Document Type
  • Article (590)
  • Conference contribution (410)
  • Part or chapter of a book (404)
  • Book review (115)
  • Show more
Research Center
  • Centre de sociologie des organisations (1844)
  • Centre de sociologie des organisations (CSO) (68)
  • Sciences Po (21)
  • Centre d'études européennes et de politique comparée (14)
  • Show more
Discipline
  • Sociology (1772)
  • Political science (303)
  • History (121)
  • Education (82)
  • Show more
Language
  • French (1344)
  • English (533)
  • German (11)
  • Spanish (10)
  • Show more
in The Cost of Free Shipping Edited by ALIMAHOMED-WILSON Jake, REESE Ellen, University Of California Riverside Publication date 2020-09
0
views

0
downloads

Publication date 2020-09 Conferance name Le télétravail aujourd'hui et demain. Quelles leçons tirer de la crise du coronavirus ?
Institut de Recherches Economiques et Sociales
Fondation Friedrich-Ebert
0
views

0
downloads
A partir d'une enquête conduite dans un service public local de l'eau, maintenu en activité durant le confinement au prix d'un télétravail massif, nous montrons comment ce dernier a modifié les rapports de pouvoir préalablement établis. Si le télétravail correspond à une demande largement partagée par les salariés, sa mobilisation brusque et massive n'a pas uniquement rencontré l'approbation unanime des individus concernés : il a aussi bousculé quatre types de relations sociales. En premier lieu, il a légèrement allongé les journées de travail de nombreux agents, mais surtout désynchronisé les temps laborieux et les temps privés, plaçant les proches dans un rôle informel de perturbateurs. En second lieu, il a placé la direction des services informatiques en position centrale dans les rapports de force bureaucratiques. En troisième lieu, il a constitué un dispositif de jugement des pairs et des subalternes. Finalement, il a représenté une loupe déformante portée sur le niveau des effectifs.

in Dictionnaire des politiques territoriales Publication date 2020-09
0
views

0
downloads
La fonction publique territoriale (FPT) est incontournable pour qui s’intéresse aux politiques territoriales. D’abord, les deux millions d’agents territoriaux (soit 35% des effectifs publics français) comptent parmi les acteurs les plus significatifs de ces politiques. Plus nombreux et plus qualifiés que par le passé, ils interviennent dans des secteurs diversifiés, du fait de la clause générale de compétence longtemps reconnue aux collectivités ainsi que des compétences transférées par l’État depuis le début des années 1980. De surcroît, la fonction publique territoriale est elle-même une catégorie de l’action publique territoriale. Au croisement des politiques de l’emploi public et des réformes territoriales, elle est le produit d’un système complexe de relations entre plusieurs catégories d’acteurs, parfois sécantes : État et collectivités territoriales d’une part, agents et employeurs d’autre part. En somme, elle est tout à la fois un statut juridique, une construction politique et un groupe social, dont l’hétérogénéité et la déstabilisation tendancielle mérite d’être interrogées, tant elles pèsent sur les politiques territoriales.

in ContreTemps Publication date 2020-09
CANIHAC Hugo
0
views

0
downloads
Pour le lecteur contemporain, habitué aux défenses libérales de la construction européenne, le texte de Friedrich Hayek traduit ici pourra sonner étrangement familier. Pourtant, à sa publication il y a 80 ans, cette concordance n’était en rien acquise. À travers ce texte, présenté par Hadrien Clouet et Hugo Canihac, c’est ainsi une certaine vision libérale de la « construction européenne » qui se laisse apercevoir.

