Co-auteur
  • ANDERSSON Jenny (2)
  • WANECQ Charles-Antoine (1)
  • Centre d'histoire de Sciences Po (1)
Type de Document
  • Entretien (2)
  • Partie ou chapitre de livre (1)
  • Thèse de doctorat (1)
  • Numéro de périodique (1)
1
vues

0
téléchargements
For her doctoral thesis, Sibylle Duhautois set herself the challenge of writing the history of the future as it was imagined within international organisations during the Cold War. This distinguished work was recognised for its excellence and awarded this year’s Forecasting Thesis Prize from the 2100 Foundation. Interview.

3
vues

0
téléchargements
Écrire l’histoire du futur tel qu’il fut qu’imaginé au sein des organisations internationales dans le courant de la guerre froide, tel était le défi que s’était fixé Sibylle Duhautois, en choisissant ce sujet pour sa thèse de doctorat. Ce travail, distingué pour son excellence, lui a valu de recevoir, cette année, le prix de thèse de prospective délivré par la Fondation 2100. Entretien.

in Histoire@Politique Sous la direction de DUHAUTOIS Sibylle, WANECQ Charles-Antoine, Centre d'histoire de Sciences Po Publié en 2019-12
22
vues

0
téléchargements
"Dans un dossier consacré à la question des temporalités dans le monde arabe, Sylvia Chiffoleau indiquait en 2012 que l’histoire du temps « [restait] en grande partie à venir ». Ce constat, qui s’appliquait au monde arabe, pourrait être étendu à bien d’autres domaines de l’historiographie qui n’ont pas encore vu leurs spécialistes se livrer à une exploration de leurs objets au prisme des temporalités. Les contributions réunies dans ce dossier cherchent à enrichir ce questionnement en considérant le temps comme une catégorie investie par différents acteurs à l’époque contemporaine. Soulignons d’emblée le caractère paradoxal de traiter spécifiquement la question du temps, « matériau fondamental des historiens », pour reprendre l’expression de Jacques Le Goff. Le propre du chercheur est en effet de réfléchir sur le temps et sa périodisation, de créer des chronologies, de donner sens à des séquences temporelles bien délimitées et de redonner à l’événement une place problématique dans le déroulement du temps : à partir de quand considère-t-on qu’un épisode historique fait date ? Quelle est l’épaisseur temporelle d’un événement ? Les travaux fondateurs de Reinhart Koselleck ont démontré l’importance d’historiciser le rapport des acteurs au temps en mettant en évidence les divers bouleversements culturels et sociaux provoqués par la transition entre le temps circulaire, répété, de l’Ancien Régime et le temps plus linéaire, tourné vers des expériences sans précédent dans le passé qui s’impose en Europe à partir de la fin du XVIIIe siècle. Depuis une quinzaine d’années, la notion de « régime d’historicité » a connu un succès important, au point de s’imposer dans l’analyse historienne comme la marque d’une lecture plus fine et plus approfondie de la signification des processus historiques. Elle permet de décrire une époque au prisme de la relation que ses acteurs entretiennent collectivement avec le temps et plus spécifiquement le passé, le présent et le futur.

Après la Seconde Guerre mondiale, surtout à partir du début des années 1960, et jusqu’à la fin des années 1980, plusieurs projets de recherche sur le futur ont été menés par des équipes internationales avec pour objectif la promotion d’une « conscience globale », soit un sentiment d'appartenance à une communauté humaine unique partageant un destin commun. Cette thèse examine certains de ces projets, en particulier ceux qui sont menés au sein d’organisations internationales appartenant au système des Nations Unies. Elle démontre que la pratique de la prospective a été, pendant la guerre froide, source de nouvelles conceptions du monde. Les recherches menées se situent à la croisée de plusieurs champs historiographiques dont les trois principaux sont l’histoire du futur, l’histoire intellectuelle transnationale et l’histoire de la globalité. Elles s’articulent autour de la problématique suivante : comment les études sur le futur menées au sein du système onusien pendant la guerre froide ont-elles contribué à faire émerger et à défendre certaines conceptions du global, faisant du futur du monde à la fois une catégorie d’exploration scientifique et une catégorie d’action pour un ensemble d’acteurs internationaux ?

in The Politics of Globality since 1945 Sous la direction de VAN MUNSTER Rens, CASPER Sylvest Publié en 2016-06
79
vues

0
téléchargements
This timely, comprehensive and interdisciplinary volume advances an original argument about the complex roots and multiple politics of globality. It shows that technological innovations and decisive developments since 1945 – from the nuclear revolution to anthropogenic climate change and debates about the Anthropocene – have prompted reflections on the global condition of humanity and helped reshape political communities by making the world (appear) small, manageable and interconnected.