Type de Document
  • Article (9091)
  • Partie ou chapitre de livre (6311)
  • Livre (2572)
  • Communication non publiée (2263)
  • Voir plus
Centre de Recherche
  • Centre de recherches internationales (4946)
  • Centre de recherches politiques de Sciences Po (3422)
  • Centre d'études européennes et de politique comparée (3404)
  • Observatoire français des conjonctures économiques (3122)
  • Voir plus
Discipline
  • Science politique (15507)
  • Sociologie (8573)
  • Economie et finances (5781)
  • Histoire (2871)
  • Voir plus
Langue
  • Français (20040)
  • Anglais (8188)
  • Italien (476)
  • Espagnol (342)
  • Voir plus
Projet
  • SILICOSIS (37)
  • FUTUREPOL (24)
  • EUMIGPOL (20)
  • AIME (13)
  • Voir plus
in La France dans le monde Sous la direction de CHARILLON Frédéric Publié en 2021-02-25
4
vues

0
téléchargements
[résumé de l'ouvrage] Puissance globale ou acteur européen ? Référence culturelle mondiale ou nation oubliée ? Le rang de la France dans le monde, ainsi que sa marge de manœuvre, posent aujourd’hui de nombreuses questions. Les bouleversements géopolitiques récents, comme la montée en puissance de l’Asie, le Brexit ou le développement de populismes illibéraux, impliquent la redéfinition de l’action extérieure de la France. Du couple franco-allemand à l’alliance atlantique, en passant par le rapport aux Suds marqué par l’héritage colonial, c’est toute la relation de la France à ses voisins plus ou moins proches qui est étudiée ici. Les instruments à sa disposition sont aussi passés au crible : l’outil diplomatique, la compétence militaire, bien sûr, mais aussi la promotion de son modèle laïc. Un livre pour mieux comprendre et penser le rôle international de la France, adapté aux temps qui viennent.

0
vues

0
téléchargements
Instruments and spaces of waste governance in Lebanon -- This article examines the capacity of local authorities to stabilise the governance of municipal waste and the political effects of this transformation of local public policies. The article adopts an analytical framework inspired by the sociology of public policy instruments and follows the policies municipal powers build on the ground to cope with a pressing issue. We are interested in the case of Lebanon because of the ongoing, and still pending trash crisis that resulted in wide protests. We studied three municipalities outside of the capital region, Saida, Zahle and Bikfaya, where different kind of innovative solutions (technologically and/or politically) have been implemented. There, we document the elaboration of the SWM policies regarding contracting, financing, communication, spatial planning, service districting and environment. We also analyse the political effects of the stabilisation of these assemblages of instruments from the perspective of legitimising of local power actors, the building of a territory of local or regional cooperation and the relationships between the local and the central governments. The research relies on press review and local surveys (interviews). Results show that political choices depend upon the kind of local political networks and the degree of emergency that frames the temporality of decision. In doing so, we carefully read the local and local/national political dynamics that allow, constrain or prevent the policy choices. The findings show that policy choices are very strongly dependent upon the kind of local policy networks. Conversely, they also highlight that the institutional frameworks at the local and national scale leaves them wide margins of manover.

in Illiberalism Studies Program Publié en 2021-02-24
2
vues

0
téléchargements
An interview with Christophe Jaffrelot on India’s growing national-populism, February 8, 2021. .

À la suite des événements du Capitole, plusieurs entreprises de réseaux sociaux se sont résolues à fermer les comptes de celui qui était encore le président des États-Unis, fondant leur décision sur les appels à la violence qu’il avait relayés sur leurs plates-formes. Que les commentateurs, analystes et membres de la classe politique approuvent ou non cet ostracisme numérique, ils se rejoignent sur un point : il existe un gouffre béant entre la portée de cette décision et la légitimité de ceux qui l’ont prise.

