Type de Document
  • Article (9433)
  • Partie ou chapitre de livre (6429)
  • Livre (2626)
  • Communication non publiée (2279)
  • Voir plus
Centre de Recherche
  • Centre de recherches internationales (5401)
  • Centre de recherches politiques de Sciences Po (3500)
  • Centre d'études européennes et de politique comparée (3422)
  • Observatoire français des conjonctures économiques (3125)
  • Voir plus
Discipline
  • Science politique (16169)
  • Sociologie (8743)
  • Economie et finances (5835)
  • Histoire (2985)
  • Voir plus
Langue
  • Français (20567)
  • Anglais (8504)
  • Italien (483)
  • Espagnol (379)
  • Voir plus
Projet
  • SILICOSIS (37)
  • FUTUREPOL (24)
  • PIAF (20)
  • EUMIGPOL (20)
  • Voir plus
in Cambridge Handbook of Constitutional Theory Sous la direction de BELLAMY Richard, KING Jeff Publié en 2022
28
vues

0
téléchargements
What does it mean to treat people as equals when the legacies of feudalism, religious persecution, authoritarian, paternalistic and oligarchic government have shaped the landscape within which we must construct something better? This question has come to dominate much constitutional practice as well as philosophical inquiry in the past 50 years. The combination of Second Wave Feminism with the continuing struggle for racial equality in the 1970s brought into sharp relief the variety of ways in which people can be treated unequally, while respecting the formalities of constitutional government. Above all, what these two great political movements made plain, is that a concern for group inequality and, specifically, group injustice must figure in the formulation and adjudication of individual rights, if legal protections for equality are adequately to combat the causes of inequality. Getting to grips with that challenge, it became obvious, required going beyond the familiar analyses of inequality inherited from Liberalism and Marxism, given the many different ways in which people can be equal or unequal.(Hackett and Haslanger 2006, 3 - 15) In the first part of this chapter, I will seek to illustrate these claims, by focusing on efforts to reframe the theory and practice of constitutional equality in light of demands for sexual and racial equality. I will then show that analytic philosophy has also come to recognise the various non-reducible dimensions of equality in ways that reinforce the claims of critical legal theory, even as philosophers highlight their disconcerting consequences. If equality has multiple irreducible dimensions, conflicts between the legitimate demands of equality are unavoidable features of law and politics, even in the best possible world, and are likely to be particularly painful when set against a background of historical injustice. The chapter concludes with the challenges to democratic constitutionalism, and the scope for constructive responses to those challenges, which the rapprochement between critical and analytic thinking on equality suggests.

in Building a New Yemen. Recovery, Transition and the International Community Sous la direction de ALSOSWA Amat Al Alim Publié en 2021-11
43
vues

0
téléchargements
Contemporary Yemen holds a paradoxical place in the imagination and policies of the international community. While often being depicted as a strategic country located at the crossroads of continents and commercial routes, or as a source of quasi-existential threat when contemporary jihadi groups are mentioned, its habitants remain marginalized. The strategies of the world’s great or regional powers focusing on Yemen have thus generally lacked coherence, continuity, and relevance. Dominant interest for Yemen among foreign decision makers and experts has for long appeared to be structured around a set of selective obsessions (Bonnefoy, 2018) . These rarely had much to do with Yemen itself and more often than not let its inhabitants appear as pawns of wider dynamics.

in Contemporary Populists in Power Sous la direction de DIECKHOFF Alain, JAFFRELOT Christophe, MASSICARD Elise Publié en 2021-11
18
vues

0
téléchargements

The March 1943 deportation of Jews from Bulgarian-held territories in Greece left few visual traces. Among them is a silent film, with oddly edited footage. This article reconstructs the afterlife of this footage during the Cold War, tracking its multiple uses and transformations. In so doing, it sheds light on the production of knowledge about the Holocaust and the transnational history of the East-West divide. As the visual document migrated across countries and beyond the Iron Curtain, it was transformed from a “trophy archive” into legal evidence, successively acquiring documentary, judicial, and commemorative value. In the 1960s, the footage became a cornerstone of German-Bulgarian efforts to prosecute the former Reich Minister Plenipotentiary to Sofia, Adolf-Heinz Beckerle. Along with contributing to the visual history of the Holocaust, an examination of the uses of the 1943 footage illustrates patterns of East-West cooperation that gave the Cold War its unique shape.

