Co-auteur
  • BAFOIL François (10)
  • LEPESANT Gilles (3)
  • FODOR Ferenc (2)
  • BEAUMELOU Fabienne (1)
  • Voir plus
Type de Document
  • Partie ou chapitre de livre (6)
  • Article (3)
  • Rapport (3)
  • Numéro de périodique (1)
  • Voir plus
in Ceriscope Pauvreté Sous la direction de Centre de recherches internationales, DURAND Marie-Françoise, LEQUESNE Christian Publié en 2012-02
2
vues

0
téléchargements
The challenges facing cohesion policies have multiplied in recent years. This article seeks to illustrate the contribution made by European social funds to European cohesion, as well its limits. It analyzes the extent to which the European Union can encourage the development of social inclusiveness even though the authority over social issues remains with the member states and the European Union was founded on the basis of economic considerations. The article questions the value added of European social cohesion funds and the division of responsibilities among the various levels of governance.

in Décentralisation énergétique et innovations territoriales Sous la direction de BAFOIL François Publié en 2016-02-04
4
vues

0
téléchargements
A l’instar de l’Ecosse, le modèle énergétique de la ville d’Aberdeen se caractérise par un paradoxe : comment transformer une économie reposant essentiellement sur le gaz et le pétrole en un modèle de développement bas carbone ? Sans renier la manne financière que représente encore à court terme les énergies fossiles, l’Ecosse poursuit également une stratégie de déploiement d’énergie bas carbone dans le secteur de l’électricité et de la chaleur. Elle a même défini des objectifs renouvelables ambitieux visant à atteindre 100% de la demande d’électricité et 11% de la demande de chaleur d’ici 2050. Si l’Ecosse est en bonne voie pour réaliser son ambition dans le secteur électrique, il n’en va pas de même dans le secteur du chauffage pour lequel les incitations et régulations ont été mises en place tardivement...

in Accès à l’énergie en Europe. Les précaires invisibles Sous la direction de BAFOIL François, BAFOIL François, FODOR Ferenc, LE ROUX Dominique Publié en 2014-03
6
vues

0
téléchargements
En moins de deux décennies, l’Allemagne s’est trouvée confrontée à trois enjeux majeurs qui ont contribué à façonner sa politique énergétique : celui de l’unification nationale qui a renforcé les composantes de monopole des entreprises du secteur énergétique ouest-allemand antérieurement existantes ; celui de la libéralisation du marché électrique sous l’égide de la directive de 1996 de l’Union européenne, qui a mis en cause l’unité des partenaires professionnels ; celui enfin de la réaffirmation de l’État par l’intermédiaire de la politique dite de « transition énergétique » (Energiewende), qui a été accélérée par la chancelière Angela Merkel en 2011. Ce sont autant de chocs qui ont modifié le système allemand connu pour sa très forte cohésion institutionnelle et qui ont entraîné un plus grand pluralisme parmi les acteurs énergétiques. La question est de savoir si ces différents chocs ont favorisé une meilleure redistribution, une meilleure intégration ou bien un accroissement des polarisations.

Penser l’autonomie énergétique par le biais des énergies renouvelables, c’est penser plusieurs formes de changement qui affectent le secteur énergétique et la gouvernance, et plus généralement les échanges entre acteurs publics, privés, associatifs et citoyens pour un questionnement qui porte d’un côté sur les relations d’échanges au sein des gouvernances nationales et de l’autre, sur l’action collective. La question ultime est de savoir si les innovations mises en œuvre dans le secteur énergétique à l’échelle des territoires traités dans cette étude favorisent une plus grande inclusion sociale et une participation démocratique accrue. Les territoires en question sont Malmö, Brest, Grenoble, Aberdeen, le Land de Brandebourg, la région du Haut-Adige et Katowice...

in Critique internationale Publié en 2004-10
BEAUMELOU Fabienne
LHOMEL Edith
PERRON Catherine
10
vues

