Co-auteur
  • Centre de recherches internationales (1)
Type de Document
  • Compte-rendu d’ouvrage (2)
  • Contribution à un site web (2)
  • Article (1)
  • Partie ou chapitre de livre (1)
  • Voir plus
2
vues

0
téléchargements
Dans cet ouvrage, à paraître également aux Presses de l’EHESS, Guillaume Sauvé étudie le cheminement intellectuel et politique de l’intelligentsia libérale soviétique pendant la perestroïka. Le titre du livre, « Subir la victoire », exprime l’ambivalence de cette période au cours de laquelle la victoire majeure des libéraux - le démantèlement du système communiste – s’est obtenue « au prix de leur propre déclin » (p. 12). L’intervalle étudié, de 1987 à 1993, s’ouvre sur l’essor phénoménal des intellectuels libéraux dans l’arène médiatique et traverse leur expérience de la lutte politique jusqu’à leur chute dans la sphère publique post-soviétique. En 1993, lors de l’adoption d’une Constitution « super-présidentielle » (p. 12), assise sur la répression par la force de l’opposition parlementaire, les intellectuels libéraux sont exclus du pouvoir et discrédités auprès de l’opinion publique, tandis que leurs valeurs sont bafouées par la fondation, autoritaire et violente, de la démocratie russe contemporaine...

in Esprit Publié en 2020-10-12
19
vues

0
téléchargements
La crise de la Covid-19 est l’occasion de reconnaître, avec Chestov, la dimension tragique de nos existences.

Compte rendu de l'ouvrage "Entre le marteau et l’enclume. La fabrication de l’hégémonie partisane dans la Russie de Poutine" de Clémentine Fauconnier, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2019 (Espaces politiques). 262 p.

in Observatoire international du fait religieux (bulletin n°32 - septembre 2019) Sous la direction de Centre de recherches internationales, DIECKHOFF Alain, PORTIER Philippe Publié en 2019-12
67
vues

0
téléchargements
[...] Créé en 1993, le Conseil a pour mission de défendre « la renaissance spirituelle, culturelle, sociale et économique de la Russie et du peuple russe » entendu au sens ethno-national [russkiy]. Il s’inscrit ainsi volontairement à contre-courant de l’esprit de la Constitution qui, adoptée la même année, venait trancher un long débat sur la nouvelle appellation officielle du pays en faveur d’une interprétation civique de l’identité russe [rossiyskiy]. Présidé par le patriarche de Moscou et de toute la Russie, le Conseil rassemble des personnalités politiques, des représentants du « monde de la science, de la culture et de l’éducation », des militaires et « des compatriotes de l’étranger ». A l’occasion de ses congrès annuels, le Conseil a produit une série de textes constitutifs de la pensée sociale orthodoxe et « panrusse », dont la « Déclaration des droits et de la dignité de l’homme » (Xe Congrès, 2006) ou encore la « Déclaration de l’identité russe » (XIVe Congrès, 2014) [...]

Avec cet article, l’auteur nous propose une analyse philosophico-politique du régime russe contemporain. Prenant acte d’un régime alliant la valorisation des traditions, opposée à la « décadence » des régimes libéraux d’Occident et une volonté de croissance technoscientifique, l’auteure nous propose le concept de « conservatisme dynamique » pour mieux rendre compte d’une hybridation singulière entre les deux courants.

85
vues

0
téléchargements
Depuis la fin de l’Union soviétique, les élites russes sont en quête d’idéologies de rechange. Ainsi renaît de ses cendres le cosmisme. Conjuguant foi chrétienne, rationalisme et rêve d’immortalité, ce courant de pensée né au XIXe siècle offre à ses nouveaux apôtres un cadre idoine pour marier relance des programmes scientifiques et affirmation des valeurs traditionnelles.

54
vues

0
téléchargements
Acteur géopolitique majeur, l’Etat se trouve questionné par de multiples forces, dont la dérégulation et l’intelligence artificielle. Juliette Faure démontre que la puissance de l’intelligence artificielle fait déjà directement concurrence à l’État dans ses prérogatives classiques : connaissance, contrôle et administration de son corps social. Elle finit par rendre plausible la disparition de la loi humaine au profit d’un code dont la capacité de savoir, de régulation et d’application de décisions est rarement mise en défaut. L’intelligence artificielle est donc bien un sujet géopolitique.

in Traité de bioéthique IV - Les nouveaux territoires de la bioéthique Sous la direction de HIRSCH Emmanuel, HIRSCH François Publié en 2018
47
vues

0
téléchargements
Les présupposés normatifs de la démocratie libérale – l’autonomie morale et la liberté politique des sujets – sont mis à l’épreuve par la puissance des nouvelles technologies numériques. Nous étudions ici la spécificité des enjeux éthiques liés à la gouvernance des blockchains et l’aide à la décision par algorithmes. Nous invitons à une politique d’éducation et de réflexion publique continue, dans l’esprit philosophique de la bioéthique, pour garantir la conformité des technologies numériques avec les valeurs constitutionnelles au fondement d’une cité démocratique.