Co-auteur
  • GUYET Rachel (10)
  • FODOR Ferenc (4)
  • LEPESANT Gilles (3)
  • DABROWSKI Marcin (3)
  • Voir plus
Type de Document
  • Partie ou chapitre de livre (32)
  • Article (26)
  • Livre (17)
  • Numéro de périodique (6)
  • Voir plus
210
vues

210
téléchargements
Cette thèse cherche à évaluer la politique de développement mise en œuvre par les autorités mongoles entre 1990 et 2016. Elle s’articule autour de la question de recherche suivante : Entre « malédiction des ressources », sinophobie et dépendance, comment la Mongolie démocratique et libérale fait-elle face au défi du développement économique pour préserver son indépendance et sa souveraineté et éviter d'être « transformée en une simple annexe de matières premières » pour la Chine ? À travers ce prisme, cette thèse ambitionne de rendre compte du processus de transition suivi par la Mongolie après 1990. L’objectif est de proposer une description du nouveau système politico-économique qui a vu le jour, donc des spécificités de son capitalisme. Outre cette contribution aux études mongoles, cette thèse entend également permettre de mieux comprendre les défis auxquels sont confrontés les États riches en matières premières dans leur processus de développement. Enfin, elle entend contribuer à expliquer les mécanismes qui ont conduit à la divergence observée dans les processus de transitions politique et économique des pays postsocialistes.

in Critique internationale Publié en 2004-10
BEAUMELOU Fabienne
LHOMEL Edith
PERRON Catherine
10
vues

10
téléchargements
Alors que les huit premiers pays d’Europe centrale et orientale sont officiellement devenus membres de l’UE, une évaluation des jumelages, instrument mis en place par la Commission en 1998 dans le cadre du programme PHARE semble opportune. Il s’agit dans un premier temps d’analyser le fonctionnement de cet outil et les types d’interactions entre les différents acteurs en jeu. On pourra ainsi mettre en évidence l’adaptation ou non des procédures aux objectifs qui visent l’harmonisation et la convergence entre les différents systèmes, la qualité de la prise en compte des besoins et des attentes des participants et pour finir la réussite du processus d’européanisation. L’enjeu central étant in fine celui de l’apprentissage des bonnes pratiques, comme processus d’accompagnement, d’imitation, de correction et en fin de compte d’adaptation des règles et normes de l’UE.

Le transfert centralisé des institutions ouest-allemandes en Allemagne de l'Est a provoqué l'émergence de nombreux obstacles. Dans le cas des relations professionnelles, les règles de la négociation collective ont subi de profondes modifications, infléchissant ainsi la nature néo-corporatiste du jeu institutionnel allemand. Cela a tenu autant à la nature des partenaires sociaux, qu'à la situation des entreprises, ou encore au contenu des négociations. En dépit des difficultés, les syndicats sont apparus comme un acteur social innovant de premier plan, et les dérégulations qui ont vu le jour localement en Allemagne de l'Est ont préfiguré celles prônées à l'Ouest pour l'Allemagne entière. Le débat initié dans les années quatre-vingt concernant le niveau pertinent de la négociation collective s'est trouvé ainsi relancé, mais selon des modalités particulières où la branche semble pouvoir de moins en moins jouer un rôle homogénéisateur.

in L'énergie éolienne en Europe Sous la direction de BAFOIL François, BAFOIL François Publié en 2016-02
3
vues

0
téléchargements
Le thème de l’opposition entre le cadre légal propice à la défense de l’environnement et la nécessité de favoriser le développement local est amplement traité dans la littérature des sciences sociales, et ce depuis longtemps. À l’occasion de l’analyse des conflits qui se sont déroulés autour de l’installation d’un parc éolien dans une commune bretonne du département du Finistère Nord, sa reformulation nous permet de saisir comment le processus d’acceptation sociale d’une règle commune s’articule d’une part à un cadre légal complexe et rigide, d’autre part à l’interprétation juridique de son application, dont la variation des jugements rendus a été rendue possible par une vaste mobilisation sociale aux différents échelons de la gouvernance régionale et locale. (Premières lignes)

The collapse of communism in 1989 paved the way for the reunification of the continent. For Eastern European countries, the reaffirmation of their political, economic and social independence took place simultaneously within a context marked by globabization and the rules of the European union. This book analyses the impact of the different dynamics of change since 1989 on public policy and on various economic and political sectors. The author's approach is elaborated in terms of strategies, conflicts, alliances and resources anchored in the communist period, sometimes even before, and revitalized by the new rules of the game. He studies the way in which national traditions of sovereignty within the new States combined with 21st century economic and political liberalism. By emphasizing the intensity and rapidity of the dynamics of change which have taken place since 1989, the author shows both the new States' ability to adopt global and European rules and their determination to subscribe fully to the Europe of today.

