Co-auteur
  • FOUGERE Denis (4)
  • GIVORD Pauline (3)
  • PIRUS Claudine (3)
  • RAIN Audrey (1)
  • Voir plus
Type de Document
  • Article (3)
  • Working paper (2)
  • Partie ou chapitre de livre (1)
41
vues

0
téléchargements
Plusieurs recherches suggèrent que la relation école-famille est influencée par le contexte socioéconomique des établissements où elle se déroule. Ce chapitre propose une contribution à cette réflexion sous l’angle de la ségrégation sociale au collège. Dans un premier temps, nous illustrons en quoi le niveau et les formes de la ségrégation entre collèges, sur un territoire donné, peuvent y influencer les relations avec les familles. En particulier, les situations de forte ségrégation peuvent renforcer les difficultés rencontrées par les familles les plus éloignées de la culture scolaire. Dans un second temps, nous présentons des outils statistiques permettant de mieux caractériser cette ségrégation. Nous illustrons l’apport que de tels outils peuvent offrir en termes de contextualisation : du point de vue des recherches, en appui à des approches plus qualitatives, et du point de vue des politiques visant à mieux prendre en compte les situations de ségrégation.

170
vues

0
téléchargements
Ce document propose une nouvelle méthode de décomposition des indices de ségrégation, lorsque les unités sont réparties suivant deux partitions non disjointes. Cette méthode est appliquée pour étudier comment la sectorisation et les choix parentaux contribuent à la ségrégation sociale dans les collèges français. A partir des données géolocalisées exhaustives sur trois zones urbaines, nous décomposons les indices de ségrégation entre collèges en fonction de la contribution de la ségrégation résidentielle et du contournement de la carte scolaire. Le choix d'une partie des parents de ne pas scolariser leur enfant dans le collège de secteur, contribue pour moitié à la ségrégation sociale à Paris, et pour plus de deux tiers dans les agglomérations de Bordeaux et de Clermond-Ferrand. Cet effet est surtout attribuable à la réduction de la diversité des origines sociales dans certains collèges publics, les familles évitant le collège de quartier pour un collège privé étant souvent les plus favorisées localement.

En éducation, les effets de pairs résultent des différents types d’interactions entre élèves, au sein d’une même classe ou d’un même établissement. Toutefois, caractériser la nature et mesurer l’ampleur de ces interactions pose des problèmes méthodologiques substantiels. Cet article vise à présenter les difficultés relatives à la mesure des effets de pairs en éducation, ainsi que les résultats des recherches qui leur ont été consacrées dans l’enseignement primaire et secondaire. Au sein d’un établissement, les élèves sont influencés par la composition socio-économique et le niveau scolaire de leurs pairs. Les élèves de milieu défavorisé, ou en difficulté scolaire, y sont en général plus sensibles. En raison de tels effets, la ségrégation entre et au sein des établissements est susceptible d’aggraver les inégalités scolaires. Les résultats des recherches relatives aux effets de pairs ne sont toutefois pas convergents

En éducation, les effets de pairs résultent des différents types d’interactions entre élèves, au sein d’une même classe ou d’un même établissement. Toutefois, caractériser la nature et mesurer l’influence de ces interactions pose des problèmes méthodologiques substantiels. Ce document vise à présenter les difficultés relatives à la mesure des effets de pairs en éducation, ainsi que les résultats des recherches qui leur ont été consacrées dans l’enseignement primaire et secondaire. Au sein d’un établissement, les élèves sont influencés par la composition socio-économique et le niveau scolaire de leurs pairs. Les élèves de milieu défavorisé, ou en difficulté scolaire, y sont en général plus sensibles. En raison de tels effets, les phénomènes de ségrégation peuvent aggraver les inégalités scolaires. Les résultats des recherches relatives aux effets de pairs ne sont toutefois pas convergents.

in Education & formations Publié en 2017-12
RAIN Audrey
Maxime
20
vues

0
téléchargements
Cette étude aborde la comparaison entre écoles publique et privée sous deux angles. Le premier vise à mieux comprendre le choix du secteur en début de scolarité élémentaire (CP et CE1). Ce choix diffère suivant l’environnement familial, la proximité plus ou moins grande d’une école privée du domicile, et le niveau de l’élève à l’entrée au CP. Le second vise à juger de l’efficacité du secteur privé pour faire réussir les élèves. Une comparaison directe des résultats entre les deux secteurs n’est pas pertinente, leurs élèves n’ayant pas les mêmes caractéristiques. Pour tenir compte de ces différences, nous mobilisons les informations recueillies dans le panel d’élèves entrés au CP en 1997. L’écart de distance au domicile des parents entre les écoles privée et publique les plus proches est utilisé comme variable instrumentale. Nous ne trouvons globalement pas d’effet significatif de la fréquentation d’une école privée en CP et CE1 sur les résultats à l’entrée en CE2, en mathématiques comme en français, ni sur la probabilité de redoubler au CP et au CE1.

35
vues

0
téléchargements
La mixité ethnique et sociale est au coeur des réflexions sur le système scolaire français. Cet article est d’abord l’occasion de synthétiser les travaux internationaux relatifs aux effets de la présence d’enfants d’origine étrangère dans les classes. Il permet ensuite de présenter comment cette question peut être examinée à l’aide du panel 2007 d’élèves du secondaire constitué par la DEPP. Ce dernier contient en effet plusieurs mesures de performances scolaires, des informations sur l’origine nationale et sur les caractéristiques socioéconomiques des élèves, ainsi que sur le nombre d’élèves étrangers dans les classes de collège. La corrélation négative brute que l’on observe entre la concentration d’enfants étrangers dans les classes et les scores des élèves de ces classes aux tests cognitifs passés en classe de sixième et de troisième est grandement réduite, voire annulée, par l’introduction de variables de contrôle ou d’effets fixes.