Co-auteur
  • HALPÉRIN Jean-Louis (5)
  • SAVOYE Antoine (3)
  • ROLLAND Patrice (3)
  • LINHARDT Dominique (3)
  • Voir plus
Type de Document
  • Partie ou chapitre de livre (33)
  • Article (30)
  • Communication non publiée (28)
  • Numéro de périodique (13)
  • Voir plus
En s’emparant de la thématique des rapports entre droit et anthropologie, ce numéro de Clio@Themis s’inscrit, à l’instar de numéros précédents, dans la perspective d’une histoire sociale et intellectuelle du droit. C’est à partir des rapports difficiles entre droit et anthropologie que ce volume poursuit plus spécifiquement l’enquête sur le couple droit et (autres) sciences sociales, entendu ici, non seulement comme objet, mais également comme méthode. Que les relations entre droit et anthropologie n’aient rien d’évident, nul n’en disconvient. Dans un récent panorama sur l’état de l’anthropologie juridique française, Louis Assier-Andrieu écrivait malicieusement que « projeter un juriste dans une société exotique n’en fait pas plus un anthropologue qu’envoyer un anthropologue à l’audience n’en fait un juriste ». Et de rappeler, comme d’autres avant lui, le dialogue délicat entre deux savoirs forgés dans des traditions méthodologiques opposées, utilisant parfois des termes identiques pour désigner des concepts différents (coutume, parenté, etc.), et, pour tout dire, porteuses d’une façon différente de penser le monde. [Premier paragraphe]

Publié en 2008-03
AUDREN Frédéric
3
vues

0
téléchargements

in Les Etudes sociales Publié en 2005
AUDREN Frédéric
0
vues

0
téléchargements

in Revue trimestrielle de droit civil Publié en 2013-12
58
vues

58
téléchargements
Qui est ce mystérieux Jean Cruet, auteur d'un ouvrage retentissant, publié en 1908 chez Ernest Flammarion, intitulé La vie du droit ou l'impuissance des lois, retiré à trois reprises jusqu'en 1920 et traduit en portugais ? Jean Carbonnier lui consacre quelques lignes, dans sa Sociologie juridique. Dans le premier tome de sa Critique de la raison juridique, André-Jean Arnaud fait de Cruet l'un des premiers promoteurs d'une sociologie juridique autonome. Plus récemment, Pascale Deumier a attiré l'attention sur la conception du « droit spontané » du juriste. [Premières lignes]

in Les Etudes sociales Sous la direction de AUDREN Frédéric Publié en 2005
2
vues

0
téléchargements

in Jean Jaurès cahiers trimestriels Publié en 1996
AUDREN Frédéric
3
vues

3
téléchargements

in Les Etudes sociales Sous la direction de SAVOYE Antoine, AUDREN Frédéric Publié en 2002
0
vues

0
téléchargements

Publié en 2008
LE PLAY Frédéric
SAVOYE Antoine
AUDREN Frédéric
9
vues

0
téléchargements
On sait la contribution des ingénieurs des mines à la découverte du monde physique, leur apport à la connaissance de la matière et leur part dans l'invention des procédés pour son exploitation et sa transformation. On connaît moins leur participation, au cours du XIXe siècle, à la définition des sciences sociales. Frédéric Le Play (1806-1882), par ses recherches statistiques et métallurgiques, comme par son œuvre de science sociale, a marqué de son empreinte l'Ecole des mines. A sa suite, des ingénieurs, qu'ils soient du corps ou civiles, entreprennent des enquêtes sur la condition ouvrière et les conflits sociaux, mais aussi concourent à la naissance des politiques sociales en faisant connaître les institutions de prévoyance du secteur industriel. A la croisée de la science et de l'action, ils dessinent un type nouveau d'ingénieur capable d'associer rationalité technique et sciences de la société : l'ingénieur social. Naissance de l'ingénieur social regroupe un choix de textes significatifs de la contribution des ingénieurs à cet essor des sciences sociales dans le monde industriel. Publié entre 1856 et 1906, sous la signature de Frédéric Le Play (avec Albert de Saint-Léger et Adolphe Focillon comme collaborateurs), Lucien Fèvre, Jacques de Bellefond, Maurice Bellom, William Bertheault et Emile Cheysson, ils témoignent d'une conception originale où la saisie directe des faits sociaux est la pierre angulaire de l'interprétation des relations sociales et de leur transformation.

Introduction au dossier "Juristes et sciences du droit en société - Éléments pour une histoire intellectuelle de la raison juridique (XIXe-XXe)". Ce nouveau dossier prolonge l’enquête au long cours de Clio@Themi sur l’historiographie contemporaine et ses enjeux. Dans un texte roboratif et malicieux, Pierre Bonin a récemment rappelé, pour l’histoire du droit, tous les bénéfices d’une telle enquête historiographique. Cette dernière contribue aussi bien à renouveler les questions et les approches traditionnelles qu’à déstabiliser les évidences disciplinaires pour relancer les interrogations. En confrontant constamment la recherche historique à ses présupposés (ou ses impensées), à ses résultats et ses effets sur le domaine qu’elle explore, l’historiographie est bel et bien un puissant facteur de dynamisme scientifique. [Premières lignes]

Suivant