Co-auteur
  • BEUSCART Jean Samuel (13)
  • BEAUVISAGE Thomas (9)
  • BERROU Jean-Philippe (4)
  • TRESPEUCH Marie (4)
  • Voir plus
Type de Document
  • Article (22)
  • Partie ou chapitre de livre (9)
  • Compte-rendu d’ouvrage (3)
  • Livre (1)
  • Voir plus
6
vues

0
téléchargements
Over the last ten years, marketing professionals have invested in various devices aimed at digitalizing the point of sale. Mobile phones, and the connection they open between the digital and physical worlds, are likely to profoundly renew the way organizations build the representations of consumers upon which they operate. This article aims to describe the new, mobile-based market infrastructure that is currently being implemented; the figures of the consumer it builds on and renews for marketing purposes; and the opportunities it offers to create a new marketing scene. We address this question by focusing on the world of physical retail. We show that online commerce websites and http cookies have enabled a connection between three traditionally separate figures of the consumer and associated marketing scenes: the consumer as an audience, as a shopping cart, or as a (loyalty) card. The smartphone carries the promise of pursuing this movement into store aisles. We show, however, that the domestication of physical geography to cultivate mobile consumers is particularly difficult, and so far based on a series of disparate attempts and experiments.

in Réseaux Publié en 2020-01
BERROU Jean-Philippe
9
vues

0
téléchargements
L’essor du mobile en Afrique a suscité un enthousiasme fort, dont témoignent tant les rapports et programmes des institutions de l’aide au développement, que la constitution récente d’une « communauté » rassemblant chercheurs, ONG, bailleurs et entreprises autour des nouvelles technologies pour le développement (Information and communication technologies for development ou ICTD). En ouverture de ce numéro qui rassemble des recherches récentes sur les usages des technologies mobiles en Afrique subsaharienne, nous proposons un état des lieux. Le mobile a-t-il tenu ses promesses ? Que sait-on de ses usages concrets en Afrique subsaharienne ? L’article rend compte d’un décalage important entre les promesses des programmes internationaux ou des prévisions économiques, et la réalité des pratiques et des usages. Il introduit les articles du dossier qui mettent en évidence tant l’importance qu’occupe le téléphone mobile dans le quotidien des populations, que la pluralité, et la complexité, des modalités d’appropriations effectives et des enjeux qu’il soulève pour le continent. [Résumé éditeur]

in Réseaux Publié en 2020-01
BERROU Jean-Philippe
COMBARNOUS François
EEKHOUT Thomas
0
vues

0
téléchargements
In sub-Saharan Africa, the vast majority of businesses belong to the so-called “informal” sector. As of yet, little is known about their take up of the mobile phone, which suddenly and massively emerged in their daily operations within less than a decade. This article, which is based on an original study of 500 entrepreneurs in the informal sector in Dakar, combines quantitative and qualitative methods. Its contribution is threefold. First, the study provides broad and detailed empirical insight into the adoption and use of mobile phones by informal entrepreneurs in sub-Saharan Africa. Second, the article draws on an original survey and analysis methodology to propose a robust and comprehensive typology of these entrepreneurs’ business uses of mobile phones. Finally, it provides a statistical analysis of the relationship between mobile phone uses and economic performance. Ultimately, this article seeks to contribute to a better understanding of the informal sector and its specific dynamics.

in Réseaux Sous la direction de MELLET Kevin, BERROU Jean-Philippe Publié en 2020-01
19
vues

0
téléchargements
Fin 2018, l’Afrique subsaharienne comptait 456 millions de souscripteurs mobiles uniques, soit 44 % de la population du sous-continent ; un tiers d’entre eux se connectaient depuis un smartphone (GSMA, 2019). Les technologies mobiles sont ainsi très largement adoptées par les populations, y compris les plus pauvres et dans des contextes socio-économiques marqués par l’informalité. Pour leurs utilisateurs, les téléphones mobiles ne sont pas seulement un outil de communication, mais également le mode d’accès privilégié à internet et à de nombreux services – tels que les services financiers via le mobile money – dans une région où la fourniture de ces services par des moyens conventionnels est limitée par des problèmes d’investissement et d’infrastructures. L’essor du mobile en Afrique a suscité depuis une quinzaine d’années un enthousiasme fort, dont témoignent tant les rapports et programmes d’aide internationaux financés par la Banque Mondiale et les grands bailleurs du continent, que des travaux académiques, principalement en économie, réactivant la promesse du développement par la diffusion du mobile. L’expansion des technologies mobiles devrait logiquement modifier en profondeur un grand nombre de domaines de la vie sociale et économique sur le continent. Mais qu’en est-il vraiment ? La révolution mobile a-t-elle vraiment eu lieu en Afrique subsaharienne ? Quelle est sa contribution réelle au développement économique et social du sous-continent ? Ce dossier de Réseaux, consacré au téléphone mobile et à ses usages en Afrique subsaharienne, rassemble des recherches empiriques récentes qui permettent de mettre en perspective et de nuancer les discours enchanteurs (et contempteurs) de la technologie mobile et des changements qu’elle apporte. Les travaux rassemblés ici portent sur des objets et des contextes d’adoption très variés (la santé, la musique, l’économie informelle, les pratiques magico-religieuses). Ils dressent le portrait d’une technologie omniprésente dans le quotidien, mais dont les effets ne sont pas forcément les plus attendus. [Présentation de l'éditeur]