4
vues

0
téléchargements
En 2021, il existe sur notre planète plus de 13 000 armes nucléaires dont la plupart ont une capacité de destruction supérieure à l’explosif qui a rasé la ville d’Hiroshima le 6 août 1945. Plus de 1600 d’entre elles, aux Etats-Unis et en Russie, sont en état d’alerte. Elles peuvent être lancées en moins de quinze minutes et une guerre impliquant moins de 1% des arsenaux nucléaires actuels mettrait en péril l’approvisionnement en nourriture de la planète. Au moins depuis l’invention de missiles balistiques intercontinentaux, qui ne peuvent pas être interceptés ou rappelés, la protection des populations contre une attaque nucléaire délibérée ou accidentelle n’est plus possible. Le conseil pour la science et la sécurité du Bulletin of the Atomic Scientists a ainsi considéré que le danger nucléaire contemporain demeurait, fin janvier 2021, à un niveau aussi élevé que l’an passé, le plus haut depuis le début de l’âge atomique.

in New Political Science Publié en 2021-02-22
EGELAND Kjolv
2
vues

0
téléchargements
The “global nuclear order” is commonly understood as an evolving set of institutions, norms, and practices governing the development and use of nuclear technology worldwide. The pursuit of nuclear order is often portrayed as a “pragmatic” or “practical” compromise between unconstrained nuclear anarchy, on the one hand, and prompt steps toward nuclear disarmament, on the other. In this article, I use the tools of ideology critique to conceptualize the discourse and practices of nuclear order as a political ideology that has entrenched extant power structures and constrained the space for political action. While the ideology is formally wedded to the pursuit of the “sublime object” of a world without nuclear weapons, its underlying assumptions imply that the grand vision of abolition can never be realized in practice. To overcome the status quo, agents of change must subvert the ideology and re-politicize the nonproliferation and disarmament regime.

in Les Grands Dossiers de Diplomatie Publié en 2021-02-22
11
vues

0
téléchargements
Prochainement

in Iran and the International Arena: Challenges and Opportunities Sous la direction de Publié en 2021-02-22
THERME Clément
3
vues

0
téléchargements
Since the end of the period between 2003 and 2005, European and French foreign policy towards Iran have followed the US lead under both Republican and Democratic administrations. The myth of European-led nuclear negotiations with Iran, conducted without interruption from 2003 to 2015, is to a significant extent the product of a rewriting of history by diplomatic actors from the Quai d’Orsay. In constructing this myth, their objective is to downplay the hardline stance taken by France on the Iranian nuclear issue before the conclusion of the Iran deal in 2015.1 It is true that the European “E3” – France, Germany, and the UK – played a major diplomatic role between 2003 and 2005 at the initial stage of the internationalization of the Iranian nuclear issue. Nevertheless, the Western strategic line has always been defined by Washington, despite a nominally independent European diplomatic initiative and a European-led administrative framework. Indeed, for reasons related to the lack of European economic sovereignty and the refusal of Europeans to really implement a policy of independence from Washington on this issue, the 2005-2007 period is marked by the end of a European alternative for a resolution of the Iranian nuclear dossier throughout a Brussels-led diplomatic process.

in Les Grands Dossiers de Diplomatie Publié en 2021-02-22
THERME Clément
0
vues

0
téléchargements
En ce début d’année 2021, les tensions militaires entre Téhéran et Washington s’intensifient alors que le mandat de Trump touche à son terme et que certains soupçonnent le locataire actuel de la Maison-Blanche de tenter de compliquer la tâche de son successeur. L’année 2020 avait commencé sur fond d’une guerre possible entre les deux pays au lendemain de l’assassinat du général Soleimani. Elle se termine avec l’assassinat d’un physicien iranien. Si Joe Biden propose de mettre en œuvre une stratégie de détente avec Téhéran, quels sont les facteurs qui pourraient provoquer une aggravation des tensions avec l’Iran ?

23
vues

0
téléchargements
Europe is unable to pool and effectively employ military power due to its lack of an integrated command structure and its deficient C4ISR capacity.

25
vues

0
téléchargements
Throughout history, Great Powers have devised balancing strategies aimed at checking the ambitions of rival Great Powers. To do that, they have sought to enter and mobilize alliances and security partnerships with secondary states. Yet, the influence of secondary states on the balancing strategies of Great Powers remains largely underestimated in the International Relations literature. Contrary to conventional wisdom, we posit that secondary state preferences play a key enabling or constraining role in shaping the balancing choices of Great Powers. We focus specifically on how the adoption of hedging strategies on the part of secondary states affects the balancing strategies of established Great Powers. We argue that when secondary states adopt a hedging strategy established Great Powers are incentivized to engage in what we call ‘covert balancing’. Covert balancing occurs when an established Great Power conceals its security cooperation with a secondary state beneath a cover that is seemingly unrelated to balancing a rising Great Power, thus working around the secondary state's hedging strategy while at the same time helping generate a latent capacity to balance. We probe our argument by examining US balancing strategy against China in the Asia–Pacific.