This paper brings memory and migration studies together. It focuses on the way the past was used in the context of the ‘refugee crisis’ in Germany in 2015/2016. The analysis concentrates on how politicians and journalists used the memory of Germans’ own migrations to legitimise rhetorically the political decision to open the borders and let more than a million people into the country, as well as to call for a welcoming attitude (Willkommenskultur) towards the refugees. It shows how, by doing so, they have contributed to the reframing of one of the founding identity narratives of the FRG, namely the one about ‘flight and expulsion’, and thus helped to redraw Germany’s identity boundaries in a more inclusive way.

42
vues

0
téléchargements
Deracialization in America: Extending or Transcending Critical Race Theory? -- Critical Race Theory (CRT) is a heterogeneous movement whose most distinctive feature is the focus on race as both a political and legal construction and a matrix of unjust and cumulative inequalities. One of its major achievements is a sophisticated critique of the ideology of color-blindness, which fails to distinguish between different dimensions of race and conflates deracialization as ultimate goal and deracialization as immediately binding constraint on state action. Paradoxically, however, because of their emphasis on the structural and seemingly insuperable character of racism, most scholars associated with CRT do not attempt to identify the instruments and mechanisms through which the social institution of race, as defined above, might be undone. This essay offers a step in that direction.

in Site du CERI Publié en 2021-10-18
17
vues

0
téléchargements
Après trois années passées en affectation CNRS à Oman, Laurent Bonnefoy a retrouvé le CERI en septembre dernier. Ce retour de terrain lui donne l’occasion de présenter ici quelques brèves réflexions, nées notamment de la crise sanitaire et de sa gestion par la société et l’Etat de ce coin, souvent négligé, de la péninsule arabique.

13
vues

0
téléchargements
Plan de l'article : - Les quatre gestes esthétiques qui rendent la possibilité de la guerre nucléaire imaginable par la fiction et le rôle de la hantise ; - La possibilité de la guerre nucléaire dans la culture populaire visuelle des années 1950 aux années 1980 ; - Comment la possibilité de la guerre nucléaire a disparu de la culture populaire visuelle après la guerre froide ; - Comment les codes du héros-guerrier-protecteur rendent la guerre nucléaire impossible : Le Chant du loup et la franchise Mission: Impossible ; - Comment rendre la guerre nucléaire imaginable

in Los aludes torrenciales de 1999 en Vargas, 20 anos después Publié en 2021-10-15
11
vues

0
téléchargements
En 1999, flujos de lodo devastaron la costa venezolana. A raíz de esta catástrofe natural de extraordinaria violencia, se hicieron muchos intentos para explicar el hecho y darle sentido. Este esfuerzo colectivo, que permitió no sólo a las víctimas sino a todo el país dar un significado al desastre, también se tradujo en la definición de acciones que pudieran evitar que esa tragedia vuelva a ocurrir. Las herramientas utilizadas para desenmarañar el desastre se refirieron a diferentes escenarios que brindaban marcos para el pensamiento y la acción. El artículo arroja luz sobre la forma en que el simbolismo religioso, el pensamiento naturalista o el discurso del riesgo convivieron y fueron apelados alternativamente por los distintos actores involucrados: instituciones, iglesias, vecinos, periodistas, políticos

14
vues

0
téléchargements
Bayram Balci et Nicolas Monceau et les dix contributeurs de Turkey, Russia and Iran in the Middle East. Establishing a New Regional Order publié dans la collection du CERI chez Palgrave explorent la complexité du conflit syrien et ses effets sur les politiques étrangères russe, iranienne et turque et sur la nouvelle gouvernance du Moyen-Orient qu’ils tentent d’opérer. Si de nombreux articles et de nombreux ouvrages ont été écrits sur ce conflit qui dure depuis plus de dix ans, aucune publication n’examine ensemble et comparativement la manière dont ces trois États y participent. Entretien avec Bayram Balci et Nicolas Monceau. Propos recueillis par Miriam Périer.

