Type de Document
  • Article (235)
  • Partie ou chapitre de livre (119)
  • Livre (80)
  • Working paper (54)
  • Voir plus
Centre de Recherche
  • Centre de recherches internationales (137)
  • Observatoire français des conjonctures économiques (88)
  • Observatoire sociologique du changement (80)
  • Centre d'Etudes et de Recherches de Sciences Administratives et Politiques (CERSA) (70)
  • Voir plus
Discipline
  • Science politique (324)
  • Sociologie (237)
  • Economie et finances (235)
  • Religions (72)
  • Voir plus
Langue
  • Français (423)
  • Anglais (277)
  • Portugais (2)
  • Allemand (1)
  • Voir plus
Projet
  • TRUST (2)
The prevalence of algorithmic recommendations has raised public concern about undesired societal effects. A central threat is the risk of polarization, which is difficult to conceptualize and to measure, making it difficult to assess the role of Recommender Systems in this phenomenon. These difficulties have yielded two types of analyses: 1) purely topological approaches that study how recommenders isolate or connect types of nodes in a graph, and 2) spatial opinion approaches that study how recommenders change the distribution of users on a given opinion scale. The former analyses prove inad- equate in settings where users are not classified into categorical types (e.g., in two-party systems with binary social divides), while the latter rely on synthetic data due to the unobservability of opin- ions. To overcome both difficulties we present the first analysis of friend recommendations acting on real-world sub-graphs of the Twitter network where users are embedded in multidimensional ideological spaces and in which dimensions are indicators of atti- tudes towards issues in the public debate. We present a polarization metric adapted to these dual topological and spatial states of social network, and use it to track both the evolution of polarization on Twitter networks where the graph evolves following well-known Recommender Systems, and opinions co-evolve following a De- Groot opinion model. We show that different recommendation principles can sometimes drive or mitigate polarization appearing in real social networks.

This study provides a large-scale mapping of the French media space using digital methods to estimate political polarization and to study information circuits. We collect data about the production and circulation of online news stories in France over the course of one year, adopting a multi-layer perspective on the media ecosystem. We source our data from websites, Twitter and Facebook. We also identify a certain number of important structural features. A stochastic block model of the hyperlinks structure shows the systematic rejection of counter-informational press in a separate cluster which hardly receives any attention from the mainstream media. Counter-informational sub-spaces are also peripheral on the consumption side. We measure their respective audiences on Twitter and Facebook and do not observe a large discrepancy between both social networks, with counter-information space, far right and far left media gathering limited audiences. Finally, we also measure the ideological distribution of news stories using Twitter data, which also suggests that the French media landscape is quite balanced. We therefore conclude that the French media ecosystem does not suffer from the same level of polarization as the US media ecosystem. The comparison with the American situation also allows us to consolidate a result from studies on disinformation: the polarization of the journalistic space and the circulation of fake news are phenomena that only become more widespread when dominant and influential actors in the political or journalistic space spread topics and dubious content originally circulating in the fringe of the information space.

25
vues

0
téléchargements
Le président américain est plus policé, moins imprévisible que son fantasque prédécesseur, mais il maintient un discours ferme contre la Chine et resserre les relations avec les alliés traditionnels de Washington pour faire front commun face à Pékin.

Traditionally, the opinion of people on different issues of public debate has been studied through polls and surveys. Recent advancements in network ideological scaling methods, however, have shown that digital behavioral traces in social media platforms can be used to mine opinions at a massive scale. Yet this has been shown to work in the US for one-dimensional opinion scales, best suited for two-party systems and binary social divides. In this article, we use multidimensional ideological scaling together with referential attitudinal data for some nodes. We show that opinions can be mined in a multitude of issues from social networks, embedding them in ideological spaces where dimensions stand for indicators of positive and negative opinions towards issues of public debate. This method does not require text analysis and is thus language independent. We illustrate this approach on the Twitter follower network of French users leveraging political survey data.

in Déviance et société Publié en 2021-06
JARDIN Antoine
ROBERT Philippe
ZAUBERMAN Renée
3
vues

0
téléchargements
Comment la surexposition de la région parisienne à la victimation et à l’insécurité se décline-t-elle dans la diversité de ses territoires ? Dans le but de répondre à cette question, l'étude a subdivisé la région parisienne en unités territoriales caractérisées par leurs victimations, leur insécurité, leur composition socioprofessionnelle et migratoire et leurs comportements électoraux. Le croisement de ces données produit une typologie qui confronte les différentes combinaisons de la victimation et de l’insécurité à la diversité de la composition sociale et politique des territoires en Île-de-France.

