Coauthor
  • HALPÉRIN Jean-Louis (5)
  • SAVOYE Antoine (3)
  • ROLLAND Patrice (3)
  • LINHARDT Dominique (3)
  • Show more
Document Type
  • Part or chapter of a book (33)
  • Article (30)
  • Conference contribution (28)
  • Periodical issue (13)
  • Show more
Introduction au dossier "Juristes et sciences du droit en société - Éléments pour une histoire intellectuelle de la raison juridique (XIXe-XXe)". Ce nouveau dossier prolonge l’enquête au long cours de Clio@Themi sur l’historiographie contemporaine et ses enjeux. Dans un texte roboratif et malicieux, Pierre Bonin a récemment rappelé, pour l’histoire du droit, tous les bénéfices d’une telle enquête historiographique. Cette dernière contribue aussi bien à renouveler les questions et les approches traditionnelles qu’à déstabiliser les évidences disciplinaires pour relancer les interrogations. En confrontant constamment la recherche historique à ses présupposés (ou ses impensées), à ses résultats et ses effets sur le domaine qu’elle explore, l’historiographie est bel et bien un puissant facteur de dynamisme scientifique. [Premières lignes]

in Revue d'histoire des sciences humaines Publication date 2006
AUDREN Frédéric
2
views

2
downloads
À l’occasion de la publication des travaux du colloque célébrant les dix ans d’existence de la Société française pour l’histoire des sciences de l’homme (décembre 1996), Claude Blanckaert relève avec satisfaction que, grâce aux efforts collectifs, « l’histoire des sciences humaines est maintenant en capacité d’ajouter un chapitre méconnu à l’histoire des sciences classiques ». Depuis, l’histoire des sciences humaines a renforcé sa position de pôle de recherche novateur, attirant à elle de nouveaux chercheurs et des questionnements renouvelés. Un signe manifeste est la publication, depuis quelques années, à un rythme soutenu, de travaux individuels et collectifs sur quelques-unes des figures canoniques françaises et étrangères de la pensée sociologique : Henri de Saint-Simon, Auguste Comte, Max Weber pour ne prendre que ces trois exemples significatifs. La profusion des analyses s’accompagne souvent de l’édition, la réédition ou la traduction de textes introuvables, d’un accès difficile ou inédits. Ces entreprises éditoriales ont parfois soulevé des interrogations (par exemple, la réédition des oeuvres de Tarde), plus rarement des débats assez vifs (les problèmes liés à la traduction des oeuvres de Max Weber). Elles n’en sont pas moins indispensables. L’année 2005 a également vu paraître un Dictionnaire de la pensée sociologique. [Premières lignes]

in Revue d'histoire des sciences humaines Publication date 2001
AUDREN Frédéric
14
views

14
downloads
Pour l’histoire des sciences humaines, Paul Huvelin est l’homme d’une controverse : avec Marcel Mauss, à propos des rapports qu’entretiennent le droit, la religion et la magie. C’est naturellement un peu court pour résumer une carrière. Carrière brève, il est vrai, car Paul Huvelin est décédé, en pleine activité, à l’âge de 51 ans, le 2 juin 1924. Il enseignait alors le droit romain à la faculté de droit de Lyon. La Revue historique de droit français et étranger, vitrine de la discipline histoire du droit, lui consacre en hommage une assez brève nécrologie. Elle vante l’esprit et la culture du juriste mais ne mentionne à aucun moment ses préoccupations sociologiques. Pourtant, actif collaborateur à L’Année sociologique à partir du sixième volume (1901-1902), il confie à la revue un mémoire original et plus d’une quarantaine de comptes rendus. Les années 1910 marquent une incontestable évolution de la carrière. Sans abandonner son enseignement, il se tourne alors vers la diplomatie et la politique (...).

in Revue d'histoire des sciences humaines Publication date 2001
AUDREN Frédéric
NAVET Georges
5
views

0
downloads
Des trois titulaires de la chaire d'Histoire générale et philosophique des Législations comparées au Collège de France, Édouard Laboulaye est sans aucun doute le plus connu. Pierre Legendre, Olivier Motte et André Dautéribes ont largement contribué à sortir ce grand juriste libéral de l'oubli dans lequel l'historiographie l'avait abandonné. L'accession de Laboulaye au Collège de France constitue un moment privilégié de l'histoire de la science juridique. Elle apparaît comme une victoire significative au XIXème siècle des partisans de la rénovation méthodologique au sein des facultés de droit. Laboulaye condamne depuis plusieurs années la sclérose de l'enseignement juridique (...) Et Lerminier ? Il faut avouer que l’historiographie française a quelque peu négligé cette figure attachante de la science juridique du XIXème siècle. Deux études en langue étrangère lui ont pourtant été consacrées, sans toutefois faire sortir le personnage du purgatoire dans lequel la science juridique semble le maintenir. Ces travaux – fait intéressant – ne font pas usage des archives du Collège de France pour brosser le portrait de leur brillant sujet. Pourtant Lerminier est le premier titulaire de cette chaire d’Histoire générale et philosophique des Législations comparées, chaire instituée pour lui en mars 1831. [Premières lignes]

in La fabrique de l’honneur et les décorations en France, XIX-XXe siècles Sous la direction de DUMONS Bruno, POLLET Gilles Publication date 2009-07
LASCOUMES Pierre
AUDREN Frédéric
29
views

0
downloads
La figure de Daniel Wilson (1840-1919), gendre du président Jules Grévy, est un beau cas pour illustrer les ambivalences de la fonction politique en particulier dans ses rapports à la probité publique. Cet acteur politique est remarquable tant pour l'ampleur de ses pratiques clientélaires que pour la remarquable longévité de sa carrière de député de Loches malgré les nombreuses mises en cause auxquelles il a dû faire face. [Premières lignes]

6
views

0
downloads
Un petit vent d'air frais souffle sur l'histoire du droit contemporain. Plusieurs travaux récents s'efforcent de rompre avec certaines méthodes et approches vieillissantes de la discipline. La récente publication du volume intitulé L'idée de fonds juridique commun dans l'Europe du XIXe siècle s'inscrit dans ce mouvement de renouvellement des problématiques et des questionnements. Issu du colloque Circulation des modèles juridiques et formation des réseaux au XIXe siècle : vers un fonds juridique européen organisé en novembre 2012 à la faculté de droit et de science politique de Rennes, cette manifestation a réuni plusieurs juristes français et italiens mais également belge, roumain et suisse. Comme le souligne Sylvain Soleil dans son introduction, ce colloque avait interrogé « l'histoire du droit pour y chercher d'éventuelles traces de recours à un fonds juridique commun en contexte de nationalismes juridiques » (p. 18). L'hypothèse centrale qui guide cette entreprise ouvre une voie historiographique inédite : phénomène massif et visible au XIXe siècle, l'éveil des nationalismes et son corolaire, le nationalisme juridique, ne doivent pas occulter un vaste phénomène, moins bien repéré, de comparaisons et de mimétismes qui affecte alors les mondes politico-administratifs et ceux du droit. Un tel processus de transferts et d'échanges institutionnels et juridiques entre les nations européennes conduirait à la constitution d'un « fonds juridiques commun » qui aurait fait le lit de la future construction communautaire. [Premières lignes]

Next