in Consumption, Markets and Culture Publié en 2020
BEAUVISAGE Thomas
23
vues

0
téléchargements
The aim of this article is to examine the market arrangements built by the online marketing industry around small pieces of data now ubiquitous in digital markets–namely “http cookies.” We show how cookies have become the backbone and the main vehicle of a vast market infrastructure, based on its ability to transform online behavioral information into data assets, and to attach these assets to advertising products. We examine the complex trading operations that are implemented from the elementary brick that constitutes the cookie. We also raise the question of the strength and durability of this infrastructure, at a time when it is disputed and seems weakened. Beyond the particular case of cookies, we identify three main operations that market infrastructures typically support: knowledge production, capitalization, and coordination. We also highlight the centrality of “datafication” (tracking, “data lake” building, matching, etc.) in the process of market digitalization. We thus contribute to the framing of the concept of (digital) market infrastructure.

in Assetization: Turning things into assets in Technoscientific Capitalism Sous la direction de BIRCH Kean, MUNIESA Fabian Publié en 2020
BEAUVISAGE Thomas
15
vues

0
téléchargements

in Réseaux Publié en 2020-01
BERROU Jean-Philippe
COMBARNOUS François
EEKHOUT Thomas
6
vues

0
téléchargements
En Afrique subsaharienne, l’immense majorité des entreprises appartiennent au secteur dit « informel ». On sait encore peu de choses sur la façon dont elles se sont emparées du téléphone mobile, qui a fait une brusque et massive irruption dans leur quotidien en moins d’une décennie. S’appuyant sur une enquête originale mêlant méthodes quantitatives et qualitatives, auprès de 500 entrepreneurs du secteur informel de Dakar, l’article apporte trois contributions principales. Premièrement, l’enquête apporte un éclairage empirique ample et détaillé sur l’adoption et les usages du mobile par les entrepreneurs informels d’Afrique subsaharienne. Deuxièmement, l’article propose une typologie robuste et compréhensive des usages professionnels du mobile par ces entrepreneurs, à partir d’une méthodologie d’enquête et d’analyse originale. Enfin, l’article restitue une analyse statistique des relations entre usages du mobile et performances économiques. Il s’agit in fine de contribuer à une meilleure connaissance du secteur informel et de ses dynamiques propres. [Résumé éditeur]

in Sociologie du travail Publié en 2018-04
BEAUVISAGE Thomas
BEUSCART Jean Samuel
7
vues

0
téléchargements
Depuis une dizaine d’années, les acteurs de l’économie « collaborative » permettent aux particuliers de vendre ou de louer leurs biens, leurs compétences ou leur travail par l’intermédiaire de services en ligne. Cet article s’attache à décrire les activités que ces personnes y déploient, et à rendre compte du sens qu’ils leur confèrent. Au terme d’une enquête combinant analyse de données quantitatives et entretiens auprès d’offreurs de trois plateformes (A Little Market, Drivy, Welkeys), nous montrons que les sites de l’économie collaborative ne sont que marginalement le lieu d’un travail rémunérateur à plein temps, mais qu’ils constituent plutôt un espace où se déploient des formes variées et plurielles d’activités à la confluence du monde du travail et de l’univers domestique. Cette enquête nous amène à constater que le cœur de l’activité sur les plateformes collaboratives relève d’une forme renouvelée du « travail à-côté » étudié par Florence Weber ou de l’« autre travail » mis en évidence par Patrice Flichy, dont une partie s’articule fortement aux trajectoires individuelles et au marché du travail (démarche entrepreneuriale, parcours professionnels) tandis qu’une autre s’en détache très nettement pour relever du hobby et du loisir.

in Markets and the Arts of Attachment Sous la direction de COCHOY Franck, DEVILLE Joe, LIZ McFall Publié en 2017-05
0
vues

0
téléchargements
This chapter focuses on a set of actors who played a crucial role in the domestication of social media by marketing. It presents an exploration of the business of social media marketing agencies. The domestication of word of mouth on social media sites by marketing is not self-evident. The chapter discusses the adventure of social media marketing is – or at least it is when one adopts the perspective of professionals – the history of the domestication of marketing by marketing, rather than the history of the domestication of word of mouth by marketing. The emerging market for social media marketing services is thus organised into three specialties: contagion, influence and community. Contagion is the figure of social relationships that underlies the area of social media marketing (SMM) agencies. This figure of the social relationship has led to the emergence of a large body of literature in social science, which has later been translated into the science of marketing. [Premier paragraphe]

in Explorations numériques Sous la direction de PASQUIER Dominique Publié en 2017
0
vues

0
téléchargements

Suivant