Co-auteur
  • MAYER Nonna (1)
Type de Document
  • Partie ou chapitre de livre (5)
  • Communication non publiée (4)
  • Article (2)
  • Compte-rendu d’ouvrage (2)
  • Voir plus
Cette thèse cherche à comprendre comment l’homosexualité contribue à la socialisation politique des individus. Elle considère à la fois la construction de l’appartenance homosexuelle et celle du rapport de l’individu à la politique, entendu comme rapport au monde social et à la politique institutionnelle. L’enquête se fonde sur un corpus de 90 entretiens approfondis alliant récit de vie et entretien compréhensif. Le recrutement repose sur un principe de diversification poussée du point de vue du genre, de la race, de la religiosité, de la classe sociale. Ce travail souligne d’abord l’importance du décalage produit par l’hétéronormativité du monde social à l’aide de la notion de « socialisation (primaire) ratée ». Il met en lumière quatre formes d’appartenance homosexuelle (affirmée, conformée, déconscientisée, ghettoïsée) qui mettent en jeu le rapport de l’individu au genre, à la visibilité homosexuelle, et le sentiment d’appartenance. Le rapport plus ou moins conflictualisé au monde social apparaît fondamental de ces formes de l’appartenance, et sont interprétées au travers d’une logique dite de compensation sociale. Enfin, la thèse contribue à expliquer l’orientation politique des homosexuel.le.s en montrant l’imbrication entre socialisations politiques primaire et secondaire, et souligne que le positionnement à gauche des gays et lesbiennes repose sur un mécanisme de cohérence, alors qu’il repose sur un mécanisme de hiérarchisation des appartenances sociales à droite. La thèse soutient alors que l’ancrage plus fort à gauche des gays et lesbiennes en tant que groupe - ou sexuality gap - repose sur les mécanismes de transformation politique par l’homosexualité.

60
vues

0
téléchargements
Le chapitre analyse comment la conscience de genre de femmes lesbiennes impacte leur rapport à la politique. Il montre l’importance des socialisations politiques fortes, notamment féministes, pour que le genre soit une dimension pertinente du rapport de l’individu à la politique. Le genre n’est ainsi pas une grille de lecture importante de la politique pour beaucoup de femmes, mais le poids de l’hétéronormativité semble parfois suffisant pour que s’active une conscience de genre « intuitive » mobilisable dans le rapport individuelle à la politique.

Le chapitre analyse l’effet paradoxal des médias dans la socialisation sociosexuelle de gays et lesbiennes nées à partir des années 1980. Il montre que, si les médias peuvent faciliter la construction de soi comme homosexuel.le, ils peuvent aussi renforcer l’homophobie ordinaire et les stéréotypes.

95
vues

95
téléchargements
La littérature sur les chrétien·ne·s gays et lesbiennes souligne en particulier les renégociations identitaires qu’ils et elles opèrent entre leur identification religieuse et leur identification sexuelle. Les moyens de ces renégociations, comme les pratiques religieuses proposées par les Églises inclusives et les organisations LGBT confessionnelles, restent cependant peu documentés. Cet article s’intéresse au rituel du Fêtez-Dieu du groupe parisien de l’association David & Jonathan. Il s’agit d’un rituel spécifique en ce qu’il n’est ni un rite traditionnel proposé par une dénomination religieuse inclusive instituée, ni une pratique issue des « religiosités séculières ». Sur la base d’observations ethnographiques et d’entretiens avec des membres de David & Jonathan, l’article montre comment le rituel du Fêtez-Dieu articule une socialisation religieuse à une socialisation homosexuelle, favorisant ainsi la réduction de la tension identitaire. Les critiques adressées au Fêtez-Dieu révèlent toutefois différents modes d’appropriation du rituel. L’article espère ainsi contribuer à l’analyse des socialisations homosexuelles secondaires et de la modernité religieuse.

