Co-auteur
  • CAVALIN Catherine (32)
  • VINCENT Michel (19)
  • CATINON Mickaël (9)
  • CHEMARIN Cécile (7)
  • Voir plus
Type de Document
  • Article (60)
  • Partie ou chapitre de livre (37)
  • Communication non publiée (9)
  • Numéro de périodique (7)
  • Voir plus
The first thirty days : comparative lessons from the covid pandemic This paper aims to compare the effectiveness of national responses to the covid-19 epidemic in 24 countries, mostly in Western Europe, but also covering North America and Central Europe; Russia, Turkey, and South Africa ; and the Middle East and Asia. Written by Paul-André Rosental, population historian, for Terra Nova put them in perspective.

Depuis le début de la pandémie de Covid-19 qui frappe toutes les populations du globe, de nombreux chiffres circulent, présentant des écarts de contamination ou de mortalité d’un pays à l’autre. Chacun est ainsi invité à observer et à comparer les situations nationales : des classements, des graphiques animés, des courbes éloquentes semblent nous donner accès à une comparaison mondiale instantanée des ravages de l’épidémie. En donnant l’impression de fixer une réalité objective, ces chiffres suscitent en même temps une multitude d’interrogations : pourquoi ne sommes-nous pas égaux devant la maladie ? Nos gouvernants ont-ils pris les bonnes décisions ? Notre système de santé est-il adapté et réactif ? Ces questions sont légitimes. Mais peut-on vraiment comparer les pays les uns aux autres, malgré la disparité de leurs situations économiques, sociales, politiques, sanitaires etc. ? Avant de « laisser parler les chiffres », il faut se demander comment ces derniers sont construits, ce qu’ils parviennent à expliquer (ou non), ce qu’ils peuvent nous apprendre de fiable. Or, nombre de comparaisons présentées jour après jour se limitent à donner des chiffres bruts ou des pourcentages dont la construction n’est pas la même d’un pays à l’autre. Ils n’autorisent donc pas les comparaisons qu’on en tire déjà de manière prématurée et approximative. Pour comparer deux pays, et plus encore une dizaine ou une trentaine de pays, des précautions s’imposent afin de ne rapprocher que des situations effectivement comparables. La chronologie de la maladie (quand le pays a-t-il été touché ?), la composition de la population (est-elle relativement plus âgée ici que là ?), la construction des statistiques (ne compte-t-on que les morts à l’hôpital ou tous les morts dus au virus ?) etc. On comprend rapidement la difficulté à répertorier et à neutraliser tous les facteurs qui peuvent expliquer les variations d’un pays à l’autre. Or, celles-ci sont considérables et retiennent à juste titre l’attention. C’est pourquoi le travail de comparaison, aussi ardu soit-il, mérite d’être mené, en présentant toutes les prudences de méthode qui s’imposent. La présente étude procède donc par étapes successives pour proposer un classement de l’impact de l’épidémie de Codiv-19 dans 24 pays, dans le but d’approcher l’efficacité relative de leur réponse à la crise sanitaire. Comment expliquer des performances très variables des pays face au même défi ? Une série d’indicateurs doivent alors entrer en compte : tout d’abord les politiques de santé publique (appréciées à travers le financement, le nombre de lits disponibles à l’hôpital, la qualité des soins intensifs) puis les actions spécifiquement déployées contre le Covid-19 (analysées par le degré de sévérité des mesures de confinement et l’utilisation des tests). Les données de mortalité corrigées par ces neuf variables donnent un tableau fiable des résultats des pays face à l’épidémie qui classe les pays en trois groupes : ceux qui s’en sortent le mieux (les 9 premiers du classements), ceux qui évitent la catastrophe (du rang 10 au rang 15), ceux qui présentent de mauvais résultats (de 16 à 24). Le tableau qui en ressort a de quoi surprendre tant il semble peu cohérent avec les indicateurs économiques habituels. La crise nous invite ainsi à jeter un œil complètement nouveau sur la « réussite » d’un système de santé. Le classement est dominé par le Japon, la Corée du Sud, les pays scandinaves et l’Allemagne. L’Espagne, la Belgique, l’Italie, la Turquie et l’Iran sont dans le groupe le moins performant, avec les deux pays qui dépensent le plus d’argent pour la santé : les Etats-Unis et la Suisse. La France se situe en milieu de classement.

