Document Type
  • Article (652)
  • Part or chapter of a book (438)
  • Conference contribution (417)
  • Book review (125)
  • Show more
Research Center
  • Centre de sociologie des organisations (1972)
  • Centre de sociologie des organisations (CSO) (90)
  • Sciences Po (23)
  • Centre d'études européennes et de politique comparée (18)
  • Show more
Discipline
  • Sociology (1902)
  • Political science (326)
  • History (136)
  • Education (83)
  • Show more
Language
  • French (1458)
  • English (564)
  • German (13)
  • Spanish (10)
  • Show more
in Conflict of Interest and Medicine Edited by HAURAY Boris , BOULLIER Henri, GAUDILLÈRE Jean-Paul, MICHEL Hélène Publication date 2021-09
9
views

0
downloads
The introduction of generic drugs in France is quite recent. While they represented barely 3% of all drugs sold in pharmacies in 1999, they now account for one third, still far behind the United States’ 84%, the United Kingdom’s 83%, Germany’s 80%, and the 48% average of the 19 main countries of the OECD. Generic drugs offer a particularly heuristic case for questioning conflicts of interest, because they are theoretically supposed to align all interests surrounding drug prescription: they are legally defined as “substantially similar” to the original drugs and are therefore supposed to have exactly the same benefit/risk profile for patients as their original counterpart; they are less expensive than the original drugs and therefore save money for patients and (public and private) insurers; and they do not hinder innovation, since they do not reach the market until the patent on the original drug expires, many years after it is marketed, and thus allow insurers to finance innovative drugs that reach the market. The prescription or dispensation of these copies should therefore be self-evident for physicians and pharmacists. However, the development of generic drugs has given rise to a paradoxical framing of conflict of interest in the media and in political and professional fields. Although pharmacists have strongly invested in substitution since 1999, they have been questioned on numerous occasions because of the higher margin they make when selling these copies. On the other hand, although physicians have not prescribed generics generics or have even opposed them, they have been questioned very little for possible conflicts of interest. How can this paradoxical framing of conflicts of interest around the (non-)prescription of generics be explained? To answer this question, I focus on how the prescription choices of physicians and the substitution choices of pharmacists are “framed” (or not) as conflict of interest in the relationships they establish with pharmaceutical companies, France’s (public) national health insurance scheme, patients, and other healthcare professionals. I first analyze the framing of the prescription and substitution of generic drugs from the perspective of the financial interests of healthcare professionals, pharmaceutical companies, and the National Health Insurance scheme. I turn then to the controversies surrounding the qualification of the health benefits and risks related to the prescription and substitution of generic drugs. Finally, I highlight the central role of inter- and intra-professional hierarchy and competition in the framing of professional interests and the prescription or substitution of generic drugs.

Cet ouvrage, consacré à la « responsabilité sociale des entreprises », porte sur la genèse d’un droit. Il examine les origines de la loi du 27 mars 2017, sur le devoir de vigilance des sociétés mères, souvent des grands groupes internationaux, et des entreprises donneuses d’ordre, souvent situées dans des pays où les salaires sont faibles et les conditions de travail très mauvaises. L’autrice n’examine pas la genèse du texte proprement dite, mais elle se demande comment, dans les années 1990, l’activité de groupes militants et la réponse de certaines entreprises ont préparé l’arrivée de la loi de 2017.

in Psychologie du sexisme Publication date 2021-09
FANIKO Klea
LE FEUVRE Nicky
TSCHABUSCHNIG Gregory
13
views

0
downloads
En Suisse, comme dans la plupart des pays occidentaux, la sous-représentation des femmes dans les échelons supérieurs des institutions académiques a fait l'objet d’une attention croissante au cours des trois dernières décennies. Si les politiques dites « d’égalité » occupent désormais une place bien identifiée dans les instances de gouvernance académique, aucun consensus n’existe quant aux moyens prioritaires à mettre en oeuvre pour promouvoir l’égalité professionnelle dans le monde académique, ni sur l’efficacité des dispositifs déjà en place. Dans cette contribution, nous explorons deux questionnements : comment la question de l’accès des femmes aux échelons avancés des carrières académiques est-elle problématisée et traitée dans les institutions universitaires suisses ? Et comment ces problématisations et traitements ont-ils évolué au fil du temps? Nous analysons en premier lieu les trois registres diagnostics sur lesquels reposent l'ensemble des mesures d’égalité identifiées au sein des différentes universités suisses, et mises en oeuvre dans le cadre de quatre programmes «Egalité des chances» fédéraux successifs (2000-2020). Nous étudions ensuite l’évolution de ces mesures au fil du temps. Nous intégrons tout au long de cette analyse une réflexion sur l’acceptabilité de ces mesures, en nous basant notamment sur les résultats d’une enquête par questionnaire réalisée auprès des responsables de I’égalité des universités cantonales suisses.

