Type de Document
  • Article (14)
  • Partie ou chapitre de livre (11)
  • Audiovisuel (5)
  • Thèse de doctorat (4)
  • Voir plus
Centre de Recherche
  • Centre de sociologie des organisations (33)
  • Centre de sociologie des organisations (CSO) (11)
  • Sciences Po (1)
  • Centre de données socio-politiques de Sciences Po (1)
Discipline
  • Sociologie (43)
  • Science politique (2)
Langue
  • Français (31)
  • Anglais (10)
  • Allemand (1)
  • Espagnol (1)
  • Voir plus
in Advances in Sciences and Humanities Publié en 2019-12
8
vues

0
téléchargements
In recent years, the theme of actors and agency has made a notable reappearance in the neo-institutionalist literature, in relation in particular to what has been called institutional entrepreneurship and institutional entrepreneurs. Two recent books by M. Granovetter on the one hand, Neil Fligstein and Doug McAdam on the other, can be seen as significant examples of this “return of the actor” in American sociology. The troubling conceptual inconsistencies they contain, however, also document the incomplete integration of an action perspective into what basically remains a neo-institutionalist framework, giving epistemological priority to structure over action. This paper aims to highlight the most important of these inconsistencies and sets out to interpret them as a sign of how sociologists position themselves and their discipline in the wider field of social science, and in particular in relation to economics. It concludes by suggesting that in order to go beyond such methodological and conceptual confusion, we need to get away from a substantialist, decontextualized view of the actors’ identities and rationalities, and replace it with a relational conception of the actors’ identities and rationalities, in which their behavior would be considered to be attributes not of the actors, but of the local relational configurations and the stable patterns of transactions maintained by them.

Cet article est fondé sur une série d’entretiens menés par l’auteur avec Thomas Schelling en 1998, 2004 et 2009. Dans la première partie, l’auteur caractérise ce qu’il considère comme les traits saillants (un mode de raisonnement, un style de théorisation, un mode de recherche empirique…) de ce qu’il propose d’appeler « l’École française de sociologie de l’action collective ». Dans la deuxième partie, il utilise les extraits des entretiens menés avec Schelling pour documenter la proximité du cadre théorique et méthodologique de cette École avec nombre d’éléments qui caractérisent aussi l’approche de Schelling comme spécialiste de la négociation et analyste des dynamiques sociales, approche que Schelling lui-même a appelé « vicarious problem-solving ».

Activité de documentation scientifique réalisée par beQuali (Centre de Données Socio-Politiques), l'enquête sur l'enquête facilite la réutilisation des données de recherche mises en ligne sur beQuali.fr en livrant des informations sur la genèse et le déroulement de l’enquête. Cette enquête sur l'enquête porte sur les données de l'enquête qualitative "Comparaison des ministères de l'enseignement supérieur de France et d'Allemagne" de C. Musselin et E. Friedberg (1987-1990). Enquête sociologique portant sur les ministères de l’enseignement supérieur en France et en Allemagne, réalisée entre 1987 et 1990 par Christine Musselin, Erhard Friedberg et une équipe de chercheurs, notamment du Centre de Sociologie des Organisations, en sociologie. Le terrain repose sur la base d'entretiens semi-directifs conduits avec plusieurs personnels administratifs des ministères de l’enseignement supérieur en France et dans trois Länder allemands (Basse Saxe ; Rhénanie-du-Nord-Westphalie ; Bade-Wurtemberg). Le matériau est composé de cent-cinquante-neuf entretiens ainsi que de plusieurs documents administratifs (organigrammes) et de sociogrammes. L'enquête interroge le statut des universités en France et en Allemagne, à travers notamment les relations qu’elles entretiennent avec l’Etat ainsi qu’avec les professions universitaires. La comparaison permet de montrer des relations contrastées entre les administrations centrales et les universités entre la France et l’Allemagne. L’approche méthodologique apporte un éclairage nuancé sur des concepts centraux de la sociologie de l’action publique. Les entretiens permettent aussi de comprendre les relations de travail entre les fonctionnaires des Ministères, ainsi que les opportunités qui s'ouvrent à eux. L’analyse permet de porter un regard original sur le travail ministériel ainsi que sur les variables pesant sur la prise de décision. L'analyse qui en a découlé a conduit notamment à la publication de l'ouvrage de Erhard Friedberg et Christine Musselin, L'Etat face aux universités en France et en Allemagne, paru en 1993.

