Co-auteur
  • GROSHENS Emilie (10)
  • CADOREL Sarah (8)
  • DUCHESNE Sophie (8)
  • HAEGEL Florence (6)
  • Voir plus
Type de Document
  • Communication non publiée (27)
  • Rapport (13)
  • Article (5)
  • Partie ou chapitre de livre (4)
  • Voir plus
Ces dernières années les gisements de données disponibles en sciences sociales se sont multipliés . Développé au CDSP depuis 2010, BeQuali en est un. Cette banque d’enquêtes qualitatives met à disposition de la communauté scientifique des archives d’enquêtes de terrain, afin qu’elles soient réutilisées. Ces enquêtes de sociologie et de science politique mobilisent des techniques comme l’entretien, l’observation, la recherche documentaire ; elles comportent fréquemment des données personnelles et sensibles (car touchant à la politique, à la religion, à la sexualité, etc.). Leur diffusion est au croisement de diverses législations : code du patrimoine, loi informatique et libertés, droit à l'image et protection de la vie privée. Dans cette communication, les enjeux de la diffusion de ces données personnelles et sensibles seront discutés, à partir d'un retour d'expérience. Les problèmes posés par les opérations complexes d'anonymisation des données dans le cadre des activités de beQuali seront plus précisément évoqués. Nous exposerons d'abord l'état de la réflexion en sociologie ou en science politique sur ces problématiques. La sensibilisation des chercheurs à ces questions à travers notamment la réception qu'ils font de la démarche de beQuali sera présentée : faible culture du partage et de la réutilisation des données d'enquêtes ; préventions éthiques (craintes de rupture d'anonymat ou de confidentialité et conséquences sur le contrat de confiance enquêteur-enquêté). Nous exposerons ensuite les problèmes posés par le traitement des données personnelles et sensibles, ainsi que les solutions mises en œuvre en termes d’anonymisation et de confidentialité. Nous expliciterons notamment les principes suivis (règles strictes d’anonymisation sur les marqueurs d’identification directe, mais plus souples sur les marqueurs d’identification indirecte) et les opérations concrètes d’anonymisation, ainsi que les précautions prises en matière de confidentialité (accès contrôlés et sécurisé aux données, conditions strictes de de réutilisations encadrées par une convention). Au total, nous voudrions discuter les compromis que nous sommes amenés à opérer en pratique entre des exigences juridiques floues, des questions éthiques non stabilisées et la nécessité de préserver la richesse scientifique des données pour leur réutilisation, en l’absence de règles déontologiques disciplinaires (bien qu’on observe ces derniers temps l’élaboration de guides de bonnes pratiques au sein de l’IST), compromis qui s’apparentent à une « bonne gestion du risque ». Nous nous baserons sur une réflexion collective fondée à partir de l’examen croisé d’une dizaine de cas pratiques, de l’étude de la manière dont d’autres, dans la littérature notamment, et d’autres plateformes équivalentes ont traité cette question, et des échanges avec des collègues, groupes de travail ou projets proches.

Dans le cadre de la journée d'étude « Diffusion et mutualisation de données qualitatives à caractère personnel en SHS », organisée par le laboratoire CITERES, beQuali a réalisé un retour d'expérience sur le thème de la diffusion et de l'archivage des données qualitatives.

Cette enquête sur l’enquête rend compte d’une recherche qui traite des attitudes politiques à partir du clivage gauche-droite, dans la tradition du Cevipof, mais qui offre une entrée renouvelée dans l’objet en développant une approche sociologique, symbolique et « par le bas » de l’idéologie, alors plutôt en désuétude. Etienne Schweisguth adapte la technique de l’entretien non directif promue par Guy Michelat, tant pour le recrutement (d’abord confié à un enquêteur professionnel puis prise en charge par l’auteur) que pour l’exploitation du matériau discursif (analyse typologique). Cette enquête a permis à l’auteur, essentiellement quantitativiste, d’étayer de manière compréhensive la conception multidimensionnelle du clivage gauche-droite. Elle l’a encouragé à réorienter ses recherches sur l’évolution des valeurs en France. Sur le plan méthodologique, l’enquête permet de voir les effets des stratégies de recrutement des enquêtés (réseau relationnel versus porte-à-porte) sur les types de discours recueillis. Le matériau pourrait être réanalysé à l’aide de nouveaux outils logiciels. L’analyse typologique, inaboutie, pourrait être complétée ou amendée. Cette enquête, réalisée en 1983, présente un fort intérêt historique, mettant au jour les effets de l’alternance de 1981 sur le système de représentations des citoyens, en lien avec la reconfiguration des termes de l’affrontement politique.

Suivant