15
vues

0
téléchargements
Le treizième congrès du Parti communiste du Viêt Nam a été placé sous le signe de la continuité. Le Parti contrôle toujours étroitement le pouvoir et son secrétaire général a été reconduit.

Human security is presented in the United Nations Development Programme’s 1994 Human Development Report as a new security concept, different from more conventional ones focusing on the security of the state, and instead focusing on the security of the individual, of humans. At the turn of the century and for about a decade, academic literature has regularly described Japan as promoting human security in different ways. However, little has been published on this during the last decade. The aim of this article is two-fold. First, it takes a long-term perspective to trace the evolution of this concept in Japanese diplomacy over the last three decades, in order to assess its significance over time and as of today. Second, it takes a close look at the actual Japanese narrative in order to understand how this concept can be beneficial for Japan’s diplomacy. This article argues that, first, human security has been and still is a central concept in Japan’s diplomatic discourse and, second, Japan’s promotion of human security leads to a positive Japanese diplomatic identity and an increased self-confidence, which Japan wants because of its desire of recognition. This claim is demonstrated by a quantitative and qualitative analysis of central texts of Japanese diplomacy, narrating human security, over the last three decades. For Japan, emphasizing its own efforts and complying with the international norm of human security has a positive effect on its international identity and recognition.

in India Exclusion Report 2019–2020 Publié en 2021-02-08
LALIWALA Sharik
THAKKA Priyal
DESAI Abida
11
vues

0
téléchargements
[...] This chapter is organized into five sections. First, we provide a history of Juhapura, coeval with incidents of large-scale anti-Muslim violence in postcolonial Ahmedabad, which resulted in segregated living zones. We particularly examine the development of Juhapura in light of State-enforced discriminatory laws such as the Disturbed Areas Act 1991 and the post-2002 migration of middle-class and wealthy Muslims to the ghetto. In the second section, we show how elite migration to Juhapura has allowed its residents to negotiate with the state and bring limited improvements to the delivery of public services, despite the majoritarian character par excellence of the State in Gujarat. However, as we show in the third section, the arrival of rich, educated Muslims in Juhapura has not necessarily resulted in the emancipation of poor, lower-caste Muslims. Here, we focus on the creation of class and sect-specific ‘citadels’, representing fractured solidarities within Juhapura, to highlight the non-linear nature of citizenship in Juhapura. Lower-class Muslim women have crucially resisted elite and orthodox tendencies within Juhapura, signifying a merger, even if limited, of class, caste and gender in Juhapura. Then, we suggest a few recommendations to improve the state of religious fragmentation within the society of Ahmedabad as well as to enhance Juhapura’s public infrastructure and political representation. Finally, after summarizing our findings, we conclude that the current state of affairs in Juhapura is a result of the post-1990 transformation in the nature of the State in Gujarat from a de facto Hindu Rashtra (Hindu Nation) towards a de jure one, with legal mechanisms facilitating discrimination against Muslims. In the post-2014 environment of nation-wide hegemony of Hindutva politics, this legally sanctioned form of Hindu Rashtra—‘the Gujarat Model’—has been replicated across India, alongside deepening of the Hindutva ideology. [...]

Patrice Yengo, originaire du Congo-Brazzaville, est un intellectuel inclassable, un exilé temporaire permanent. Au-delà de sa spécificité, sa trajectoire est caractéristique de ces universitaires africains en exil, bénéficiant d’une reconnaissance indéniable mais n’ayant jamais réussi à être perçus comme pouvant être éligibles à un poste dans l’université française. Son portrait questionne ce paradoxe. Article du hors-série "Poser pour la liberté. Portraits de scientifiques en exil".

12
vues

0
téléchargements
A l'occasion de la parution de l'Etude n° 254-255 Regards sur l’Eurasie. L’année politique 2020 , Anne de Tinguy, qui a dirigé l'ouvrage, nous a accordé un entretien. Olga Belova, rédactrice d'un texte sur les relations entre le Bélarus et la Russie dans cette Etude, a également répondu à nos questions. Propos recueillis par Corinne Deloy.