Cette note présente le dernier livre de M. Granovetter, dont l’ambition est d’exposer les fondements théoriques et conceptuels de la nouvelle sociologie économique, que l’éminent sociologue a fortement marquée de son empreinte. C’est l’occasion de faire retour à quelques-uns de ses travaux antérieurs. Au stade de la discussion critique, nous exprimons notre perplexité devant l’introduction soudaine, dans les deux derniers chapitres, de la notion d’« acteur pragmatique ». Jamais clairement défini, celui-ci ressemble trait pour trait à l’acteur de l’individualisme méthodologique, posture analytique pourtant fermement repoussée et évitée par M. Granovetter dans la première partie. Une telle incohérence conceptuelle interroge d’autant plus qu’elle peut être rapprochée d’une autre tout aussi étrange que l’on peut observer dans le dernier livre de Neil Fligstein et Doug McAdam, A Theory of Fields : après avoir présenté des acteurs qualifiés par eux de compétents et stratégiques, les auteurs leur dénient toute autonomie réelle et toute capacité à mesurer leurs engagements dans l’action collective. La note se termine en s’interrogeant sur la signification de tels flottements conceptuels et fait l’hypothèse qu’ils sont le signe d’un positionnement problématique de la sociologie dans le champ des sciences sociales plus large.

in Observing Policy-Making in Indonesia Sous la direction de FRIEDBERG Erhard, HILDERBRAND Mary Publié en 2017
7
vues

0
téléchargements
During the last15-20 years, policy schools have become a rapid growth sector in higher education. They have grown to prominence and have profiled themselves as the agents of the rationalization and modernization of public administration and public policy-marking. (beginning)

Sous la direction de FRIEDBERG Erhard, HILDERBRAND Mary Publié en 2017
7
vues

0
téléchargements
This book analyzes policy-making and implementation in Indonesia. Conducted at the School of Government and Public Policy (Indonesia), the research presented here provides original insights into the country’s public policy processes by exploring the conditions on the ground that shape implementation. The studies brought together in this volume are based on fieldwork involving interviews with various stakeholders, first-hand observations, and the collection of original documents and data. They address policy issues ranging from health insurance, district recruitment, community empowerment, and solid waste management, to tourism and the status of refugees. The result is a wealth of case-study data on policy implementation experiences in Indonesia that will benefit students, academics and practitioners alike.

in Entreprises et histoire Publié en 2016
PAVIS Fabienne
RAMANANTSOA Bernard
THOENIG Jean-Claude
TIRMARCHE Olivier
27
vues

0
téléchargements
Quand et comment l’enseignement de la sociologie des organisations a-t-il débuté en France dans les universités, les écoles, les autres établissements, en formation initiale et en formation des adultes ? Quelles ont été les expériences d’enseignement dans les années 1970 ? Où en est cet enseignement aujourd’hui ? Quels sont les apports de la sociologie des organisations ?

Au croisement de la sociologie du changement institutionnel, du travail administratif et de l’action publique environnementale, notre thèse appréhende de façon originale la question de l’autonomie du réformateur à partir d’un suivi ethnographique sur six ans du travail quotidien de cadres intermédiaires de l’administration responsables de la mise en œuvre d’une réforme des politiques territoriales de la nature : les directeurs de parcs nationaux. Après avoir démontré empiriquement, puis théoriquement à partir de leurs spécificités, l’inertie institutionnelle particulièrement forte de ces politiques publiques, nous soutenons la thèse suivante : même dans un contexte fortement contraint, l’autonomie du réformateur existe mais n'est jamais donnée ni acquise. Elle dépend étroitement de la pratique quotidienne du travail de réforme. Le réformateur doit la construire et l’entretenir. Certaines phases de la trajectoire de transformation institutionnelle s’avèrent cruciales pour cela : son démarrage et de courtes parenthèses où le réformateur peut travailler à ce que la dynamique du processus de réforme lui-même contraste fortement avec l’inertie de la politique publique. La gestion du processus de réforme, plus que sa substance, est ainsi au cœur de la construction de l’autonomie du réformateur et de l’ouverture d’une trajectoire d’innovation. Nous en montrons les modalités pratiques autour d’un travail d’interprétation, de composition et de modélisation par lequel la lecture de l’action en cours se fait de plus en plus à travers le prisme de l’expérience collective récente (de mise en œuvre de la réforme) et moins à travers celui de l’histoire lointaine sur lequel se fonde l’inertie institutionnelle.

