Texte intégral
  • Non (18483)
  • Oui (7676)
Type de Document
  • Article (8204)
  • Partie ou chapitre de livre (5751)
  • Livre (2351)
  • Communication non publiée (2109)
  • Voir plus
Centre de Recherche
  • Centre de recherches internationales (4446)
  • Centre d'études européennes et de politique comparée (3226)
  • Centre de recherches politiques de Sciences Po (3096)
  • Observatoire français des conjonctures économiques (3026)
  • Voir plus
Discipline
  • Science politique (13712)
  • Sociologie (7867)
  • Economie et finances (5438)
  • Histoire (2521)
  • Voir plus
Langue
  • Français (18130)
  • Anglais (7121)
  • Italien (441)
  • Espagnol (272)
  • Voir plus
Projet
  • SILICOSIS (25)
  • FUTUREPOL (21)
  • EUMIGPOL (18)
  • AIME (13)
  • Voir plus
3
vues

0
téléchargements
Seit rund 20 Jahren hat die Europäische Union ihren Charakter verändert. In vielerlei Hinsicht ist sie zu einer Institution geworden, die sich von den Vorstellungen der Gründerväter unterscheidet. Christian Lequesne, Direktor beim renommierten Zentrum für die Erforschung internationaler Beziehungen (CERI) bei SciencesPo, stellt in seinem Buch die Frage, welche Beziehung Frankreich zu diesem „neuen Europa“ entwickelt hat. Der Autor ist seit Langem ein aufmerksamer Beobachter der Europapolitik Frankreichs, aber auch der Politik der EU, der Entwicklung ihrer Institutionen und des bislang fortgeführten Erweiterungsprozesses. In der vorliegenden essayistischen Darstellung erklärt der Grosser-Schüler Lequesne die Gründe für die eher reservierte Haltung des Nachbarlandes gegenüber diesem Prozess und warum die französischen Eliten wie auch die Gesellschaft so viel Mühe damit haben, die Rolle ihres Landes angesichts der veränderten Verhältnisse neu zu definieren und positiv umzuformulieren. Gleiches gilt im Übrigen, so legt der Autor dar, für die Globalisierung und ihre Folgen. Um diese Haltung genauer zu verstehen, zeichnet Lequesne die Positionen der französischen Außenpolitik seit 1989 nach, indem er unter anderem die Gründe für das Scheitern der Mitterand’schen Idee einer Konföderation mit den mittelosteuropäischen Staaten, aber auch des späteren Schäuble / Lamers – Plans für ein Kerneuropa beschreibt. Um wieder eine bedeutsame Rolle im veränderten Europa zu spielen, empfiehlt Lequesne seinen Landsleuten, auf eine bestimmte Denkfigur zu verzichten, nämlich die, die Welt von einer Position der behaupteten „französischen Besonderheit“ her zu denken. Er schlägt Wege vor, die Frankreich beschreiten sollte, um wieder einen Platz in Europa zu finden, aber mehr noch, um Europa wieder einen Platz in Frankreich zu verschaffen.

in Ceriscope Puissance Sous la direction de DURAND Marie-Françoise, LEQUESNE Christian Publié en 2013-11
14
vues

14
téléchargements
L'Inde, à la faveur de la croissance économique qu'elle a connue au cours de la dernière décennie, a accumulé plusieurs des attributs de la puissance (notamment une certaine force de frappe militaire) qui se sont ajoutés à ses atouts traditionnels (notamment le rayonnement de sa culture et le soft power qu'elle retire de son statut démocratique). Mais cette puissance nouvelle est en quête de sens. Un paradoxe si l’on se rappelle que l'Inde de Nehru avait un message pour le monde au moment où elle n'avait pas les moyens d'agir sur lui ; si ces moyens existent davantage aujourd'hui, le pays est passé de la Moralpolitik à une Realpolitik sans contenu clair. A cette évolution s'ajoute la tension qui travaille sa politique étrangère entre un souverainisme hérité du tiers-mondisme que New Delhi réinvestit dans son partenariat avec les BRICS et un tropisme pro-américain que promeuvent sa diaspora et ses milieux d'affaires. Tiraillée entre plusieurs tentations, l'Inde se réfugie souvent dans l'abstention au sein des instances multilatérales.

