Coauthor
  • VITALE Tommaso (20)
  • CHAUVIN Sébastien (12)
  • NAUDET Jules (4)
  • LAMBERT Anne (3)
  • Show more
Document Type
  • Article (34)
  • Part or chapter of a book (20)
  • Conference contribution (5)
  • Entretien (5)
  • Show more
Une série en trois volets sur le quartier d’Aligre, non loin de la place de la Bastille à Paris, avant les élections municipales. Premier épisode (sonore) sur le logement avec la participation du sociologue Bruno Cousin. 1ères lignes : «Si y’a 70 000 personnes qui sont parties de Paris, c’est pas parce qu’elles n’aiment pas la ville. C’est simplement parce qu’elles n’ont pas le pognon pour payer le loyer ! », tempête un habitant du quartier d’Aligre, dans le XIIe arrondissement de Paris, entre le faubourg Saint-Antoine et la gare de Lyon.

10
views

0
downloads
In the aftermath of the 2018 general election results, several scholars have remarked on the inability of the Five Star Movement to increase its vote in Milan. While the role of demographic and socio-economic factors has been highlighted, little attention has been dedicated to understanding the complex role of spatial dynamics. This paper aims to contribute to the existing literature by inquiring about the relationship between support for the Five Star Movement and the characteristics of urban space in Milan. Following the longstanding debate in urban sociology, we recognise the importance of investigating this question beyond the borders of the central municipality. We overcome the problematic nature of standard approaches by analysing the entire Functional Urban Area of Milan as defined by the Oecd, using a new set of areas. Adopting an ecological approach, we define our spatial units in such a way that they have a sociological meaning and embrace the characteristics of the local population which actually voted at a specific polling station. We regress support for the Five Star Movement in each electoral district on a range of demographic, socio-economic and spatial variables. The results show that more disadvantaged districts beyond Milan’s municipal borders have a strong propensity towards supporting the Five Star Movement. Many of these areas were negatively affected by the economic crisis of 2008 and continue to experience severe difficulties. They are not places of extreme marginality, but may be described as «disenfranchised» areas with many unsatisfied needs that are largely ignored by the traditional parties.

in Actes de la recherche en sciences sociales Publication date 2020-01
CHAUVIN Sébastien
9
views

0
downloads
À partir des cas de deux professeurs particuliers exerçant auprès de clients milliardaires et multimillionnaires, cet article analyse le travail de professions de l’éducation physique qui occupent une fonction centrale dans les grandes maisons bourgeoises contemporaines, notamment dans la transmission de dispositions valorisées par les élites économiques et dans l’organisation de leur sociabilité. Après une première partie consacrée à la description détaillée de l’activité de Nathalie (professeure de yoga et masseuse) et de Benjamin (entraîneur de tennis et coach), ainsi qu’à leurs conditions d’emploi, on se penche sur leurs trajectoires et sur la socialisation précoce aux classes supérieures qui les a rendues possibles. On analyse ensuite les stratégies qu’ils déploient, notamment leur multi-territorialité, pour sélectionner et renouveler leur clientèle. Enfin, on aborde la complexité des relations interpersonnelles qu’ils entretiennent avec cette dernière, entre magistère et lexique de l’amitié.

in Actes de la recherche en sciences sociales Publication date 2020-01
MEMMI Dominique
LAMBERT Anne
3
views

0
downloads
Cet entretien avec Dominique Memmi revient sur les apports du concept de « domination rapprochée ». Forgé par elle, il désigne une relation de coprésence durable dans un espace clos et met l’accent sur la dimension physique des rapports entre dominants et dominés. Dans quelle mesure est-il utile pour rendre compte des transformations récentes dans les relations aux domestiques ? Dominique Memmi revient sur la conquête que représente le fait de ne plus habiter au domicile – conquête qui s’accompagne de nouvelles intolérances, en premier lieu à l’invisibilisation et à la confrontation aux manifestations corporelles (bruits, odeurs, déchets). Alors que les inégalités ne cessent de croître et que les bénéfices d’une certaine grandeur sociale n’existent plus que dans les maisons très riches, comment cette condition est-elle vécue et acceptée ?

in Actes de la recherche en sciences sociales Publication date 2020-01
LAMBERT Anne
3
views

0
downloads
Si le XXe siècle s’est singularisé dans de nombreux pays riches par une raréfaction progressive du personnel de maison, en particulier logé à domicile, au point que la sociologie avait pu y voir une forme d’emploi prémoderne et en annoncer la disparition, le constat est bien différent aujourdhui. On assiste à un retour, en termes d’effectifs, de l’emploi domestique, plus visible désormais, et, au-delà, du service direct aux particuliers, encouragés par des politiques publiques qui en font l’une des solutions possibles au problème du chômage de masse. (...)

in Actes de la recherche en sciences sociales Edited by COUSIN Bruno, LAMBERT Anne Publication date 2020-01
11
views

