Co-auteur
  • COLONOMOS Ariel (1)
Type de Document
  • Article (2)
  • Thèse de doctorat (1)
14
vues

0
téléchargements
Building on new trends in neuroscience and philosophy of mind, this article provides a roadmap for incorporating consciousness into social research. Drawing upon Alexander Wendt’s Quantum Mind and Social Science, it is argued that one of the greatest obstacles encountered by social research when approaching social reality is that it provides neither an epistemological nor an ontological place for consciousness. The present article intends to address that problem by introducing a sophisticated method of guided introspection that has the potential to revolutionize our understanding of agency. This method, whose epistemological situation is isomorphic to that of quantum physics, enables researchers to gain insight into the structures of decisionmaking processes. Such an endeavor is extremely relevant for security studies: the consideration of consciousness could lead to a radical new understanding of the dynamics of conflict, cooperation, strategic defense, political polarization, radicalization, violent extremism, and terrorism, as well as of the processes of social transformation required to cope with climate change. Moreover, bringing consciousness into social research could foster ongoing biological, evolutionary, and neuroscientific approaches to international relations. Thus, through the introduction of the ‘phenomenal consciousness’ of actors, it is shown how we can dive into the fountainhead of human agency and map mental processes.

Notre thèse explore deux anomalies quant aux théories sur les interactions hydriques transfrontalières. Le lac Victoria, où toutes les conditions matérielles, économiques et environnementales sont données pour les conflits, et pourtant la coopération s’impose. Et le fleuve Uruguay, où un régime institutionnel solide existait et les conditions environnementales étaient optimales, et pourtant la coopération fût brisée et le conflit éclata. Pour élucider l’énigme de ces cas, au lieu de sonder les aspects politiques et institutionnels des bassins, comme font certaines approches, ou ceux physiques, comme en font d’autres, nous proposons une autre voie. Notre démarche consiste à porter le regard vers ce qui donne naissance aux actions des agents en interaction avec leur milieu, à savoir la nature humaine et le fonctionnement du cerveau. Afin de conduire cette enquête, nous nous appuyions sur trois axes. Le premier est celui des entretiens que nous avons réalisés dans les bassins étudiés. Le deuxième est la sociologie de Gabriel Tarde, laquelle invite à une continuation actualisée d’un projet de recherche du social permettant l’intégration des développements scientifiques biologiques, évolutifs et cognitifs. Le troisième axe est celui des neurosciences, lesquelles confirment plusieurs intuitions tardiennes, et permettent de mieux cerner les aspects référant à la nature humaine dans son interaction avec la société et l’environnement. Notre enquête montre alors comment les dynamiques du conflit et de la coopération convergent dans la conscience, en tant que la clé qui, par-delà toute situation environnementale donnée, permet aux humains d’actualiser d’innombrables potentialités.

1
vues

0
téléchargements
Using the experiences of communities surrounding Lake Victoria as an informative case study, Leonardo Orlando argues that the management of transboundary water resources leads to greater collaboration anda lower level of conflict. Orlando illustrates the ways by which the process of negotiating water management can provide a framework for international cooperation.