in Le nouveau monde Edited by BURLAUD Antony Publication date 2021-09
53
views

0
downloads
Ce texte présente de manière synthétique les principaux mécanismes de la financiarisation, et plus particulièrement de l'adoption de la "valeur actionnariale", en France. Il présente le périmètre des entreprises directement financiarisées et discute les conséquences de cette évolution pour les autres entreprises, pour les cadres dirigeants, puis pour les salarié·es.

in Capitalism: A Journal of History and Economics Publication date 2021-07
ZALC Claire
50
views

0
downloads
This article elaborates on our experience of teaching quantitative methods to historians and writing an introductory book on this topic. We promote respect for principles of source criticism as the cornerstone of the constitution of data from historical sources, and argue that a conversation on this constitution is as important for new historians of capitalism as it is for economic historians and business historians, among others. The first part of the article explains what led us to promote constructivist, small-scale, experimental quantitative history. In terms of teaching, this choice translates into a learning-by-doing approach focused on the construction and categorization of data from sources. The article then presents practical methods of teaching and research, borrowing examples from economic history and beyond, as well as from the history of capitalism. The second part also addresses the transformation of sources into quantifiable data, while the third part discusses data categorization and analysis.

De quoi le corps est-il le signal dans la domesticité ? Bien que la domesticité ne soit pas un travail qui repose essentiellement sur l’exhibition des corps, cet article défend que le corps y est un facteur central de sélection des candidat·e·s à l’emploi à temps plein chez les grandes fortunes. Sur ce marché du travail, le corps fait office de support privilégié de preuves des compétences professionnelles et des qualités morales. Pour les employeuses, apprendre à lire les corps de leurs employé·e·s est une pratique nécessaire pour légitimer leurs rôles de femmes fortunées dans les entre-soi où elles évoluent.

in Bulletin of Sociological Methodology/Bulletin de méthodologie sociologique Publication date 2021-07
38
views

0
downloads
Cet article retrace le cheminement intellectuel qui a conduit, moins spontanément qu’on ne pourrait le croire, Christine Musselin à faire sa thèse puis à devenir chercheuse au Centre de Sociologie des Organisations, et à consacrer ses recherches à l’étude comparative des systèmes d’enseignement supérieur à travers la gouvernance des universités, les politiques universitaires et les marchés du travail universitaires, mêlant ainsi sociologie des organisations, analyse des politiques publiques et sociologie économique. Il montre comment l’étude de la coopération a été le fil rouge de ses travaux, et l’analyse sociologique des organisations, basée sur les entretiens organisationnels, une méthode heuristique pour la plupart des enquêtes qu’elle a menées.

Au printemps 2020, en France et ailleurs, des vidéos d’artistes autant que les applaudissements quotidiens de nombreux citoyens à leurs fenêtres ont manifesté une volonté de reconnaître celles et ceux qui risquaient d’être infectés par le virus Sars-CoV-2 du fait de leur activité professionnelle, qualifiés de travailleurs de « première et deuxième lignes ». Par cette expression, ce sont les soignants et tous les personnels en contact direct avec des patients atteints de Covid-19 qui étaient d’abord désignés mais aussi les « caissières, éboueurs, cadres, ouvriers, routiers, facteurs, paysans, PDG, […] les boulangers, les politiques, les équipages, les cheminots, les militaires, […] les ambulances, les taxis », et « tous ceux que j’oublie » pour reprendre une liste égrenée par Jean-Jacques Goldman dans une apparition vidéo chantée. Assurant en deux phrases la cohérence à leurs yeux nécessaire de cet impératif moral d’une reconnaissance et du débouché que doit lui offrir le droit, les avocats Jean-Paul Teissonnière et Sylvie Topaloff écrivent, à propos de la mort d’Aicha Issadounène, caissière et syndicaliste CGT à Saint-Denis décédée de la Covid-19 : « Un des effets de cette pandémie aura été que nous nous mettions à regarder avec reconnaissance et considération ces travailleurs autrefois invisibles. Au travers d’une juste indemnisation de ses enfants, nous dirons que nous ne les abandonnons pas sur le bord du chemin une fois la crise surmontée » (Teissonnière & Topaloff 2020)