in L'Enjeu mondial. L'environnement Sous la direction de GEMENNE François Publié en 2015-09
12
vues

0
téléchargements
[...] Dans un monde « parfait », dans lequel la science et la politique sont harmonieusement séparées, le GIEC ne devrait pas produire de recherche scientifique ni faire de recommandations sur les actions à adopter pour lutter contre le changement climatique et ses impacts. Il serait juste « susceptible d’orienter les politiques sans pour autant préconiser des choix précis » (policy-relevant, policy-neutral, never policy-prescriptive). Dans la pratique, cette neutralité est régulièrement remise en question par la participation active des gouvernements dans la production des rapports, en particulier lors de l’approbation par consensus des résumés du GIEC à l’intention des décideurs [...]

Cet article propose une réflexion politique sur une organisation internationale très peu étudiée en relations internationales : le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Souvent reconnu pour son autorité scientifique, le GIEC est également une arène qui nourrit d’intenses débats politiques car il associe les gouvernements à ses décisions. Derrière des rapports très techniques à première vue, il fonde également les bases des négociations politiques sur le climat, en particulier par la rédaction et la diffusion de son Résumé à l’intention des décideurs (RID).

in Environmental Science & Policy Publié en 2017-05
WANNEAU Krystel
7
vues

0
téléchargements
In the 1990s, a discourse emerged within global environmental change research underlining the need to go beyond previously held boundaries between science and society. While not entirely new, this discourse has however reached the highest levels of scientific cooperation embodied among others in the Future Earth (FE) platform and the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC). Using the concept of (anti)-boundary work developed in Science and Technology Studies (STS), we trace shifts in discourses about the boundaries between social and natural disciplines; between scientists and societal actors; and finally, between the definition of problems and the provision of solutions. We do so analyzing the emergence of global sustainability and solution-oriented science in the discourses of scientific and political actors involved in FE and the IPCC. We conclude with a discussion of challenges connected to the implementation of solution-oriented research and assessment. This article is part of a special issue on solution-oriented GEAs.

9
vues

0
téléchargements
Alors que les appels en faveur de l’interdisciplinarité se multiplient, en particulier dans les études sur le changement climatique et ses impacts, cette démarche reste encore un objet méconnu pour de nombreux chercheurs. Au-delà des débats épistémologiques sur la définition de l’interdisciplinarité, sa mise en œuvre pratique reste également peu discutée. Dans la lignée des réflexions sur l’interdisciplinarité comme approche forgée au moyen d’interactions et de dialogues, cet article propose de revenir sur le rôle de l’animation scientifique dans la construction de cette démarche, en décrivant l’expérience du GIS CES (Groupement d’intérêt scientifique Climat Environnement Société). Nous présentons les réflexions au sein du groupement ainsi que les initiatives et outils développés et testés pour renforcer le dialogue interdisciplinaire.

in La storia in digitale. Teorie e metodologie Sous la direction de PACI Deborah Publié en 2019
0
vues

0
téléchargements
L'analyse de textes va-t-elle enfin entrer dans la boîte à outils de l'historien.ne ? La quantité grandissante de sources numérisées la rend plus rapide (le temps de numérisation était souvent un obstacle infranchissable auparavant). Elle rend toutefois encore plus nécessaire la réflexion critique sur ce qui est en ligne et ce qui n'y est pas (la plupart des textes documentant les dominé.e.s, notamment). Le choix de ce que l'on regarde de loin, plus encore que les décisions en matière de méthodes, oriente en effet les résultats.

