirs.

in Dictionnaire juridique des transitions écologiques Sous la direction de COLLART DUTILLEUL François, PIRONON Valérie, VAN LANG Agathe Publié en 2018-10
2
vues

0
téléchargements

L’interdiction de la publicité est historiquement apparue en France comme un instrument d’action publique efficace pour lutter contre la consommation de tabac, d’alcool et plus récemment de produits jugés trop gras, trop sucrés ou trop salés. L’analyse sociohistorique des formes de réglementation met au jour d’autres logiques, politiques, cognitives et stratégiques, qui expliquent l’intérêt renouvelé pour une mesure essentiellement symbolique.

1
vues

0
téléchargements
"Jusqu’où et à quelles conditions avons-nous encore la capacité collective de maîtriser le monde aujourd’hui ?" Telle est la question à laquelle Pierre Muller entend répondre dans cet ouvrage à partir d’un retour réflexif sur l’ensemble de ses travaux sur les politiques publiques. (premier paragraphe)

L’ouvrage de Céline Loudier-Malgouyres, consultante en urbanisme, s’inscrit dans un ensemble de travaux innovants qui cherchent à transposer les concepts de fermeture et d’enclavement résidentiels, forgés dans le contexte américain, au cas français. En s’attaquant aux logiques sous-jacentes du phénomène, l’auteure remet en cause un certain nombre d’idées reçues et dresse un (…) [Premières lignes]

8
vues

0
téléchargements
This article will address sexuality as a medium of empire, approaching this question through the absence of empire in Foucault’s history of sexuality. This absence of empire is all the more enigmatic given that it coincides with the omnipresence of race. To that extent, I argue for an “alteration of absence” in the reading of Foucault. Acknowledging the paradoxical presence of race--perhaps even its centrality--in Foucault’s analysis of sexuality and liberalism is a necessary step to reveal the depth of another absence, that of empire and coloniality. The article discusses this blind spot in Foucault’s work, arguing that a form of racial distinction operates through sexuality. It attempts to assess how influential this “imperial absence” is to the genealogy of sexuality and race. Lastly, it also sketches some possible reconfigurations of Foucault’s theses when read in colonial or postcolonial contexts.

in European Issues Fondation Robert Schuman Publié en 2017-01
BARICHELLA Arnault
20
vues