À partir d’entretiens avec des personnes converties à l’islam et d’observations ethnographiques dans une organisation musulmane américaine, cet article interroge la prévalence du registre discursif de l’individualisme religieux dans les récits de conversion. Il cherche à mettre en perspective ces récits en repérant la manière dont des organisations religieuses continuent de façonner durablement les croyances et les pratiques. Dans l’association étudiée, qui touche principalement les fractions aisées et éduquées de la population musulmane, le travail de conversion ainsi mené tire son efficacité de son euphémisation. Ce travail de conversion est aussi un travail de distinction qui traduit des préférences de classe et vise à se démarquer d’autres interprétations de l’islam.

in Site du CERI Sous la direction de Centre de recherches internationales Publié en 2021-10-13
GUEVARA Erica
4
vues

0
téléchargements
Entretien avec Erica Guevara, auteur de "L’observation électorale en Amérique latine. Acteurs, méthodes, points de vue", Etude du CERI, n° 257. Propos recueillis par Corinne Deloy.

in Centre arabe de recherches et d’études politiques de Paris (CAREP Paris) Publié en 2021-10-13
14
vues

0
téléchargements
Entretien réalisé avec Stéphanie Latte Abdallah autour de son ouvrage La toile carcérale. Une histoire de l’enfermement en Palestine (Bayard, 2021). Propos recueillis par Isabel Ruck.

17
vues

0
téléchargements
In the 1970s, the Soviet journalist and writer Aleksandr Prokhanov (born 1938) sought to initiate a new literary aesthetic based on a syncretic vision of technology and spirituality. While he represented an isolated position in conservative circles during the Soviet Union, his enthusiasm for technological modernity is now commonplace among contemporary Russian conservatives. Prokhanov has managed to evolve from the position of a fringe ideologue at the margins of the public sphere in the 1990s to a public figure whose ideas are circulated on state mass media and co-opted by political authorities since the late 2000s. This article studies the formation and circulation of Prokhanov’s reactionary modernism across the transition from the Soviet Union to post-Soviet Russia. It claims that Prokhanov’s hybrid ideology stems from his dual commitment to an anticonformist intellectual background and a loyalist state patriotism. It argues that, on top of his ability to popularize extremist ideas through their literary aestheticization, Prokhanov has successfully developed the resources of an ideological entrepreneur with leadership capacity and charismatic authority among anti-liberal milieus. In the 2000s, his discourse gained legitimacy, strategic utility and public visibility when these capacities matched a shift in the cultural and political contexts brought about by Vladimir Putin’s presidency.

in Site du CERI Publié en 2021-10-07
19
vues

0
téléchargements
A historian and specialist of the Middle East, Professor Jean-Pierre Filiu is the author of the much acclaimed Le milieu des mondes. Pour une histoire laïque du Moyen Orient, de 395 à nos jours (The Middle of the Worlds: A Secular History of the Middle East from 395 CE to the Present), in which he adopts a distinctly secular approach, exploring and giving us keys to understanding one and a half millennia of the region’s history, starting with the founding of the Eastern Roman Empire in 395 CE. Jean-Pierre Filiu answers our questions. Interview by Miriam Périer, CERI.

in Leiden Journal of International Law Publié en 2021-10-07
9
vues

0
téléchargements
This article examines how the encounter between China and international law is narrated in the English-speaking and Chinese literature and sheds light on the politics thereof. It particularly shows that the English-speaking and Chinese-speaking literature diverge as to the order of meaning in which the encounter between China and international law is registered. It demonstrates that the divergences between these bodies of literature are everything but innocent.

En Tunisie, le renouvellement générationnel des chefs d’exploitations et la dynamisation de l’environnement de la production agricole et des territoires nécessitent une intensification des opérations d’investissement portées prioritairement par des jeunes. En même temps, des investissements à même de redynamiser les territoires ruraux permettraient de combattre le chômage des jeunes en Tunisie, qui est particulièrement élevé dans les régions de l’intérieur du pays. Ce document d’orientation fournit des recommandations concrètes pour renforcer les institutions et la coordination entre elles pour promouvoir l’inclusion des jeunes agri-entrepreneurs à travers des actions de court-terme et notamment: (i) l’amélioration de la coordination entre les institutions tout au long du processus d’investissement, de l’idée du projet à l’après création, (ii) la mise en place d’espaces de coordination et d’échange d’informations entre les institutions, (iii) par la formalisation de ces espaces dont notamment les guichets uniques, (iv) l’adoption d’une approche territoriale pour l’orientation de l’investissement par les jeunes et enfin (v) la mise en place d’une formation sur le montage des projets. Le document d’orientation fait partie d’une série de notes sur la promotion de l’investissement responsable des jeunes en Tunisie portant sur (i) la coordination et le cadre institutionnel; (ii) les services financiers et des incitations à l’investissement; et (iii) l’accès à l’information et la communication. Ces notes sont le résultat des travaux de trois groupes de travail mis en place dans le cadre du Pôle de réflexion sur les investissements des jeunes agri-entrepreneurs (PRIJA) de l'Institut national de la recherche agronomique de Tunisie (INRAT), organisé en coopération avec la FAO et l'Agence de promotion des investissements agricoles (APIA).