Publication date 2020-09 Collection Document de travail du Centre d'études de l'emploi et du travail : 202
DE LARQUIER Guillemette
3
views

0
downloads
L’enquête Offre d’emploi et recrutement, Ofer, (Dares, 2016) permet d’analyser les déclarations spontanées des recruteurs pour préciser ce qui détermine la sélection des candidats à l’emploi : de 1 à 3 critères sont cités avec une grande variété de formulations (N=18 788 occurrences). Une analyse de données met en évidence leur agencement d’après les niveaux de qualification. 3 registres de sélection, traduisant des attentes distinctes à l’égard de la main d’œuvre, sont identifiés : les capacités à « S’investir dans son travail » ; à « Evoluer dans l’entreprise » et à « Interagir avec autrui ». Selon la mobilisation séparée ou conjointe des registres, nous dégageons 4 classes de recrutement, décrites d’après les entreprises, les emplois et les profils de candidats recrutés. Enfin, nous mettons en évidence les méthodes de recrutement et de sélection associées à ces différentes classes. Les résultats soulignent l’importance des contextes de recrutement dans le choix des qualités valorisées par les recruteurs, et met à mal l’idée d’une transversalité des compétences nécessaire à l’occupation des emplois.

This paper elaborates on our joint experience of teaching quantitative methods to (mostly) historians since the early 2000s and writing an introductory book on this topic, first in French, then in English, in a revised and expanded version. All along, we have pursued three aims, related to two different types of audience. First, we want to make quantitative methods accessible for all historians—and humanists generally—, especially those who do not think that such methods are “for them,” because they do not enjoy mathematics, or because they study topics that are not traditionally considered as suited to quantification. Second, our intent is to contribute to less routine uses of quantification in the social sciences, by promoting diversity in methods and imagination in categorization schemes—going beyond “the usual suspects” in terms of sources, variables, and calculations. Third, we promote respect for the basic tenets of the historical profession, i.e. principles of source criticism, as the cornerstone of the constitution of data from historical sources. The first part of the paper begins by explaining where we speak from. As practices of quantification differ between countries and sub-disciplines, we first tell a few words about our own experience with quantitative history, in the context of its recent evolutions, since it lost any pretense at dominance in the historical discipline. These trajectories led us to promote constructivist, small-scale, experimental quantitative history. In terms of teaching, this translates into a learning-by-doing focused on the construction and categorization of data from sources. The second and third parts of the paper briefly flesh out the main principles that we promote in our teaching, with examples in and out of economic history and the history of capitalism. The second part addresses the transformation of sources into quantifiable data; the third part discusses data categorization and analysis.

in Economic Sociology (European Electronic Newsletter) Publication date 2020-07
4
views

0
downloads
During a ceremony on November 13, 2019, Sciences Po in Paris awarded the sociologist Viviana Zelizer and the economist Joseph Stiglitz the titles of Doctor Honoris Causa. This distinction was given to Professor Zelizer for her work as the founder of a new school of economic sociology, and to Professor Stiglitz as the leading figure of the new Keynesian economy.

in Sudamérica: Revista de Ciencias Sociales Publication date 2020-07
2
views

0
downloads
Este artículo compara las técnicas francesa y estadounidense de asignación de crédito mediante el uso de scoring, técnica estadística que mide el riesgo de no reembolso. Las calificaciones francesas son múltiples e internas a los bancos, mientras que en el caso estadounidense se trata de un puntaje único y público, que está en el origen de un mercado que no existe en Francia. Basándonos en la distinción entre “mundo” y “realidad” establecida por Luc Boltanski, mostramos aquí que el scoring, en particular en su forma estadounidense, incorpora temporalidades pasadas, presentes y futuras, y es un intento de eliminar el acontecimiento y hacer desaparecer la experiencia vivida por los prestatarios, morosos o no.

0
views

0
downloads
the world of labor is experiencing a new series of social tensions. They are not very audible because opportunities for collective action are limited by COVID-19 precautions; the spread of partial unemployment, remote work, and layoffs has also largely atomized workers. But how are these social tensions structured — and are they likely to have an effect beyond the current health crisis? Even though the data is scarce and fragmented, some do point to major conflicts traversing the world of labor today — ones that assume an unprecedented role and visibility during the current crisis. As well as the capital-labor conflicts over the production of sanitary equipment, this crisis highlights a reality of the world of labor that is often less considered among the general public: namely the “professional consciousness” of workers and trade unionists, concerned with their health, viable economic production, as well as objectives of general interest. In this sense, it constitutes an observatory for the differentiated practices between firms, depending on the degree of social democracy in action.

