Co-auteur
  • DEISS-HELBIG Elisa (6)
  • RABUZA Florian (3)
  • GABRIEL Oscar (3)
  • GROSSMAN Emiliano (3)
  • Voir plus
Type de Document
  • Communication non publiée (21)
  • Partie ou chapitre de livre (9)
  • Article (1)
  • Thèse de doctorat (1)
  • Voir plus
This policy book seeks to identify patterns and determinants of policy appreciation. We examine three aspects that influence policy preferences in detail. First, we look at partisanship and show that party identification systematically and strongly determines policy preferences. Voters who identify with parties on the right have similar preferences for government spending, preferring an increase in spending for security, order and the economy but a decrease in spending for social policies. Voters who feel closer to leftist parties, to the contrary, prefer an increase in expenditure in most of the policy fields. Second, we account for issue publics. Our analysis shows that citizens who are directly affected by a policy (e.g. pensioners and policies that concern retirement payments) prefer a stronger increase in government spending or government activity in “their” policy field. Third, our analysis addresses how the perceived importance of an issue and media attention moderate the impact of partisanship on policy appreciation. We show that both factors have moderating dimension on the role of party identification. We rely on nine waves of the Policy Priorities Survey (2014 – 2017). Our data on citizens’ attitudes encompassed 13.570 respondents. In addition, we have collected data on monthly media attention in France for each of the policy issues considered in the survey. Our analysis covers media attention of the three leading national newspapers. The implications of our study, highlighting the relevance of our findings beyond the French case and showing how our analysis might stimulate future research.

in Political Representation in France and Germany Publié en 2018-07
SCHINDLER Danny
6
vues

0
téléchargements

in Political Representation in France and Germany Publié en 2018-07
3
vues

0
téléchargements

in Political Representation in France and Germany Sous la direction de GABRIEL Oscar, KERROUCHE Eric, SCHÜTTEMEYER Suzanne Publié en 2018-07
24
vues

0
téléchargements

in Political Representation in France and Germany Sous la direction de GABRIEL Oscar, KERROUCHE Eric, SCHÜTTEMEYER Suzanne Publié en 2018-04
42
vues

0
téléchargements

Publié en 2018-03 Nom de la conférence Does the future of the EU depend on differentiation?
0
vues

0
téléchargements
This publication has no abstract

Dans cette thèse, nous proposons d’évaluer la représentation politique en Europe, tout en insistant sur la nécessité de considérer le point de vue individuel du citoyen. Nous développons ainsi une perspective nouvelle et originale sur la congruence entre les citoyens et les partis politiques. De plus, nous analysons la manière dont le système partisan affecte cette congruence au niveau micro et macro et, par conséquent, la manière dont celle-ci influence la satisfaction des citoyens envers le système politique. Nous nous appuyons tout d’abord sur le concept de représentation chez Pitkin, ainsi que les théories récentes sur le rôle des représentants. Ce faisant, l’importance des partis politiques, en particulier dans le contexte européen, est rappelée. Nous abordons ensuite la recherche sur l’opinion publique et la façon dont cette dernière analyse la relation entre les citoyens et l’Etat. Dans un troisième temps, nous revenons sur les approches qui combinent la recherche sur les partis politiques et l’opinion publique, en nous concentrant en particulier sur le concept de congruence. Toutefois, ces recherches présentent des lacunes, auxquelles nous proposons de remédier en développant une nouvelle approche de la relation entre les citoyens et les partis politiques. A partir d’une compréhension normative différenciée de la qualité de la représentation, des nouvelles normes pour juger la représentation du point de vue des citoyens sont présentées et de nouveaux concepts de congruence au niveau micro sont développés. Ce faisant, nous élaborons une typologie innovante de la congruence entre les citoyens et les partis politiques, reposant sur neuf concepts différents, introduits à travers (1) l'identification des critères d'évaluation de la représentation et (2) la formulation des normes pour l'évaluation de la représentation. Ces normes sont alors concrétisées en des indicateurs empiriques. Nous commençons par décrire, dans une optique comparative, la congruence entre les États membres de l'UE pour l'année 2014. Nous explorons ensuite la relation entre le système partisan et la congruence au niveau micro et macro, mettant ainsi en lumière l’impact du système partisan sur la congruence en fonction des divers concepts utilisés. Au niveau micro, l’analyse montre que la relation entre un concept de la congruence et le système partisan est stable et ne diffère pas, quel que soit l’enjeu. Au niveau macro, en revanche, les effets ne sont pas systématiques, mais varient en fonction des enjeux. Ces résultats éclairent sous un nouveau jour la relation entre le système partisan et la représentation, et contribuent ainsi à sa meilleure compréhension. Enfin, les effets de la congruence sont analysés à l'aide de modèles multi-niveaux, de façon à démontrer comment la congruence influence les jugements des citoyens sur la représentation politique. Il est démontré qu’au niveau micro, cette influence est systématique ; toutefois, l’intensité de cet effet varie selon l’enjeu. De ce point de vue, les enjeux qui importent le plus sont l’intégration européenne, la redistribution et la politique fiscale. En conclusion, notre recherche enrichit le débat théorique sur les partis politiques ; nos résultats permettent une meilleure compréhension de la représentation et expliquent la présumée « crise de la représentation », ouvrant de nouvelles pistes de recherches pour le futur.

Publié en 2016-06 Nom de la conférence Policy-Priorities-Workshop
11
vues

0
téléchargements
This communication has no abstract

Publié en 2016-05 Nom de la conférence Oxford/SciencesPo-Workshop
2
vues

0
téléchargements

Publié en 2016-03 Collection Les Cahiers européens de Sciences Po : 03/2016
70
vues

70
téléchargements
L’analyse de la relation entre citoyens et politique est effectuée selon deux perspectives différentes. D’une part, la recherche sur la représentation analyse les attitudes et les comportements des représentants et évalue la représentation en termes de la congruence ou de capacité de réponse. D’autre part, la recherche sur l’opinion publique s’intéresse à la confiance dans la politique et la satisfaction avec la démocratie afin d’analyser la perspective des citoyens. Ainsi l’objectif de l’article est de faire dialoguer les théories sur la qualité de la représentation et l’étude de l’opinion publique. Je soutiens que - en dépit des modèles d’évaluation « objectifs » - il est nécessaire d’analyser la qualité de la représentation politique d'un point de vue subjectif, c’est-à-dire dans la perception qu’en ont les citoyens. Dans la littérature encore relativement récente sur la congruence, l’article s’efforce de construire de nouveaux indicateurs de ce lien de représentation, en prenant en compte la diversité des intérêts représentés et la diversité des représentants. A cette fin, l’article procède à une discussion de l’approche théorique de la congruence. Jusqu’à maintenant, il y a des conceptions distinctes de la congruence idéologique au niveau macro, mais une conception unique au niveau individuel. Afin d’explorer les effets de la congruence idéologique entre les acteurs politiques et les citoyens, je développe des nouvelles conceptions au niveau micro qui tiennent en compte (a) de la distance entre des partis politiques et les citoyens, (b) de la force des partis et (c) de la structure de la compétition politique. Je teste ainsi l’hypothèse structurante de la théorie de la congruence : plus grande est la congruence, meilleure est la qualité de la représentation. Les résultats indiquent que des conceptions de la congruence au niveau micro ont une importance significative pour expliquer les jugements des citoyens sur la représentation politique.

Suivant