Coauthor
  • DONEGANI Jean-Marie (6)
  • BAYOUMI MOHAMED HASSAN Soha (1)
  • SÉNAC Réjane (1)
  • VAILLANT Mickaël (1)
  • Show more
Document Type
  • Part or chapter of a book (6)
  • Article (5)
  • Book (5)
  • Conference contribution (3)
  • Show more
Publication date 2012-08 Collection Fondements de la politique
DONEGANI Jean-Marie
61
views

0
downloads
Ce livre de théorie politique analyse les critiques qui sont adressées, à la fois à gauche et à droite de l'échiquier politique, à la démocratie libérale comprise comme un régime du « sans ». Sans corps par son formalisme et par l'abstraction de ses principes. La démocratie est privée de toute consistance historique et culturelle, marquée par un universalisme trompeur reposant sur une vision erronée de l'homme. Sans foi puisque sa légitimité ne dépend d'aucune source extérieure. La démocratie libère l'homme de toute contrainte, elle croit pouvoir tout faire mais, ignorant ce qui la précède et l'oblige, elle ne peut discerner la vérité de l'erreur et la liberté de la licence. Sans nom car elle perd la place que lui accordent les typologies classiques des régimes politiques. Par sa manière de contraindre et d exclure, elle fonctionne à l'image des régimes totalitaires. Confondant la norme et l'exception, elle contrevient à ses propres principes.

312
views

312
downloads
CETTE THÈSE PRÉTEND ALLER AU-DELÀ DU FAMEUX DÉBAT ENTRE LIBÉRAUX ET COMMUNATARIENS, POUR DIVULGUER UN AUTRE DÉBAT POTENTIEL DISSIMULÉ, CELUI ENTRE LIBÉRALISME ET SOCIAL-DÉMOCRATIE. IL S’AGIT DE CONTRIBUER À UNE NOUVELLE LECTURE DU DÉBAT SUSCITÉ PAR LA PUBLICATION PAR JOHN RAWLS DE SON OUVRAGE IMPORTANT, THÉORIE DE LA JUSTICE, EN TENTANT D’ÉTUDIER LES POINTS DE RAPPROCHEMENT ET D’ÉLOIGNEMENT ENTRE LE LIBÉRALISME ET LA SOCIAL- DÉMOCRATIE, ET DE VOIR SI LE LIBERALISME DU WELFARE OU LA SOCIAL-DEMOCRATIE A PU CREER UN MODELE DIFFERENT DE JUSTICE DISTRIBUTIVE ET D’EGALITE ET D’ETUDIER SES APPROCHES VIS-A-VIS DES QUESTIONS DE LA NEUTRALITE, DE LA LIBERTE ET DE L’ETAT DE DROIT. L’HYPOTHÈSE ADOPTÉE PAR CETTE RECHERCHE EST DONC QUE LA SOCIAL-DÉMOCRATIE, SURTOUT DANS LA PHILOSOPHIE ANALYTIQUE ANGLO-SAXONNE, N’EST QU’UNE FORME DU LIBÉRALISME, UN LIBÉRALISME QUI CROIT EN L’IMPORTANCE POUR L’ÉTAT DE MANIFESTER À TOUS LES CITOYENS UN RESPECT ÉGAL, UN LIBÉRALISME QUI ÉPOUSE L’ÉGALITARISME (OÙ LE CŒUR, LA SIGNIFICATION ET LES CRITÈRES DE L’ÉGALITÉ SONT DÉFINIS DE MANIÈRES VARIÉES), UN LIBÉRALISME QUI, TOUT EN RESPECTANT LE MARCHÉ ET CROYANT EN SON IMPORTANCE, SE TROUVE OBLIGÉ DE REMÉDIER AUX INJUSTICES QUI S’EN SUIVENT. UNE MÉTHODE DE LECTURE ANALYTIQUE, COMPARATIVE ET CRITIQUE A ÉTÉ ADOPTÉE POUR COMPRENDRE LES ORIGINES DES IDÉES DÉFENDUES PAR LES AUTEURS QUI FONT L’OBJET DE CETTE ÉTUDE ET POUR EXAMINER LES POINTS DE RAPPROCHEMENT ET D’ÉLOIGNEMENT ENTRE LE LIBÉRALISME ET LA SOCIAL- DÉMOCRATIE AUTOUR DES DIVERS AXES CONSTITUANT CE QU’ON PEUT QUALIFIER DE PRINCIPALES THÉORIES DE LA JUSTICE DANS LA PENSÉE POLITIQUE LIBÉRALE CONTEMPORAINE.

in Les Temps de la démocratie Publication date 2011
1
views

0
downloads

in Le Libéralisme et les nouvelles contraintes de l’action politique Edited by 2441/3FM4JV3K2S99LMS9JB594H639 Publication date 2010
48
views

0
downloads

in Institution et liberté : l’école et la question du politique Publication date 2010
1
views

0
downloads

in La Découverte du juge constitutionnel : entre science et politique Publication date 2009
8
views

0
downloads

in Pouvoirs Publication date 2008
28
views

0
downloads
Parce que la Constitution de 1958 conçoit de manière originale les rapports du peuple et de ses élites et parce que ce modèle continue aujourd’hui encore d’inspirer ces dernières, la Ve République ne sait pas bien respecter les frontières entre le public et le privé, la majorité et l’opposition, l’exécutif et le Parlement. Plus que les autres encore, elle aspire à recomposer et à unifier. Plus que les autres, elle a peur du conflit.

Publication date 2007-08
DONEGANI Jean-Marie
85
views

0
downloads
La réponse à la question : qu'est-ce que la politique? ne peut éviter la confrontation fondatrice entre les Modernes et les Anciens. Si les théories modernes et contemporaines marquent des ruptures, elles opèrent néanmoins dans un cadre demeuré inchangé depuis les premières grandes réflexions d'Aristote : la politique est-elle amitié ou inimitié? le lieu de l'individu ou du collectif? des passions ou des intérêts? de l'égalité absolue ou de la hiérarchie insurpassable? Ces couples ont formé la logique de la politique depuis l'origine ; la modernité n'a fait que déplacer l'équilibre entre chacun des termes, en introduisant – et c'est déjà beaucoup – deux idées nouvelles : la séparation des instances et la solitude de l'individu. La tension demeure permanente entre les grandes polarités, car il n'y a pas de troisième terme. L'essence du politique n'est pas, comme on le dit trop souvent, la présence immuable de la domination, mais le caractère insoluble des tensions – celles qu'étudient Jean-Marie Donegani et Marc Sadoun en six chapitres : l'individu et le tout ; égalité et différence ; pouvoir et domination ; intérêt et volonté ; amitié et inimitié ; vérité et opinion.

in Pouvoirs Publication date 2007
10
views

0
downloads
Contestant le principe de compétence politique qui est au fondement du modèle démocratique, les théories élitistes opposent le citoyen accompli doté de toutes les ressources nécessaires à la compréhension des questions politiques et l'individu sans qualité défini par son incapacité à traiter correctement les mêmes questions. à cette lecture ordonnée de l'espace politique on peut opposer l'idée d'une continuité entre pensée commune et pensée savante, et s'interroger en définitive sur la pertinence du concept même de compétence.

Next