La langue française est-elle menacée par ses évolutions ? Oui, se lamentent d’illustres « hommes de lettres » depuis 1 000 ans. Non, ripostent les deux autrices, montrant de façon implacable les luttes incessantes qui traversent le français dès ses premières codifications. Difficilement classable, l’ouvrage est à la fois une analyse sociolinguistique, une revue de littérature et un plaidoyer pour une action publique moderniste en matière de langue française. [premier paragraphe]

in Rapports au genre en politique. Publication date 2020-07
5
views

0
downloads
Dans quelles conditions les individus donnent-ils sens à leur existence à partir des « rapports sociaux fondés sur les différences perçues entre les sexes » ? Dans quelles situations cette grille de lecture les outille-t-elle pour contester les rapports de pouvoir que le genre signifie ? Et quelle est l'efficacité de cette réflexivité mobilisée en vue de la transformation de l'ordre des sexes ? Ces questions invitent à convoquer deux perspectives complémentaires : l'une travaille le genre à partir des pratiques et des relations quotidiennes par lesquelles il se constitue ; l'autre interroge la capacité réflexive et critique des individus. Pour s’orienter dans la grande diversité de ces rapports critiques au genre, je propose de distinguer analytiquement trois opérations présidant à leur fabrique : la réflexivité, la verbalisation et la conflictualisation. Cette décomposition vise à rendre sensible le caractère souvent partiel, tâtonnant, voire réversible des activités critiques. Avoir acquis une conscience de genre ne conduit pas nécessaire à exprimer publiquement ses observations intimes ou ses indignations personnelles. Être en capacité de mettre en mots les rapports de genre ne signifie pas que l’on osera affronter ceux qui imposent les modèles de genre ou qui profitent des inégalités genrées. Les doutes, voire les contradictions qui saisissent les individus durant leurs activités critiques, les dynamiques collectives, tantôt propices à la remise en cause, tantôt fortement défensives, peuvent venir interrompre, ralentir ou infléchir ces processus.

in economic sociology_the european electronic newsletter Publication date 2020-07
7
views

0
downloads
The stakes around the global and national medicines markets have been rising steadily for the last twenty years. How can one think of a market in which operate companies ranking among the most capital-intensive and profitable, states that want to provide their populations with access to essential and innovative treatments without jeopardizing their national health insurance systems, and health professionals who play a central role as market intermediaries? How can one analyse a market in which there are both innovative medicines (most often but not always) resulting from long R&D processes, protected by patents and costing up to several hundred thousand euros per patient, and generic medicines, produced on a large scale to treat "common" diseases and costing just a few euros? The purpose of this article is to present this research agenda which is both individual and collective. The first line of research is to examine the organisation and regulation of health product markets. A second line of research consists in analyzing the processes through which medicines contribution to Health and Economy is valued.

12
views

0
downloads
L’organisation ce vendredi 12 juin par Ogilvy d’une nouvelle édition de Nudgestock, autoproclamé « festival mondial du marketing comportemental et de la créativité », offre l’occasion de se demander si l’on peut vraiment prendre au sérieux ces approches comportementalistes. Réponse aussi solide qu’argumentée de deux sociologues à travers l’analyse d’une vidéo à succès publiée sur YouTube par Olivier Sibony, professeur associé à HEC, et titrée « Biais cognitifs et crise du Covid-19 »…

Cet article s’intéresse aux salarié.e.s en CDI de deux entreprises en réduction d’effectifs et se focalise sur leur participation à des manifestations ponctuelles et locales, organisées contre les licenciements économiques annoncés. Il explique ce comportement par l’occurrence d’une ou de plusieurs interdépendances entre des caractéristiques contextuelles meso, d’une part, et des propriétés individuelles ou micro, d’autre part. Dénommées configurations, les quatre combinaisons que nous identifions favorisent le passage à l’action, leur absence impliquant le non-ralliement. Un individu a ainsi d’autant plus de chances de participer à l’action collective qu’il dépend de plusieurs de ces interdépendances, ou qu’il entretient des liens forts avec des collègues relevant de ces mêmes configurations explicatives.

