Co-auteur
  • LEQUESNE Christian (1)
Type de Document
  • Compte-rendu d’ouvrage (1)
  • Thèse de doctorat (1)
La FINUL est créée en 1978 par le Conseil de sécurité de l’ONU, après l’invasion par Israël du Liban-Sud. Censée être provisoire, elle est toujours opérationnelle en 2019. Les facteurs externes sont liés à l’évolution de la norme onusienne de maintien de la paix, d’une part, et à l’insécurité du Moyen-Orient et des relations israélo-libanaises, d’autre part. L’évolution du mandat de la FINUL en 2006, en adéquation avec l’évolution de la norme onusienne, lui permet d’acquérir cette nouvelle légitimité qui explique sa pérennité. Connaissant depuis 1948 de nombreuses guerres, le Moyen-Orient est devenu le laboratoire du maintien de la paix onusien. Directement concernées par le conflit israélo-palestinien et par le contexte général, les relations tendues entre Israël et le Liban expliquent pourquoi la FINUL existe toujours, d’autant plus que cette dernière a été créée dans ce contexte de guerre entre les deux pays. Les facteurs externes seuls ne permettent pas d’expliquer la pérennité de la FINUL. Il faut comprendre la dynamique institutionnelle de la FINUL : son autonomisation décisionnelle, la position des membres-permanents du Conseil de sécurité, les intérêts des Etats-participants ainsi que ceux du personnel international civil et militaire, et l’intervention des acteurs politique libanais en faveur de la FINUL pour comprendre pourquoi son mandat est renouvelé. La demande par le gouvernement libanais du renouvellement du mandat de la FINUL est due à sa légitimation par le local. Cette légitimation passe par les intérêts du personnel local de la FINUL, les intérêts de sécurité des populations locales, les intérêts économiques et ceux liés à la bienfaisance ainsi que par les interactions sociales dans la sphère privée entre membres de la FINUL et populations locales.

39
vues

39
téléchargements
Compte rendu de l'ouvrage de Mohamed Zayani et Suzi Mirgani, Bullets and Bulletins: Media and Politics in the Wake of the Arab Uprisings, Oxford: Oxford University Press, 2016, pp. 254.