Co-auteur
  • GROSHENS Emilie (16)
  • CADOREL Sarah (10)
  • FROMONT Emilie (8)
  • DUCHESNE Sophie (8)
  • Voir plus
Type de Document
  • Communication non publiée (35)
  • Rapport (18)
  • Article (7)
  • Partie ou chapitre de livre (4)
  • Voir plus
Publié en 2020-12 Nom de la conférence Cycle d'ateliers "Travailler avec le numérique dans l’enseignement supérieur et la recherche"
2
vues

0
téléchargements
BeQuali est une banque d’enquêtes qualitatives (i.e. adossées principalement à des observations ethnographiques et des entretiens), développée au Centre de données sociopolitiques de Sciences Po. Elle compte actuellement une vingtaine d’enquêtes, principalement en sociologie et en science politique. Ces enquêtes posent des problématiques plus ou moins saillantes et spécifiques d’anonymisation, de par la sensibilité des thèmes étudiés, les propriétés des groupes sociaux enquêtés, ou en raison du volume, du degré de finesse et des niveaux d’intrication des informations sur les personnes qu’elles recèlent. Cette intervention proposera un retour sur l'expérience de beQuali au sujet des solutions pratiques qu’il est possible de mettre en oeuvre lorsqu’il s’agit d’affronter les problématiques d'anonymisation des données d’enquêtes qualitatives, en vue de leur mise disposition.

Publié en 2020-12 Nom de la conférence Semaine Data-SHS
0
vues

0
téléchargements
Présentation des services proposés par la plateforme beQuali, dans le cadre de la semaine consacrée aux données en SHS par le réseau des plateformes universitaires de données.

Publié en 2020-10 Nom de la conférence Journée d'étude #EPHN2020, La mise en œuvre des humanités numériques dans les pratiques pédagogiques en SHS :État des lieux
0
vues

0
téléchargements
beQuali (https://bequali.fr/en/) is a french bank of qualitative surveys in social sciences, created in 2011 at the Centre for Socio-Political Data of Sciences Po (Bendjaballah et al., 2017). It offers raw materials and documentation to reuse for academic purposes. In this presentation we show the contributions of the resources and tools proposed by beQuali for the teaching of methods in the social sciences. Being able to access data from high-quality surveys to support such teaching has become an increasingly important advantage in recent years for academic communities and social science data centres, essentially in the English-speaking world (Haynes, 2011; Bishop, 2012; Elman et al., 2015; Bishop, Kuula, 2017; Hakker, Morgan-Brett, 2017). In France, by contrast, this movement is still in its infancy, and we would like to describe the resources that we are putting in place, consisting of surveys and the digital tools for the exploration, as well as the way in which they are inspired by the digital humanities. On the one hand, as a pedagogical source aimed at making research learn through diversified examples of research and making it possible to solve material gaps and the limitations of the models proposed by professors to their students. On the other hand, as techniques and tools that can be used (visualizations, filters, XML-TEI language) in lessons to better understand what a qualitative survey is and make its reuse possible. Our objective is to show the possibilities offered by digital technology to access qualitative surveys online and exploit these complex corpuses in a new way, to train new qualitativists ; these tools are inspired first by principles derived from exploratory data analysis, and then those of the digital humanities (Tukey, 1977).

8
vues

0
téléchargements
Dans cet entretien, cinq membres de beQuali aux profils variés décrivent en quoi consiste cette « banque d’enquêtes qualitatives en sciences humaines et sociales ». Ils et elles montrent la richesse de ce projet qui demande d’archiver, de documenter et d’enquêter sur les enquêtes qualitatives afin de les rendre disponibles pour toutes les personnes qui souhaitent les consulter dans le cadre d’un projet d’enseignement ou de recherche.