Sous la direction de BISMUTH Régis, DUNIN-WASOWICZ Jan, M. NICHOLS Philip Publié en 2021-05 Collection Transnational Law and Governance
13
vues

0
téléchargements
The last twenty years have witnessed an astonishing transformation: the fight against corruption has grown from a handful of local undertakings into a truly global effort. Law occupies a central role in that effort and this timely book assesses the challenges faced in using law as it too morphs from a handful of local rules into a global regime. The book presents the perspectives of a global array of scholars, of policy makers, and of practitioners. Topics range from critical theoretical understandings of the global regime as a whole, to regional and local experiences in implementing and influencing the regime, including specific legal techniques such as deferred prosecution agreements, addressing corruption issues in dispute resolution, whistleblower protection, civil and administrative prosecutions, as well as blocking statutes. The book also includes discussions of the future shape of the global regime, the emergence of transnational compliance standards, and discussions by leaders of international organizations that take a leading role in the transnationalization of anti-corruption law. The Transnationalization of Anti-Corruption Law deals with the most salient aspects of the global anti-corruption regime. It is written by people who contribute to the structure of the regime, who practice within the regime, and who study the regime. It is written for anyone interested in corruption or corruption control in general, anyone with a general interest in jurisprudence or in international law, and especially anyone who is interested in critical thinking and analysis of how law can control corruption in a global context.

Sous la direction de BEZES Philippe, DESCAMPS‎ Florence, KOTT‎ Sébastien Publié en 2021-04 Collection Histoire économique et financière - XIXe-XXe
79
vues

0
téléchargements
Lancée en France en 1968, la rationalisation des choix budgétaires, dite RCB, constitue une séquence importante des politiques de réforme de l’État sous la Ve République. Elle est la première tentative d’une introduction généralisée du management dans la gestion des finances publiques. Croisant les approches d’historiens, de sociologues, de politistes et de juristes, cet ouvrage rassemble des enquêtes originales qui analysent les nombreuses dimensions de cette politique  : la genèse et le développement des savoirs et des techniques de rationalisation des choix budgétaires ; le processus de réforme, les coalitions et les luttes de pouvoir au sein de l’appareil d’État auxquelles il donne lieu ; enfin, son institutionnalisation dans l’administration française, ainsi que les appropriations variées dont la RCB a fait l’objet dans les différents ministères. Ce livre est le troisième volume d’une série d’ouvrages sur l’histoire de la gestion des finances publiques au xixe et au xxe siècle. Le premier volume (1815‑1914) étudiait le développement intriqué d’un droit public financier et des premiers instruments gestionnaires lui donnant corps dans l’administration. Le deuxième volume (1917‑1967) mettait en évidence la figure dominante du contrôle, sous toutes ses formes, appliqué à la dépense et à la gestion des services publics. En étudiant les dynamiques de réforme rangées sous le nom de rationalisation des choix budgétaires, le présent ouvrage montre comment la RCB se situe à la charnière de deux périodes et de deux conceptions du pilotage de l’État central : celle de la planification et des instruments de programmation de l’action publique ; celle du management public et du développement des méthodes modernes de gestion.

in Le moment RCB ou le rêve d’un gouvernement rationnel (1962-1978). L’invention de la gestion des finances publiques (vol.3) Sous la direction de BEZES Philippe, DESCAMPS‎ Florence, KOTT‎ Sébastien Publié en 2021-04
18
vues

0
téléchargements
1ères lignes : Dès sa préparation à partir de 1967 et son lancement en janvier 1968, la rationalisation des choix budgétaires (RCB) fait l’objet de réflexions avancées de la part de ses promoteurs qui portent sur les conditions de son développement et de son succès. Encore balbutiante dans sa présentation théorique initiale et structurée par un ensemble de dispositifs et d’instruments micro-économiques et gestionnaires dont la cohérence reste à construire, la mise en œuvre de la RCB soulève d’entrée de jeu des problèmes de formation des agents du ministère de l’Économie et des Finances et des ministères sectoriels appelés à en mobiliser les principes et les techniques. La RCB impose en effet un langage technique nouveau que peu d’acteurs maîtrisent, qui n’est ni connu ni harmonisé, et qui pose deux problèmes d’action collective. D’un côté, la réforme engage des coûts d’investissement et d’apprentissage liés à la mise en place d’une communauté de spécialistes au sein du ministère de l’Économie et des Finances mais aussi dans chaque ministère.