10
téléchargements
Alors que les huit premiers pays d’Europe centrale et orientale sont officiellement devenus membres de l’UE, une évaluation des jumelages, instrument mis en place par la Commission en 1998 dans le cadre du programme PHARE semble opportune. Il s’agit dans un premier temps d’analyser le fonctionnement de cet outil et les types d’interactions entre les différents acteurs en jeu. On pourra ainsi mettre en évidence l’adaptation ou non des procédures aux objectifs qui visent l’harmonisation et la convergence entre les différents systèmes, la qualité de la prise en compte des besoins et des attentes des participants et pour finir la réussite du processus d’européanisation. L’enjeu central étant in fine celui de l’apprentissage des bonnes pratiques, comme processus d’accompagnement, d’imitation, de correction et en fin de compte d’adaptation des règles et normes de l’UE.

Entretien avec Rachel Guyet, auteur avec François Bafoil et en coopération avec Lise Desvallées d'un rapport rédigé à l’attention de la Fédération des entreprises sociales pour l'habitat.

Ce rapport se compose d'un "executive summary" (1. Exposé de la problématique française qui se pose en matière de précarité énergétique aux acteurs que sont a. le bailleur b. le locataire c. les associations sociales d. l’État ; 2. Recommandations ; 3. Principaux résultats sous forme de tableaux comparés des trois sites français ; 4. Principaux résultats sous forme de tableaux comparés des trois pays étrangers) et de 6 monographies (Paris ICF – Les Hauts de France SIA ; Nancy Metz Batigère Nord Est ; Londres Poplar Harca ; Aberdeen Grampian ; Berlin ; Barcelone)

24
vues

24
téléchargements
Rédigé en 2013 à la demande de la Caisse des Dépôts et Consignations, ce rapport consacré aux énergies renouvelables (EnR) s’organise autour de quatre études conduites à l’échelle nationale (France, Grande-Bretagne, Allemagne, Pologne) par Rachel Guyet et Kamila Waciega. Pour chacun de ces pays, un focus régional (également rédigé par Rachel Guyet et Kamila Waciega) reposant sur des enquêtes de terrain permet de mesurer à l’échelle des territoires (la Silésie en Pologne, la région de Liverpool en Grande-Bretagne, le Bade-Wurtemberg en Allemagne, le Nord-Pas-de-Calais en France) les potentiels et les difficultés de la mise en oeuvre des stratégies de valorisation des énergies renouvelables. Un premier chapitre rédigé par Gilles Lepesant précise le cadre européen de ces stratégies locales et nationales. Rédigée par François Bafoil, l’introduction présente

19
vues

0
téléchargements
Les participants au colloque qui s’est tenu les 15 et 16 octobre 2015 à Paris au CERI - Sciences po ont cherché à mettre en lumière les types de pauvreté énergétique qui affectent de vastes populations en Europe et en Asie. La comparaison a mis en évidence d’un côté les questions cruciales concernant les outils de mesure du phénomène de précarité énergétique, le profil des populations concernés et les clivages urbain/rural ; de l’autre, le rôle des politiques publiques et la diversité des dispositifs pour combattre ce manque d’accès ; enfin, les dynamiques territoriales et l’accroissement des polarisations dans les deux aires régionales considérées.

in L'énergie éolienne en Europe. Conflits, démocratie, acceptabilité sociale Sous la direction de BAFOIL François, BAFOIL François Publié en 2016-02
DICKO Moussa
LAMARI Farida
9
vues

0
téléchargements
Ce chapitre tente de modéliser les travaux empiriques exposés précédemment sur la base d'un travail collectif qui a réuni chercheurs en sciences sociales et en sciences de l'ingénieur. Les auteurs de ce travail ont établi un référentiel commun, des hypothèses et un outil graphique de réflexion partagée en déterminant les contraintes reproductibles et quantifiables (techniques et normatives principalement) et en isolant les données irréductibles au contexte territorial. En soulignant les préalables minimums à respecter avant d'envisager la construction d'une installation renouvelable, le modèle Soc&Phy permet d'alerter les décideurs sur les prérequis nécessaires. La modélisation donne à penser les sciences sociales comme des aides à la décision et permet de reformuler de manière originale le concept d'européanisation en réfléchissant aux éléments de permanence à l'échelle des régions européennes.

Suivant