En Tunisie, le renouvellement générationnel des chefs d’exploitations et la dynamisation de l’environnement de la production agricole et des territoires nécessitent une intensification des opérations d’investissement portées prioritairement par des jeunes. En même temps, des investissements à même de redynamiser les territoires ruraux permettraient de combattre le chômage des jeunes en Tunisie, qui est particulièrement élevé dans les régions de l’intérieur du pays. Ce document d’orientation fournit des recommandations concrètes pour renforcer l’accès des jeunes agri-entrepreneurs aux services et aux incitations financiers à travers des actions de court-terme et notamment: (1) l’amélioration de l’accès des jeunes agri-entrepreneurs aux crédits bancaires, (2) le renforcement de leur accès aux financements et incitations publiques, (3) une meilleure mobilisation des fonds en coopérant avec les partenaires technico-financiers, (4) la mise en œuvre des financements participatifs, (5) la révision du cadre législatif des organisations professionnelles afin de leur donner plus d’autonomie et plus de capacité pour la médiation en termes d’accès aux crédits et de garanties, et (6) la relance des crédits chaînes de valeurs avec une meilleure implication des banques. Le document d’orientation fait partie d’une série de notes sur la promotion de l’investissement responsable des jeunes en Tunisie portant sur (i) la coordination et le cadre institutionnel; (ii) services financiers et des incitations à l’investissement; et (iii) l’accès à l’information et la communication. Ces notes sont le résultat des travaux de trois groupes de travail mis en place dans le cadre du Pôle de réflexion sur les investissements des jeunes agri-entrepreneurs (PRIJA) de l'Institut national de la recherche agronomique de Tunisie (INRAT), organisé en coopération avec la FAO et l'Agence de promotion des investissements agricoles (APIA).

En juin 2021, le président Emmanuel Macron annonçait la transformation du dispositif engagé au Sahel. Alors que la situation sécuritaire peine à s’améliorer au Mali, au Burkina Faso et au Niger, la question de la soutenabilité de la présence militaire française est posée de plus en plus frontalement au sein des administrations et dans le champ académique. En revenant sur la manière dont ce débat a été investi par les acteurs institutionnels français (officiers, diplomates, administrateurs civils, représentants politiques), l’étude met en lumière la persistance de trois dilemmes qui structurent plus largement l’ensemble des réflexions sur la politique militaire française depuis les premières heures des indépendances.

In March 1945, Pejo Peev Draganov, a former official with the Commissariat for Jewish Affairs (Komisarstvo po evrejskite vuprosi—KEV) in Bulgaria, appeared before Chamber 7 of the People’s Courts, an emergency court established in the fall of 1944 by the coalition of the predominantly Communist Patriotic Front for the purpose of bringing to justice the alleged perpetrators of anti-Jewish crimes in Bulgaria. As the head of the Skopje transit camp, where Macedonian Jews from Vardar, a Yugoslavian province occupied by Bulgaria during the war, were imprisoned before being deported to Poland, Draganov was accused of participating in Jewish persecutions. He left the courthouse a free man. Twenty-three years later, in 1968, Draganov once again appeared before a court of justice, specifically the Hesse District (RFA) Courthouse, in response to the lawsuit brought against the former minister plenipotentiary of the Reich in Sofia during the Second World War, Adolf-Heinz Beckerle, who had negotiated the deportation of Jews from the occupied territories with the Bulgarian authorities. This time, he testified as a witness for the prosecution. This arrangement was the result of a complex negotiation between the Prosecutor’s Office of Communist Bulgaria in Sofia and the West German prosecution. By taking as an entry point the career of this former defendant (in the sense of Howard Becker), the changes in his positioning on the chessboard of justice, and his movement within the space of East-West relations, the aim of this article is to question the production of post-war justice for war crimes in Europe from a transnational perspective, with a focus on its shifts over space and time. The research is based on an extensive examination of the archives of the trials held in 1944-1945 (in Bulgaria) and 1967-1968 (in the Federal Republic of Germany) regarding the judicial systems of these two states and their troubled collaboration during the Cold War.

