Texte intégral
  • Non (18351)
  • Oui (7613)
Type de Document
  • Article (8141)
  • Partie ou chapitre de livre (5713)
  • Livre (2334)
  • Communication non publiée (2104)
  • Voir plus
Centre de Recherche
  • Centre de recherches internationales (4378)
  • Centre d'études européennes et de politique comparée (3212)
  • Centre de recherches politiques de Sciences Po (3080)
  • Observatoire français des conjonctures économiques (3018)
  • Voir plus
Discipline
  • Science politique (13589)
  • Sociologie (7799)
  • Economie et finances (5424)
  • Histoire (2493)
  • Voir plus
Langue
  • Français (17987)
  • Anglais (7079)
  • Italien (435)
  • Espagnol (270)
  • Voir plus
Projet
  • SILICOSIS (25)
  • FUTUREPOL (21)
  • EUMIGPOL (18)
  • AIME (13)
  • Voir plus
in La Repubblica Publié en 2015-09
HORVAT Elisabetta
2
vues

0
téléchargements
L'arrivo di Corbyn alla testa del Labour, l'esito delle elezioni in Grecia, le speranze di Podemos per il voto di fine anno in Spagna e le iniziative degli oppositori a Renzi rilanciano il dibattito sulla sinistra della sinistra, detta anche radicale...

4
vues

0
téléchargements
L’an dernier, les populistes de droite et les souverainistes ont fortement progressé aux élections européennes. Dans une moindre mesure, les mouvements de « la gauche de la gauche » aussi. En ce début d’année, la dynamique est encore plus favorable ainsi qu’en attestent la victoire historique remportée par Syriza, en Grèce, et la montée en puissance continue de Podemos, en Espagne. Ces deux pays ont subi une thérapie de choc ...

in La Tchécoslovaquie, sismographe de l’Europe au XXe siècle Sous la direction de MARÈS Antoine Publié en 2009
10
vues

0
téléchargements

Marc Lazar. "Hollande ha fallito e la sua riforma ha spaccato il Paese: se non arrivano riposte politiche al malessere può esserci il ritorno agli Anni di Piombo"

in La Repubblica Publié en 2014-05
2
vues

0
téléchargements
Parigi, lo spettro della decadenza LOSPETTACOLAREs uccesso del Fn di Marine le Pen, divenuto il primo partito con quasi il 25%, ha sbalordito l'Ue. Secondo alcuni osservatori la Francia è ormai il nuovo malato d'Europa, colpito da una sindrome di declino storico.

in The Cambridge history of communism Sous la direction de NAIMARK Norman, PONS Silvio, QUINN-JUDGE Sophie Publié en 2017
6
vues

0
téléchargements

5
vues

0
téléchargements
Après sa déroute aux municipales et aux européennes suivie de la perte du Sénat, le Parti socialiste se prépare à un nouveau revers à la fin du mois lors des élections départementales...

Publié en 2017-01
JOUSSE Emmanuel
37
vues

0
téléchargements
Qu’est-ce que le réformisme ? Omniprésent dans le débat politique, le mot clive les gauches françaises en signifiant la trahison de l’idéal. L’opposition binaire entre réforme et révolution est cependant le fruit de controverses oubliées, qui pèsent lourdement sur les débats contemporains. Pour le comprendre, il faut remonter à Commune. Après 1871, le socialisme se définit comme un univers intellectuel autonome dans lequel émerge le réformisme. Pour celui-ci, la révolution ne se gagne ni sur une barricade, ni par un parti de classe. La réforme consiste à planter une graine de socialisme qui fera imploser le capitalisme. Trois décennies durant, cette tradition, souple et mouvante, traverse l’histoire du socialisme et de la République. Des figures sortent de l’ombre, de Brousse à Malon, de Jaurès à Millerand, jusqu’à Albert Thomas. Ce livre démontre la forte cohérence d'une tradition ancienne, originale, occultée depuis la Grande Guerre et la révolution d’Octobre. En revenant aux origines du socialisme français, Emmanuel Jousse donne des clés pour comprendre des enjeux contemporains essentiels pour la gauche française, en ces temps de profonds questionnements sur son identité et son rapport aux réformes. (Résumé éditeur)

in La politica e le radici Sous la direction de BACCETTI Carlo, BOLGHERINI Silvia, D’AMICO Renato, RICCAMBONI Gianni Publié en 2010
3
vues

