Co-auteur
  • GIAMETTA Calogero (5)
  • MORI Chikako (4)
  • LIEBER Marylène (2)
  • HAMMOUCHE Abdelhafid (2)
  • Voir plus
Type de Document
  • Article (15)
  • Partie ou chapitre de livre (6)
  • Contribution à un site web (4)
  • Livre (3)
  • Voir plus
in Cogito, le magazine de la recherche (Sciences Po) Publié en 2020-04-26
13
vues

0
téléchargements
La migration des femmes par le mariage est un phénomène ancien, qui s’est renouvelé depuis les années 1990 avec les mobilités internationales. En m’appuyant sur des recherches collectives, j’en présente deux dimensions essentielles. La première est celle du continuum entre les migrations de travail et de mariage, toutes deux liées à la prise en charge du « care ». La seconde a trait aux tensions entre des cadres d’analyse mettant en avant l”agency”, traduisant la prise en mains par les femmes de leurs migrations, et ceux insistant sur l’exploitation des corps et de la force de travail féminine.

11
vues

0
téléchargements
Compte rendu de l'ouvrage "Staged Seduction: Selling Dreams in a Tokyo Host Club", d'Akiko Takeyama, Stanford University Press, Stanford, 2016, 248 p.

in Ethnic and Racial Studies Publié en 2020-02
CHUANG Ya-Han, Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires
49
vues

0
téléchargements
This article examines the collective actions undertaken by two groups of Chinese female migrants in Paris: sex workers who opposed a new law on prostitution, and manicurists who joined trade unions and went on strike. These women share similar geographical origins and migration projects; many came to France alone, and thus have much weaker social capital than other Chinese migrants in Paris, which pushed them to choose professional sectors viewed as marginal or even stigmatized. Despite their precarious situation, their marginal position has created conditions for collective action, enabling them to develop strong sense of collective belonging and receive support from organizations outside the community. These findings show how a marginal position in an ethnic community can be a triggering factor for migrants’ inclusion and political engagement in the host society.

13
vues

0
téléchargements
The French Prostitution Act offers the country’s sex workers a way out, but the programme is picky about who it accepts.

La loi du 13 Avril 2016 contre le « système prostitutionnel » visait plusieurs objectifs : favoriser les parcours de sortie de la prostitution, lutter contre la traite des personnes, renverser la charge pénale pour la faire peser sur le client… Trois ans après son entrée en vigueur, le bilan qu’on peut dresser après consultation des associations est sans appel : c’est un échec, et la situation des travailleur.se.s du sexe a empiré.

In 2016, France adopted a law criminalising the clients of sex workers. This report focuses on the impact of this new legislation on the health, rights and living conditions of sex workers in the country.

Venus du Vietnam, du Laos ou du Cambodge, des Chines ou du sous-continent indien, sans oublier les Japonais, les Coréens et les Philippins, les migrants asiatiques et leurs descendants font l'objet de travaux de recherche encore trop rares comparés à d'autres groupes de la population française issus de l'immigration.

in Cahiers du genre Sous la direction de LE BAIL Hélène, LIEBER Marylène, RICORDEAU Gwenola Publié en 2018-05
53
vues

0
téléchargements
À l’articulation de la sociologie du genre, des migrations et des émotions, ce numéro propose une série d’articles qui analysent comment les migrations par le mariage sont façonnées à l’époque contemporaine par des rapports de genre, la mondialisation du marché du travail et les constructions nationales.

in Cahiers du genre Publié en 2018-05
LIEBER Marylène
RICORDEAU Gwenola
28
vues

0
téléchargements
La popularisation, en France, des expressions ‘mariage blanc’ et ‘mariage gris’, à l’instar de celle de ‘green card marriage’ aux États-Unis, signale une visibilité croissante du mariage comme voie migratoire, éclipsant en partie la focalisation classique sur les migrations de travail. Ces deux dernières décennies, de nombreuses recherches, en particulier anglophones, se sont intéressées à l’articulation contemporaine des dynamiques migratoires et matrimoniales, un phénomène qui ne peut être réduit ni à la question des mariages mixtes, ni à celle des migrations pour raisons familiales. Ce phénomène est désigné par une constellation de termes : ‘mariages transfrontaliers’ (cross-border marriages), ‘transnationaux’ (transnational marriages) et ‘internationaux’ (international marriages), ou encore ‘migration matrimoniale’ et ‘migration par le mariage’ (marriage migration). Face à ce large éventail de termes, et afin de présenter les enjeux de ces recherches à un public francophone, nous revenons dans cette introduction sur les termes parfois proches utilisés pour désigner le phénomène des migrations par le mariage, avant de le considérer successivement sous l’angle des tensions qu’ont fait apparaître les premières recherches académiques. D’abord, nous aborderons les perspectives qui oscillent entre la dénonciation d’une marchandisation des corps des femmes ou, au contraire, une mise en évidence de leur capacité d’action. Ensuite, nous traiterons des travaux qui soulignent le continuum entre migrations familiales et migration de travail. Enfin, nous présenterons les recherches qui s’intéressent à la question des imaginaires nationaux qui sous-tendent le traitement institutionnel et politique de l’articulation entre migration et mariage. Prises ensemble, ces trois perspectives font apparaître la façon dont ces migrations sont façonnées, tant par le renouvellement des rapports de genre à l’époque contemporaine, que par la mondialisation du marché du travail et les constructions nationales.

Cet article d’état de littérature porte sur les migrations résultant de mariages transnationaux exogames dont l’augmentation coïncide avec la globalisation du marché matrimonial à partir des années 1980 et qui sont caractérisés par une forte surreprésentation des femmes migrantes. L’article focalise sur les recherches qui intègrent le phénomène dans le champ de réflexion de la globalisation du travail reproductif ainsi que dans celui du contrôle biopolitique des migrantes. Il montre la complémentarité des travaux qui décrivent ces migrations comme une source de main-d’œuvre recherchée et de ceux qui analysent comment les épouses migrantes deviennent la cible de discours sur la menace.

Suivant