Recherche collective coordonnée par Danièle Kergoat, affiliée au laboratoire CRESPPA et s’intéressant au mouvement infirmier de la fin des années 1980. Elle vise à étudier le mouvement des femmes dans le milieu du travail, éclairé à travers une problématique en termes de rapports sociaux de sexe, en s’appuyant sur deux volets d’enquête réalisés entre 1988 et 1991 : données de première main sur le mouvement social des infirmières organisé en coordination ; contextualisation historique de la profession d’infirmière. L’enquête de terrain, menée en région parisienne et dans le sud-Est de la France, a donné lieu à la collecte de plusieurs types de matériaux - notes d’observation, entretiens individuels et collectifs, questionnaires et documentation diverse (écrite et photographies) - directement durant les actions de mobilisation, ou en dehors auprès d’infirmières (ou d’infirmiers). Le terrain a été principalement réalisé par Danièle Kergoat et Françoise Imbert, Danièle Sénotier et Hélène Le Doaré alimentant la réflexion sur l’aspect historique des hôpitaux et de la profession d’infirmière pour l’une et sur le mouvement social pour l’autre. La démarche d’analyse mêle : analyse de contenu ; triangulation entre notes d’observation et entretiens ; comptage des prises de parole respectives des hommes et des femmes ; exploitation des questionnaires. Globalement, l’enquête a montré que la configuration spécifique du mouvement, caractérisé à la fois par une mixité de sexes et une hégémonie des femmes avait bouleversé les rapports sociaux de sexe habituels dans ce milieu professionnel, favorisant une remise en cause de la domination traditionnelle des hommes. Les résultats proposés renouvellent des débats propres à la sociologie de l’action collective et à la sociologie du travail et des professions : émergence de la forme coordination dans les mobilisations sociales ; transformations des rapports à la qualification professionnelle ; nécessité, pour appréhender un mouvement social, de tenir compte des rapports sociaux de sexe. Le rapport de l'enquête est disponible sur cette page en téléchargement. Se reporter au plan de classement de l'enquête sur le site de beQuali (https://bequali.fr/fr/les-enquetes/contenus-de-lenquete/cdsp_bq_s10/) pour une présentation de l'organisation du corpus formé par les archives de cette enquête.

Enquête de Daniel Bizeul sur les militants du Front national. Il y décrit le travail de propagande et de mobilisation accompli par les membres d’un parti faisant figure d’ennemi politique et objet de répulsion y compris au sein de la communauté académique. En immersion ethnographique, il s’intéresse à un aspect du Front national peu étudié : les actions directement engagées par les membres d’une organisation en vue de convaincre, de recruter, de mobiliser. Le terrain, réalisé entre 1996 et 2003, a été mené principalement au sein d’une association caritative satellite du parti ainsi qu’auprès de cadres du siège national, de militants du Front national des jeunes et de militants de la section d’un arrondissement parisien. Les matériaux collectés se composent de 71 notes d’observation et de 28 entretiens. De la documentation a aussi été compilée, dont de nombreux articles de presse qui n’ont pas été joints au corpus. L’analyse, thématique, se fonde sur l'identification d’une trentaine de thèmes eux-mêmes composés de sous-thèmes. Les résultats publiés dans un ouvrage paru en 2003 invitent à reconsidérer plusieurs idées reçues sur ce parti. Rompre d’abord avec l’idée que l’engagement au FN s’explique avant tout ou uniquement par l’adhésion à des préjugés racistes et xénophobes. Rompre ensuite avec l’idée d’une homogénéité des militants ; ils forment un conglomérat d’expériences socio-historiques, de milieux socio-économiques et de positions idéologiques ayant peu en commun. Ces expériences ne sont pas réductibles à un même mouvement psychologique, comme le ressentiment. Un important travail d’unification est assuré par le parti autour de la diffusion ou du renforcement d’un sentiment de déni de justice. Le déclassement social et l’exacerbation des luttes de classement qu’il implique constituent un ressort sociologique important de l’adhésion au Front national. Le rapport de l'enquête est disponible sur cette page en téléchargement. Se reporter au plan de classement de l'enquête sur le site de beQuali (https://bequali.fr/fr/les-enquetes/contenus-de-lenquete/cdsp_bq_s11/) pour une présentation de l'organisation du corpus formé par les archives de cette enquête.

