Coauthor
  • BENDJABALLAH Selma (5)
  • GARCIA Guillaume (4)
  • CADOREL Sarah (3)
  • GROSHENS Emilie (3)
  • Show more
Document Type
  • Conference contribution (4)
  • Report (2)
  • Article (1)
  • Part or chapter of a book (1)
  • Show more
Présentation de la banque d'enquête beQual du Centre de Données Socio-Politiques lors du séminaire du Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CRESPPA) Université Paris 8, le 19 mai 2016.

Réutiliser des matériaux d’enquêtes qualitatives en sciences sociales pour produire de nouvelles recherches et enseigner les méthodes : tel est le questionnement scientifique ayant conduit en 2011 à la création de la banque d’enquêtes qualitatives au Centre de données socio-politiques (CDSP).Le présent article expose les réflexions menées au sein de beQuali autour des enjeux de la réutilisation des données qualitatives. Il détaille pour chaque étape du processus — de la collecte des archives à l’exploration des corpus sur le site Web — les différentes problématiques qui ont préfiguré la mise en place du dispositif beQuali et les moyens mis en oeuvre pour construire et faire fonctionner l’équipement tel qu’il existe aujourd’hui.

42
views

0
downloads
Ce texte propose un retour d’expérience sur les problématiques d’anonymisation que nous gérons dans le développement de la banque d’enquêtes qualitatives en sciences sociales “beQuali”. Nous y restituons les questions que nous affrontons, ainsi que les solutions mises en œuvre, lorsque nous devons traiter des données qualitatives portant sur des individus “enquêtés” lors de recherches en sociologie et en science politique. Nous y explicitons les difficultés à articuler deux principes d’égale importance : préserver la précision des données et donc leur potentiel de réutilisation – ce qui renvoie à une nécessité d’ordre scientifique – et protéger les enquêtés et les chercheurs premiers – ce qui renvoie à un impératif avant tout d’ordre juridique, mais aussi éthique ou déontologique 1 . L’anonymisation de telles “données”, loin de se résumer à une opération technique, conséquence de l'application mécanique du droit, constitue un enjeu complexe, au carrefour de logiques hétérogènes ; à défaut de pouvoir être standardisée, elle implique un traitement au cas par cas, via des réglages ad hoc, à la recherche d’un équilibre à chaque fois sur mesure. Pour ce faire, nous restituons les fruits d’une réflexion collective basée sur l’examen croisé de plusieurs cas de figure illustrés par des enquêtes déjà traitées ou en cours de traitement à beQuali.

Cette communication a eu lieu dans le cadre de l'Action Nationale de Formation du réseau MATE SHS (Méthodes Analyse Terrain Enquêtes en SHS), intitulée "Collecter et produire des données pour la recherche en SHS" (Fréjus, 15-18 novembre 2016). La réutilisation des enquêtes qualitatives en sciences sociales est une pratique peu développée en France (Duchesne & Garcia, 2014). Pour autant, des formes de réutilisation ont, assez récemment, été mises en œuvre en sociologie et en science politique. Ouverte depuis 2012, la banque d’enquêtes qualitatives en sciences sociales (beQuali), développée au sein du Centre de données socio-politiques (CDSP, UMS 828 Sciences Po - CNRS), est la première plateforme française dédiée à l’analyse secondaire dans ces disciplines. La banque d’enquête doit faire face à des problématiques particulières pour répondre à sa promesse scientifique : permettre à des enseignants et/ou chercheurs d’avoir accès à des données de qualité déjà constituées sur un objet donné, afin de pouvoir se concentrer sur la réanalyse ou réaliser des comparaisons avec d’autres jeux de données. La présentation de cet outil de conservation et mise à disposition de données qualitatives s’attache à exposer les modalités d’accès aux données, ainsi que le travail de documentation et recontextualisation réalisé par beQuali, et à interroger les difficultés spécifiques à la réutilisation.

Sur le site de la banque d’enquêtes qualitatives (beQuali), la communauté scientifique accède au processus d’analyse d’un terrain d’enquête en SHS. Après une présentation de la variété des formes et des supports que représente la phase d'analyse (synthèses, rédactions intermédiaires etc.), cette communication décrit la documentation de cette étape de l’enquête, notamment dans une perspective de ré-utilisation.

Cette communication a eu lieu dans le cadre de la 6e Journée nationale d'étude du Réseau des URFIST, qui s'est tenue à Paris le 29 septembre 2016. La banque d'enquêtes qualitatives beQuali développée par le Centre de Données Socio-Politiques (UMS 828 Sciences Po - CNRS) met à disposition de la communauté scientifique des archives d’enquêtes en sciences sociales menées à partir de méthodes qualitatives. Cette communication présente ce service à vocation nationale qui s’inscrit dans la politique de conservation de données de recherche, et les nouvelles possibilités qu'il offre pour la recherche et l'enseignement en SHS.

