Co-auteur
  • BORRAZ Olivier (4)
  • LAHAV Gallya (3)
  • BAUBÖCK Rainer (2)
  • THIOLLET Hélène (2)
  • Voir plus
Type de Document
  • Article de presse ou magazine (35)
  • Audiovisuel (28)
  • Article (18)
  • Partie ou chapitre de livre (18)
  • Voir plus
Sous la direction de GUIRAUDON Virginie, FAVELL Adrian Publié en 2011-03
9
vues

0
téléchargements
Sociology of the European Union examines how core sociological theories, concepts and methods can be applied to the study of the EU. Carefully integrating theory and empirical research, the book: • Explores key concepts in European studies, such as Europeanization, integration and transnationalism • Assesses the social foundations of Europe, from class and citizenship to mobility and culture • Includes contributions by internationally renowned names in political, economic and cultural sociology • Contains a postface from George Ross, one of the leading figures in contemporary European Studies This thought-provoking book opens up new questions and debates whilst introducing readers to essential ideas and cutting-edge research. It is invaluable reading for students of Sociology, European Studies, Politics and International Relations.

First lines : Τους μισθούς τουλάχιστον 160 ευρωσκεπτικιστών θα κληθούν να πληρώνουν οι ευρωπαίοι πολίτες στη νέα Ευρωβουλή που θα προκύψει από τις εκλογές της 25ης Μαΐου. Περίπου τόσοι υπολογίζονται οι ευρωσκεπτικιστές ευρωβουλευτές που θα εκλεγούν (επί συνόλου 764). Ο ευρωσκεπτικισμός βρίσκεται σε άνοδο καθώς είναι ένα χαρτί που παίζουν πολλοί, από το ένα ως το άλλο άκρο του πολιτικού φάσματος: ακροδεξιοί, λαϊκιστές («συντηρητικοί» ή «προοδευτικοί») και ακροαριστεροί, διχασμένοι στις απόψεις τους αλλά ενωμένοι στο μένος τους για την ΕΕ, την οποία κατηγορούν για την οικονομική κρίση, τους μετανάστες και τον καπιταλισμό.

in An Identity for Europe. The Relevance of Multiculturalism in EU Construction Publié en 2009-04
0
vues

0
téléchargements

Premier paragraphe : Environ 1500 migrants ont tenté de rejoindre l’Angleterre via le tunnel sous la manche à Calais, en France, dans la nuit du 28 au 29 juillet 2015. Pourquoi la Grande-Bretagne reste-t-elle une destination privilégiée par de nombreux migrants depuis les années 1990 ? Explications.

Publié en 2017-10-04
BUJON Anne-Lorraine
KRASTEV Ivan
LAFONT RAPNOUIL Manuel
26
vues

0
téléchargements
Où en est le projet européen ? Depuis quelques années, l’Union européenne traverse une mauvaise passe : crise des dettes souveraines, référendum du Brexit au Royaume-Uni, montée de mouvements populistes hostiles aux élites libérales pro-européennes... De toutes ces crises, celle de l’accueil des migrants est sans doute la plus révélatrice, car elle met au jour des fractures profondes : entre le Nord et le Sud, où l’Italie et la Grèce, pays de première entrée des migrants, demandent en vain davantage de solidarité ; mais aussi entre l’Ouest et l’Est, car les pays du groupe de Visegrad, Pologne et Hongrie en tête, refusent de se voir imposer un plan de répartition des réfugiés qu’ils estiment incompatible avec leur souveraineté nationale. Tandis que l’Allemagne réaffirme que le projet européen repose avant tout sur le partage de normes constitutionnelles et de principes universels de respect des droits de l’homme, d’autres voient l’Europe comme une civilisation et une culture assiégées, qu’il faut défendre en consolidant les frontières. Dans le même temps, le nouveau paysage international depuis l’élection de Donald Trump inciterait plutôt les pays de l’Union européenne à resserrer les rangs, face aux États-Unis et aux grands émergents comme la Chine. Et les opinions publiques redécouvrent en partie leur attachement à l’appartenance européenne... Dans ce contexte mouvant, la question migratoire est toujours plus critique, car de son traitement dépendra la capacité de l’Union européenne à défendre un modèle politique fidèle aux principes mêmes de sa fondation dans l’après-guerre. Sera-t-il possible de remettre l’intégration européenne en marche, et sur la base de quels compromis ? Débat animé par Anne-Lorraine Bujon (rédactrice en chef de la Revue Esprit) avec Virginie Guiraudon (Sciences Po), Ivan Krastev (Centre for Liberal Strategies, Sofia), et Manuel Lafont Rapnouil (Conseil européen des relations internationales), organisé par l'IEA de Paris et la revue Esprit, le 4 octobre 2017, dans le cadre du cycle de débats "L'esprit du temps".

24
vues

0
téléchargements
Migration control is now “high politics” in Europe and a priority for the EU. For example, on May 2, 2018, the European Commission proposed that the budget for the management of external borders, migration and asylum – set at 13 billion euros for the period 2014-2020 – be raised to 34.9 billion euros. The main goal is to stem migration flows by displacing the border as far as possible from EU territory. In this context, it may be worthwhile to analyse the initiatives of the new French president, Emmanuel Macron, who has vowed to weigh on EU decisions. What solutions does he propose and how can we assess them?

11
vues

0
téléchargements
Le dernier épisode de l’Aquarius l’a une nouvelle fois confirmé, la politique migratoire européenne est un leurre. Il a fallu une négociation interétatique pour que quatre pays se répartissent les 58 migrants que le navire humanitaire avait recueillis à son bord. A Salzbourg, huit jours plus tôt, le sommet européen organisé par la présidence tournante autrichienne de l’Union européenne qui devait débloquer au moins partiellement le problème n’a débouché sur rien ou presque. Même si le flux des arrivées s’est considérablement tari depuis l’année record de 2015, la Pologne, la Hongrie bloquent toujours l’idée d’une répartition des migrants qui débarquent en Europe. Dans les pays comme l’Allemagne ou la Suède qui ont accueilli un grand nombre de réfugiés, les partis populistes et d’extrême droite ont réalisé des scores électoraux historiques. Quant à l’Italie, elle ferme désormais ses ports aux navires humanitaires. Faute de stratégie claire, de volonté politique, les migrations restent un problème européen insoluble.

70
vues

0
téléchargements
Face aux questions migratoires, Virginie Guiraudon (CNRS/Sciences Po), Hélène Thiollet (CNRS/Sciences Po) et Camille Schmoll (Paris 7/IUF) ont lancé un appel à la communauté scientifique pour la constitution d’un Groupe International d’Experts sur les Migrations et l’Asile (GIEMA). À l'occasion de la première réunion du groupe qui se tient ce 10 décembre 2018, les chercheuses rappellent les enjeux de cette mobilisation.

in Libération Publié en 2017-06-27
44
vues

0
téléchargements
Les critiques sévères du Défenseur des droits sur la situation à Calais ont suscité des réactions contradictoires : le président de la République française a appelé «à la plus grande humanité» tandis que le ministre de l’Intérieur excluait d’ouvrir un nouveau centre d’accueil.

Suivant