in Le moment RCB ou le rêve d’un gouvernement rationnel (1962-1978). L’invention de la gestion des finances publiques (vol.3) Sous la direction de BEZES Philippe, DESCAMPS‎ Florence, KOTT‎ Sébastien Publié en 2021-04
KOTT‎ Sébastien
18
vues

0
téléchargements
1ères lignes : Troisième volume d’une histoire au long cours, Le moment RCB ou le rêve d’un gouvernement rationnel (1962-1978) caractérise une étape clé du déploiement de la gestion des finances publiques dans la France contemporaine. Le premier temps (1815-19141) fut marqué par le lent développement, très intriqué, d’un droit budgétaire et comptable et d’instruments pratiques lui donnant corps dans l’administration : y alternaient la domination de préoccupations juridiques (la définition des comptes, la mise en place de procédures, la détermination de responsabilités spécifiques et des contrôles afférents) et la formalisation de considérations gestionnaires (un contrôle des actions et des réalisations des ministres et de leurs agents administratifs, élaboration d’outils de comparaison des coûts et résultats de l’action publique). La thèse défendue était celle d’un mouvement parallèle et d’une hybridation originelle des rationalités juridiques et gestionnaires. D’un côté, on observait la patiente construction d’un droit budgétaire et comptable organisant progressivement les rapports entre les institutions (gouvernement, Chambres du Parlement) et distribuant les rôles joués par des acteurs administratifs (le ministère des Finances, la Cour des comptes).

in Analyses pluridisciplinaires sur la crise sanitaire COVID-19 en Turquie Sous la direction de BALCI Bayram, BOURMAUD Philippe, KAYA Sümbül Publié en 2021-03-04
BOURMAUD Philippe
KAYA Sümbül
51
vues

0
téléchargements
Plan du chapitre : - Se souvenir des épidémies anciennes... ; - Une gestion du COVID-19 alla turca qui ne confine pas l’autoritarisme… ; - Une crise entraînant une autre : le vacillement de l’économie turque…

Sous la direction de BALCI Bayram, BOURMAUD Philippe, KAYA Sümbül Publié en 2021-03-04 Collection La Turquie aujourd’hui : 28
10
vues

0
téléchargements
L’objet de ce dossier vise à croiser les regards et les approches disciplinaires pour proposer des analyses plurielles de la crise sanitaire COVID-19 en Turquie. Les différentes approches font émerger des questionnements transversaux. Un premier questionnement tient à la pertinence des différents pouvoirs (locaux, étatiques, internationaux) face à des épidémies qui présentent toutes des spécificités, tant du point de vue de la diffusion et de la prévention, que des savoirs ou de la prise en charge. Une deuxième interrogation transversale porte sur la compénétration des pratiques et rituels sociaux et des dispositifs techniques. Les épidémies transforment le quotidien en validant ou répudiant certaines pratiques, et en induisant des réponses techniques qui sont à leur tour ritualisées. Comment interpréter cette transformation des pratiques ? Un troisième questionnement porte sur la frontière entre experts et profanes et à son évolution dans la temporalité de la pandémie. L’idée qu’un événement de l’ampleur d’une épidémie nécessitait une réponse organisée, et par conséquent un pilotage politico-sanitaire surplombant s’est heurtée à la durée de la pandémie, à l’évolution des connaissances à son sujet et à la compétition des objectifs stratégiques des politiques publiques, même lorsque ceux-ci, la santé et l’économie notamment, ne pouvaient aller l’un sans l’autre.