Titre traduit : Tous propriétaires ou tous locataires ? Comment des institutions historiques de politiques urbaines, de financement et de construction de logements déterminèrent de différentes trajectoires du logement aux Etats-Unis, en France et en Allemagne La présente thèse offre une nouvelle explication des variations du taux de propriété de différents pays en mobilisant de larges parts de la littérature existante en histoire urbaine et des données portant sur les villes. La littérature existante a souvent son origine dans l’opposition des pays germanophones et des pays anglophones, les derniers montrant un taux de propriété systématiquement plus élevé que les premiers. Par une étude historique comparative des cas américain et allemand, considérés comme exemplaire pour les types de pays, la thèse essaie de répondre à la question que pose l’écart persistant entre les taux de propriété allemand et américain. La présente thèse argue que c’étaient des différences en organisations urbaines au 19e siècle et de différentes institutions de financement de logement et de construction qui ont mis les pays sur des trajectoires différentes. Elle maintient que le laissez-faire de certaines municipalités faibles a plutôt privilégie des villes périurbanisées sous formes de maisons individuelles aux États-Unis, alors que les municipalités corporatistes allemandes tendaient à mener aux villes compactes d’immeubles de rapport ; que le développement de sociétés d’épargne-logement américaines favorisait le financement de maisons en propriété individuelle, alors que les banques hypothécaires allemandes et les associations de logement privilégiaient les immeubles de location ; que l’émergence d’une production Fordiste des pavillons standardisés facilitait la vulgarisation de la propriété, alors que la production artisanale allemande la limitait. Une fois ces structures établie – ainsi va l’argument faisant allusion à la dépendance au sentier – elles furent perpétuées par des mécanismes de pouvoir de groupes d’intérêt, de fonctionnalité économique, alors que des processus de conversion du locatif en propriété ainsi que de la périurbanisation pouvaient contrecarrer cette inertie structurelle.

8
vues

0
téléchargements
La mort de Michel Crozier laisse une grande place vide dans la sociologie française. Depuis, beaucoup de choses ont déjà été écrites sur lui et tous ceux qui l’avaient côtoyé ont souligné combien cette rencontre avait changé leur regard sur les choses et avait au fond transformé leur vie. (premier paragraphe)

Its 233 video clips offer a structured encounter with those who made organization theory. 31 of the most eminent organization theorists recount their explorations and findings, and illustrate their reasoning in interpreting the unexpected results of their seminal field-studies. Some 300 articles by 59 American and European contributors document the chronology of 17 approaches to the study of organization, providing an overview of the state of the art in the discipline. Together, these materials paint a concrete and lively picture of the progressive construction of this body of knowledge from Taylor to today.

in Conflict of Interest in Governance Sous la direction de HANDSCHIN Lukas, PETERS Anne Publié en 2012
33
vues

0
téléchargements

5
vues

0
téléchargements
Les processus décisionnels d’arrêt ou de poursuite de la réanimation d’un enfant peuvent être très différents selon les services hospitaliers. Cette diversité résiste à une explication globale et oblige à chercher une interprétation locale. Le présent article revient donc sur les différentes caractéristiques qui sous-tendent l’élaboration d’une décision médicale. Chaque service construit un cadre décisionnel (à partir de modes de fonctionnement, critères médicaux, positionnements moraux, place des parents) qui permet de faire face à une si lourde incertitude et responsabilité face à la question : « quelle vie mérite d’être vécue ? ».

in Sociologie de l’action organisée. Nouvelles études de cas Sous la direction de BARTHELEMY Fabienne Publié en 2011
4
vues

0
téléchargements
Cette publication n'a pas de résumé.

Erhard Friedberg is the leader of one of the most ambitious and successful attempts to make organizational studies accessible, systematic, and fun at the same time. His Multimedia Encyclopedia in Organization Theory. From Taylor to Today (2011) is more than an encyclopedia: is an experiment which link images, voices, faces, documents, archives, in order to place the student or the reader in front of several “layers” of knowledge and learning possibilities. The beginner will find a whole set of instruments and living experiences talking about the most interesting and basic issues of organization theory, The expert will find a valuable set of information, documents, articles, images, precious to continuing her or his research or teaching activities. “From Tailor to today 2010” is no doubt a monumental work which reminds us that organization studies is and has been a living and passionate creation of real persons.

in Dictionnaire du travail Sous la direction de BEVORT Antoine, JOBERT Annette, LALLEMENT Michel Publié en 2011
4
vues

0
téléchargements

A good deal of strategic choice has been given back to organizations which have become actors of their (only partial) compliance to institutional demands that they in turn contribute to shape. The reported case about the successful modernization of the French Cancer Centers and their reinstatement as the leaders in their field contributes to better understand the role of leadership in institutional change by proposing a positional approach to institutional leadership. Cancer centers’ reformers were both central, as they were placed at the intersection of several potentially interdependent organizational fields or institutional spheres, and marginal in most, but not all of them. It was this particular position of the change-entrepreneurs and the relational constraints but also resources coming with it, that both enabled them to initiate a successful drive for the transformation of the field of cancer care, and which also greatly explained the particular form it took. Our analysis underscores the interactive nature of institutional change, where the motor of change structures and simultaneously is structured by the process it is driving and where the initiators of reform have to create their proper and specific combination of old and new in order to build an innovative dynamic.