19
vues

0
téléchargements
Entretien avec Christian Lequesne, réalisé par Vincent Liquète et Anne Lehmans.

in Ceriscope Puissance Sous la direction de Centre de recherches internationales, LEQUESNE Christian, DURAND Marie-Françoise Publié en 2013-11
DUPRÉ Mathilde
MERCKAERT Jean
2
vues

0
téléchargements
La centralité des paradis fiscaux sur la scène internationale, à en croire les statistiques, a de quoi surprendre ; leur puissance peut sembler contrefaite. Tirant leur influence de leur opacité et de leur capacité à détourner artificiellement les flux financiers ou commerciaux, ils minent la souveraineté des grands Etats. Pourraient-ils pour autant exister sans l'assentiment de ces derniers ? Leur rôle est à resituer à la lumière d'un facteur central de puissance dans une économie ouverte : le différentiel de mobilité. Territoires vulnérables, les paradis fiscaux font le jeu des acteurs les plus mobiles – au premier rang desquels les multinationales, les banques internationales et les grands cabinets d'audit et de conseil, qui façonnent leur législation à l'envi. Comment mettre fin à cette situation ? Cet article esquisse les pistes de réponses, pointant l'insuffisance des stratégies menées par les pays du G20 même si les choses évoluent.

in Ceriscope Puissance Sous la direction de Centre de recherches internationales, LEQUESNE Christian, DURAND Marie-Françoise Publié en 2013-11
SIDANI Soraya
0
vues

0
téléchargements
Le phénomène de déviance d’un Etat – compris comme son écart par rapport aux normes conventionnelles ou à celles plus implicites liées à la distribution du pouvoir sur la scène internationale – renvoie à deux réalités distinctes a l’échelle internationale : la déviance normative et un phénomène de contestation de l’ordre. Dans le premier cas, l’Etat déviant présente d’importants handicaps structurels qui l’empêchent d’avoir une véritable existence sur la scène internationale ou ambitionne de se positionner au-dessus du système. Dans le second cas, le comportement déviant repose sur la contestation l’ordre imposé par les puissances dominantes. Notre contribution s’attachera à ces deux aspects de la déviance à travers une analyse des facteurs d’intégration et de marginalisation des Etats dans une première partie puis par une étude des formes et de l’évolution de la contestation étatique dans une deuxième partie.

in Pohyb a začlenění. Francouzská perspektiva Publié en 2016-02
2
vues

0
téléchargements
Christian Lequesne, profesor na Science Po v Paříži a přední francouzský odborník na politické vědy, se v předmluvě k úvodu knihy Pohyb a začlenění vyslovuje k migrační situaci ve Francii. Francie je země s bohatou zkušeností přijímání generací přistěhovalců, z nichž si již mnozí nekladou otázku svého vlastního původu, jelikož sami sebe považují za plnohodnotné Francouze. Lequesne zmiňuje koncepci občanství spočívající v přijetí laických principů republiky, která celým generacím přistěhovalců usnadnila integraci do francouzské společnosti. Zároveň ale také upozorňuje na možná úskalí spojená s nelegální migrací a na narůstající otevřené požadavky práva na vlastní specifičnost některých přistěhovalců (viz šátky ve školách u muslimských dívek apod.), jež vyvolávají ve francouzské společnosti vášnivé debaty.

in Ceriscope Frontières Sous la direction de Centre de recherches internationales, DURAND Marie-Françoise, LEQUESNE Christian Publié en 2011-02
PIERARD Gabriel
0
vues

0
téléchargements
Jusqu'à très récemment, le contrôle des frontières relevait du seul ressort des Etats souverains ; la coopération au niveau européen était de ce fait limitée dans ce domaine. Celle-ci s’est cependant accentuée ces dernières années et le concept de gestion des frontières a été intégré dans le champ des politiques communautaires.

Erigée dès le XVIIème siècle en principe de droit international, la liberté de navigation entre les nations a induit en parallèle la liberté de pêche. Dans son célèbre Mare Liberum publié en 1609, le juriste néerlandais Grotius opposait «la capture du poisson en rivière, qui ne peut être libre car cela conduirait à son rapide épuisement, à la pêche en mer qui est libre, car il est impossible d'en épuiser les richesses» (...).

in Alternatives internationales. Hors-série Publié en 2009-12
0
vues

0
téléchargements
La crise économique et l’élection d’Obama ont ramené la notion de gouvernance mondiale au coeur du débat. Bien que général, le terme vise à décrire l’acceptation d’un monde multipolaire plus que bipolaire auquel s’ajoute la reconnaissance du pouvoir des grands Etats dits émergents (Chine, Inde, Brésil, etc.)...