À partir d’une enquête sur le travail migrant réalisée au sein d’un site industriel délocalisé, les usines de l’île Maurice, cet article explore la routine d’un salariat qui échappe à l’institution libérale du marché de l’emploi. En proposant le concept de « travail illibéral », l’article met en évidence deux dimensions de l’emploi des étrangers. Celui-ci constitue tout d’abord une marchandisation empêchée du travail, solution des employeurs locaux face à un salariat local jugé trop désinvolte et trop peu engagé dans les processus de production. Sujette à une série de règles formelles ou informelles imposées par l’État, les employeurs et leurs intermédiaires, la main-d’œuvre étrangère est en effet contrainte à une disponibilité temporelle constante permettant aux industriels d’adapter les temps de travail aux fluctuations de la demande internationale. Mais le recours à l’emploi des étrangers constitue également une réforme de l’économie morale du monde industriel mauricien, une distribution nouvelle des obligations réciproques entre le « bon travailleur » et le « juste employeur » manifeste notamment lorsqu’émergent les conflits du travail.

in Migrations société Sous la direction de LACROIX Thomas, FLAMANT Anouk, Triangle : Action, Discours, Pensée Politique Publié en 2021-10-06
45
vues

0
téléchargements
Ce numéro analyse la gouvernance locale des migrations et fait état d’une nouvelle géographie de l’accueil des exilés en soulignant la coprésence de dispositifs nationaux et locaux. En outre, il met en évidence la pluralité des acteurs et des leaderships, qu’ils soient incarnés par des maires emblématiques ou par des collectifs associatifs et/ou citoyens.

Entre 1870 et 1914, dans la société française, la figure de la prostituée est construite en miroir de la haine exprimée à l’encontre de "la" femme coupable ; plus tard, à l’égard de son double perçu comme son dégradé, l’homosexuel. Des hallucinations. Un large courant scientifique participe de cette construction de la femme fautive et ultérieurement, de « l’inverti ». Il alimente les politiques d’enfermement de la prostituée jusqu’à la faire disparaître du champ social, tandis que, fascinés, les romanciers naturalistes insistent sur sa chute irrémédiable. Puis au tournant de 1900, la diffusion du mal syphilitique s’amplifie. Pour tous, le mal est un virus. Et comme tout virus, il s’échappe. En se répandant partout dans la société, il révèle que le mal ne relève pas de la seule responsabilité des femmes mais s’étend aux comportements masculins, nourrissant culpabilité et haine généralisées. Or, dans l’ombre de la prostituée et d’une société ravagée par les préjugés et les méfiances, se découpe une nouvelle silhouette, celle de l’homosexuel – que d’aucuns réduisent à la prostituée quand d’autres le dénoncent comme un vice allemand.

in Imaginaires nucléaires. Représentations de l’arme nucléaire dans l’art et la culture Sous la direction de JURGENSEN Céline Publié en 2021-10-06
DI MASCIO Julien
28
vues

0
téléchargements
Lors de son voyage officiel au Vietnam en 2016, le président américain Obama rencontre la jeunesse du pays. A une question posée par la rappeuse Suboi, il souligne que "les arts peuvent être dangereux, mais que leur suppression signifierait la disparition des rêves et des aspirations des peuples". Cette référence aux arts s'inscrit au coeur d'une diplomatie publique qui, ici, a pour cible un pays dont l'histoire bilatérale avec les Etats-Unis reste chargée de souvenirs douloureux.

in Etudes du CERI Sous la direction de Centre de recherches internationales Publié en 2021-10-05
GUEVARA Erica
4
vues