5
vues

0
téléchargements
Article du hors-série "Poser pour la liberté. Portraits de scientifiques en exil".

74
vues

0
téléchargements
Il y a cinq ans encore, l'Inde était saluée par le Fonds monétaire international (FMI) comme un des moteurs de la croissance mondiale, avec un taux qui dépassait 7% - et qui la plaçait dans le trio de tête. Entre 2016 et 2019, l'érosion constante de son dynamisme économique avait fait tomber le taux de croissance à 4,2%. La crise de la Covid-19 a précipité celle de l'économie indienne, dont le taux de croissance, devenu négatif, devrait s'établir à -10% en 2020, ce qui la placerait, d'après le FMI, au 164e rang mondial (sur les 193 Etats pris en compte). Au-delà des aspects conjoncturels de cet accès de faiblesse, l'économie indienne est "plombée" par des facteurs structurels qui finissent par alimenter les doutes des observateurs les plus avertis...

Publication réalisée dans le cadre du séminaire doctoral « L’énergie et l’espace » organisé les 14 juin, 17 mai et 12 avril 2019 par le groupe transversal « Ville et énergie » du Labex Futurs Urbains (Université Paris-Est) -- Du fait d’une dégradation structurelle du réseau conventionnel d’électricité, émergent au Liban des pratiques alternatives dans la production, la transmission et la distribution d’électricité. Alors même que le pays est électrifié à plus de 99%, la sous-production et une gestion erratique des infrastructures entraînent des délestages de 3 à 12 heures par jour, variables selon les régions et les localités. Dans ce contexte de rationnement structurel, le réseau conventionnel n’est plus le paradigme dominant, mais s’articule sous différentes formes avec d’autres dispositifs sur le plan matériel, organisationnel ou politique. Ancrés dans le paysage urbain et dans les pratiques depuis plus de 30 ans, les groupes électrogènes fournissent 84% des ménages pendant les heures de rationnement (ACS, 2020) et sont aujourd’hui intégrés comme une norme dans le quotidien des libanais (Dana Abi Ghanem, 2018). En dépit de leur illégalité, ces dispositifs de fourniture sont tolérés voire encadrés par la puissance publique ce qui leur confère un statut de système « extra-légal pérennisé » (Gabillet, 2010). Parallèlement, les ménages, les grandes entreprises voire les municipalités se dotent de systèmes de production renouvelable locale depuis une dizaine d’années. C’est notamment le système hybride articulant réseau conventionnel, groupe électrogène diesel et panneaux photovoltaïques qui devient structurant dans les territoires les plus rationnés en électricité, passant de solution individuelle à collective. Si le réseau reste un horizon structurant, ces dispositifs d’accès à l’électricité plus complexes et diversifiés sur le plan technologique et organisationnel émergent et tendent à s’inscrire durablement dans le paysage électrique libanais. Face à cette hétérogénéisation croissante et structurelle de l’offre et de la demande de fourniture d’électricité, les mécanismes de régulation locaux et nationaux posent question. De la sécurisation individuelle du réseau à l’autonomie énergétique les modèles présentés dans cet article posent de nouveaux enjeux au système électrique national.

in Paroles d'histoire Publié en 2021-02-08
7
vues

0
téléchargements
Entretien avec Nadège Ragaru, par André Loez, autour de son ouvrage "« Et les Juifs bulgares furent sauvés… » Une histoire des savoirs sur la Shoah en Bulgarie", Paris, Presses de Sciences Po, 2020.

in La terre dans tous ses états Sous la direction de LANDAU Bernard, DIAB Youssef Publié en 2021-02-05
18
vues

0
téléchargements
Ce chapitre présente le projet démonstrateur Cycle terre, piloté par la Ville de Sevran et Grand Paris Aménagement. Il propose la création d’une fabrique de matériaux de construction en terre crue à partir des déblais de chantiers franciliens. Nous identifions l’ajustement progressif des objectifs et des intérêts des acteurs impliqués, entre ambition écologique, contraintes économiques et tensions politiques à différentes échelles territoriales. L’évolution du projet permet de réfléchir aux recompositions actuelles et futures du secteur de la gestion des terres excavées.