in Annual Review of Sociology Publication date 2021-07
15
views

0
downloads
This review explores the two sides of university governance. From a meso perspective, it deals with universities as organized structures where priorities have to be set, decisions made, budgets allocated, teaching programs developed, and research achieved. This perspective relates to the sociology of organizations, and this review first explores the four founding models that aimed to qualify university governance and how they have helped understanding the evolution of universities in recent years. But at a macro level, university governance deals with universities as a sector and focuses on how they interact with one another, their relationships to the state, and how they are affected by national as well as transnational and global transformations. University governance is studied as a state-steered national system, as a field, or as a competitive arena.

in The Oxford Handbook of Administrative Justice Edited by TOMLINSON Joe, THOMAS Robert, HERTOGH Marc, KIRKHAM Richard Publication date 2021-06
24
views

0
downloads
This chapter explores the still largely uncharted territory of administrative justice in the private sector. The chapter presents a theoretical and empirical account of the extension of administrative justice norms and institutions into the private sphere. It does so by mapping and analysing the different paths by which administrative justice is diffused in privatized and contracted out services and in originally private services. It draws upon illustrative examples of such diffusion for each of these private realms. The chapter concludes with insights into the convergence of public and private models of decision-making and dispute resolution and the hybrid nature of this field.

in Patrimoines et patrimonialisation Edited by AMBROISE-RENDU Anne-Claude, OLIVESI Stéphane Publication date 2021-06
13
views

0
downloads
Ce chapitre donne à voir la mise en oeuvre des prescriptions d'archéologie préventive dans le cadre des projets de construction ou d'aménagement. Loin d'une vision lisse d'une application automatique des principes consacrés dans le code du patrimoine, la description des interactions entre services régionaux de l'archéologie et maîtres d'ouvrage permet de montrer comment la prescription de mesures de sauvegarde ou d'étude du patrimoine archéologique ne va pas de soit, mais suscite une tension entre intérêt historique des vestiges mis au jour et soutenabilité de leur prise en charge par les acteurs de l"aménagement.

in The American Historical Review Publication date 2021-06
BARREYRE Nicolas
22
views

0
downloads
In the past thirty years, historians have deeply renewed our understanding of the state in the early republic period of the United States as much more powerful, deep reaching, and proactive than the traditional image represented. In France, too, new work has revised our vision of the state in the early nineteenth century, which looked different from the triumphant, Napoleonic leviathan that often appears in discourse. Yet both historiographies, having evolved separately, still base their conclusion on implicit comparisons, with an imagined “European” state or with a later “modern” state. This article uses the new historiographies on both countries to go beyond those unstated exceptionalisms to propose a reconstruction of the state in that period. Pulling those studies together, and mobilizing insights from one to shed light on the other, it recovers a common repertoire of statecraft that emerged in the revolutionary era. It hinged on fostering consent of key segments of the population and therefore organized the work of the state in mostly nonbureaucratic forms. States in that period reflected a particular enmeshing of public and private forms that needs to be analyzed for itself, especially if we want to understand the specificity of today’s practices.

in Nouvelle sociologie politique de la France Publication date 2021-05
56
views

0
downloads
Dans quelle mesure la fonction publique française constitue-t-elle un modèle singulier d’emploi public ? Comment celui-ci s’est-il construit historiquement ? Que nous apprennent ses évolutions récentes sur les transformations de modes d’exercice du pouvoir politique et sur l’action publique ? Ce chapitre appréhende l’emploi public sous deux perspectives complémentaires. Il l’analyse d’abord comme un monde du travail, dont il discute la singularité sociologique par rapport au secteur privé, tout en soulignant sa forte hétérogénéité interne. Il l’étudie ensuite en tant que marché du travail doté de modes de régulation et de relations professionnelles spécifiques, aujourd’hui engagées dans de profondes transformations.