29
vues

0
téléchargements
1ères lignes : Le concept de rationalisation occupe une place centrale dans les travaux de Max Weber. Dans les écrits du sociologue allemand, il est à rattacher à une famille de mots construits à partir d’une racine commune, celle de ratio-raison. L’index des œuvres complètes de M. Weber (Baier, Hübinger, Rainer Lepsius, Mommsen, Schluchter & Winckelmann, 1984-2020) recense six occurrences principales (rationalité, irrationalité, rationnel, rationalisme, rationalisation, irrationalisation) auxquelles sont associées de nombreuses qualifications. Dans cet ensemble singulier, le terme « rationalisation » représente à lui seul le tiers des occurrences. Une rapide exploration du corpus des mots-clés montre également que les usages du concept ont été très inégaux. Absent des premiers travaux de M. Weber, l’expression fait une timide entrée dans les écrits consacrés à la méthodologie des sciences sociales. L’utilisation s’intensifie ensuite, principalement dans les travaux dédiés à la musique, au droit et à l’éthique économique des grandes religions. La carrière du concept est également liée aux préoccupations qui, selon Marianne Weber (1984 [1926]), deviennent prioritaires pour son époux à partir des années 1910 : celles relatives à la singularité de la civilisation occidentale regardée du point de vue de la rationalisation. Pour alimenter une telle interrogation, Max Weber a notamment, mais non exclusivement, associé la rationalisation à un modèle de développement historique marqué par la prédominance de l’action rationnelle par rapport aux moyens, elle-même orientée par des normes et régulations toujours plus formalisées et abstraites…

in L’Année sociologique Sous la direction de BEZES Philippe, BILLOWS Sebastian, DURAN Patrice, LALLEMENT Michel Publié en 2021-03
17
vues

0
téléchargements

in Sociological Science Publié en 2021
TIMMERMANS Stefan
32
vues

0
téléchargements
We propose an abductive logic of scientific inference for quantitative research. The advent of computational sociology has exposed the limitations of a deductive logic of inquiry for quantitative researchers due to a lack of traditional sociological variables and an abundance of unfamiliar variables and data formats, complicating hypothesis testing. In response, some researchers have embraced inductive inference, but inductive analysis without theoretical guidance risks producing atheoretical findings. An abductive logic of inquiry rests on developing new theoretical insights based on surprising research results in light of existing theories. In computational sociology, such surprising findings can be cultivated by taking advantage of the analytical potential of scaled-up data and developing flexible analytical and visualization procedures. We illustrate these tactics with a surprising finding in a study of the labor supply decisions of New York City yellow cab drivers.

Sous la direction de BENOÎT Cyril, DEL SOL Marion, MARTIN Philippe Publié en 2021-01
36
vues

0
téléchargements
Research has paid little attention to date on how European Union law and regulation affect both the public-private mix in healthcare and the organization of private health insurance as an industry. Filling this gap, this collective book provides insights on the political economy of EU insurance regulation, its impact on private health insurers and on its interactions with domestic healthcare policy-making in four countries. Assembling original contributions drafted by a multidisciplinary team, Private Health Insurance and the European Union offers a thorough examination of a largely unrecognized source of EU influence in healthcare – and sheds a new light on the role played by private actors in social policy.

41
vues

0
téléchargements
This article presents the first reassessment of the strategic rationality and credibility of French nuclear weapons policy before 1974. Building on untapped primary material from across the world as well as technical analysis, it shows that early Cold War French nuclear weapon procurement and deployment are incompatible with a precise grand design and the requirements of strategic rationality. The first generation of French nuclear forces also lacked technical credibility, despite reliance on outside help. Several French officials knew about it, as did their allies and adversaries. These findings de-exceptionalise French nuclear history and challenge conventional wisdom about Cold War nuclear history.

89
vues

0
téléchargements
Grâce à sa campagne anti-corruption, son offensive contre les ONG, les religions et les minorités nationales, et son culte de la personnalité, Xi Jinping a renforcé son pouvoir sur le Parti et l’emprise du Parti sur la société.

in 2020 IEEE/ACM International Conference on Advances in Social Networks Analysis and Mining (ASONAM) Publié en 2020-12
82
vues

