Co-auteur
  • LOUAULT Frédéric (7)
  • GUEVARA Erica (3)
  • THÉRIEN Jean-Philippe (2)
  • MACE Gordon (2)
  • Voir plus
Type de Document
  • Article (21)
  • Livre (18)
  • Contribution à un site web (17)
  • Partie ou chapitre de livre (16)
  • Voir plus
in Les Dossiers du CERI Publié en 2020-04-14
PERDOMO Román
62
vues

0
téléchargements
Le monde traverse aujourd’hui une crise sanitaire d’une extrême gravité. La moitié de la population terrestre est confinée pour tenter d’endiguer la progression du Covid-19, maladie très contagieuse et mortelle à ce jour pour les plus âgés et les plus fragiles d’entre nous. Le CERI, lui aussi en plein confinement, vous propose un Dossier sur la crise sanitaire. Celui-ci comprend des articles de nos chercheurs sur des pays ou des régions du monde spécifiques (Chine, Italie, Amérique latine, Inde) mais également des textes plus transversaux qui portent sur les questions éthiques ou les enjeux internationaux que la situation actuelle soulève. Propos recueillis par Corinne Deloy

54
vues

0
téléchargements
L’étude des difficultés qu’ont rencontrées les différents pays d’Amérique latine à trouver un ordre politique stable, compatible avec un développement économique harmonieux, de la fin du 19e siècle à nos jours, constitue le fil conducteur de cet ouvrage. Ni étude thématique, ni strict suivi chronologique, il s’organise autour de quelques périodes historiques dont les caractéristiques politiques, économiques, sociales et culturelles scandent l’évolution du continent. Ainsi sont examinés l’entrée de l’Amérique latine dans l’ère moderne (1870-1914), les années de prospérité (1914-1930), le temps du populisme (1930-1950), le séisme de la révolution cubaine (1950-1970), les années sombres (1968-1979), les transformations politiques et économiques des années 1980 et 1990, les caractéristiques contradictoires du tournant du siècle et, enfin, l’instabilité et la radicalisation politiques actuelles. À travers de constants va-et-vient entre les descriptions s’appliquant à l’ensemble des pays du continent et les illustrations de cas particuliers confirmant ou infirmant la tendance générale, il prend en compte dans l’explication de l’évolution des sociétés les facteurs tant internes qu’externes, sans omettre les contraintes du système inter-américain et le poids des États-Unis. Son originalité tient à cette démarche plurielle, au service d’une problématique qui s’appuie sur de nombreux chiffres et documents tirés des meilleures sources. Le site de l’OPALC (www.sciencespo.fr/opalc) complète l’ouvrage en mettant à disposition de nombreuses sources primaires.

17
vues

0
téléchargements
Jair Bolsonaro semble goûter au plaisir d’une singulière compétition dans les Amériques. Entre lui et Donald Trump, c’est à qui ira le plus loin dans le déni de réalité concernant le Covid-19. En effet, depuis le 26 février, date à laquelle a été révélée la première infection au Brésil (et en Amérique latine), le président brésilien n’a eu de cesse de minimiser l’importance de la menace sanitaire et de ridiculiser ses compatriotes qui, selon lui, cédaient à la panique.

in Cogito, le magazine de la recherche (Sciences Po) Publié en 2020-02-11
6
vues

0
téléchargements
Dans son dernier ouvrage, Street Art and Democracy in Latin America (Palgrave Macmillan, 2020), Olivier Dabène, chercheur au CERI, réputé pour ses analyses de la vie politique latino-américaine, nous incite à découvrir un grand nombre d’oeuvres ornant les murs de cinq métropoles du continent. Nous fournissant les clés pour en déceler les messages, il nous ouvre aussi à leur signification en tant qu’actes démocratiques en s’appuyant sur les entretiens qu’il a conduit avec des artistes et…des policiers. Propos recueillis et traduits par Miriam Périer, CERI.

in Legacies of the Left Turn in Latin America. The Promise of Inclusive Citizenship Sous la direction de BALÁN Manuel, MONTAMBEAULT Françoise Publié en 2020-02
27
vues

0
téléchargements
Leftist ideas and organizations have a long history in Latin America. Starting at the beginning of the twentieth century, they inspired social movements from Argentina and Chile up to Central America and Mexico. This long journey has been marked by pervasive violence. Events such as the Santa Maria de Iquique massacre (Chile, 1907), the “tragic week” in Buenos Aires (January 1919), or the great strike in Costa Rica’s banana plantations (1934) will forever remain imprinted in the labor movement’s collective memory. This history was also accompanied by an intellectual effort to adapt European ideologies (notably Marxism) to local realities. José Carlos Mariátegui’s Seven Interpretative Essays on Peruvian Reality (1971) epitomizes such an attempt. Later during the Cold War,leftist movements were systematically and brutally repressed. Some turned to armed resistance, others to forced exile. All redeemed hope when the military started to plan returning to their barracks at the end of the 1970s.They would strengthen the “resurrection of 348 Legacies of the Left Turn in Latin America civil society” theorized by transition analysts (O’Donnell and Schmitter 1986). During the “long night of neoliberalism,” a term coined by Ecuadorean president Rafael Correa in the 1990s, the left envisioned alternative policies that finally convinced voters during the 2000s...