0
téléchargements

3
vues

0
téléchargements
Dans la vaste réflexion qui s’est développée sur le sujet essentiel des relations entre médias et politique dans nos démocraties modernes, l’Italie occupe désormais une place de choix. En effet, cela fait maintenant plus d’une décennie que Silvio Berlusconi, homme d’affaires milliardaire possédant, notamment, journaux et télévisions, s’est lancé en politique. Il a occupé à deux reprises le poste de président du Conseil, d’abord en 1994, pour un peu plus de sept mois, puis en 2001, cette fois sans interruption jusqu’au terme de son mandat qui s’achèvera à la veille du printemps 2006. Sa double conquête du pouvoir à sept années de distance semble démontrer une capacité de séduction des électeurs si puissante qu’elle est souvent présentée comme irrésistible, ce que dément sa défaite de 1996 face à son concurrent Romano Prodi. Le conflit d’intérêts entre ses activités entrepreneuriales et celles qui relèvent de l’État, sa volonté de contrôler les médias privés et publics, sa propension à délégitimer ceux qui lui résistent, ses méthodes spectaculaires de communication, ses interventions télévisées percutantes, le remodelage incessant de son image, voire de sa propre apparence physique, nourrissent continûment les controverses en Italie et à l’étranger (...).

in La Repubblica Publié en 2016-07
4
vues

0
téléchargements
L’ONDATA di attentati che ha scosso l’Europa ha fatto dire a Ilvo Diamanti (su Repubblica di ieri) che rischiamo di abituarci al terrorismo, di «routinizzare l’orrore» fino a vederlo come una sorta di fatalità, come già avviene in Israele. Ma questi tragici eventi, sanguinosi e drammatici ...

in Atlas de l'Italie contemporaine : En quête d'unité Sous la direction de DELPIROU Aurélien, MOURLANE Stéphane Publié en 2011
2
vues

0
téléchargements

in Quale Europa ? : l'Unione europea oltre la crisi Sous la direction de BALDINI Gianfranco Publié en 2005
3
vues

0
téléchargements

in La fabrique interdisciplinaire. Histoire et science politique Sous la direction de OFFERLÉ Michel, ROUSSO Henry Publié en 2008
5
vues

0
téléchargements

in Esprit Publié en 2018-06
SCHLEGEL Jean-Louis
9
vues

0
téléchargements
Comment expliquer les résultats des élections du 4 mars dernier en Italie ? Le 4 mars dernier, Forza Italia et le Parti démocrate (PD) ont enregistré une défaite cinglante avec respectivement 14% et 18,7% des suffrages tandis que la Ligue obtenait 17,3% des voix et le Mouvement 5 étoiles (M5S) 32,6%. Comment expliquer ce bouleversement politique considérable ? D'abord par la situation économique et sociale. Malgré une reprise de la croissance qui reste néanmoins la plus faible de la zone euro et un taux d'emploi qui s'améliore nettement mais avec des contrats à durée déterminée, les Italiens constatent que le chômage reste élevé (11% et 32,7% pour le jeunes), que les inégalités de toute nature creusent et que la pauvreté s'est accrue. Nombre d'entre eux ont donc voulu sanctionner la législature écoulée, laquelle a été dominée par le centre gauche avec trois présidents du Conseil issus du PD...

in Vingtième siècle - Revue d'histoire Sous la direction de LAZAR Marc Publié en 2008-12
6
vues

0
téléchargements
Le débat historiographique en cours en Italie, depuis au moins quinze ans, a investi non seulement les structures du système politique (le Parlement et les partis, l'opinion publique et les médias), mais aussi la culture des historiens de l'époque contemporaine. On assiste à une réinvention des compétences et de la sensibilité, également imposée par l'extension des sources à utiliser. Dans l'histoire politique de l'Italie républicaine, apparaissent des courants interprétatifs interdisciplinaires permettant de faire de plus en plus émerger de nouvelles questions sur les fondements de l'identité nationale, sur les caractères et les transformations de la démocratie républicaine. Les interprétations renouvelées, entre un révisionnisme déclaré et un retour à la "longue" histoire nationale, ont présenté un fort intérêt pour la crise des institutions républicaines, la décadence des partis traditionnels et la délégitimation de la classe politique, rivalisant pour faire de l'Italie non tant une "anomalie" européenne qu'un "laboratoire" de la mutation vers les démocraties d'opinion actuelles.

in Intelligence de la France. Onze essais sur la politique et la culture Sous la direction de ZUBER Martha, URFALINO Philippe Publié en 2010
7
vues