13
views

0
downloads
This article uses a context of increasing institutional demand to be geographically mobile to examine how early-career researchers move across borders. I explore the case of Swiss academia, a particularly competitive and attractive environment with the highest levels of inbound and outbound mobility in Europe. In line with the aims of the European Research Area, an EU programme created in 2000 to foster a pan-European academic labour market, Switzerland funds scientific mobility and promotes extended research trips abroad as tools to boost collaboration and research excellence. Therefore, Swiss institutions have valued mobility for professional and personal development. In the meantime, they have raised concerns about female academics not being mobile and the potential consequences of their local family ties on career inequalities. In this study, I explore how early-career researchers experience mobility and how their personal accounts challenge institutional definitions of being mobile or immobile. I draw on a qualitative analysis of 65 semi-structured interviews conducted for two EU research projects on early-career academics from various backgrounds. I show how empirical data question the traditional—and often gendered—mobile/immobile dichotomy. I also highlight how mobility practices are normalised by the interviewees. Moreover, using the concept of stickiness, I describe a subtle range of sticky-to-stretchy mobility experiences influenced by both structural and individual factors. Finally, through the figure of the geoccasional worker, I question romanticised visions of mobility and stress the need to reconsider mobility as a (gendered) precarity issue rather than as a female problem.

in 4th Conference on Product Lifetimes and the Environment (PLATE) Publication date 2021-05 Conferance name 4th Conference on Product Lifetimes and the Environment (PLATE)
2
views

0
downloads
Social science research suggests that in our current affluent society, most individuals are accustomed to replacing their objects rather than keeping them at all costs. However, in this society, some individuals still try to keep their objects for a long time. How do they come to be concerned about products’ lifespan? The literature has proposed a whole series of explanatory factors, mainly in terms of resources (psychological, economic, social), but has never used a diachronic approach that takes into account the evolution of individual practices in the life course. In this paper, analyzing interviews conducted with sixty individuals seeking to make their objects last, I adopt a biographical approach to understand two things. First, I study how the practice of extending the life span of objects takes root: I show that the tendency to keep objects for a long time can come from the familial milieu, just as it can happen later, in connection with significant experiences with objects, with the reception of messages disseminated by the media and/or with personal events. Then, I wonder how biographical events affects products’ career in the households. I focus no longer on the general relationship of the individual to objects' lifespan, but on the career of the objects themselves. I emphasize that professional, residential, family or more global events (such as the COVID-19 crisis), which punctuate the life course of individuals, determine the fate of objects in the home.

13
views

0
downloads
Jeanne Lazarus détaille son analyse sociologique du PGE, instrument de politique économique de l’État face à la crise. Elle interroge ce prêt de trésorerie au cœur de l’enjeu de la définition des banques entre service public et service marchand. Avec le PGE, il a été demandé aux banques de suspendre temporairement leurs logiques et leurs mesures habituelles du risque et d’être civiques, dans les limites de ce que peuvent faire des entreprises marchandes.

11
views

0
downloads
Ce rapport contribue à l’analyse de la contribution des professionnel·les du droit et des institutions juridictionnelles aux inégalités sociales qui structurent les sociétés contemporaines. Il appréhende cette question à partir d’une double enquête, statistique et ethnographique, portant les séparations conjugales, qui constituent un contentieux civil, de masse, touchant l’ensemble des catégories sociales et prononçant des décisions de nature diverse afin d’organiser la vie intime des individus (résidence des enfants, pension alimentaire, prestation compensatoire, etc.). Elles constituent un bon observatoire pour étudier l’effet des inégalités de ressources sociales entre les justiciables sur leurs recours au droit et aux procédures judiciaires, et pour analyser en retour la manière dont l’action des professionnel·les du droit et les décisions de justice sont susceptibles de réduire, de reproduire ou d’intensifier ces inégalités. Pour son volet statistique, l’étude s’appuie sur la construction et l’analyse d’un échantillon représentatif de 4 000 dossiers judiciaires de divorces et séparations conjugales dont la dernière décision a été rendue en 2013 dans 7 tribunaux de grande instance (devenus tribunaux judiciaires) et des 2 cours d’appel, situés dans des territoires aux caractéristiques sociodémographiques contrastées. L’enquête ethnographique s’inscrit dans une recherche au long cours : débutée au sein de tribunaux de grande instance, celle-ci s’est progressivement élargie aux avocat·es et des notaires, mais aussi à deux cours d’appel et finalement à des services publics et associatifs d’accès aux droits. Elle associe de nombreuses observations des situations d’interactions entre professionnel·les et client·es ou justiciables, et des entretiens menés auprès de ces professionnel·les. Cette analyse met en avant la prégnance des inégalités de classe et de genre à toutes les étapes du traitement juridique et judiciaire des séparations conjugales. Il montre que celle-ci s’articule aux inégalités liées au statut matrimonial et au territoire. Selon que les couples ont été mariés ou non, selon qu’ils résident dans l’Ouest de la France ou en région parisienne (et au sein de celle-ci, à Paris ou en banlieue), les expériences de la justice et son impact sur les conditions de vie post-rupture diffèrent notablement.