0
vues

0
téléchargements
Christian Lequesne analyse les perspectives européennes de la France après l'élection présidentielle.

15
vues

0
téléchargements
La crise économique de 2008 a fait entrer le monde dans un nouveau cycle que l’on peut qualifier de post-libéral. Le cycle précédent s’était ouvert dans les années 1980 et avait été confirmé par la fin de la Guerre Froide. Il reposait sur la croyance aux bienfaits de l’échange et de l’ouverture des sociétés aux flux extérieurs, qu’ils soient commerciaux, technologiques, humains (l’immigration) et culturels. Ce fut la période des sociétés ouvertes dont les libéraux ont toujours rêvé. Le pari des libéraux - de gauche et de droite - a toujours été que l’ouverture des sociétés permettrait de dépasser les clivages sociaux et d’offrir à chaque individu l’opportunité de s’élever. Il s’agit en ce sens d’un modèle normatif infiniment moins désespéré que celui qui consiste à considérer la lutte des classes et la domination comme des principes inévitables. Sauf que le libéralisme est un modèle normatif qui est parfois contredit par la réalité sociale. C’est exactement ce à quoi assiste le monde occidental à l’aube de cette année 2017. Un quart de siècle d’ouverture des frontières a profité à ceux dotés d’un capital culturel mais n’a pas réussi à apporter des bénéfices évidents à ceux moins éduqués et plus fragiles. Le résultat est une polarisation accrue des peuples et des élites, au lieu d’un grand rapprochement. [Premier paragraphe]

4
vues

4
téléchargements
Les pêcheurs européens ont une représentation de leur activité qui reste étroitement liée à des communautés professionnelles, nationales et locales. La politique commune de la pêche de l'Union européenne a pris en compte cette représentation territoriale dans ses principales réglementations. A partir des années 1980, la logique territoriale se trouve néanmoins en contradiction avec les règles du libre marché, ce qui a notamment permis aux armateurs d'Espagne et des Pays-Bas d'acheter des navires et des licences de pêche à d'autres pays de l'Union européenne (comme la France et le Royaume-Uni) - une pratique dénoncée par les pêcheurs britanniques sous le terme de quota hopping. Cette pratique illustre les contradictions dans lesquelles se trouve l'Union européenne, coincée entre l'héritage territorial d'une activité économique et un processus de déterritorialisation induit par les normes du libre marché. Les capteurs de quotas sont de plus en plus à même de contourner les Etats en se servant des ressources institutionnelles offertes par l'UE.

in Ceriscope Puissance Sous la direction de Centre de recherches internationales, LEQUESNE Christian, DURAND Marie-Françoise Publié en 2013-11
0
vues

0
téléchargements
Le réseau des réseaux serait il devenu, comme le montrent les interceptions massives de la NSA, aisément contrôlable ? Plusieurs propriétés matérielles des tuyaux et des machines qui constituent l'infrastructure d'internet peuvent en effet donner une idée précise des frontières, des filtres et des contrôles possibles : les câbles, les points d'entrée dans les pays, les serveurs de noms de domaine ou des points d'échange internet. La géographie de ces supports techniques essentiels au réseau montre des déséquilibres et des fragilités, que l'on retrouve dans les grands calculateurs ou dans les standards des réseaux mobiles. Mais les arènes politiques manquent toujours pour décider de ces architectures pourtant si cruciales qui formatent notre monde commun, mais pourtant séparé et contrôlé.

in Ceriscope Frontières Sous la direction de DURAND Marie-Françoise, LEQUESNE Christian Publié en 2011-02
11
vues

11
téléchargements
Avec la mondialisation des migrations et les politiques de contrôle renforcé des frontières mises en place par la plupart des pays d'arrivée, de nombreux flux migratoires sont devenus illégaux. Les causes en sont multiples : difficulté des pays d'accueil à reconnaître qu'ils manquent de main-d'oeuvre dans les secteurs non qualifiés, souvent pourvus par des sans papiers, crise du droit d'asile où 80% des demandeurs sont aujourd'hui déboutés, laissant dans la clandestinité le plus grand nombre, envie d'ailleurs de nombreux jeunes scolarisés, informés et sans emploi au sud dont la traversée clandestine passe pour une odyssée. Aussi, la distinction des migrations entre flux légaux et illégaux est-elle devenue particulièrement pertinente car du statut découlent les conditions de circulation, d'installation et d'entrée sur le marché du travail.