in Etudes du CERI Publié en 2020-01-30
8
vues

0
téléchargements
L’année 2019 a clôturé un cycle électoral ouvert en 2017. Il a été rythmé par seize élections présidentielles, dont l’Observatoire pour l’Amérique latine et les Caraïbes (Opalc) s’est attaché à suivre le déroulement avec des missions de terrain destinées à tester certaines hypothèses et nourrir des analyses électorales qui seront présentées dans un ouvrage. Divers enseignements ont d’ores et déjà été tirés...

in Etudes du CERI Publié en 2020-01-30
30
vues

0
téléchargements
Les historiens débattront sans doute de précédents susceptibles d’éclairer le bilan politique de l’Amérique latine en 2019. Peu réfuteront que la région a connu une singulière accumulation de crises qui a presque fait oublier le Venezuela, paralysé par la terreur et le marasme économique : incendies dans la forêt amazonienne affectant le Brésil, le Paraguay, la Bolivie et le Pérou, incendies aussi et en forte augmentation au Chili, mise en œuvre des accords de paix menacée en Colombie, aggravation de la crise économique en Argentine à la veille des élections, consolidation de l’autoritarisme au Nicaragua, ingouvernabilité au Costa Rica et surtout au Pérou, puissantes mobilisations sociales en Equateur, au Chili et en Colombie, violences et flux migratoires dans le triangle nord de l’Amérique centrale (Guatemala, Honduras, Salvador), accusations de corruption contre le président hondurien, stagnation économique et violences au Mexique, résultats des élections contestés en Bolivie et démission d’Evo Morales, deux jours après la libération de Lula au Brésil. En comparaison, les campagnes électorales au Salvador et en Uruguay se sont déroulées de façon étonnamment calme. La région est en feu et, alors que la plupart de ces crises ont des origines endogènes, de nombreux présidents ou responsables politiques ont porté des accusations contre des puissances extérieures. Les provocations et les attaques verbales se sont succédé dans un contexte de polarisation politique inédit depuis l’époque de la guerre froide...

20
vues

0
téléchargements
La notion de "printemps latino-américain", popularisée par les médias, rend sans doute compte d’une l’accélération des mobilisations en 2019 dans cette région, mais elle en exagère la singularité. L’Amérique latine voit se développer des manifestations massives depuis au moins 2012, traduisant une mutation des formes d’expression en démocratie. Depuis dix ans, en effet, les manifestations de rue sont devenues un registre "normal" d’expression palliant les limites des dispositifs représentatifs et participatifs. Les enquêtes montrent une augmentation du nombre de personnes déclarant participer à des manifestations et tolérant les expressions "antisystème" pacifiques. Cette évolution est plus particulièrement notable parmi les enquêtés ayant un haut niveau d’éducation...

in Le monde des nouveaux autoritaires Sous la direction de DUCLOS Michel Publié en 2019-12
41
vues

0
téléchargements
[résumé de l'ouvrage] D’un bout à l’autre du globe, démagogues, « hommes forts », autocrates et dictateurs en tout genre se suivent mais ne se ressemblent pas – tout en présentant un air de famille. Qui sont ces nouveaux autoritaires qui de plus en plus définissent l’air de notre temps et déterminent la politique mondiale ? Pour mieux comprendre l’itinéraire de ces dirigeants et les conséquences géopolitiques de leur montée en puissance, l’Institut Montaigne et l’ancien diplomate Michel Duclos ont fait appel à d’éminents spécialistes qui dressent un portrait psychologique, intellectuel et politique de chacun d’entre eux. De Poutine, Bolsonaro et Kim Jong-un à Trump, Orban, ou Erdogan, ou encore Salvini, Mohamed ben Salman et Maduro, dix-huit personnages hauts en couleurs – parfois effrayants, souvent menaçants – forment la famille des « nouveaux autoritaires », divisée en trois grandes fratries : nationalo-populistes dûment élus, « néo-autoritaires » en transition entre deux mondes et authentiques dictateurs. Issus de généalogies variées, leurs positions diffèrent sur l’arc qui conduit de la démagogie au despotisme. Ils puisent tous cependant, à des degrés divers, dans la même « boite à outils » anti-libérale, où pêle-mêle s’entassent une xénophobie assumée, l’exaltation d’un rêve identitaire, la vindicte contre l’establishment, le contrôle des médias, la kleptocratie, et l’identification du pouvoir « populaire » à un dirigeant « fort ». La jonction possible entre les nouveaux autoritaires de tous poils représente désormais une menace grave pour la démocratie libérale. D’ores et déjà, ils ont imposé dans les esprits dans le vaste monde une « tentation autoritaire » se substituant à l’attraction du « modèle libéral » qui paraissait avoir triomphé après la chute du mur de Berlin.

18
vues

0
téléchargements
Political scientist Olivier Dabène is the author of Street Art and Democracy in Latin America, published by Palgrave Macmillan. The author presents the results of a several year long project in several cities of Latin America, during which he investigated and questioned the relation between street art and (local) democracy. Olivier Dabène has accepted to answer our questions and present his book. Interview by Miriam Perier, CERI.

Suivant