0
views

0
downloads
La banque d'enquêtes qualitatives beQuali développée par le CDSP valorise des archives d'enquêtes qualitatives en sciences sociales. Ce projet repose sur des associations de compétences entre les métiers de l'information, de la recherche, et des technologies numériques. L'article présente les spécificités de la diffusion et de la pérennisation d'archives d'enquêtes et les solutions mises en œuvre par beQuali. https://dl.acm.org/citation.cfm?id=3240144

Activité de documentation scientifique réalisée par beQuali (Centre de Données Socio-Politiques), l'enquête sur l'enquête facilite la réutilisation des données de recherche mises en ligne sur beQuali.fr en livrant des informations sur la genèse et le déroulement de l’enquête. Cette enquête sur l'enquête porte sur les données de l'enquête qualitative "Comparaison des ministères de l'enseignement supérieur de France et d'Allemagne" de C. Musselin et E. Friedberg (1987-1990) https://doi.org/10.21410/dshs_2016/p9kv-f227. Enquête sociologique portant sur les ministères de l’enseignement supérieur en France et en Allemagne, réalisée entre 1987 et 1990 par Christine Musselin, Erhard Friedberg et une équipe de chercheurs, notamment du Centre de Sociologie des Organisations, en sociologie. Le terrain repose sur la base d'entretiens semi-directifs conduits avec plusieurs personnels administratifs des ministères de l’enseignement supérieur en France et dans trois Länder allemands (Basse Saxe ; Rhénanie-du-Nord-Westphalie ; Bade-Wurtemberg). Le matériau est composé de cent-cinquante-neuf entretiens ainsi que de plusieurs documents administratifs (organigrammes) et de sociogrammes. L'enquête interroge le statut des universités en France et en Allemagne, à travers notamment les relations qu’elles entretiennent avec l’Etat ainsi qu’avec les professions universitaires. La comparaison permet de montrer des relations contrastées entre les administrations centrales et les universités entre la France et l’Allemagne. L’approche méthodologique apporte un éclairage nuancé sur des concepts centraux de la sociologie de l’action publique. Les entretiens permettent aussi de comprendre les relations de travail entre les fonctionnaires des Ministères, ainsi que les opportunités qui s'ouvrent à eux. L’analyse permet de porter un regard original sur le travail ministériel ainsi que sur les variables pesant sur la prise de décision. L'analyse qui en a découlé a conduit notamment à la publication de l'ouvrage de Erhard Friedberg et Christine Musselin, L'Etat face aux universités en France et en Allemagne, paru en 1993.

L’enquête Dilapidation et prodigalité a été réalisée par Anne Gotman, directrice de recherche émérite du CNRS (CERLIS, Université Paris V Descartes) et spécialiste de sociologie urbaine et de l’habitat, ainsi que de sociologie de la famille et du lien social. Elle a été menée entre 1989 – date de la première formalisation du projet d’enquête – et 1995 – date d’édition de l’ouvrage éponyme, soit la publication majeure qui en a été tirée. Elle s’appuie sur l’agrégation de plusieurs volets dont les terrains ont été réalisés entre 1990 et 1993 et qui portent sur des dilapidateurs d’héritage et des informateurs sur la dilapidation, des familles surendettées bénéficiant de l’aide sociale ou inscrites à la commission de surendettement, des membres d’un groupe de « débiteurs anonymes », ainsi que des « experts » des différentes situations couvertes (assistantes sociales, psychiatres, juristes et juges des tutelles) et des « prodigues » faisant l’objet protection judiciaire. Elle mobilise principalement 75 entretiens – parfois complétés par des questionnaires ainsi que quelques observations – réalisés essentiellement en région parisienne et dans une ville moyenne de l’Ouest ainsi que, secondairement dans trois autres villes de province. Anne Gotman a aussi réutilisé des entretiens tirés d’enquêtes menées précédemment sur l’héritage et sur l’accession à la propriété, dont une partie a été intégrée au corpus de matériaux mis à disposition. La recherche s’appuie également sur d’autres sources, historiques, juridiques, romanesques et autobiographiques, dont seule une partie – pour l’essentiel les notes prises à partir de la consultation de dossiers de tutelle et de curatelle – a pu être conservée ou mise à disposition . L’ouvrage éponyme de 1995, centré sur les dilapidations d’héritage, mêle analyse sociologique de cas et approche historique des définitions sociales et juridiques de la prodigalité. L’interprétation proposée repose sur une dualité de logiques de réception de l’héritage, entre "culte" et "profit", qui manifestent toutes deux un trouble de la transmission-réception (l’héritage est ainsi intégralement dépensé, abandonné ou donné). Deux figures typiques, les dilapidateurs ou "mangeurs d’héritage", et les prodigues ou "renonçants", sont finement décrites, à travers une exploration de l’histoire familiale et patrimoniale des héritiers, de leurs conduites économiques, et des rapports et des liens entretenus avec les membres de la parentèle. Sur le plan historique, est retracée l’évolution des modes de saisie de la prodigalité, entre interdiction et tolérance, jusqu’aux dispositifs socio-juridiques actuels de protection. Les documents mis à disposition ont été collectés auprès de la chercheuse. Certains matériaux produits autour du surendettement ont été volontairement écartés de l’ouvrage en 1995. Ils sont regroupés ici tels qu’ils étaient pensés par Anne Gotman à l’origine. Deux entretiens ont été réalisés par l'équipe beQuali avec Anne Gotman. La transcription de ces entretiens est disponible dans la rubrique des "Contenus de l'enquête", sous l'axe des "Documents complémentaires" (/ADD).