0
téléchargements

Sous la direction de BRIZZI Riccardo, LAZAR Marc Publié en 2017-11
15
vues

0
téléchargements
Un vero e proprio tsunami politico si è abbattuto sulla Francia nel 2017. La vittoria di Macron alle presidenziali e quella del suo movimento, La République en marche, alle legislative, rappresentano due imprese elettorali tra le più sorprendenti nella storia della V Repubblica. Il volume le analizza sottolineando come il significato profondo dell'elezione del nuovo presidente sia stato anzitutto uno «shock di ottimismo» in un paese attanagliato da decenni da una profonda sindrome da declino. Macron ha scommesso sul superamento della frattura tra destra e sinistra, sull'esaurimento dei partiti tradizionali e sulla voglia di cambiamento dei francesi, riuscendo a conquistare l'Eliseo a soli 39 anni. Il libro è articolato in tre sezioni. Nella prima si traccia un bilancio della presidenza Hollande e si esaminano la campagna e il voto presidenziale e legislativo. La seconda sezione è dedicata ai partiti e al rinnovato scenario politico emerso dall'esito delle consultazioni. Nell'ultima parte si analizzano le sfide che attendono Macron e il governo tanto sul fronte interno (dall'economia alla minaccia terroristica), quanto su quello europeo e internazionale.

23
vues

0
téléchargements
Marc Lazar: Ettore Scola est l'un des grands cinéastes politiques italiens, parmi d'autres, comme par exemple Bernardo Bertolucci. Son œuvre est très lié à la gauche italienne, en particulier à travers deux films: Nous nous sommes tant aimés (1974) et La terrasse (1980), qui racontent les trajectoires et les dilemmes de la gauche italienne depuis la Seconde Guerre Mondiale. Scola évoque aussi l'évolution de la société italienne, qui a justement défié la gauche à laquelle il appartenait. Voyage dans le Fiat-nam, moins célèbre que ses classiques, raconte l'histoire d' un jeune homme originaire d'un village de Campanie qui vient à Turin pour travailler chez Fiat et tombe amoureux d'un étudiante d'extrême gauche...

Ce travail s’intéresse au milieu des militants de la SFIO dans le cadre du département d’Oran dans l’entre-deux-guerres, dans une « approche sociétale » qui dépasse les frontières du parti pour s’intéresser à son inscription dans l’environnement. L’évolution idéologique du groupe mise en lumière – le passage d’une réticence extrême face au nationalisme à une ouverture aux revendications des organisations de la population colonisée créées à cette époque, Association des ‘ulamā musulmans et Fédération des élus musulmans en tête – est restituée dans ses multiples réalités, politique mais aussi culturelle, sociale et sociabilitaire. Le changement des discours et des idées fut en effet à la fois accompagné et permis par une évolution des pratiques, des langues utilisées à la façon de mobiliser en passant par le vêtement, aussi bien que par celle des identités, avec l’entrée de militants issus de la population colonisée à la SFIO mais aussi l’évolution des réseaux militants, rapprochant le Parti socialiste des organisations revendicatives algériennes. Les principales conclusions de ce travail permettent d’élargir les récits du nationalisme algérien, en prenant en compte les transferts réciproques, organisationnels et théoriques, entre la gauche française et les premières organisations politiques algériennes. Elles éclairent aussi notre compréhension des sociétés coloniales, en montrant comment le Parti socialiste fut au cœur, en Algérie, d’une « transaction hégémonique impériale » : tout en contestant la façon dont la colonisation française fonctionnait, il en assura paradoxalement la solidité, en faisant vivre le langage, largement fictionnel, de l’assimilation, par delà la frontière coloniale.

in Vingtième siècle - Revue d'histoire Publié en 2017-04
67
vues

67
téléchargements
"Les violents attentats qui ont récemment frappé la France, entre autres pays, ont suscité des comparaisons avec le terrorisme que connut l’Italie pendant les années 1970. Sans se livrer à un tel exercice de comparaison, Marc Lazar nous livre ici les réflexions que lui inspire sa connaissance de l’Italie des « années de plomb ». L’historiographie de cette période est aujourd’hui en plein renouvellement, du fait notamment de l’ouverture des archives. Les questions qui animent ses historiens et les méthodes que ceux-ci mettent en œuvre peuvent utilement nourrir la réflexion sur le terrorisme djihadiste contemporain."