in Mouvements Publication date 2020-06
BESSIÈRE Céline
GOLLAC Sibylle
MARICHALAR Pascal
MINOC Julie
16
views

0
downloads
La famille est « le plus familier des objets » selon l’expression du sociologue Rémi Lenoir. Elle apparaît sous l’évidence du déjà-là, du naturel et de l’universel. Cet article défend l’idée que pour mieux comprendre et combattre une pandémie, il est nécessaire d’interroger ce sens commun à partir des recherches en sciences sociales. Car, comme ces dernières le montrent, la famille est une construction historique, sociale, administrative, juridique, économique, religieuse, politique et scientifique. Notre analyse réinscrit les relations familiales dans les rapports sociaux de classe, de genre, de race, de génération, de sexualité et de dépendance qui les traversent et qu’elles façonnent en retour. La première partie de cette analyse s’applique à déconstruire le sens commun de la famille dans l’expertise et les politiques publiques – en premier lieu la notion de ménage moyen. Le décalage entre ces idées reçues et les réalités familiales a des effets concrets sur les préconisations des épidémiologistes, l’interprétation de leurs résultats et leurs appropriations par les pouvoirs publics. Après avoir ainsi examiné ce que la famille fait à la crise, la deuxième partie éclaire ce que la crise sanitaire fait aux familles. Elle donne à voir les facettes des relations familiales que la crise sanitaire met en jeu, et dont il conviendrait de poursuivre l’exploration scientifique.

in La revue du praticien Publication date 2020-06
2
views

0
downloads
Dans la lutte contre le Covid-19, le gouvernement a fait du dépistage un des outils centraux de la réussite du déconfinement. Comme d’autres dispositifs médicaux et biologiques – masques ou chloroquine –, les tests font l’objet de débats quant à leurs disponibilité, fiabilité, opportunité et finalité. Non propres au Covid-19, ces questions scandent l’histoire de nombreuses maladies (infection à VIH, addictions, cancers, etc.). Ce que confirme de façon plus ostensible la crise actuelle est bien que la science, y compris médicale, est un monde de controverses. La conception et les modes d’utilisation des tests n’y échappent pas. Ils relèvent de décisions aussi bien scientifiques, industrielles, économiques que politiques. Face à l’urgence épidémique, des tests virologiques et sérologiques ont été massivement mis sur le marché. Cela s’est fait dans un temps record, malgré l’accès difficile aux composants nécessaires à leur fabrication. Pour autant, de nombreuses personnes ont été dépistées avec des dispositifs peu fiables, souvent à leurs frais. [premier paragraphe]

En France où la tradition du son direct est importante, la prise de son participe de la mise en scène artistique du film. Mais le processus de captation de son direct est de toute part fragilisé. Neutraliser certains bruits pour éviter qu’ils ne constituent une pollution, et parvenir à capter ceux qui sont susceptibles de constituer de la matière sonore cinématographique intéressante : tels sont les principaux défis auxquels sont confrontés les spécialistes du son sur un plateau de cinéma. Lorsque le travail consiste à capter certains bruits intimes, la difficulté d’enregistrer un « son propre » est redoublée, et ce d’autant plus que l’ingénieur du son et son perchman ne sont pas toujours en position de force sur un plateau de tournage. Comment s’articule le travail de maîtrise de l’environnement sonore et l’apprivoisement de l’imprévu susceptible de nourrir le film ? À partir d’une enquête sociologique en cours menée sur les professionnels du son au cinéma, l’auteur étudie les modalités de la maîtrise de la matière sonore sur un plateau et ses enjeux sociaux.

Dix ans après l’Obamacare, le système de santé étasunien reste l’un des plus chers et des plus inégalitaires de l’OCDE. La réforme de 2010 a néanmoins ouvert la voie à l’idée d’une assurance maladie universelle. Cette solution peut-elle prévaloir sur l’option publique, un approfondissement de l’Obamacare défendu par les modérés du parti démocrate ?