Sous la direction de FRIEDBERG Erhard Publié en 2010
8
vues

0
téléchargements
Dans cette nouvelle version de son encyclopédie mul timédia, Erhard Friedberg (sociologue, professeur à Sciences Po) s’intéresse à l’objet qu’il a travaillé toute sa vi e, à savoir « l’organisation » (l’action collective), pour faire le point des réflexions sur le sujet et en ébaucher la généalogi e. L’encyclopédie qu’il propose permet de découvrir l’histoi re de la discipline, qui s’est construite et se développe à traver s des recherches et des réflexions interdisciplinaires (économie , anthropologie, psychosociologie et sociologie, sciences poli tiques), lesquelles ont généré de nombreuses filiations, des croi sements théoriques et des controverses. C’est une histoire vivante do nt on comprend d’autant mieux les dynamiques qu’Erhard Friedbe rg a invité, pour la raconter, quelques-unes des personnalit és les plus marquantes du champ.

in Négociations Publié en 2009
31
vues

31
téléchargements
La négociation et la règle comme le produit d’un accord après négociation sont généralement vues comme les deux concepts centraux de l’approche reynaldienne du conflit et de la régulation. De son côté, l’analyse stratégique des organisations est communément identifiée avec le couple conceptuel pouvoir et stratégie. [Premier paragraphe]

in Penser la négociation. Mélanges en hommage à Olgierd Kuty Sous la direction de VRANCKEN Didier, SCHOENAERS Frédéric, DUBOIS Christophe Publié en 2008
0
vues

0
téléchargements

Pour (re)découvrir l'Analyse sociologique des organisations Une question se pose dans toute organisation : qu’est-ce qui est le plus important, de la conception d’une action ou de sa mise en œuvre sur le terrain ? Tout est important. Mais, trop souvent, on n’a d’yeux que pour la conception et on oublie de regarder de près les conditions de la mise en œuvre, et pourtant c’est au moins aussi décisif... La mise en œuvre ne découle jamais des qualités du projet. Le projet est une chose, sa réalisation en est une autre, qui échappe au contrôle des décideurs parce que c’est une affaire d’action collective. L’action collective est une chose compliquée. Elle fait intervenir un grand nombre d’acteurs avec leurs rationalités, leurs intérêts, lesquels s’articulent dans un ordre toujours différent de celui pensé par les décideurs. Qu’apporte un regard sociologique ? Une sensibilité aux difficultés de la mise en œuvre et une capacité de les décoder. L’analyse sociologique des organisations met l’accent sur les discontinuités dans l’action sociale : le champ social n’est pas unifié, il est hétérogène et structuré par toutes sortes d’ordres locaux, partiels… Ces ordres locaux sont le produit de l’action intelligente de tous les participants. William Foote Whyte disait qu’il avait « toujours pensé que le type en bas de l’échelle était plus intelligent que ce que ses supérieurs voulaient bien reconnaître, et que ce qui l’intéressait, c’était ces situations où des gens exclus des processus de décisions finissaient par avoir une réelle influence sur le cours des choses, et que tout cela fonctionnait. » Et bien, l’analyse sociologique des organisations exige du décideur qu’il traque cette intelligence pratique de l’homme « en bas de l’échelle » et qu’il respecte la créativité dont elle est porteuse. A ce titre, elle est une sociologie profondément démocrate... L’organisation est l’instrument que les hommes se sont forgé pour pouvoir coopérer tout en gardant un minimum d’autonomie. Bien que les apparences nous la présente comme évidente, il faut la comprendre comme une construction sociale. Prendre le point de vue de l’analyse sociologique des organisations, c’est questionner l’évidence de cette construction pour en analyser les conditions de son maintien et de son développement. Prendre le point de vue de l’analyse sociologique des organisations, c’est rappeler à l’homme d’action qui demande toujours des solutions, l’importance de la compréhension et de la capacité du diagnostic. (E. Friedberg) UNE CONFERENCE PEDAGOGIQUE PAR ERHARD FRIEDBERG, concepteur avec Michel Crozier de l'analyse stratégique Une présentation claire et concrète des concepts et des outils méthodologiques, de nombreux exemples Un cheminement structuré en 6 grands thèmes : L'organisation est un processus - Les comportements sont des stratégies rationnelles - La coopération crée des relations de pouvoir - Les relations de pouvoir ne s'arrêtent pas à l'organisation - L'organisation est le produit de jeux - Aspects de méthode) ET AUSSI un QUIZ pour tester ses connaissances (180 questions) + des articles et des fiches de lecture pour approfondir + une bibliographie thématique L'organisation, un processus Points abordés L'organisation comme processus - L’organisation est un système d'acteurs - L'organisation, le produit de jeux - Les comportements sont des stratégies rationnelles - Le comportement d’un acteur se comprend par rapport à sa situation - Chercher les régularités de comportements - Les relations de coopération sont des relations de pouvoir - Le pouvoir, un rapport d’inégalité et de réciprocité - Le pouvoir ou l’échange de possibilités de comportements - Les sources d’incertitude organisationnelles - L’entreprise dans son environnement - D’où viennent les limites dans les stratégies de chacun ? - Comprendre les règles du jeu pour mieux les modifier - Du bon usage des entretiens dans l’analyse stratégique - La restitution