Le concept d’européanisation a désormais acquis une place de choix dans les études de sociologie politique qui traitent des différents processus de formation des règles de l’Union européenne (UE), que ce soit au niveau des institutions communautaires ou à celui des États nationaux. Récemment appliqué aux processus de transformation est-européens qui ont conduit aux vagues d’intégration de 2004 et de 2007, il vise davantage à rendre compte des formes de transfert institutionnel, du type de pression exercé par l’UE (traduit en termes de conditionnalité politique) et des modalités d’adaptation domestique de la règle UE. La publication à quelques mois d’intervalle de plusieurs ouvrages traitant des processus d’européanisation à l’œuvre à la fois dans les anciens et dans les nouveaux États membres fournit l’occasion d’examiner dans une perspective comparée différentes approches qui s’alimentent toutes aux mêmes sources. Parmi ces dernières, il en est deux en particulier qui méritent d’être mentionnées. [Premier paragraphe]

in Accès à l’énergie en Europe. Les précaires invisibles Sous la direction de BAFOIL François, BAFOIL François, FODOR Ferenc, LE ROUX Dominique Publié en 2014-03
7
vues

0
téléchargements
En moins de deux décennies, l’Allemagne s’est trouvée confrontée à trois enjeux majeurs qui ont contribué à façonner sa politique énergétique : celui de l’unification nationale qui a renforcé les composantes de monopole des entreprises du secteur énergétique ouest-allemand antérieurement existantes ; celui de la libéralisation du marché électrique sous l’égide de la directive de 1996 de l’Union européenne, qui a mis en cause l’unité des partenaires professionnels ; celui enfin de la réaffirmation de l’État par l’intermédiaire de la politique dite de « transition énergétique » (Energiewende), qui a été accélérée par la chancelière Angela Merkel en 2011. Ce sont autant de chocs qui ont modifié le système allemand connu pour sa très forte cohésion institutionnelle et qui ont entraîné un plus grand pluralisme parmi les acteurs énergétiques. La question est de savoir si ces différents chocs ont favorisé une meilleure redistribution, une meilleure intégration ou bien un accroissement des polarisations.

in Accès à l’énergie en Europe. Les précaires invisibles Sous la direction de BAFOIL François, BAFOIL François, FODOR Ferenc, LE ROUX Dominique Publié en 2014-03
11
vues

0
téléchargements
Dans une réflexion comparée sur les processus de libéralisation à l’Ouest et à l’Est de l’Europe, quatre dimensions peuvent être analysées. La première porte sur l’évolution du modèle industriel mis en œuvre par les différents pays au sortir de la seconde guerre mondiale et qui a fortement évolué à compter des années 1980. La deuxième renvoie à l’impact différencié du poids des directives de l’Union européenne (UE) selon les secteurs nationaux, en lien avec les héritages et les groupes d’intérêts concernés. La dimension suivante insiste sur la différence des rythmes, des ressources, de l’organisation des acteurs et des capacités institutionnelles entre les pays membres de l’Ouest de l’UE (Grande-Bretagne, Allemagne, France) et les deux pays nouveaux membres de l’Est de l’UE (Pologne, Hongrie). Le dernier axe de réflexion porte sur l’émergence de la pauvreté énergétique au sein de ces nouveaux dispositifs institutionnels et sur la capacité de chaque État d’y répondre efficacement. Ce sont autant d’éléments qui permettent d’enrichir l’approche en termes d’européanisation.

in European urban and Regional Studies Publié en 2014-10
DABROWSKI Marcin
BACHTLER John
3
vues

0
téléchargements
This item has no abtract.

This book examines the emergence of different forms of capitalism in Central-Eastern states in Europe and Mekong states within the Association of Southeast Asian Nations (ASEAN). All of them (but Thailand) have historically disappeared from the regional maps for long periods of time due to colonial or imperial rule. Most of them were previously members of a soviet-type economy, and they all joined ASEAN or the European Union in the 1990s or in the 2000s. These states are characterized by a strong urge toward feelings of national sovereignty due to their experiences with colonialism and imperialism. But, due to the regional economic pressures and the globalization dynamic, these states cannot articulate protectionist policies. They are forced to open their economies in order to attract Foreign Direct Investments. This results in less regulated and more political forms of capitalism than in some more developed capitalist countries. This book analyzes forms of capitalism as the arising from a combination of three conditions: the legacy of the foreign occupations, the national construction process of the sovereign state, and lastly, the dynamics of regional integration. These states' claims to national sovereignty and the manner in which they developed suggests a causative link between the forms of political domination that have presided over these transformations and the forms of capitalism that have resulted. (Résumé de l'éditeur)

Suivant