162
vues

162
téléchargements
En se fondant sur une enquête par entretiens auprès des membres d’un collectif d’homosexuels opposés au Mariage pour tous, cet article analyse les logiques de la mobilisation d’hommes gais conservateurs qui ont milité au côté de la Manif pour tous. Il montre que le ressort principal de leur mobilisation réside dans leur rapport conflictuel au « milieu gai » et au militantisme LGBT. Ce rejet du militantisme et du « milieu gai » prend racine dans le catholicisme auquel sont intégrés la majorité des enquêtés, mais une logique de status discontent est aussi à l’œuvre montrant que l’appartenance à la bourgeoisie traditionnelle ou au catholicisme n’est pas nécessaire pour s’opposer au mariage gay lorsque l’on est homosexuel.

23
vues

0
téléchargements
1er paragraphe : Militant soixante-huitard et normalien, activiste homosexuel et théoricien, journaliste à Libération et enseignant à l’Université de Vincennes, romancier et cinéaste, la trajectoire de Guy Hocquenghem se caractérise avant tout par sa multipositionnalité et les « déplacements », pour reprendre le mot de l’auteur, que cela occasionne. Parvenir à appréhender ensemble ses univers et engagements multiples, sa production politique, théorique, cinématographique et littéraire abondante, constitue un véritable défi. S’appuyant sur quelques archives institutionnelles, des articles de journaux et magazines de l’époque, un corpus d’entretiens auprès des réseaux d’interconnaissance de Guy Hocquenghem, et surtout une lecture extensive de ses productions et de celles des militant.e.s et intellectuel.le.s avec qui il discutait, cet ouvrage, issu de la thèse de doctorat d’Antoine Idier sous la direction de Didier Eribon, est divisé en dix-neuf chapitres regroupés en quatre parties organisées chronologiquement.

in Analyses électorales Sous la direction de DÉLOYE Yves, MAYER Nonna Publié en 2017-06
176
vues

0
téléchargements
Après un retour sur la difficile émergence de l’analyse du genre et des minorités sexuelles en science politique et en sociologie électorale, le chapitre propose un bilan des travaux francophones et anglophones sur le gender gap et le sexuality gap et sur les perspectives ouvertes par l’approche intersectionnelle en sociologie électorale.

in Homosexualité et traditions monothéistes. Vers la fin d'un antagonisme ? Sous la direction de BETHMONT Rémy, GROSS Martine Publié en 2017-04
53
vues

0
téléchargements
Comment une organisation peut occuper les deux champs a priori antagonistes que sont la religion et l’homosexualité ? En partant du constat que les organisations homosexuelles confessionnelles sont à l’intersection de deux champs socialement construits comme contradictoires, ce chapitre analyse la « politique de l’identité » de l’association David & Jonathan. Cette notion renvoie, dans la sociologie des mouvements sociaux, à la construction et aux stratégies d’identité collective d’un mouvement. Le chapitre montre que pour négocier sa place dans ces deux champs, l’association joue de la structuration propre à chacun des champs et fait valoir dans chaque communauté l’identité qui « fait la différence ».

in Diversidad sexual y sistemas religiosos. Diálogos trasnacionales en el mundo contemporáneo / Sexual Diversity and religious systems. Transnational dialogues in the contemporary world Publié en 2017-02
16
vues

16
téléchargements
By studying the case of the French organization David & Jonathan (D&J) in Paris, the chapter shows how the reconciliation of Christianity and homosexuality operates in France. Reconciliation refers to how D&J manages to hold together homosexuality and the religiosity and allows us to go beyond the idea of incompatibility. Reconciliation is rst understood at the organizational level from the point of view of identity politics, to show that reconciliation operates through the progressive integration of D&J into the Parisian LGBT community and the reinforcement of its integration into the Parisian Christian community. Secondly, reconciliation is understood at the level of rituals, from the point of view of individual community belonging. Thee literature on individual identity tension among homosexual Christians is abundant, but scarce from an ethnographical perspective. Thee second section fills this gap by analyzing religious rituals and argues that D&J’s rituals foster reconciliation through an individual feeling of belonging to two communities, religious and homosexual.

Publié en 2016-01 Nom de la conférence Journée d'étude doctorale du LIEPP "Discriminations et inégalités sociales"
34
vues

0
téléchargements
Cette communication n'a pas de résumé

Suivant