in Households and Financialization in Europe Publication date 2021-04
14
views

0
downloads
This afterword reviews the key contributions of this collection to the understanding of financialization processes. First, the chapters show the need of analyzing financialization through the way households use the financial products available to them. It highlights their growing exposure to new financial risks over the last two decades. This leads to the second major lesson: that financialization has destabilized previous protection systems. The 2008 crisis proved that the systems offered as replacements did not fulfill their promise. Finally, the geographical and methodological shift of this book contributes to demonstrate that the process of financialization always takes place in accordance with the specificities of societies. Although finance finally transforms the spaces where it is established, it does not proceed like a steamroller but rather through processes of fine penetration into the intimacy of households. This calls for a new perspective on the processes that we think are already well known in the “core countries”.

L’ouvrage de Fabian Waßer est issu de sa thèse de doctorat en histoire, réalisée dans le cadre du projet »Compétition entre universités aux XIXe et XXe siècles en Allemagne« de la Ludwig-Maximilians-Universität de Munich, financé par la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG). Dans un premier chapitre introductif (chap. 1), l’auteur expose son ambition: il se propose, par le biais d’une »coupe longitudinale historique du XVIIIe siècle aux années 1980«, de »montrer que les universités allemandes ont entretenu entre elles des relations de concurrence variées depuis la fin des Lumières« (p. 8). Pour ce faire, il s’appuie tout au long de l’ouvrage sur le modèle de la concurrence triadique du sociologue Georg Simmel1, mobilisant les concepts de »primes« (Prämien, les ressources que se disputent les universités) et de »tiers« (Dritte, les arbitres de la compétition qui les voient s’affronter) pour identifier et caractériser ce qu’il nomme les constellations concurrentielles (Konkurrenzkonstellationen). [premier paragraphe]

Several authors have described contemporary purchasing and consumption behavior as part of a “throwaway society.” Broader movements around environmental and consumer issues try to offset this process. Among these movements, Repair Cafés—places where volunteers help people repair their household items for free—are an interesting vantage point to study how a different relationship to objects can be transmitted by practicing repair. By conducting qualitative field observations, semi-structured interviews and quantitative questionnaires in three French Repair Cafés, I show that these organizations, which are intended to be places of learning, aimed at empowering individuals to deal with their household goods by teaching them repair techniques, cannot help but drift toward a logic of service, where audiences play the role of consumers rather than learners. But I argue that this service relationship has the advantage of attracting many individuals who are not familiar with the issue of product durability, and of socializing them, through concrete practice, to a new reflex of repair.

Comment les médecins établissent-ils un diagnostic ? Consacré à la détection de l’autisme chez les enfants vivant en Suisse romande, l’article d’Audrey Linder et collègues pointe deux éléments de changement dans ce domaine : la plus grande précocité du diagnostic et l’introduction d’outils standardisés. Au-delà, et plus généralement, il présente un cas d’étude très intéressant pour comprendre les conditions dans lesquelles le travail diagnostique est réalisé aujourd’hui. Le plus frappant dans l’article est que les médecins interviennent dans un environnement « surpeuplé » d’acteurs, humains et non-humains, qui contribuent à la construction des décisions d’une manière ou d’une autre, qu’il s’agisse des patients, de leurs familles, d’autres professionnels, de représentants associatifs, de référentiels administratifs, d’outils de dépistage ou encore de recommandations de santé publique. À cet égard, le champ de l’autisme est similaire à beaucoup d’autres, par exemple ceux du cancer ou de la gérontologie. En m’appuyant sur l’article d’Audrey Linder et ses collègues (et coll. vaut pour collaborateurs) et sur d’autres travaux, je propose de réfléchir ici aux transformations contemporaines du travail diagnostique et à leurs conséquences sur l’autonomie du jugement professionnel.