21
vues

0
téléchargements
Cet article est une réflexion critique sur la« logique du praticable » de Vincent Pouliot quia contribué depuis dix ans à faire progresser lathéorie des Relations internationales. À partir de leurspropres travaux, les auteurs formulent trois questionnements relatifsà la « logique du praticable ».D’abord, ils s’interrogent sur l’enchâssementde la « logique du praticable » avec les logiquesréflexives dans la construction théorique de VincentPouliot. Ensuite, ils réfléchissent à sonopérationnalisation méthodologique. Enfin, ils examinentle statut des données empiriques et de leurs usages. Afind’assumer la rupture prônée par Vincent Pouliot, lesauteurs invitent à considérer plusieurs« logiques du praticable » et à se tournerdavantage encore vers la recherche ethnographique de terrain pourrenouveler la théorie des Relations internationales.

4
vues

0
téléchargements
Débat organisé par le CERI dans le cadre de l'émission "Au fil des mots".

in La citoyenneté démocratique dans l’Europe des vingt-sept Sous la direction de MAC DONAGH-PAJEROVA Monika, LEQUESNE Christian Publié en 2007
10
vues

0
téléchargements

Le rapport qui suit porte sur l’état de l’Union européenne en 2014, année décisive à bien des égards en raison d’échéances institutionnelles importantes : nouveau Parlement européen, nouvelle Commission européenne, remplacement du Président permanent du Conseil européen et du Haut Représentant pour la politique étrangère et la sécurité. Chaque intervenant, appuyé par les participants, a pointé les changements que la crise a pu apporter à l’Union européenne. Ce rapport met en évidence trois questions : - La forme de l’union politique qui permettra une nouvelle légitimation de l’Union européenne. La crise implique en effet une réflexion sur la relation entre les institutions communautaires et les Etats membres ; elle ouvre davantage la voie à la différenciation au sein du projet européen, voire pour le Royaume-Uni, à une renégociation de son statut de membre de l’Union. Indéniablement, le couple francoallemand continue à apparaître central au regard de l’union politique. - En lien avec l’union politique, figure en deuxième lieu le problème essentiel de l’avenir économique et social de l’Union européenne dans un contexte accru de mondialisation. - Enfin, la troisième question a trait à ce que l’Union européenne peut et doit faire dans le monde, en sachant que cette réflexion a précédé les évènements récents et, à bien des égards inquiétants, en Ukraine.

Differentiation is a principle that has applied to the polity and policies of the European Union since its creation. It has been reinforced in the last 20 years as a consequence both of successive enlargements and of a broadening of the EU policy agenda. The British renegotiation process and the UK referendum scheduled for 23 June 2016 constitute a further stage in the debate on differentiation. For the first time a ‘no’ vote in a national referendum could mean that disintegration rather than differentiation is the preferred choice for an EU member state...

in Ceriscope Pauvreté Sous la direction de Centre de recherches internationales, DURAND Marie-Françoise, LEQUESNE Christian Publié en 2012-02
2
vues