0
téléchargements
Multidimensional scaling in networks allows for the discovery of latent information about their structure by embedding nodes in some feature space. Ideological scaling for users in social networks such as Twitter is an example, but similar settings can include diverse applications in other networks and even media platforms or e-commerce. A growing literature of ideology scaling methods in social networks restricts the scaling procedure to nodes that provide interpretability of the feature space: on Twitter, it is common to consider the sub-network of parliamentarians and their followers. This allows to interpret inferred latent features as indices for ideology-related concepts inspecting the position of members of parliament. While effective in inferring meaningful features, this is generally restrained to these sub-networks, limiting interesting applications such as country-wide measurement of polarization and its evolution. We propose two methods to propagate ideological features beyond these sub-networks: one based on homophily (linked users have similar ideology), and the other on structural similarity (nodes with similar neighborhoods have similar ideologies). In our methods, we leverage the concept of neighborhood ideological coherence as a parameter for propagation. Using Twitter data, we produce an ideological scaling for 370K users, and analyze the two families of propagation methods on a population of 6.5M users. We find that, when coherence is considered, the ideology of a user is better estimated from those with similar neighborhoods, than from their immediate neighbors.

Cette thèse étudie les rapports ordinaires des agriculteurs aux démarches administratives en France et en Espagne, dans le contexte de la programmation 2014-2020 de la Politique agricole commune (PAC). Elle permet de comprendre comment le travail administratif, à l’interface des gouvernants et des gouvernés, influence la façon dont les politiques publiques produisent des effets sur les citoyens et leur rapport au politique. L’enquête s’appuie sur une approche comparative et « par le bas » de l’action publique. Elle s’est déroulée dans plusieurs espaces (privés, administratifs, syndicaux) et à plusieurs niveaux (local, national et européen) de la mise en œuvre de la PAC, en France et en Espagne. Elle repose sur des observations, des analyses de sources écrites et 151 entretiens individuels et collectifs avec des agriculteurs et des acteurs publics ou privés qui participent à la mise en œuvre. Les résultats montrent que les expériences administratives des agriculteurs revêtent trois dimensions : la matérialité des démarches ainsi que le jugement des agriculteurs à leur égard sont proches en France et en Espagne, tandis que les coûts qu’elles occasionnent sont plus importants en France. Les médiations administratives des aides, aux guichets et dans les espaces nationaux de mise en œuvre de la PAC, expliquent les variations entre les deux pays. La complexité administrative ressentie par les agriculteurs produit ensuite des policy feedbacks : elle participe à transformer les identités professionnelles, favorise un sentiment de disqualification sociale, encourage la défiance politique et décourage la mobilisation collective, pour un effet cependant marginal sur les agendas de réforme de la PAC.

Publié en 2020-10
AGHION Philippe
BUNEL Simon
26
vues

0
téléchargements
La destruction créatrice est le processus par lequel de nouvelles innovations viennent constamment rendre les technologies et activités existantes obsolètes. C’est le processus par lequel les emplois nouvellement créés viennent sans cesse remplacer les emplois existants. Ce livre invite le lecteur à repenser l’histoire et les énigmes de la croissance à travers le prisme de la destruction créatrice et à remettre en cause nombre d’idées reçues. Pourquoi les révolutions technologiques et l’automatisation créent plus d’emplois qu’elles n’en détruisent. Pourquoi concurrence et politique industrielle ne sont pas antinomiques. Pourquoi l’impôt n’est pas le seul moyen de rendre la croissance plus juste. Pourquoi la croissance n’est pas correctement mesurée. Pourquoi la stagnation séculaire n’est pas une fatalité. Pourquoi l’industrialisation n’est pas une étape indispensable dans le processus de développement. Pourquoi la taxe carbone n’est pas l’unique levier d’une croissance plus verte. Pourquoi, avec des politiques publiques appropriées, la destruction créatrice ne nuit pas à la santé et au bonheur. Pourquoi l’innovation a besoin du marché, de l’État, mais également d’une intervention active de la société civile. Le Pouvoir de la destruction créatrice est à la fois une exploration des ressorts de la prospérité économique et un guide pour penser l’avenir du capitalisme. [Résumé éditeur]

in Le monde d'aujourd'hui Sous la direction de LAZAR Marc, PLANTIN Guillaume, RAGOT Xavier Publié en 2020-10
67
vues

