Co-auteur
  • co-auth.2441/5c54k76fu89usaapcd4fqg0o3r (1)
  • TRUDEL Dominique (1)
  • NOÛS Camille (1)
Type de Document
  • Article (3)
  • Article de presse ou magazine (3)
  • Livre (1)
  • Contribution à un site web (1)
5
vues

0
téléchargements
Depuis les révélations de 2013 du lanceur d’alerte Edward Snowden sur les pratiques de surveillance des agences de renseignement occidentales, l’exposition du champ de la recherche en sciences sociales à la surveillance d’État – celle mise en œuvre par les appareils judiciaires et policiers, et plus largement justifiée par des impératifs de sécurité publique – a fait l’objet d’une attention croissante au niveau international. Deux tendances lourdes contribuent en effet à aggraver cette exposition : d’une part, la flambée antiterroriste et la criminalisation des mouvements sociaux qui, associés à l’évolution technologique, conduisent à démultiplier les capacités de surveillance des services de sécurité ; d’autre part, l’inanité des politiques numériques des établissements d’enseignement supérieur et de recherche, laquelle contribue à renforcer la dépendance des chercheurs vis-à-vis d’oligopoles numériques toujours plus intégrés aux systèmes de surveillance étatique. Cet article dresse un état des lieux critique de la situation, avant de prodiguer quelques conseils quant aux contre-mesures permettant de réduire les risques que les données de la recherche ne soient exposées à la surveillance d’État.

in Le Monde diplomatique Publié en 2020-07-03
4
vues

0
téléchargements
En France, le Conseil constitutionnel a invalidé le 18 juin 2020 l’essentiel de la loi Avia, un texte qui organisait la censure extrajudiciaire d’Internet sous l’égide du gouvernement et des grandes plates-formes numériques. Cette décision n’est cependant pas de nature à remettre en cause la relation multiséculaire entre l’État et le capitalisme informationnel.

in Journal of Alternative & Community Media Publié en 2020-06-22
TRUDEL Dominique
2
vues

0
téléchargements
This article explores the legal, economic and governance challenges to the sustainability of contemporary alternative Community Networks by drawing lessons and parallels from eight historical precedents. Building on academic literature related to alternative and community media, the article lays out an encompassing definition of alternative networks (or ‘alternets’) and develops a multidisciplinary approach to comparative history. After briefly presenting eight case studies (three independent telephone networks of the late nineteenth century; three Free Radios of the 1950s, 1960s and 1970s; two Community Networks providing Internet access in the 1990s), the article then draws from these case studies to identify key recurring challenges that can inform present-day initiatives, namely, the articulation of local community with global connectivity, the development of political advocacy capacities aimed at influencing the law and technology, the creation of appropriate resources aimed at resisting co-optation, and the need to build collective cohesion and mechanisms to handle disagreements.

in Les Dossiers du CERI Publié en 2020-05-06
7
vues

0
téléchargements
En février dernier, alors que l’épidémie de Covid-19 battait son plein en Chine, le monde entier assistait avec stupeur la mise en place de mesures draconiennes destinées à juguler la propagation de l’épidémie. En parallèle des mesures de confinement généralisé en vigueur dans la province d’Hubei, les autorités chinoises mettaient en scène un appareil techno-policier impressionnant. Conçu en lien avec les grandes plateformes numériques du pays comme Alibaba, Tencent ou Baidu, et quoique son efficacité réelle soit sujette à caution, il était présenté comme un rouage clé de la stratégie chinoise de lutte contre le virus...

9
vues

0
téléchargements
À défaut de pouvoir soigner le Covid-19, les pouvoirs publics de nombreux pays ont décidé de confiner la population au prétexte de la protéger. Mais, de la protection à la surveillance, il n’y a qu’un pas, que franchissent volontiers les partisans du contrôle numérique des foules. Une aubaine pour l’industrie du secteur et le complexe techno-sécuritaire.

Félix Tréguer is postdoctoral researcher at CERI Sciences Po and associate researcher at CNRS Centre for Internet and Society. At CERI, he is part of the French research team of the ANR-ORA project “GUARDINT: Oversight and Intelligence Networks: Who Guards the Guardians?” He is the author of L'utopie déchue : une contre-histoire d'Internet, XVe-XXIe siècle (Fayard , 2019). Félix answers our questions on his research interests and focus, and presents the aims and scope of the project he works on, GUARDINT. Interview by Miriam Périer, CERI.

Publié en 2019-09-04 Collection Histoire de la pensée. A venir
25
vues

0
téléchargements
Ce livre est écrit comme un droit d’inventaire. Alors qu’Internet a été à ses débuts perçu comme une technologie qui pourrait servir au développement de pratiques émancipatrices, il semble aujourd’hui être devenu un redoutable instrument des pouvoirs étatiques et économiques. Pour comprendre pourquoi le projet émancipateur longtemps associé à cette technologie a été tenu en échec, il faut replacer cette séquence dans une histoire longue : celle des conflits qui ont émergé chaque fois que de nouveaux moyens de communication ont été inventés. Depuis la naissance de l’imprimerie, les stratégies étatiques de censure, de surveillance, de propagande se sont sans cesse transformées et sont parvenues à domestiquer ce qui semblait les contester. Menacé par l’apparition d’Internet et ses appropriations subversives, l’État a su restaurer son emprise sous des formes inédites au gré d’alliances avec les seigneurs du capitalisme numérique tandis que les usages militants d’Internet faisaient l’objet d’une violente répression. Après dix années d’engagement en faveur des libertés sur Internet, Félix Tréguer analyse avec lucidité les fondements antidémocratiques de nos régimes politiques et la formidable capacité de l’État à façonner la technologie dans un but de contrôle social. Au-delà d’Internet, cet ouvrage peut se lire comme une méditation sur l’utopie, les raisons de nos échecs passés et les conditions de l’invention de pratiques subversives. Il interpelle ainsi l’ensemble des acteurs qui luttent pour la transformation sociale.

6
vues

0
téléchargements
Les outils policiers fondés sur le big data et l’intelligence artificielle se déploient dans de nombreuses villes françaises. À travers des expérimentations pilotées par des groupes privés qui cherchent à se hisser au niveau de la concurrence américaine ou chinoise, la « ville intelligente » révèle son vrai visage : celui d’une cité sous surveillance.