in Délibérée Publication date 2021-03
RAFIN Nicolas
STEINMETZ Hélène
33
views

0
downloads
Cet article analyse la place de l'Etat dans l'institutionnalisation renouvelée de "la famille". Il souligne les contradictions et les limites de cette action publique, en termes de violences de genre, d'inégalités économiques et d'assignations statutaire.

Publication date 2021-03 Collection Débats et enjeux (Université de Laval, partenariat de recherche Séparation parentale, recomposition familiale) : 9
BOUCHARD Joanie
LAVOIE Kévin
CÔTÉ Isabel
GIROUX Michelle
4
views

0
downloads
Cet article analyse les rapports au droit et à la justice des parents LGBTQ+ vivant au Québec, tels qu'ils se nouent au moment des séparations conjugales. Il souligne que la porté et les limites de la politique d'inclusion vis à vis de ces parents, engagés depuis le début des années 2000 dans cette province canadienne.

in Les marchés de la santé en France et en Europe au XXe siècle Edited by VALAT Bruno Publication date 2021-03
CAROF Solenne
42
views

0
downloads
Cette étude entend analyser la dynamique de formation et d’institutionnalisation des marchés d'alicaments, aux frontières du médicament et de l’aliment, en France depuis le début des années 1990. En nous appuyant sur les importants apports de l’histoire et de la sociologie économiques , nous entendons montrer en quoi la qualification de ces produits comme des médicaments, des aliments ou des compléments alimentaires et l’évaluation de leurs bénéfices et de leurs risques pour la santé a d’importantes conséquences sur l’organisation de leurs marchés et sur les valeurs qui leurs sont prêtées. Les « alicaments » constituent des objets d’étude particulièrement intéressants pour interroger ces liens entre les processus de sanitarisation du marché , visant à faire du marché le support d’une promotion de la santé publique, et de marchandisation de la santé, visant à faire de la santé publique un vecteur d’organisation et de valorisation marchandes. En effet, ces produits ont remis en cause les frontières érigées tout au long du vingtième siècle entre le marché des médicaments, dont la fonction première serait de soigner des personnes malades et celui des aliments, dont la fonction première serait de répondre aux besoins nutritionnels de personnes en bonne santé. Cette contribution entend précisément interroger ces « jeux aux frontières » auxquels se sont livrés les industriels et les autorités de régulation pour « (re)qualifier » ces produits et ainsi « (re)-structurer » les marchés sur lesquels ils circulent.

Depuis le début des années 1990, l’Europe a vu se multiplier des produits-frontières se situant explicitement entre le médicament, dont ils revendiquent les « bienfaits pour la santé », et l’aliment auquel ils sont réglementairement rattachés. Faut-il alors voir dans le développement de ces produits un signe de pharmaceuticalisation de l’alimentation ? En analysant la mise en œuvre du règlement européen de 2006 sur les allégations nutritionnelles et de santé, nous montrons que les autorités européennes de régulation se sont livrées à un véritable travail de démarcation (boundary work) visant à séparer les denrées alimentaires des médicaments, en distinguant la prévention et l’entretien de la santé du traitement des maladies ; les bénéfices des risques sanitaires ; et la médecine des preuves du marketing des promesses. Bien que la référence au médicament demeure importante, cette régulation a surtout cherché à construire un cadre original pour penser la contribution de l’alimentation à la santé publique.

41
views

0
downloads
Yves Lequin, membre du comité éditorial du Mouvement Social, est décédé à Lyon le 23 décembre 2020. La revue publie un hommage, dont fait partie cet entretien avec l'historien Maurice Garden, collègue et ami d'Yves Lequin. Il y raconte la période de formation à Lyon d'Yves Lequin, autour de leur "maître" Pierre Léon.