Sous la direction de Centre de recherches internationales Publié en 2021-02-04 Collection Recherches Internationales
DORRONSORO Gilles
15
vues

0
téléchargements
La défaite des Taliban dans le sillage des attentats du 11 septembre ouvre deux décennies d’investissement occidental en Afghanistan. Des centaines de milliards, pour l’essentiel consacrés à l’entretien des forces occidentales, des dizaines de milliers de morts, dont plusieurs milliers de la coalition, montrent l’importance de ce conflit pour les Etats-Unis qui en font le symbole de leur hégémonie mondiale. Mais, derrière les discours sur la construction d’une « démocratie de marché », se profile un gouvernement transnational qui contourne les acteurs afghans au point d’interdire tout processus démocratique, couvre des fraudes électorales massives, routinise la captation des ressources au profit des entreprises occidentales et des élites afghanes. Les tensions communautaires et sociales s’accroissent à un point jusque-là inconnu dans la société afghane. Les Taliban, capitalisant sur le ressentiment populaire contre les élites au pouvoir, mettent en échec une alliance occidentale qui dissimule, derrière une augmentation des moyens, son incapacité à définir une stratégie cohérente. Après vingt ans de conflit, al-Qaïda est toujours présent en Afghanistan, et le retrait américain ne fait qu’ouvrir une nouvelle période d’une guerre civile vieille de quarante ans.

in La vie politique. Pour Pascal Perrineau Sous la direction de IGNAZI Piero, REYNIÉ Dominique Publié en 2021-02-04
44
vues

0
téléchargements
Trois paradoxes semblent émerger des récentes mutations internationales. D’abord, une lourde contradiction semble opposer un monde de plus en plus ouvert et globalisé à une renaissance active des formules nationalistes les plus diverses : élection de Donald Trump, Brexit, succès remarquables des formations d’inspiration nationaliste à la faveur des élections en Europe, de la Hongrie à l’Italie et de la Scandinavie aux Balkans, rhétorique nationaliste des leaders autoritaires, de Vladimir Poutine à Recip Tayyep Erdogan, accélération des mouvements sécessionnistes, de l’Écosse à la Catalogne. Le deuxième paradoxe est dans la même lignée : ces nationalismes mobilisent une rhétorique qui semble de prime abord bien connue, mais qui s’écarte en réalité grandement du « nationalisme classique », celui qui apparut au cours du xixe siècle européen et qui s’universalisa tout au long du siècle suivant. Celui-ci se voulait émancipateur et créateur de nouveaux droits, là où le « néonationalisme » cultive l’enfermement et le repli, vise à restreindre les droits, davantage qu’à les étendre. Enfin, le premier nationalisme s’articulait de façon forte et décisive au jeu « international » nouvellement créé, alors que sa version « néo » se veut plus protestataire à l’encontre des institutions internationales existantes...

20
vues

0
téléchargements
Moral entrepreneurs who volunteer to enforce rules by themselves have spread in 2010s Russia. As ‘rule enforcers’ they patrol the streets to catch offenders. Some of these enforcers have conflictual relations with the police, while others operate in cooperation with it. This essay describes the development of vigilante justice in contemporary Russia. Two particularities of the Russian case are striking. First, the activities of several citizen policing initiatives are in fact recorded and posted on YouTube and VKontakte, where they reach a large audience, generating support for their activities and, in particular, for the leaders of such groups. Second, the development of these groups is not the simple outcome of a powerless state failing to maintain order or to fight crime. The essay will reveal how these new forms of policing contribute, paradoxically, to the strengthening of state authority.

in La France dans le monde Sous la direction de CHARILLON Frédéric Publié en 2021-02-04
38
vues

0
téléchargements
[Résumé de l'ouvrage] Puissance globale ou acteur européen ? Référence culturelle mondiale ou nation oubliée ? Le rang de la France dans le monde, ainsi que sa marge de manœuvre, posent aujourd’hui de nombreuses questions. Les bouleversements géopolitiques récents, comme la montée en puissance de l’Asie, le Brexit ou le développement de populismes illibéraux, impliquent la redéfinition de l’action extérieure de la France. Du couple franco-allemand à l’alliance atlantique, en passant par le rapport aux Suds marqué par l’héritage colonial, c’est toute la relation de la France à ses voisins plus ou moins proches qui est étudiée ici. Les instruments à sa disposition sont aussi passés au crible : l’outil diplomatique, la compétence militaire, bien sûr, mais aussi la promotion de son modèle laïc.

in Centre for European Policy Studies Publié en 2021-02-03
14
vues

0
téléchargements
Ever since the Law and Justice (PiS) party returned to power in Poland, it has been subject to the specific mechanism to address “serious and persistent” breaches of the EU’s founding values (Article 7 TEU). It has also been facing several infringement procedures because of its assaults on the independence of the Polish judiciary...