This published text underlying the keynote presentation at the Sunbelt XXXVIII in Utrecht, 2018. It presents a neo-structural approach to social processes in the organizational society and the usefulness of the analyses of multilevel networks to understand how we navigate these processes and are made aware of them when we face cooperation dilemmas. Empirical illustrations look at how multilevel networks and relational infrastructures are useful to research a process such as coopetitive learning in science, business and government. A conclusion focuses on the role of multilevel relational infrastructures in institutional entrepreneurship, social change and politics, as well as on our responsibility to develop our knowledge of these social processes and multilevel relational infrastructures as open science.

Alizée Delpierre est sociologue et travaille notamment sur les domesticités. Le 18 mars, elle s’interrogeait dans Libération sur le sort des employé·e·s domestiques[1] et se demande quelle sera leur situation après le déconfinement. Pour Contretemps, elle revient sur leur situation actuelle après avoir recueilli plusieurs témoignages et aborde la proposition de loi avancée par la France Insoumise (LFI) à l’Assemblée nationale, qui cherche à rendre visible les travailleurs et les travailleuses ménager·e·s. (chapeau)

Dans la longue histoire du mouvement des coopératives de travailleurs en Italie, la logistique est devenue l’un des secteurs les plus importants durant ces dernières décennies. Pourtant, les coopératives ont entamé, au cours des années 1990, un processus généralisé d’« entrepreneurisation ». Par leur cooptation dans les chaînes internationales de valeur, elles sont devenues le pivot d’un régime de travail despotique et de négation de la citoyenneté industrielle. Depuis les années 2010, ce système a été remis en cause par un cycle de mobilisations organisées par les syndicats « de base » (SI Cobas et ADL Cobas), qui ont réclamé la suppression des coopératives, la fin du système de sous-traitance, et le retour à une relation salariale classique. L’action syndicale a permis d’améliorer les conditions de travail des ouvriers. Cependant, les Cobas ont dû aussi faire face aux contraintes institutionnelles propres à ce secteur : la résistance des coopératives à normaliser leur fonctionnement, la réticence des donneurs d’ordres à réduire la pression sur le coût du travail, et l’ambivalence des syndicats traditionnels face aux mobilisations. Le résultat est un compromis précaire, dans lequel l’amélioration des conditions de travail et la reconnaissance des syndicats de base ne reposent pas sur des bases certaines.

Les travaux de sociologie dédiés aux établissements industriels en déclin abondent. Cet ouvrage vient cependant prouver que des monographies novatrices de ce type de firmes restent possibles. Consacrée au premier sidérurgiste belge, Cockerill (devenu l’international ArcelorMittal), cette étude de cas fournit une analyse triplement originale des effets des « restructurations », entendues comme des « réorganisations d’entreprises entraînant des réductions d’effectifs » (p. 355). Alors que la littérature se focalise souvent sur les luttes consécutives aux plans sociaux, Cédric Lomba élargit d’abord la focale en s’intéressant aux effets variés que les restructurations peuvent avoir sur la « condition ouvrière », saisie à travers diverses dimensions. Il s’écarte ensuite de la foisonnante littérature sur les conséquences biographiques de la perte d’emploi en se concentrant sur les travailleurs qui restent en poste après les baisses d’effectifs. Il appréhende enfin les incidences de la répétition de ces réorganisations en faisant débuter sa monographie au milieu des années 1970. Il parvient ainsi à étudier la succession des douze plans de restructuration (en majorité des plans de départs en préretraite) qui ont conduit à diviser les effectifs de Cockerill par vingt-cinq en quarante ans. [premier paragraphe]

Emmanuel Macron a récemment accusé le monde universitaire d’avoir « encouragé l’ethnicisation de la question sociale ». La sociologue Alizée Delpierre lui répond.