Publication date 2021-03
VATIN François
35
views

0
downloads
On considère avec nostalgie les Trente Glorieuses comme si, dans les années 1945-1975, avait régné l'abondance économique, alors qu'il fallait d'abord reconstruire un pays en ruine, mais on dénigre son bilan idéologique et culturel, dominé par une croyance illusoire au progrès. Pollution, urbanisme sans âme, matières plastiques imputrescibles, tels seraient les seuls legs de ce temps d'inconscience. Aussi, l'architecture et l'art monumental des Trente Glorieuses, encore mal-aimés, ont subi beaucoup de destructions et commencent à peine à être patrimonialisés. Or, comme le montrent les études réunies ici, en dépit de l'urgence de la reconstruction, on a accordé à cette époque une grande importance aux questions esthétiques. On faisait confiance aux nouveaux moyens techniques pour faire du beau moins cher à destination du plus grand nombre. Esthétique fonctionnelle et démocratisation artistique sont étroitement liées. On comprend dès lors le rôle central de l'industrie dans les représentations de cette époque. Contre l'opposition romantique du beau et de l'utile, il fallait réinstaller le monde industriel dans les valeurs humaines. Les usines, aussi, devaient être belles comme fonctionnelles et constituer un objet d'intérêt pour l'art. La démocratisation du beau exigeait qu'il s'impose dans les lieux de travail. Inversement, l'expérience industrielle de la simplicité, de la cohérence, pouvait nourrir l'inspiration artistique. Réunissant vingt-quatre spécialistes qui croisent leurs multiples terrains, cet ouvrage vise, non à défendre l'esthétique des Trente Glorieuses, mais à la restituer dans sa complexité. Il invite le lecteur à regarder un peu différemment un passé trop proche pour qu'on puisse encore pleinement l'estimer.

in Revue Projet Publication date 2021-02
SERVE Stéphanie
58
views

0
downloads
Pendant la pandémie, l’usage du crédit et la création d’un dispositif exceptionnel ont permis de soutenir les entreprises. Mais, dès à présent, le retour à des pratiques bancaires classiques semble inéluctable… (chapo)

in New Genetics and Society Publication date 2021-02
BOURRET Pascale
CAMBROSIO Alberto
53
views

0
downloads
This Special Issue (SI) on “Organizing precision oncology” features a number of articles initially presented at an International Workshop on “Organizational and epistemic innovation in precision cancer medicine” that took place in November 2018 in Paris. The Workshop was convened to mark the conclusion of a project supported by the French National Cancer Institute (INCa), entitled “Targets and trials: A sociological investigation of personalized cancer medicine in action (PERSONA).” The papers included in the SI investigate the implementation of precision oncology by focusing on the nexus between organizing and experimenting. The SI thus includes contributions that interface Science & Technology Studies (STS) and Organization Studies to analyze how clinicians and researchers deploy genomic platforms and the socio-technical and organizational arrangements that act as a condition of possibility for the performance of this new kind of clinical medicine.

Publication date 2021-02
DE BLIC Damien
41
views

0
downloads
L’argent est présent dans toutes les sphères de la vie moderne. Il conditionne l’accès aux biens matériels les plus essentiels et définit largement les hiérarchies sociales. Cette nouvelle édition de Sociologie de l’argent, largement remaniée, montre la place nouvelle qu’a pris l’argent dans les enjeux politiques et sociaux. La crise des subprimes de 2008 ainsi que la mise en exergue d’une accumulation massive d’argent par ceux que l’on nomme désormais les « ultra-riches » ont récemment changé notre regard sur l’argent. Sa centralité est plus que jamais l’objet d’interrogations collectives et de revendications, comme en témoignent les mobilisations massives en France pour le pouvoir d’achat, les inquiétudes face à la montée des dettes publiques et privées ou la recherche de pratiques monétaires alternatives. Comment l’argent en est-il venu à représenter tout à la fois une source d’aliénation comme de libération ? Pourquoi l’argent fait-il l’objet de condamnations morales récurrentes ? Les comportements face à l’argent diffèrent-ils selon les groupes sociaux ? Comment circule-t-il au sein de la famille ? Les rapports à l’argent sont-ils marqués par le genre ? Quelles sont les conséquences de la dématérialisation de l’argent ? Cet ouvrage propose une approche sociologique de l’argent : il rend compte aussi bien de la centralité des échanges monétaires dans les formes contemporaines du lien social que de l’extrême diversité des pratiques qui lui sont attachées.

  Next