Systemic sclerosis is a rare connective tissue disease characterised by a wide range of clinical manifestations. Compared with previous sets of criteria, the 2013 American College of Rheumatology and European League Against Rheumatism (ACR/EULAR) classification of systemic sclerosis encompasses a broader and more relevant spectrum of the condition. Nonetheless, clinical and prognostic heterogeneity persists among patients fulfilling these criteria. The next task in the classification of systemic sclerosis is the development of new subset criteria that can successfully identify subgroups of patients with distinct prognostic or pathophysiological features. In this Viewpoint we describe the history of systemic sclerosis over the past century with the objective of highlighting the effect of previous nosological debates on efforts to understand and manage this disorder. Rather than seeking to present a systematic review of possible subgrouping for systemic sclerosis in relation to prognosis, we aim to clarify how nosological considerations have influenced our understanding of the cause and prognosis of this so-called idiopathic rheumatological disorder and how aetiological, prognostic, and pathophysiological hypotheses have helped to describe clusters within the disease. By reflecting on past nosological debates and endeavours, we identify challenges for the current initiative to develop a new subgrouping of systemic sclerosis.

Well into the 1980s, Strasbourg, France, was the site of a curious and little-noted experiment: Ungemach, a garden city dating back to the high days of eugenic experimentation that offered luxury living to couples who were deemed biologically fit and committed to contractual childbearing targets. Supported by public authorities, Ungemach aimed to accelerate human evolution by increasing procreation among eugenically selected parents. In this fascinating history, Paul-André Rosental gives an account of Ungemach’s origins and its perplexing longevity. He casts a troubling light on the influence that eugenics continues to exert—even decades after being discredited as a pseudoscience—in realms as diverse as developmental psychology, postwar policymaking, and liberal-democratic ideals of personal fulfilment.

19
vues

0
téléchargements
Cette thèse avait pour but d’examiner les significations et la nature de la « politique migratoire » et d’en proposer un cadre théorique, tout en effectuant une analyse globale de la politique d’immigration de la Deuxième République de Pologne (1918-1939), à l’époque un État multilinguistique, multiconfessionnel et multiculturel, qui est (ré)construit à l’issue de la Grande Guerre. En s’appuyant sur les méthodes qualitatives et sur l’analyse de contenu d’archives ou de sources primaires imprimés, en tant que notre méthode d’analyse des données, nous visons à étudier les questions suivantes: dans quelle mesure la politique d’immigration fait partie des politiques publiques d’un État et sert d’instrument pour la construction de l'État et de la Nation, mais aussi comment l’État protège ses citoyens à l'étranger ? Quelles en sont les origines et comment l’État construit sa politique migratoire ? Est-elle constante ou évolue-t-elle - et le cas échéant comment ? - en fonction du temps, du régime ou contexte politique (démocratie parlementaire, régime autoritaire, ou la montée des tensions précédant une guerre) ? Quelles sont les interactions entre la politique migratoire, la politique étrangère de l'État et les relations internationales et quelle est l’imporance des accords bilatéraux sur la migration en tant qu'outils juridiques internationaux ?

in The Lancet Respiratory Medicine Publié en 2019-06
LESCOAT Alain
BALLERIE Alice
BELHOMME Nicolas
JÉGO Patrick
JOUNEAU Stéphane
LECUREUR Valérie
LEDERLIN Mathieu
PARIS Christophe
31
vues

0
téléchargements
Collis and Yule 1 stated in 1933, that “silica is such a body poison as is lead, even though it exerts its maleficent influence, especially with regard to tuberculosis, mainly on the respiratory organs, through which it gains access to the body”. This statement invites us to question the editorial 2 entitled “The world is failing on silicosis” in The Lancet Respiratory Medicine. As clinicians, radiologists, toxicologists, and social scientists working on health hazards related to crystalline silica exposure, we delve beyond silicosis, to learn of other dangers associated with silica.

in Paediatric Respiratory Reviews Publié en 2019-02
NATHAN Nadia
SILEO Chiara
CALENDER Alain
PACHECO Yves
MACCHI Odile
VALEYRE Dominique
CLEMENT Annick
1
vues

0
téléchargements
Paediatric sarcoidosis is an extremely rare disease characterized by a granulomatous inflammation. The estimated incidence is 0.6–1.02/100,000 children, but in the absence of international registers, the disease is probably under-reported. Its pathophysiologic basis is not clearly understood but the current hypothesis is a combination of a genetic predisposition and an environmental exposure that could be either organic or mineral. Contrary to adult forms of the disease, general symptoms are often at the forefront at diagnosis. In its most frequent form, paediatric sarcoidosis is a multi-organ disorder affecting preferentially the lungs, the lymphatic system and the liver, but all organs can be affected. This review aims to provide an overview of current knowledge on sarcoidosis in children, providing a summary of the data available from cohort studies on the presentation, the management and the evolution of the disease in this specific population.