20
téléchargements
L'élection de Donald Trump, 45e Président des États-Unis, peut constituer l'un des plus grands défis pour les relations transatlantiques depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Tout au long de la Guerre froide et depuis sa fin, tous les présidents des États-Unis ont fondé leur politique étrangère sur un ensemble de convictions essentielles : les partenaires les plus proches sont les démocraties, la prospérité des États-Unis dépend du libre-échange mondial et leur propre sécurité est incontestablement liée au contexte international, en particulier à leurs liens avec l'Europe. Aussi, l'engagement américain pour la prospérité et la sécurité européenne n'a-t-il jamais été remis en question. Toutefois, au cours de sa campagne électorale, Donald Trump a fait de nombreuses déclarations qui remettent en cause toutes les convictions fondamentales qui ont constitué la colonne vertébrale des relations transatlantiques pendant les soixante-dix dernières années. Depuis ses critiques sévères à l’égard du libre-échange et son admiration pour des dirigeants autoritaires tels que le président russe Vladimir Poutine, jusqu’à sa remise en question de l'article 5 du Traité de l'OTAN, la rhétorique de Donald Trump a ébranlé les fondements de l'Alliance atlantique. Cet article a pour premier but d’analyser l'ampleur du défi que la présidence de Donald Trump représente pour l'Europe. Son deuxième objectif est de suggérer des recommandations politiques sur la façon dont l'Union européenne peut gérer la présidence de M. Trump afin de transformer l'adversité en un succès pour l'Alliance atlantique durant les quatre prochaines années. Ce document se propose donc de dégager une stratégie pour que l'Union européenne reste visiblement présente sur la scène mondiale, en tirant le meilleur parti des opportunités qui pourraient s'ouvrir dans les quatre années qui viennent. Bien que l'isolationnisme soit sans doute un risque qui doit être pris en considération, une analyse plus approfondie révèle que Donald Trump a développé une cohérence au cœur de sa vision de la politique mondiale qui peut être divisée en trois axes principaux. Tout d'abord, Trump a clairement manifesté qu'il est contre le libre-échange sous sa forme actuelle, accusé d’appauvrir les travailleurs américains et d’affaiblir les États-Unis tout en servant les intérêts d'une élite cosmopolite. Deuxièmement, Trump n’a pas cessé d’exprimer sa conviction que les États-Unis concluaient de « mauvais accords » avec leurs alliés, accusés de profiter de la générosité américaine. En troisième lieu, Trump paraît fasciné par un leadership fort, et semble croire qu'il peut obtenir de « meilleurs accords » par des négociations bilatérales auprès des personnalités autoritaires, comme le président russe Poutine, plutôt que par la coopération avec des alliés démocratiques ou des organisations multilatérales, telles que l'OTAN ou l’Union européenne. Ces positions constituent potentiellement une menace pour l'Alliance atlantique. C'est pourquoi il est essentiel que l'Union européenne et ses États membres réagissent intelligemment et fermement afin d'éviter le scénario du pire. Ce document se centrera sur plusieurs questions où la présidence de Trump serait le plus susceptible d’affecter les relations transatlantiques : le commerce, l'OTAN, la Russie, l'Iran et la Chine. Pour chacune de ces questions, nous exposerons différents scénarios et nous proposerons ensuite des recommandations politiques sur la manière dont l'Union européenne peut transformer les défis en succès.

Publié en 2012-05
LECLERCQ Christophe
GUIDO Daniele
3
vues

0
téléchargements

Publié en 2016-10
BRAUN Davy
LECLERCQ Christophe
1
vues

0
téléchargements

Publié en 2016-10
LECLERCQ Christophe
7
vues

0
téléchargements

9
vues

0
téléchargements

in Echo Goes Wrong Publié en 2016-10
LECLERCQ Christophe
14
vues

0
téléchargements

24
vues

24
téléchargements
Le développement des technologies numériques engendre une longue et profonde mutation de notre rapport à la connaissance. Quelle que soit l’étiquette utilisée pour désigner ce phénomène, de nombreuses personnes s’interrogent sur les évolutions de nos pratiques académiques (Lazer et al 2009, Ollion & Bollaert 2016). Explorer les parties pour construire les touts Latour et al avancent en 2012 que de nouvelles façons de représenter et surtout de naviguer dans les données permettraient de revenir sur le rapport entre tout et partie, débat aussi vieux que la sociologie elle-même (Latour 2012). D’après ces auteurs, chaque tout n’est qu’une façon particulière de voir les parties, un trait commun qui rassemble. Un trait parmi d’autres. Le tout est une prise tellement utile, tellement signifiante qu’on en oublie qu’il cache une réduction d’une foule de particularités. Or ce tout peut aujourd’hui être décomposé ou plutôt recomposé dynamiquement dans de nouveaux moyens d’exploration des données appelés Datascapes - autrement dit paysages de données. Reprenant ces intentions, nous avons depuis 2012 conçu des outils d’analyse exploratoire de données (Tukey 1977) qui permettent de multiplier les perspectives sur un même objet.

in The Fletcher Forum of World Affairs Publié en 2018-10-29
1
vues

0
téléchargements
Tunisia’s first democratic local elections, held on May 6, 2018, were a seismic political event in the Arab world for two main reasons. The first is the fact that they represented the country’s fourth free, fair and peaceful elections since the 2011 revolution that removed former dictator Ben Ali from power and sparked the Arab Spring. This is a significant achievement in a region where initial hopes elsewhere for freedom, dignity and development have largely faded away in the face of civil war, authoritarian retrenchment, and foreign interference...

Suivant