Co-auteur
  • BOUCHERON Patrick (3)
  • SPIRE Alexis (2)
  • VINCENT Julien (2)
  • JABLONKA Ivan (2)
  • Voir plus
Type de Document
  • Article (22)
  • Partie ou chapitre de livre (13)
  • Compte-rendu d’ouvrage (9)
  • Livre (5)
  • Voir plus
in La Vie des Idées Publié en 2008-01
DELALANDE Nicolas
5
vues

0
téléchargements
« L’individu isolé n’existe pas » : tel était son credo. A l’heure où la protection sociale paraît partout menacée et contestée dans ses fondements, il est bon de se pencher sur l’œuvre un peu oubliée de Léon Bourgeois : homme politique radical de la IIIe République, premier président de la Société des Nations, il fut aussi le théoricien du solidarisme, s’inspirant des travaux de Pasteur pour penser la prophylaxie sociale.

in Journal of policy history Publié en 2013-07
HURET Romain
10
vues

0
téléchargements
The main purpose of this special issue is to focus on various examples of tax resistance during the nineteenth and twentieth centuries under different regimes and countries. Needless to say, the term “resistance” covers a wide range of practices, from individual claims (through petitions, dissimulation, and evasion) to collective action against the state (through tax strikes, violent uprisings). First and foremost, it seems crucial to abandon the logical connection that is too often made between “tax resistance” and antistatism. The fact that people refuse to pay taxes does not always mean that they reject the state as a whole. Following some thoughtful analyses put forward by anthropologist Janet Roitman, we argue that tax resistance is a productive mode of negotiation. “Incivisme fiscal,” to use Roitman’s words, is an “event” during which seminal political issues are dealt with, such as the boundary between public good and private wealth, between state and civil society, and between legitimate and illegitimate forms of power, among many other things. That is the main reason why social scientists have to take tax resistance very seriously (...).

Histoire depuis le début du XIXe siècle en France, des débats et des mouvements d'opposition aux politiques de financement des dépenses publiques et de perception de l'impôt. Analyse l'évolution des discours sur l'impôt, sa dimension démocratique de l'impôt, sa répartition, sa justice, etc.

in Dictionnaire des patrons Sous la direction de FRIDENSON Patrick, CHATRIOT Alain, DAUMAS Jean-Claude, FRABOULET Danièle, JOLY Hervé Publié en 2010
DELALANDE Nicolas
3
vues

0
téléchargements

in Bibliothèque de l'Ecole des Chartres Publié en 2006
DELALANDE Nicolas
4
vues

0
téléchargements

in Jean Jaurès. Cahiers trimestriels Publié en 2009
DELALANDE Nicolas
3
vues

0
téléchargements

in L’Histoire Publié en 2010-06
6
vues

0
téléchargements

in La Genèse de la décision dans la France du XXe siècle. Chiffres publics, chiffres privés Sous la direction de TOUCHELAY Béatrice, VERHEYDE Philippe Publié en 2009
DELALANDE Nicolas
4
vues

0
téléchargements

6
vues

0
téléchargements
La sociologie de l’action vise à comprendre les engagements pluriels des acteurs en prenant au sérieux les langages de justification que ceux-ci mobilisent lors de leurs expériences sociales. L’objet de cet article est de confronter cette approche à la trajectoire sociale d’Émile-Justin Menier, fils du fondateur de la célèbre marque de chocolat créée dans la première moitié du xixe siècle. Ce personnage iconoclaste n’a cessé d’étonner ses contemporains par la diversité de ses formes d’engagement : industriel prospère sous le Second Empire, plutôt bien vu des autorités, il démocratise la consommation du chocolat, autrefois produit de luxe, et se fait le chantre du libre-échange. Il développe, dans le même temps, une politique sociale d’inspiration paternaliste dans sa ville de Noisiel, y gagnant une solide réputation de patron philanthrope. Tous ces éléments auraient dû faire de lui un conservateur méfiant face à l’affirmation du régime républicain proclamé le 4 septembre 1870. Or Menier manifeste, dès 1871, son engagement en faveur de la République et défendra activement ses convictions jusqu’à sa mort prématurée en 1881 (...).

in La Vie des Idées Publié en 2007-03
DELALANDE Nicolas
8
vues

0
téléchargements
Si la culture américaine est tellement hostile à l’impôt, c’est moins le fruit de la défense des libertés individuelles qu’un héritage de l’économie esclavagiste. C’est la thèse de Robin Einhorn, qui relit le mythe fondateur américain au prisme des propriétaires de plantation.

Suivant