0
téléchargements
Le texte propose tout d'abord une description du positionnement du Nordeste dans les inégalités nationales. Les États qui composent cette région présentent les indicateurs de pauvreté les plus élevés, les plus faibles niveaux de développement et les inégalités les plus importantes au sein du Brésil. La suite de l'article est consacrée à l'analyse du positionnement du Nordeste dans les rapports de pouvoir, les équilibres économiques nationaux, les circulations humaines et les imaginaires nationaux brésiliens. L'attention est portée, dans un premier temps, au processus de construction historique de la position périphérique de cette région, marquée, d'une part, par la force des oligarchies conservatrices et une riche histoire de mobilisations contestataires et d'autre part, par les politiques d'aménagement du territoire menées depuis la capitale fédérale. Dans un second temps sont abordées les continuités et transformations des rapports de domination propres à cette région, avec une mise au point sur les politiques actuelles de lutte contre la pauvreté et quelques éléments de débats sur la redéfinition participative des politiques de développement.

in Le Rapport Schuman sur l'Europe, l'état de l'Union 2015 Sous la direction de CHOPIN Thierry, FOUCHER Michel Publié en 2015-04
26
vues

0
téléchargements
Résumé de l'ouvrage : Le renouvellement des institutions politiques de l'Union offre une opportunité exceptionnelle pour mieux comprendre les enjeux à venir : renforcement de la zone euro, place de la France et du Royaume-Uni en Europe, sécessionnismes régionaux, croissance et emplois, investissements et financement de l'économie européenne, Union de l'énergie, immigration, terrorisme, défense européenne et défis de sécurité à l'Est et au Sud, enjeux transatlantiques, etc.

in Ceriscope Frontières Sous la direction de Centre de recherches internationales, DURAND Marie-Françoise, LEQUESNE Christian Publié en 2011-02
0
vues

0
téléchargements
Tandis que certains annoncent la « globalisation » du monde, l' « Europe » se cherche une frontière extérieure à laquelle ses États-membres seraient susceptibles d'articuler leurs mécanismes de contrôle et de surveillance des individus mobiles. Établissement d'une frontière et ancrage de l'Europe dans une modernité politique dépassée par les flux transnationaux, ou traçabilité des individus au moyen d'outils techniques déterritorialisés qui rendent la frontière-ligne géographique obsolète ? C'est là l'aporie face à laquelle se trouve aujourd'hui l' « Europe » - et, avec elle, les États-nations de l'ère de la modernité politique. Une aporie que nous nous proposons de discuter en explorant les pratiques de frontiérisation et leurs effets.

0
vues

0
téléchargements
Pour la diplomatie française, la visite d'Etat de Nicolas Sarkozy au Royaume-Uni, en mars 2008, est considérée comme un succès. Le président a montré dans ses interventions un engagement et une chaleur qui tranchent avec l'attitude plus protocolaire de ses prédécesseurs. Il a parlé de la nécessité de construire une « entente fraternelle » entre les deux pays. Mais ces paroles sont-elles appelées à devenir des réalisations concrètes ou resteront-elles ce que l'on appelle en anglais du wishful thinking ?

in Regards sur l'économie allemande Publié en 2015-01
5
vues

0
téléchargements
Les difficultés qu’a connues l’Union économique et monétaire (UEM) depuis 2008 ont révélé non seulement la fragilité économique de l’Union européenne (UE), mais aussi les faiblesses de son modèle de gouvernance. La sortie de crise pose plus que jamais la question du lien entre l’UEM et l’Union politique de l’Europe. Cette question n’est pas neuve. Elle avait déjà été posée lors de la négociation du Traité de Maastricht (1992). Il faut se rappeler qu’à l’époque, le gouvernement d’Helmut Kohl avait insisté pour que la Conférence intergouvernementale chargée de négocier l’UEM – que François Mitterrand avait tant voulu – se double d’une Conférence intergouvernementale sur l’Union Politique (voir Doutriaux/Lequesne, 2013). Ce lien est revenu ensuite de manière récurrente du côté allemand, consacrant ce que les économistes allemands ont appelé dans les années 1990 la « théorie du couronnement de l’UEM » (Krönungstheorie ; Guérot, 2012). L’argument est que la monnaie unique ne peut exister vraiment que si elle est au service d’une union politique de l’Europe, marquée par un gouvernement fédéral européen et une nouvelle légitimité parlementaire. Il s’agit en quelque sorte de la projection sur l’Union européenne de l’expérience fédérale de l’Allemagne.

Suivant