Comment l'Italie a-t-elle pu accoucher du phénomène Berlusconi ? L'argent, la télévision, les médias, le foot et les affaires ne sont que les pièces d'un puzzle autrement compliqué. Car la dérive de l'Italie de Berlusconi est annonciatrice de celle qui touche l'Europe occidentale, avec pour promoteurs par exemple un Tony Blair ou un Nicolas Sarkozy. Marc Lazar montre avec brio comment la crise du système politique a permis l'apparition de Silvio Berlusconi, comment cet « antipolitique » revendiqué est devenu un fin manoeuvrier, comment il a transformé la démocratie transalpine, comment il est à la fois moderne et usé. C'est l'occasion aussi de s'interroger sur le bilan d'une Italie qui, une décennie après l'irruption du Cavaliere, dispute à la France la palme de l'« homme malade de l'Europe ».

0
vues

0
téléchargements
INTERVIEW - Le directeur du Centre d'histoire de Sciences Po, Marc Lazar, analyse la décision controversée du quotidien italien, dirigé par Paolo Berlusconi, de diffuser l'ouvrage doctrinal du leader national socialiste.

in La Repubblica Publié en 2016-06
HORVAT Elisabetta
3
vues

0
téléchargements
Il caso nel PD e le liti a sinistra. Oltre a testimoniare dell'asprezza delle lotte interne al Pd, il "caso" Massimo D'Alema è rivelatore di uno scontro fratricida più ampio. In tutte le formazioni di sinistra europee sono in atto lacerazioni profonde e complesse, che però non contrappongono riformisti e rivoluzionari, come avveniva in passato...

in Italian Politics Publié en 2016-09
FABBRINI Sergio
6
vues

0
téléchargements
This chapter discusses Renzi’s leadership with regard to his party and the government. The main argument is that Renzi was able to use his party to support the government through his double role of secretary (of the party) and prime minister (of the government). However, the support of the party for the government’s actions has been regularly contested by an internal left-wing faction and has been weakened by the disaggregation and political autonomy of the local and regional party organizations. The chapter describes and analyzes the divisions within the national party, the difficulty of controlling local and regional organizations and leaders, and the parliamentary achievements of the government, which came about due primarily to the popularity of the prime minister. The personal leadership of Renzi has been a resource for promoting governmental reforms, but a leadership unsupported by a party will have difficulty facing future political and policy challenges.

7
vues

0
téléchargements
Dans toute l’Europe, la crise des années 1970 et 1980 a fondamentalement remanié les principes de la gauche politique. Les partis de gauche français et italiens surtout connurent des crises d’identités. Particulièrement habitués à atteindre des objectifs concrets par l’action collective, les partis communistes en France et en Italie se trouvèrent confrontés à une récession économique grave ainsi qu’à de profonds changements socioculturels. Cet article analyse les conceptions des partis de gauche, mobilisés afin d’y faire face. En Italie, l’adaptation à la nouvelle situation échoua: Le PCI et le PSI furent tous deux entraînés dans une spirale descendante ce qui désorganisa l’ensemble du système des partis. Alors que le PCF, lui aussi, n’exista plus que dans l’ombre, seul le PS surmonta la crise. Il bénéficia d’une part de la tendance présidentialiste du système politique français – incarnée par François Mitterrand –, d’autre part des solides racines locales du parti dans les villes et les régions.

2
vues

0
téléchargements

2
vues

0
téléchargements
La Lezione di Trump alla sinistra Europea. Dopo la Brexit, Donald Trum. E in prospettiva, il referendum del 4 dicembre in Italia. L'esito di questo voto, quale che sia, rischia di provocare una rottura irrimediabile in seno al Pd...

3
vues

0
téléchargements
The victory of Syriza in Greece in January and Podemos’s progress in the polls have raised much hope amongst left-wing left forces in Europe. Reason must however prevail. Firstly because, of all the populist movements that emerge, the most powerful are still those on the extreme right of the political spectrum. And also because, in politics, the particular experience of one country is not automatically transposed to another. Syriza’s coming to power and the rise of Podemos can be explained by the explosive combination of two factors specific to Greece and Spain. On the one hand, the scale of the economic and social crisis – more marked in Greece’s case than in the Iberian Peninsula – brought about by drastic austerity policies. On the other hand, a significant political crisis that manifests itself in the implication of the two main parties of both political systems: New Democracy and PASOK (Panhellenic Socialist Movement) in Greece, and the People’s Party and the PSOE (Spanish Socialist Workers’ Party) in Spain, are accused of having implemented these “shock therapies”, as well as of being corrupt...

1
vues

0
téléchargements
MM. Grillo, Berlusconi et Salvini, les trois poids lourds de l’opposition, ont profité de la campagne du référendum pour amasser des points en cas d’élections anticipées.

Suivant