0
downloads
Si le XXe siècle s’est singularisé dans de nombreux pays riches par une raréfaction progressive du personnel de maison, en particulier logé à domicile, au point que la sociologie avait pu y voir une forme d’emploi prémoderne et en annoncer la disparition, le constat est bien différent aujourdhui. On assiste à un retour, en termes d’effectifs, de l’emploi domestique, plus visible désormais, et, au-delà, du service direct aux particuliers, encouragés par des politiques publiques qui en font l’une des solutions possibles au problème du chômage de masse. (...)

in Appartenances in-désirables. Le religieux au prisme de l'ethnicisation et de la racisation Edited by TERSIGNI Simona, VINCENT-MORY Claire, WILLEMS Marie-Claire Publication date 2019-09
12
views

0
downloads
Ce chapitre se penche sur le contenu de la "Trilogie sur l'Islam et sur l'Occident" de la journaliste-écrivain islamophobe Oriana Fallaci, afin d'analyser les façons dont elle met en œuvre dans son argumentaire des processus rhétoriques d'ethnicisation culturelle et de racialisation des musulmans.

in Manuel indocile de sciences sociales Edited by BOURSIER Philippe, PELLETIER Willy Publication date 2019-09
CHAUVIN Sébastien
43
views

0
downloads
1ères lignes : Au cours des trois dernières décennies, l’accélération des processus de mondialisation et l’augmentation des inégalités économiques dans la plupart des pays du monde ont posé la question de l’émergence d’une nouvelle classe dominante globale, qui serait caractérisée par son niveau de richesse inégalé, son ubiquité transnationale et sa culture spécifique. Afin de répondre à cette question de façon approfondie – allant au-delà des commentaires médiatiques suscités par les classements annuels de Forbes et de Fortune, l’actualité des fusions et acquisitions internationales et l’uniformisation apparente des pratiques et de la formation des élites économiques à travers le monde –, les sciences sociales ont mis en place plusieurs programmes de recherche empirique détaillée. L’essor actuel de nouvelles classes supérieures patrimoniales, susceptibles de nous ramener un siècle en arrière en termes de capitalisation privée et de justice distributive, est au cœur des travaux de Thomas Piketty et de ses collaborateurs. Leurs analyses de l’évolution des inégalités de revenus et de patrimoines, dans plusieurs pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) comme dans d’autres contextes nationaux, donnent à voir les mécanismes macroéconomiques constitutifs de cette hyper-bourgeoisie montante, ou, pour reprendre l’expression désormais courante dans la littérature anglophone, d’un nouveau groupe de « super-riches ». L’augmentation du volume total des patrimoines et leur concentration au sommet de l’échelle sociale, des taux de rendement du capital supérieurs à la croissance et plus élevés pour les plus fortunés ainsi que l’envolée sans précédent des très hauts revenus du travail (surtout aux États-Unis et au Royaume-Uni) sont les principales forces de divergence économique à l’origine du phénomène…

in The Conversation Publication date 2019-05-26
14
views

0
downloads
Pourquoi Matteo Salvini a-t-il choisi Milan pour y organiser samedi 18 mai sa grande kermesse « souverainiste » ? La question est loin d’être anodine. L’initiative du leader de la Ligue et ministre de l’Intérieur italien était impressionnante : un vaste rassemblement auquel étaient présents les représentants de douze partis d’extrême-droite de l’UE (malgré l’absence remarquée du Fidesz hongrois), juste une semaine avant les élections européennes. Paradoxalement, les partis nationalistes ont montré qu’ils peuvent être davantage coordonnés et transnationaux que les partis affiliés au PSE ou aux Verts, lesquels n’ont pas véritablement réussi à apparaître comme une force politique unifiée à l’échelle européenne. Bien sûr, on pourrait répondre qu’il est toujours plus facile de rassembler des mécontents sur la seule base de leurs penchants racistes et autoritaristes, que de fédérer autour d’un projet commun de construction européenne, mais c’est ici sur un autre paradoxe apparent que nous souhaiterions attirer l’attention… Milan, capitale économique du pays, métropole au cœur de la mondialisation et de plus en plus multiculturelle, symbole des secteurs les plus dynamiques et florissants de la Péninsule, n’est-elle pas depuis 2011 une « ville de gauche » ? Pourquoi alors la choisir pour ce grand raout nationaliste ? Imagine-t-on un grand meeting de suprématistes blancs américains à New York ou San Francisco ?

10
views

0
downloads
Un tour du monde des habitants des beaux quartiers et de leurs points de vue sur les pauvres : Bruno Cousin a participé avec trois autres sociologues à l’ouvrage Ce que les riches pensent des pauvres (Seuil, 2017). À Paris, à Sao Paulo au Brésil et à New Delhi en Inde, des regards croisés – qui souvent se recoupent – sur ceux qui n’ont rien ou peu. La « menace pauvre » vue d’en haut.

Next