Coauthor
  • LE GALÈS Patrick (13)
  • GODEFROY Thierry (11)
  • BEZES Philippe (8)
  • HALPERN Charlotte (7)
  • Show more
Document Type
  • Article (43)
  • Part or chapter of a book (37)
  • Newspaper article (33)
  • Book (23)
  • Show more
L'approche de l'action publique sous l'angle de ses instruments s'est développée à partir des années 70 dans une perspective fonctionnaliste et de management public qui recherchait la meilleure adéquation entre les finalités des programmes d'intervention publique et les techniques de régulation utilisées. Depuis les années 90 la réflexion sur les technologies de gouvernement s'est amplement diversifiée. Le projet initial est poursuivi plus ou moins explicitement et s'inscrit aujourd'hui dans réflexion sur les « nouveaux modes de gouvernance ». Mais, cette perspective n'est plus hégémonique, elle est amplement concurrencée par un ensemble de travaux de type historique et/ou sociologique basés sur l'étude des organisations et de la bureaucratie, celle des innovations scientifiques et techniques, celles des systèmes cognitifs, mais aussi sur celle des rapports de pouvoir et des modes de domination induits et équipés par les Instruments. Il serait absurde de prétendre à « Une Ecole de l'Instrumentation Politique ». D'ailleurs, personne n'y prétend. Ce champ de recherche est manifestement pluriel et c'est là que réside aujourd'hui sa principale richesse scientifique. Tout en travaillant dans le cadre de paradigmes très différents, les auteurs qui introduisent à un moment donné de leur recherche un angle de réflexion sur les instruments se rejoignent pour en faire surtout une entrée méthodologique. Envisager, à un moment une activité de régulation sous l'angle de son instrumentation c'est : * d'une part, un moyen de déplacer le regard scientifique en prenant une distance vis-à-vis des catégories d'analyse traditionnelles (les acteurs, leurs intérêts et leurs croyances, les institutions formelles) ; * c'est d'autre part, recourir à un analyseur qui met souvent en évidence des dynamiques et des mobilisations peu visibles et des effets inattendus.

in La Vie des Idées Publication date 2019-05
4
views

0
downloads
1ères lignes : La distribution de la presse est un sujet d’actualité. Un projet de loi réformant la loi Bichet de 1947 sera discuté ce printemps. L’enjeu est de taille : il s’agit de « moderniser l’environnement législatif, sans casser les fondamentaux qui font le succès du système de distribution de la presse », a déclaré le ministre de la Culture, Franck Riester. La formule est pour le moins biaisée dans un contexte de crise où, durant ces dix dernières années, les ventes ont baissé de 50 %, le chiffre d’affaires de 40 %, et où la principale messagerie (Presstalis) a été au bord de la faillite en 2017.

17
views

0
downloads
Depuis la seconde partie du XIXe siècle, les domaines d’intervention de l’État ont proliféré, du patrimoine architectural aux énergies renouvelables, en passant par les OGM et la biodiversité. Chaque enjeu suscite des expertises contradictoires et le nombre d’acteurs concernés se diversifie. Les décisions sur les questions environnementales se prennent souvent dans un contexte d’incertitude tandis que les formes de régulations évoluent. Ainsi, si le droit reste l’outil privilégié, il est de plus en plus complété par des instruments fiscaux, conventionnels, économiques, participatifs, etc. Par ailleurs, sur ces enjeux qui débordent largement le cadre national, l’État est également confronté à l’engagement des acteurs de la société civile (acteurs économiques, ONG et de plus en plus les citoyens eux-mêmes) qui a pris une place essentielle. Mener une politique publique de l’environnement est une affaire complexe et qui invite souvent à repenser l’action publique. Cet ouvrage explique comment s’élabore et quel est le contenu des politiques environnementales en France et plus globalement dans les pays industrialisés. Il montre ainsi comment l’action publique répond, ou non, aux enjeux écologiques (bouquets énergétiques, approvisionnement en eau, biodiversité, pollutions, etc.) de notre époque. (Résumé éditeur)

203
views

0
downloads
Alors que la plupart des débats autour des politiques publiques se focalisent sur les objectifs annoncés et sur les résultats obtenus, l’ouvrage dirigé par Pierre Lascoumes et Patrick Le Galès propose de faire porter l’attention sur les instruments de l’action publique. À travers ces études de cas européens, de la rationalisation salariale dans l’administration française à la restructuration de l’État en Grande-Bretagne, en passant par la réforme de la politique bancaire en Italie, un certain nombre de caractéristiques – des conditions de leur choix, des effets qu’ils produisent, aux rapports gouvernantsgouvernés qu’ils induisent – se dessinent. Au-delà, l’analyse des instruments d’action publique démontre sa capacité à révéler l’évolution des politiques publiques. (Résumé éditeur)

in Sociologie du Travail Sous la direction de LASCOUMES Pierre, LE GALÈS Patrick Publication date 2007-01
13
views