Publié en 2018-12 Collection Population, Famille et Société / Population, Family, and Society
7
vues

0
téléchargements
Only in France is demography essentially the population science: it is taught at school, newspapers feature the evolution of fertility rates in their headlines and the subject sparks ideological debates in the media. How did demography become a national identity issue? The French exception is attributable to a political history that reached fulcrums during the Second World War under the racist Vichy regime and then after the Liberation, with the development of population policies and the creation of the French National Institute for Demographic Studies (INED). The book is the first to retrace its controversial genesis and analyze its ramifications for the following decades. It shows how theories, institutions and demographic policies developed simultaneously in France. Its reflection on the links between ideologies, science and the state offers a model that could be applied to the history of many other scientific disciplines. Paul-André Rosental’s indispensable study examines the emergence of demography as an autonomous discipline and its association with the state in mid-twentieth-century France. Demography’s success in the immediate post-war years came in part from its dual concern with both "science" and "action," which allowed policy makers to claim both knowledge and expertise in addressing social problems. Rosental’s measured tone hides a provocative argument that should serve as both a model and a foil for others working in the history of the human sciences. Joshua Cole, University of Michigan.

in Sarcoidosis, Vasculitis and Difusse Lung Diseases Publié en 2018-11
CATINON Mickaël
CHEMARIN Cécile
ROUX Elisabeth
PECQUET Mathieu
BLANCHET Anne-Sophie
VUILLERMOZ Sylvie
PISON Christophe
ARBIB François
BONNETERRE Vincent
VALEYRE Dominique
FREYNET Olivia
MORNEX Jean-François
PACHECO Yves
FREYMOND Nathalie
THIVOLET Françoise
KAMBOUCHNER Marianne
BERNAUDIN Jean-François
NATHALIZIO Audrey
PRADAT Pierre
30
vues

0
téléchargements
Inhalation of mineral dust was suggested to contribute to sarcoidosis. We compared the mineral exposome of 20 sarcoidosis and 20 matched healthy subjects. Bronchoalveolar lavage (BAL) samples were treated by digestion-filtration and analyzed by transmission electron microscopy. The chemical composition of inorganic particles was determined by energy-dispersive X-ray (EDX) spectroscopy. Dust exposure was also assessed by a specific questionnaire. Eight sarcoidosis patients and five healthy volunteers had a high dust load in their BAL. No significant difference was observed between the overall inorganic particle load of each group while a significant higher load for steel was observed in sarcoidosis patients (p=0.029). Moreover, the building activity sub-score was significantly higher in sarcoidosis patients (p=0.018). These results suggest that building work could be a risk factor for sarcoidosis which could be considered at least in some cases as a granulomatosis caused by airborne inorganic dust. The questionnaire should be validated in larger studies.

Cette thèse porte sur l’élaboration et les usages sociaux de la notion d’urgence vitale dans la France contemporaine. Entendue comme la nécessité d’agir vite pour éviter une mort probable, l’urgence constitue un mode de plus en plus ordinaire de prise en charge des pathologies. À partir d’une étude de sources multiples, médicales, administratives, hospitalières ou encore associatives, cette recherche doctorale propose de saisir les logiques sociales, économiques et politiques que suscite un accident, lorsqu’une ou plusieurs vies humaines sont menacées. Alors que, dans l’entre-deux-guerres, les innovations médico-chirurgicales de la Première Guerre mondiale ne trouvent que rarement une traduction dans le monde civil, le risque nucléaire et l’augmentation rapide de la mortalité routière contribuent à la mise en œuvre d’une politique publique d’organisation des secours d’urgence, orchestrée par un bureau du ministère de la Santé et centrée sur l’hôpital public. Fondée sur une analyse de la division du travail et des dispositifs techniques qui rendent possible la rationalisation de l’offre de secours, la thèse replace les débats qui portent sur la valeur accordée aux vies humaines dans l’histoire de la santé et des institutions en charge de la protection des populations.

Suivant