Coauthor
  • VITALE Tommaso (1)
  • CLOCHARD Olivier (1)
  • SUREL Yves (1)
Document Type
  • Conference contribution (5)
  • Part or chapter of a book (4)
  • Book review (2)
  • Working paper (2)
  • Show more
En Europe, le monopole de l’État sur le contrôle de la mobilité des personnes a été remis en question par le « centre politique » européen. Depuis le milieu des années 1990 et la mise en œuvre de la Convention Schengen, la libre circulation des personnes a été définie comme l’un des succès de la construction européenne. Suite au Traité d’Amsterdam, la Convention de Schengen a été intégrée dans les Traités et tous les nouveaux États membres sont automatiquement inclus dans l’espace Schengen. Depuis 2002 les citoyens bulgares et roumains peuvent circuler dans l’espace Schengen sans besoin de visa. Cependant, en 2007 lorsque la Bulgarie et la Roumanie ont intégré l’UE, certains États membres, au nombre desquels la France et l’Italie ont adopté une série de mesures temporaires limitant l’accès de ces citoyens à leur marché du travail. Cet article porte sur les mesures adoptées par les gouvernements français et italiens pour conserver le contrôle sur la mobilité des citoyens bulgares et roumains. D’un point de vue théorique, nous nous inspirons de la perspective rokkanienne, et proposons de considérer qu’à chaque centre politique correspond un régime de circulation qui détermine un territoire pertinent de mobilité pour ses citoyens. La création d’un nouveau centre politique au niveau européen crée des tensions entre le régime de circulation national et le régime de circulation européen et entre les deux centres politiques. Nous mobilisons des données secondaires et l’analyse des règles et normes adoptées par les gouvernements italiens et français. Selon nos principaux résultats, la perte du monopole de l’État n’affaiblit pas les centres politiques nationaux, mais explique que les stratégies de démarcation soient un des enjeux de la sphère politique.

Cette thèse prend comme point de départ l’étude d’un service de police, la Police Aux Frontières (PAF) en lien avec la construction européenne. En nous inspirant de la sociologie de l’État nous avons élaboré des catégories analytiques à même de rendre compte de l’évolution concomitante de cette police et des « régimes de circulation » national et européen. Le « régime de circulation » est défini grâce aux catégories rokanienne de l’analyse de l’État : il est lié à un « centre politique » et définit un territoire pertinent de circulation et les caractéristiques des personnes habilitées à s’y déplacer. La PAF est caractérisée comme une police des déplacements, elle met en jeu certaines des formes de pouvoir étatique décrite par Michel Foucault, qui met l’accent sur la capacité de l’État à contrôler à distance les activités des individus. Le régime de circulation national repose depuis 1974 sur le principe de la frontière comme lieu légitime et efficace des contrôles des déplacements des personnes et des déviances. Il entre en contradiction avec celui du régime de circulation européen qui, à partir de 1985, repose sur le principe de libre franchissement des frontières internes. La PAF, administration marginale, connaît alors un développement sans précédent de ses effectifs, de ses tâches et de son rôle dans l’élaboration du régime de circulation. Elle gère les interactions et les contradictions entre le régime de circulation national et européen. La PAF apparaît à la fois comme un acteur professionnel à même de défendre une extension des limites de sa « juridiction » mais également un acteur administratif intervenant dans l’élaboration des régimes de circulation.

in Atlas des Migrants en Europe, Géographie critique des politiques migratoires Edited by CLOCHARD Olivier Publication date 2012-11
CLOCHARD Olivier
15
views

0
downloads
Cette publication n'a pas de résumé

in Atlas des migrants en Europe Géographie critique des politiques migratoires Edited by CLOCHARD Olivier Publication date 2012-11
21
views

21
downloads
La création de Frontex (Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures dont le siège est à Varsovie) en 2005 résulte d’un compromis entre les tenants d’un contrôle migratoire communautaire et les États membres soucieux de conserver leur souveraineté. L'agence entend dépasser l'alternative entre l’action de centres spécialisés dispersés dans l’UE et la création d’un corps européen de gardes-frontières. Le Conseil d’administration (CA) comprend un représentant de chaque État membre et deux représentants de la Commission.

Publication date 2011-06 Conferance name journée d'études "Acteurs administratifs et professionnels de l’immigration : articuler les dynamiques nationales, européennes et internationales"
0
views

0
downloads
Les travaux sur la « fabrique » des politiques d’immigration et sur leurs acteurs administratifs ont largement contribué au renouvellement des sciences sociales dans ce domaine. D’autre part, plusieurs auteures se sont intéressées à la genèse et au développement de ces politiques au niveau supranational, en l’occurrence européen. Toutefois, rares sont les analyses articulant ces différents niveaux. Le but de ces journées d’études sera d’étudier les dynamiques et les mécanismes touchant aux politiques migratoires impliquant les niveaux européens et internationaux. Il s’agira d’élargir la perspective en croisant les approches centrées sur le niveau national et les études mettant l’accent sur les dynamiques d’intégration européenne ou internationales.

in Politique européenne Publication date 2011
0
views

0
downloads
L’ouvrage collectif La Fabrique des “Européens”, processus de socialisation et construction européenne, dirigé par Hélène Michel et Cécile Robert, publié en 2010 aux Presses Universitaires de Strasbourg rassemble treize contributions d’auteurs européens sur la question de la socialisation à l’Europe (...).

Publication date 2010-12 Collection Les Cahiers européens de Sciences Po : 04/2010
10
views

0
downloads
The creation of a common European space following the integration of the Schengen Agreement into the “acquis communautaires” through the Amsterdam Treaty in 1997, and the subsequent treaties and summits, lead Member States to consider border control as a common issue. One could have thought that the lifting of the internal borders within the Schengen space would have threatened the border guard corps at the national level. This is not the case. I will show that, thanks to a change in the “model” of French border guards, their power and influence have in fact risen in the second part of the 1990’s. In response to the fear of a drastic cut in the workforce, French border guards mobilize to define a new model of border guard: the “alien police” model, which aimed at fighting against “illegal” immigration.

in Dictionnaire des Politiques Publiques Edited by JACQUOT Sophie, RAVINET Pauline, BOUSSAGUET Laurie Publication date 2010-09
5
views

0
downloads

Next