0
téléchargements
Les missions d’observation électorale, qui ont connu une croissance exponentielle au cours des trente dernières années, sont devenues un outil de légitimation des élections à l’échelle mondiale. Elles ont assumé différents rôles, qui se sont superposés au fil du temps, et les observateurs sont perçus aujourd’hui tant comme des « soignants » que comme des policiers, des juges et des experts. Une grande diversité d’acteurs nationaux et internationaux sont impliqués dans l’organisation des missions, constituant un véritable milieu professionnel. Pourtant, on sait peu de choses sur le fonctionnement concret de ces dispositifs et sur les facteurs qui déterminent la construction du regard de l’observateur. Pionnière en la matière, l’Amérique latine offre un terrain de choix pour les étudier. L’observation participante et comparée des pratiques adoptées par trois types d’acteurs (organisation internationale, organisation régionale d’autorités électorales et ONG) dans trois pays différents (l’Equateur, la Colombie et le Mexique) permet de montrer à quel point les objectifs, les méthodologies et les résultats de ces organisations diffèrent. Contrairement aux discours affichés par les gouvernements, il n’y a pas une seule mission d’observation électorale, mais plutôt de nombreux points de vue, en fonction du rôle adopté par l’organisation et des contraintes nombreuses qui pèsent sur son travail.

25
vues

0
téléchargements
L’Afghanistan est le pays qui a produit le plus grand nombre de réfugiés depuis 1979, dont la majorité vers les pays voisins. Si la grande vague migratoire dont les partis populistes européens brandissent la menace n’aura vraisemblablement pas lieu, il faut éviter une externalisation indéfinie de l’installation des réfugiés en Iran ou au Pakistan, comme l’Europe l’a fait avec la Turquie en 2016.

14
vues

0
téléchargements
Prochainement

6
vues

0
téléchargements
Cet article se penche sur les significations de la blanchité en France à partir du cas spécifique des personnes blanches qui se convertissent à l’islam. En devant musulman.es, les converti.es intègrent des espaces religieux où ils et elles se trouvent en situation de minorité numérique. Alors qu’elle passe habituellement inaperçue, leur blanchité devient très visible, suscitant des interrogations sur leur catégorisation raciale. Confrontées à des dilemmes moraux sur le positionnement éthique à adopter lorsqu’on se trouve en position de domination, les personnes blanches converties à l’islam recourent à différentes stratégies pour se présenter comme de « bon.nes musulman.es » et de « bon.nes blanc.hes ». S’appuyant sur des recherches ethnographiques et des entretiens approfondis, cet article examine les contradictions, incohérences et ambivalences qui caractérisent les identités blanches dans le contexte français.

Entretien avec François Bafoil autour des ouvrages "Politiques de la destruction. Trois figures de l'hallucination en politique" et "La Femme hallucinée. Construction de la faute sexuelle dans la société française entre 1870 et 1914", Editions Hermann, 2021.

38
vues

0
téléchargements
En septembre 2020, la Commission européenne, par la voix de sa présidente, Ursula von der Leyen, lançait le troisième Pacte européen sur l'immigration et l'asile, le premier datant de 2008 et le deuxième de 2014, soit un tous les six ans. Ce pacte, comme les précédents, n'est pas un traité mais un engagement de consensus sur des principes communs de gouvernance des migrations et de l'asile en Europe. Il nécessite, dans le contexte où il se situe, plus de compromis que les précédents : la crise syrienne de 2015 a fait apparaître le manque de solidarité des Etats membres entre eux quant à l'accueil des réfugiés syriens, le manque de confiance des États face aux propositions de " partage du fardeau " de la Commission européenne, avec les quotas de Jean-Claude Juncker et la fracture entre l'est et l'ouest de l'Europe entre les pays dits de Višegrad (Pologne, Hongrie, République tchèque, Slovaquie) et l'Europe occidentale, l'Allemagne notamment, qui a accueilli plus d'un million de demandeurs d'asile en 2015. Le nouveau Pacte demandera donc plus de temps pour être adopté à l'unanimité par le Conseil européen et, sans doute, plus de négociations, voire de marchandages. Dans le contexte actuel, suite au retrait américain d'Afghanistan et après la prise de pouvoir des Taliban, qui suscite des inquiétudes relatives à l'arrivée de nouveaux réfugiés afghans, le nouveau Pacte propose-t-il les instruments nécessaires pour formuler une réponse commune et efficace face aux prochains défis migratoires ?

Suivant