Cette enquête d’Anne Gotman étudie les pratiques et représentations de l’hospitalité dans les sociétés urbaines. Sont comparées différentes formes d’hospitalité, domestique, associative ou d’Etat. Elle agrège plusieurs terrains menés entre 1997 et 1999 en région parisienne et lyonnaise et portant sur des personnes ayant vécu des expériences d’accueil de membres de leur entourage (hospitalité domestique), de réfugiés du Kosovo (hospitalité d’Etat) ou de malades du Sida (hospitalité associative). Sont contrastés l’accueil individuel d’hôtes connus d’un côté et de l’autre l’accueil individuel ou collectif d’hôtes inconnus dans le cadre d’une action collective. Les données de l’enquête reposent principalement sur un corpus de 31 entretiens qui ont pu été conservés, et sur des observations du lieu de halte Arc-en-Ciel dépendant de l’association AIDES, à Paris. L’ouvrage éponyme de 2001, mêlant approche sociologique, historique et littéraire, décrit les transformations et les permanences de cette pratique. Anne Gotman y montre en quoi l’hospitalité est une épreuve sociale liée à la construction et à la gestion du rapport à l’Autre - du proche à l’étranger en passant par l’inconnu recommandé. Elle étudie les règles encadrant cette épreuve : le don comme moyen et fin de l’hospitalité, dans une relation de réciprocité différée ; le travail de régulation de la situation asymétrique entre accueillant et accueilli, générateur de tension dans les sociétés égalitaires actuelles ; le travail de pacification des malentendus ou conflits naissant de la tension entre désir d’égalité et persistance de rapports de force asymétriques, ou d’attentes différentes entre hôtes ; les tensions entre accueil, confinement et gestion de la bonne distance. Plus généralement l’enquête souligne les contradictions entre logiques privée, marchande, associative, ou d’Etat organisant les pratiques contemporaines d’hospitalité.

L’enquête « Les conditions de vie professionnelle des femmes enceintes » a été réalisée par Anne-Marie Devreux, directrice de recherche émérite au CRESPPA-CSU, laboratoire du CNRS. Cette enquête, financée par la Caisse nationale d’allocations familiales (CNAF), porte principalement sur l’articulation entre la vie familiale et la vie professionnelle dans le cadre d’une problématique production/reproduction. Un des objectifs de l’étude est de voir comment la fonction des femmes au moment où elles produisent la vie humaine, est prise en compte (ou non) sur leur lieu de production économique. Pour répondre à cette question, des entretiens ont été menés auprès de femmes actives enceintes issues de différentes catégories socio-professionnelles (ouvrières, employées, professions intermédiaires, cadres et professions intellectuelles supérieures). Au cours de leur troisième ou quatrième mois de grossesse, période où les enquêtées avaient prévenu leur hiérarchie de leur état, cinquante-quatre femmes ont donc été interrogées. Puis au cours du huitième ou neuvième mois, après l’arrêt d’activité ou parfois l’accouchement, environ la moitié de ces femmes ont été à nouveau interviewée. Cette enquête a notamment permis d’étudier l’évolution des motivations des femmes et également leur représentation entre le moment où elles sont encore insérées dans la vie professionnelle et celui où elles en sont éloignées. Cette enquête a donné lieu à plusieurs publications et communications. Le corpus de documents mis à disposition est complet et retrace l’ensemble des étapes de réalisation de l’enquête, pouvant être très utile notamment dans le cadre d’une réutilisation pédagogique. L’enquête pourrait également donner lieu à une comparaison. Deux entretiens ont été réalisés par l'équipe beQuali avec Anne-Marie Devreux au CDSP. doi:10.21410/dshs_2016/y568-nx23

Publié en 2019-12 Nom de la conférence Journée d'étude "Les enjeux de la réutilisation des jeux de données dans l'enseignement et la recherche"
FROMONT Emilie
18
vues

0
téléchargements

Publié en 2019-10 Nom de la conférence ANF Quali-SHS, Analyser et ré-analyser des corpus de données qualitatives en sciences sociales”
Centre National de la Recherche Scientifique
13
vues

0
téléchargements
Objectif : Ce module vise à sensibiliser aux problématiques et enjeux de la réanalyse de deux manières : par une meilleure connaissance de l’état et de la littérature disponible sur la réanalyse en France et à l’étranger d’une part ; par une sensibilisation aux grandes questions qui organisent les réflexions sur les conditions de possibilité de la réanalyse d’autre part. Démarche pédagogique : On veillera à retracer les grandes lignes du développement de cette pratique dans les sciences sociales et l’état le plus actuel des recherches menées en France. Il s’agira notamment de souligner les conditions de la réanalyse à partir d’exemples de controverses. Nous aborderons ainsi plusieurs enjeux, notamment : - les intérêts de la réanalyse, tant du point de vue de l’utilisateur de données que de celui qui partage ses données ; - les formes de réanalyse selon le rapport aux chercheurs premiers et aux objectifs poursuivis ; - les étapes préalables nécessaires avant de se lancer dans une réanalyse (compréhension du lien entre orientations théoriques et méthodologiques de l’enquête ; appréhension de la structuration du corpus, etc.) ; - la contextualisation des données (documentation). Un atelier sur la mise en pratique de la réanalyse complète ce module.

Suivant