Publié en 2021-02-03 Collection Policy Reports : 18 (December 2020)
25
vues

0
téléchargements
In the context of the conflict in Yemen, Salafis of various shades have not made the headlines, nor have been the object of much expert analysis. This fact has been rather counter-intuitive considering how much Salafism had been scrutinized in the wake of 9/11. Obscured by other religious and political movements or state actors, their standing and evolution over the last five years in Yemen remains insufficiently understood. Yet they are undoubtedly playing a role in the fighting, and, simultaneously, are themselves being transformed by the war. Thus, the ambition of this policy report is to update our collective knowledge on such meaningful actors which are likely to remain a significant force should peace ever again become a realistic perspective in Yemen.

Le 23 mars 2020, Antonio Guterres appelait à « un cessez-le-feu immédiat partout dans le monde », pour faire face à « la furie » de la Covid-19. Dans l’espace postsoviétique, la requête du secrétaire général des Nations unies n’a guère été entendue. La pandémie a favorisé plus qu’elle n’a arrêté la brutalité, qui a été sanitaire mais aussi interétatique, politique et environnementale. Frappée par cette violence, l’Eurasie a aussi été traversée par de spectaculaires mouvements contestataires. Ces phénomènes s’inscrivent dans un processus de sortie du postsoviétisme que la Covid-19 pourrait avoir accéléré.

in Etudes du CERI Sous la direction de Centre de recherches internationales Publié en 2021-02-03
ANDRIEU Pierre
0
vues

0
téléchargements
En accentuant les faiblesses structurelles des pays qui composent l’espace postsoviétique, frappé comme le reste du monde par la pandémie de Covid-19, la crise sanitaire y a modifié les équilibres internes et externes, et accéléré l’apparition de crises, comme au Bélarus, dans le Haut-Karabakh et au Kirghizstan. En Ukraine, le conflit est toujours dans l’impasse. Des puissances extérieures, comme les Etats-Unis, l’Union européenne, la Chine et la Turquie ont confirmé à des degrés divers leur influence dans la région. Face à ces évolutions, la Russie semble quelque peu prise au dépourvu.

in Etudes du CERI Sous la direction de Centre de recherches internationales Publié en 2021-02-03
MINASSIAN Gaïdz
0
vues

0
téléchargements
Une nouvelle guerre pour le contrôle d’une zone grise a éclaté dans l’ex-Union soviétique en 2020. Après la Tchétchénie, l’Abkhazie, l’Ossétie du Sud, la Transnistrie, la Crimée et le Donbass, c’est le Haut-Karabakh qui s’est enflammé – pour la troisième fois depuis la fin de l’URSS – dans un conflit ouvert entre Arméniens et Azerbaïdjanais1. Lancée par l’Azerbaïdjan le 27 septembre 2020, la guerre du Haut-Karabakh, province majoritairement arménienne mais rattachée à Bakou en 1921 par Staline, a été remportée par Bakou, soutenu par la Turquie et ses troupes supplétives constituées de mercenaires islamistes. A la faveur d’un « cessez-le-feu total » signé dans la nuit du 9 au 10 novembre par la Russie, l’Arménie et l’Azerbaïdjan, les armes ont cessé de parler, entérinant la victoire militaire de Bakou. Comment expliquer ce regain de violence dans la région ? Cet accord de cessez-le-feu ouvre-t-il la voie à un nouvel ordre régional ? Quels enseignements peut-on tirer de cette féroce déflagration aux enjeux globaux qui a duré quarante-quatre jours ? Comment expliquer les positions de la Russie et de la Turquie, dont les relations bilatérales sont équivoques, dans cette guerre à la périphérie de leurs anciens empires respectifs ? Et que penser du groupe de Minsk, coprésidé par la Russie, la France et les Etats-Unis, chargé par l’OSCE de trouver une solution politique à ce conflit, et pourtant absent du cessez-le-feu du 9 novembre ?

Suivant