0
téléchargements
Ce chapitre repose sur une contribution collective de l’équipe impliquée dans la conception et l’analyse de l’enquête Faire face au Covid-19 (CoCo) (OSC, CDSP). Il en expose les premiers résultats. Comment la société a-t-elle pu faire face à ce contexte brutal et inédit qu’est le confinement ? Quels ont été les déterminants les plus décisifs ayant modulé l’expérience quotidienne du confinement et quels furent les accélérateurs ou les amortisseurs de la pression sociale et économique qu’il a déclenchée? Faire face a-t-il induit des transformations profondes de notre système social ou plutôt donné lieu à des ajustements locaux, de faible ampleur et réversibles à moyen ou long terme ? Le dispositif empirique permet de décrire et parfois d'évaluer de manière quasi-expérimentale les transformations qui se sont produites avec le confinement et en particulier les changements dans les pratiques sociales concrètes (vie familiale, travail, relations sociales, éducation, loisirs, etc.), dans des indicateurs subjectifs de bien-être, dans des indicateurs de santé physique ainsi que dans les attitudes politiques et les valeurs.

in Le Religieux dans les conflits armés contemporains Sous la direction de PORTIER Philippe, RAMEL Frédéric Publié en 2020-09-16
PORTIER Philippe
63
vues

0
téléchargements
[Résumé de l'ouvrage] On a pu souligner l’importance du facteur confessionnel dans les conflits armés contemporains, interétatiques mais aussi intraétatiques. Cet ouvrage ambitionne de proposer un schéma d’analyse de cette situation nouvelle, en refusant la thèse de la fatalité belligène du religieux.

Sous la direction de PORTIER Philippe, RAMEL Frédéric Publié en 2020-09-16 Collection Rencontres : 460
84
vues

0
téléchargements
On a pu souligner l’importance du facteur confessionnel dans les conflits armés contemporains, interétatiques mais aussi intraétatiques. Cet ouvrage ambitionne de proposer un schéma d’analyse de cette situation nouvelle, en refusant la thèse de la fatalité belligène du religieux.

in Michel Rocard Premier Ministre Sous la direction de BERGOUNIOUX Alain, FULLA Mathieu Publié en 2020-09
29
vues

0
téléchargements
1ères lignes : Cette idée selon laquelle rien de sérieux ne se fait sans un temps long, vous la retrouverez dans deux des politiques que j’ai lancées depuis Matignon. L’une d’elles est la politique dite de « renouveau du service public » que j’ai conduite presque uniquement par décrets. Rénover l’État est une tâche impossible. Elle exigerait une vingtaine d’années de continuité dans la volonté des pouvoirs publics. La probabilité pour qu’existe une telle volonté de continuité est nulle. C’est ça, le drame de la réforme de l’État, outre le fait qu’elle ne peut relever d’un seul texte – ça c’est une pensée idiote comme la droite en est pleine ; elle ne comprend que le marché ; l’État n’est pas un de ses objets de réflexion.

in Esprit Publié en 2020-07-20
83
vues

0
téléchargements
Plan de l'article : 1) Pékin désespère de ses partisans ; 2) Pékin prend les choses en main ; 3) Sacrifier Hong Kong ?

in Research Briefs in Economic Policy Publié en 2020-07
AGHION Philippe
BUNEL Simon
JARAVEL Xavier
5
vues

0
téléchargements
What are the effects of automation in the labor and product markets? A host of factors may be at play. Automating the production process may displace certain workers, raising the possibility of technological unemployment, but these displacement effects could be offset by a productivity effect. Automation may induce productivity gains, increase market demand and the scale of production, and in turn increase labor demand. Depending on the extent to which productivity gains are passed through to consumers by producers, consumers could benefit from lower prices or producers could retain higher profits. Finally, because of business-stealing effects from firms that automate and displace their competitors, the industry-level employment and the price and profit effects of automation may differ from their firm-level or plant-level impacts. [First paragraph]

in OFCE Policy Brief Publié en 2020-06-26
JUSOT Florence
BERTOCCHIO Jean-Philippe
VENTELOU Bruno
WITTWER Rico
5
vues