0
downloads
Ce dossier se propose de mettre en lumière le rôle de quelques acteurs qui au-delà de leurs fonctions techniques constituent de nouveaux lieux de pouvoir du monde contemporain. L'actualité de la décennie écoulée marquée par des grands programmes de privatisations, une globalisation des marchés, quelques faillites et autres scandales1 a fait ressortir des acteurs qui a défaut d'être en première ligne participent souvent de façon décisive à l'exercice du pouvoir, soit qu'ils le détiennent en propre, soit qu'ils l'exercent par délégation des fonctions régaliennes : des banques d'affaires, des fonds d'investissement, des sociétés militaires, des sociétés d'ingénierie et de conseil, des think tanks. Nous pourrions ajouter à cette liste quelques institutions juridiques internationales. (Premier paragraphe)

in Revista Pós Ciências Sociais Publication date 2012-06
3
views

0
downloads
Neste texto são tratados os instrumentos na produção da ação pública, tema importante atualmente no âmbito da sociologia política. Em Max Weber, sobre a burocracia, em Foucault, sobre as ciências camerais, passando por contribuições da sociologia do trabalho e das ciências da gestão, os autores fundamentam uma perspectiva sobre «governabilidade» e o exercício do poder em relação aos instrumentos. Não apenas técnicas, os instrumentos revelam singularidades históricas na estruturação de relações entre governantes e governados, segundo uma lógica própria. Inércia, produção de representação es-pecífca e oblematização particular de desafos caracterizam os instrumentos indicando que eles não são neutros, que não dizem respeito apenas à busca de acordos entre governantes e governados sobre meios e objetivos. Os instrumentos também apresentam riscos à ação pública. [Résumé éditeur]

Controversies over such issues as nuclear waste, genetically modified organisms, asbestos, tobacco, gene therapy, avian flu, and cell phone towers arise almost daily as rapid scientific and technological advances create uncertainty and bring about unforeseen concerns. The authors of Acting in an Uncertain World argue that political institutions must be expanded and improved to manage these controversies, to transform them into productive conversations, and to bring about "technical democracy." They show how "hybrid forums"—in which experts, non-experts, ordinary citizens, and politicians come together—reveal the limits of traditional delegative democracies, in which decisions are made by quasi-professional politicians and techno-scientific information is the domain of specialists in laboratories. The division between professionals and laypeople, the authors claim, is simply outmoded. The authors argue that laboratory research should be complemented by everyday experimentation pursued in the real world, and they describe various modes of cooperation between the two. They explore a range of concrete examples of hybrid forums that have dealt with sociotechnical controversies including nuclear waste disposal in France, industrial waste and birth defects in Japan, a childhood leukemia cluster in Woburn, Massachusetts, and Mad Cow Disease in the United Kingdom. They discuss the implications for political decision making in general, and they describe a "dialogic" democracy that enriches traditional representative democracy. To invent new procedures for consultation and representation, they suggest, is to contribute to an endless process that is necessary for the ongoing democratization of democracy.

in Revue française d'administration publique Publication date 2013
LACOUETTE-FOUGÈRE Clément
14
views

14
downloads
Rationalisation des choix budgétaires, « Renouveau du service public », LOLF, RGPP et aujourd’hui MAP : des années 1960 à aujourd’hui, l’évaluation des politiques publiques répond à un besoin sans cesse réinventé d’une meilleure gouvernance de l’action publique. Pourtant, l’évaluation ne connaît en France qu’une institutionnalisation fragile, tout à la fois mouvante et dispersée. Pour expliquer cette trajectoire aléatoire, quatre « scènes » sont successivement abordées sous un angle socio historique : l’évaluation comme moyen de légitimation et de contre pouvoir, comme facteur d’amélioration de la mise en œuvre des programmes publics, et comme outil au service des politiques sectorielles et levier d’optimisation des dépenses publiques.

in L’Année sociologique Publication date 2013-04
LE HAY Viviane
13
views

13
downloads
Les relations entre l’argent et le politique ont toujours été problématiques. C’est toujours la crainte d’une emprise des intérêts privés sur l’intérêt public qui est en cause, c'est-à-dire le dévoiement du bien commun par les besoins particularistes. Sur la base d’une enquête quantitative et de traitements statistique cet article se propose de préciser dans quelle mesure les représentations de l’argent privé et des moyens d’enrichissement influent sur la conception de la fonction politique. La démonstration procède en quatre temps. Après avoir présenté les jugements généraux sur l’argent et l’enrichissement, nous montrerons leur relation avec l’appréciation du politique. Puis, nous traiterons des relations entre l’image de l’argent et les jugements sur la probité publique. Enfin, nous présenterons une typologie d’attitudes qui synthétise les variables précédentes.

in Hommes et libertés Publication date 2015-03
6
views

6
downloads
La question de la défense de la probité publique est paradoxale : l’abondance des normes et institutions n’a pas empêché la poursuite de pratiques abusives, tandis que la situation du « régulé-régulateur » explique en partie pourquoi les progrès ne se font que par à-coups.

Next