in French Politics, Culture and Society Publié en 2006-12
1
vues

0
téléchargements
Le mouvement social a donc gagne, pour citer Gérard Aschieri, secrétaire générale de la Fédération syndicale unitaire (FSU), principal syndicat de l'Education Nationale, qui défend comme chacun sait la population de France la plus menacée par la précarité et l'exploitation. Dans un monde un peu mieux fait que celui que nous connaissons, on aurait pu imaginer que quelqu'un dans sa sphère d’activité mette son énergie a réfléchir sur les voies et moyens pour améliorer les performances du système éducatif français. Par exemple, il aurait pu proposer des pistes d'action pour restructurer les systèmes et la gestion des carrières des enseignants pour éviter que les professeurs les plus inexpérimentés et les plus jeunes se taillent la part de lion des postes dans les collèges et les lycées difficiles (...).

in Rue Saint-Guillaume Publié en 2005-12
440
vues

0
téléchargements

9
vues

0
téléchargements

in Dictionnaire de la pensée sociologique Sous la direction de BOUDON Raymond, CHERKAOUI Mohamed Publié en 2005
4
vues

0
téléchargements

Cette recherche est consacrée à l’étude d’un processus de réforme d’établissements spécialisés dans le traitement du cancer (les 20 Centres de Lutte Contre le Cancer (CLCC) français), qui vise l’amélioration de leur performance économique et de la qualité des pratiques professionnelles. Pour étudier ce processus, nous nous sommes intéressé aux relations entre les CLCC et les autres acteurs du système de santé et nous avons montré que les relations entre offreurs de soins ne concernent pas seulement l’accès aux ressources financières et matérielles, mais aussi la maîtrise des flux de patients et des connaissances médicales. Dans cette perspective, nous avons montré en quoi les normes de pratiques médicales, promues par les Centres, constituent un outil de défense qui crée une dynamique de coopération entre eux et les autres offreurs, concourt à leur spécialisation et à l’affirmation de leur leadership scientifique, plutôt qu’un outil de contrôle au service des autorités de tutelle.

in Innovations et performances. Approches interdisciplinaires Sous la direction de FORAY Dominique, MAIRESSE Jacques Publié en 1999
14
vues

14
téléchargements
Face aux travaux des économistes, un sociologue qui, comme nous, s'intéresse à l'analyse de l'action organisée, a toujours une réaction ambivalente. Il est très à l'aise avec l'individualisme méthodologique qui constitue la posture de base du raisonnement économique, il croît reconnaître certains des concepts utilisés par les économistes : il se sent donc proche, voire admiratif devant ce qui se donne à voir comme une argumentation rigoureuse fondée sur des définitions précises à la fois des phénomènes décrits et des conditions de validité de la démonstration. Mais pour peu qu'il veuille approfondir ces correspondances ou les traduire dans ses propres raisonnements, il se rend très vite compte que les mêmes mots ne désignent pas nécessairement la même réalité. Sa réaction est alors de reprendre très vite ses distances et de dénoncer au contraire ce qui lui apparaît, à l'usage, comme un raisonnement simpliste et réducteur d'une réalité beaucoup plus complexe qu'il tente, lui, d'appréhender. Développer les échanges entre économistes et sociologues relèverait-il de l’utopie ? (premières phrases)

Suivant