0
téléchargements
En France, l'entame d'une sortie du confinement depuis le 11 mai s'est accompagnée de préconisations visant à réduire les contacts pour les populations dites « vulnérables », c'est-à-dire à risque accru de formes graves de Covid-19 en raison de leur âge ou de leurs pathologies. Ainsi, le décret du 5 mai 2020 définit la « vulnérabilité » au sens de l'article 20 de la Loi du 25 avril 2020, c'est-à-dire comme pouvant donner droit au dispositif d'activité partielle. Selon nos estimations, en excluant les critères liés à l'âge, la France métropolitaine compte 12,6 millions de personnes vulnérables soit 24 % de la population. Même si la prévalence des pathologies à risque est liée à l'âge, elle reste importante aux âges actifs et même si un nombre important de personnes vulnérables sont hors de l'emploi, en raison de leur âge, mais aussi de la sélection par la santé dans l'emploi, ce sont 4,8 millions de personnes vulnérables qui occupent un emploi, soit 17,5 % des personnes en emploi. Si la pratique du télétravail est théoriquement possible pour certains ces travailleurs, 3,5 millions d'actifs occupés répondraient aux critères de vulnérabilité sans possibilité de travailler à distance dont 2,8 millions de salariés. Ceux-ci sont concentrés parmi les artisans et les commerçants, les ouvriers et dans une moindre mesure les employés. De même, les salariés des secteurs de l'agriculture, du commerce, de la construction, ou encore de l'industrie agroalimentaire sont plus impactés du fait à la fois d'une prévalence plus forte de la vulnérabilité et d'autre part d'une propension à télétravailler plus faible que les cadres ou les professions intermédiaires. Selon nos estimations, sous l'hypothèse que l'ensemble des salariés éligibles à l'activité partielle pour vulnérabilité y recourt, et sous l'hypothèse que ces derniers ne sont pas déjà en activité partielle pour cause de baisse de l'activité de leur entreprise, l'indemnisation des 2,8 millions de salariés concernés coûterait 2,8 milliards d'euros par mois à l'État et l'Unedic et 400 millions d'euros aux entreprises. Si la question du recours aux dispositifs de protection, que nous discutons en détail, est centrale pour appréhender les conséquences économiques de la protection des salariés vulnérables, notre évaluation permet d'estimer l'impact économique de mesures de reconfinement ciblées qui pourraient être mises en place en cas de rebond épidémique et qui se traduiraient par un retrait systématique des personnes vulnérables en emploi ne pouvant pas télétravailler. Ces mesures ciblées permettraient d'atténuer le choc économique d'un reconfinement.

in Esprit Publié en 2020-06-24
33
vues

0
téléchargements
[...] De juin à décembre dernier, des millions de Hongkongais ont manifesté, chaque semaine d’abord, pour exiger l’abandon d’un article prévoyant l’extradition des criminels recherchés par Pékin vers la République populaire, puis, une fois cet objectif obtenu, pour demander l’instauration d’élections au suffrage universel direct. Les dirigeants de Pékin sont convaincus qu’il n’existe pas de mouvement populaire spontané et que ce mouvement a été lancé par les États-Unis, qui veulent faire de Hong Kong un territoire indépendant pour déstabiliser le Parti. Qu’importe que les élections aux conseils de district, en novembre dernier, se soient traduites par un raz-de-marée en faveur des démocrates : ce sont les forces étrangères hostiles qui se cachent derrière ces protestations ; il faut donc mettre un terme à leurs agissements. [...]

Sous la direction de LEGOIS Jean-Philippe, VIOLEAU Jean-Louis Publié en 2020-06 Collection Inter-National
2
vues

0
téléchargements
Les auteurs s'interrogent sur les rapports qu'entretiennent mouvements étudiants et institution universitaire au fil du XXe siècle, en France et ailleurs dans le monde. La contestation voire la rupture font bel et bien partie intégrante de l'institution, cette « histoire faite chose » pour reprendre la définition de Pierre Bourdieu. Elles en font partie intégrante en tant que formes extrêmes et paradoxales, pourtant constituantes. À travers les mouvements étudiants, émergent des identités d'université et des identités étudiantes. Mais comment les qualifier au juste ?

How disruptive is Covid-19 to everyday life? How is the French population experiencing the lockdown? Is it magnifying inequalities and affecting social cohesion? The CoCo project sheds lights on these pressing questions by comparing living conditions in France before, during, and after the lockdown. This is the third of a series of research briefs. We explore how French society has coped with the first 6 weeks of the lockdown, particularly as regards the transformation of working conditions and social life. We also continue to monitor self-reported health and well-being.

Suivant