Coauthor
  • STENT Angela (1)
  • CARROLL Oliver (1)
  • GURIEV Sergei (1)
  • MILLER Chris (1)
  • Show more
Document Type
  • Article (20)
  • Web site contribution (7)
  • Newspaper article (5)
  • Part or chapter of a book (4)
  • Show more
17
views

17
downloads
L’Observatoire de la Russie a organisé une conférence le 9 mai pour analyser les raisons du soutien de la Russie au régime de Bachar Al-Assad. Jean-Pierre Filiu, Marie Mendras et Natalie Nougayrède ont souligné les ressorts internes de la politique extérieure russe. Vladimir Poutine a été réélu en mars dans des conditions très contestables et tente de consolider un pouvoir autoritaire, contesté par une partie non négligeable de la société russe. Il ne veut pas céder à ce qu’il appelle « les pressions américaines et occidentales » et refuse toute conception de « droit d’ingérence » ou de « devoir humanitaire ». Il cherche à faire durer la situation, pourtant explosive, et à négocier le pouvoir de blocage de la Russie au Conseil de sécurité de l’ONU. Moscou ne semble pas se préparer à l’après-Assad.

1
views

0
downloads
Les gouvernants russes ont été désagréablement surpris par les révoltes dans les pays arabes et ont réagi dans la confusion. Comme d’autres capitales, Moscou n’imaginait pas que des régimes autoritaires, vus comme solidement établis autour d’une personnalité et d’un clan, tomberaient en quelques jours ou quelques mois. Cependant, la position russe est particulièrement délicate. Le régime poutinien voit dans l’ébranlement d’un arc de cercle autoritaire l’esquisse de sa propre vulnérabilité. La révolution orange en Ukraine en 2004 a laissé un fort traumatisme.

4
views

0
downloads
Mikhaïl Khodorkovski avait raison, et depuis longtemps. Il a fallu le scandale d’une fraude électorale à grande échelle le 4 décembre 2011 et les manifestations de protestation qui ont suivi pour qu’enfin l’évidence s’impose : le régime Poutine est illégitime et corrompu et se sert de la justice pour s’assurer l’impunité. Quand son livre est sorti à Paris en octobre, il a intéressé les spécialistes et les défenseurs des droits de l’homme. Quatre mois plus tard, ce recueil de textes et de correspondances s’impose comme l’un des meilleurs essais sur l’impasse politique, économique et sociale dans laquelle se trouve la société russe. En Russie, les textes de Khodorkovski ont désormais un large public (...).

1
views

1
downloads
Le 7 mai 2012, Vladimir Poutine prête une nouvelle fois serment. Il est au pouvoir depuis l’été 1999, quand il prend la direction du gouvernement à la demande de Boris Eltsine, malade et impotent. Il marche donc vers sa quatorzième année de règne. Le 4 mars 2012, il s’est octroyé un quatrième mandat à la tête de la Russie, cette fois-ci pour six années, et non plus quatre ; la doublure Medvedev a de facto assuré son troisième mandat de mai 2008 à mai 2012 (...).

7
views

0
downloads
L’occupation de l’Est de l’Ukraine enferme le pouvoir poutinien dans une logique de conflit dont la Russie, autant que l’Ukraine, ne sortira pas indemne. Pour Moscou, les coûts de l’occupation et de la confrontation avec les pays occidentaux ne cessent de s’alourdir, en termes économiques, politiques et sécuritaires. Il est probable que la fermeté occidentale dans l’imposition de sanctions graduelles porte ses fruits et freine une nouvelle expansion de l’emprise militaire russe sur l’Ukraine...

in Putin’s Empire Sous la direction de KONOŃCZUK Wojciech Publication date 2007
0
views

0
downloads
Russia under Putin is a country that does not dream. Society has no great ambitions and keeps its expectations low. Elites cling to short-term, mercantilist and self-seeking ruling methods. Political and economic leaders have their eyes fixed on the March 2008 presidential succession and the consolidation of their vested interests beyond that crucial date...

Sous la direction de MENDRAS-ROSDAHL Marie Publication date 2003
5
views

0
downloads
Quand les réformes n'avancent pas et que le niveau de vie reste bas, quand la corruption se développe, il est facile d'accuser les bureaucraties de tous les maux. Le président Poutine lui-même les juge trop nombreuses, inefficaces, réactionnaires, corrompues et prône une politique de "débureaucratisation". L'enquête menée dans ce livre renverse ce lieu commun du blocage bureaucratique et montre comment les administrations russes ont accompagné les transformations des quinze dernières années. En s'adaptant étonnamment bien aux nouvelles conditions capitalistes, en nouant des ententes avec les oligarques et les entreprises, elles ont assuré la continuité d'un Etat fédéral très affaibli, maintenu une sécurité sociale minimale et permis aux populations d'éviter une plus grande déstabilisation. Bien sûr, la corruption accompagne l'adaptation, car la Russie n'est pas un Etat de droit. Les fonctionnaires profitent de leur pouvoir pour imposer leurs propres règles et sont plus prompts à servir leurs intérêts qu'à servir l'Etat. On ne craint guère les sanctions politiques, économiques ou judiciaires. Les principes démocratiques n'ont pas transformé en profondeur les comportements et le simple citoyen reste plus spectateur qu'acteur dans la vie publique. (Résumé de l'éditeur)

39
views

0
downloads
Le régime de Poutine a mis à bas les principes démocratiques en instaurant un système verrouillé autour de la personnalité du Président. Cette situation induit une attitude agressive et nationaliste du Kremlin, tout en marginalisant les élites éduquées du pays et en interférant dans les récentes campagnes électorales à l'Ouest.

in Esprit Publication date 2012-01
0
views

0
downloads
Quand Vladimir Poutine a annoncé, le 24 septembre 2011, qu’il reprendrait le poste de président en mars 2012 pour six ans, et peut-être douze ans, les Russes ont entendu : Poutine pour toujours ! Loin de les rassurer, cette perspective d’un immobilisme à l’infini les a réveillés. Poutine avait certes assuré la stabilité et un meilleur niveau de vie pendant quelques années fastes, mais il était devenu depuis 2009 l’homme de la stagnation (zastoï) et de la corruption (...).

in Commentaire Publication date 2011-12
13
views

13
downloads
Vingt ans après l’effondrement de l’URSS, la politique étrangère de la Russie, tout comme la politique intérieure, reste profondément marquée par la chute de 1991. Les hommes qui dirigent le pays aujourd’hui ont une vision négative de leur histoire nationale. Ils continuent à voir dans l’extraordinaire bouleversement des réformes gorbatchéviennes et de l’éclatement de l’empire une perte considérable. 1991 a été une « catastrophe géopolitique », répète Vladimir Poutine. Cette rupture brutale avec le passé laisse de profondes traces, tant dans les mentalités que dans le comportement des élites dirigeantes.

Next