in Revue française des affaires sociales Publication date 2020-06
0
views

0
downloads
Cet article se propose d’étudier la forme que prend la coordination entre professionnels de santé qui exercent en maisons de santé pluriprofessionnelles (MSP). À travers une étude qualitative dans cinq MSP, nous montrons que les nouvelles procédures de coordination qui formalisent la division du travail en MSP, ainsi que les pratiques informelles de coordination entre professionnels, reconfigurent les territoires professionnels. Les professionnels non médecins voient notamment leurs périmètres d’activité s’étendre, sous l’effet de délégations de tâches des médecins généralistes, qui peuvent être volontaires ou contraintes par le contexte organisationnel. Nous soutenons que, que ces délégations soient volontaires ou contraintes par le contexte organisationnel, elles demeurent sous le contrôle des médecins généralistes, qui s’affirment ce faisant comme les orchestrateurs des prises en charge pluriprofessionnelles en soins primaires.

7
views

0
downloads
Les professionnels indépendants qui interviennent dans un même domaine de spécialité sont, par définition, en concurrence les uns avec les autres : ils cherchent à conquérir les mêmes clients et à remporter les mêmes appels d’offres. Or, ils ont aussi besoin de coopérer pour réaliser des opérations d’envergure, échangent des informations, s’entraident, développent des amitiés fortes voire se mobilisent collectivement. À partir du cas des professionnels de la conservation-restauration, plus communément appelés restaurateurs et restauratrices d’œuvres d’art, l’article rend compte de la forte interdépendance qui lie de nombreux professionnels indépendants. Gérer les contraintes et les tensions afférentes à ces relations de « collègues-concurrents » fait entièrement partie de leur activité.

in Health Policy Publication date 2020-05
DEMERITT David
GRIFFITHS Alexander
ROTHSTEIN Henry
1
views

0
downloads
Despite widespread faith that quality indicators are key to healthcare improvement and regulation, surprisingly little is known about what is actually measured in different countries, nor how, nor why. To address that gap, this article compares the official indicator sets–comprising some 1100 quality measures– used by statutory hospital regulators in England, Germany, France, and the Netherlands. The findings demonstrate that those countries’ regulators strike very different balances in: the dimensions of quality they assess (e.g. between safety, effectiveness, and patient-centredness); the hospital activities they target(e.g. between clinical and non-clinical activities and management); and the ‘Donabedian’ measurement style of their indicators (between structure, process and outcome indicators). We argue that these contrasts reflect: i) how the distinctive problems facing each country’s healthcare system create different ‘demand-side’ pressures on what national indicator sets measure; and ii) how the configuration of national healthcare systems and governance traditions create ‘supply-side’ constraints on the kinds of data that regulators can use for indicator construction. Our analysis suggests fundamental differences in the meaning of quality and its measurement across countries that are likely to impede international efforts to benchmark quality and identify best practice.

Publication date 2020-05 Collection Notes de l'Institut Rousseau
8
views

0
downloads
L’activité partielle constitue un des dispositifs les plus anciens de la politique publique de l’emploi. Ce dispositif à caractère préventif répond aux intérêts de plusieurs groupes sociaux. Du côté des salariés, il évite leur paupérisation, leur déqualification et la perte de statut social qu’engendre le chômage total. Toutefois, cet équilibre entre groupes sociaux se disloque dans la crise du Covid-19, où les usages de l’activité partielle apparaissent particulièrement ambigus et problématiques. Cette situation appelle une réforme de l’activité partielle, pour l’adapter aux enjeux contemporains et aux défis à venir. Cette note présente les limites du dispositif en termes de couverture, d’indemnisation et de contrôle des abus avant d’en proposer plusieurs pistes de réformes.

The women mobilised in the Yellow Vest movement rightly denounced the fact that many single mothers face major financial difficulties on a daily basis while raising their children. Yet women originate separation and divorce proceedings more often than men. The high rate of marital breakups provides evidence of their appropriation of this individual right in a relatively recent context of legal equality with men. However, this major social change has not led to the equalization of conditions nor to the disruption of the gender order. Here is a look back at a key victory for women that is still far from enabling their emancipation.

  Next