Type de Document
  • Article (604)
  • Partie ou chapitre de livre (411)
  • Communication non publiée (410)
  • Compte-rendu d’ouvrage (117)
  • Voir plus
Centre de Recherche
  • Centre de sociologie des organisations (1849)
  • Centre de sociologie des organisations (CSO) (97)
  • Sciences Po (22)
  • Centre d'études européennes et de politique comparée (15)
  • Voir plus
Discipline
  • Sociologie (1797)
  • Science politique (311)
  • Histoire (123)
  • Education (83)
  • Voir plus
Langue
  • Français (1365)
  • Anglais (543)
  • Allemand (11)
  • Espagnol (10)
  • Voir plus
La méthode des cas est aujourd'hui l'une des méthodes les plus connues dans les écoles de commerce et les universités. Cette méthode a été promue à la Harvard Business School (HBS). Mais comment a été diffusée cette méthode en France dans le monde des affaires ? f-lentredeux- guerres a été un peu étudiée mais le reste est peu connu. Nous allons étudier un chaînon manquant de cette histoire, au début des années 1950, dans le cadre d'une institution de formation continue des patrons du nord de la France appelée École d'administration des affaires de Lille. Nous proposons d'examiner la circulation de la méthode des cas en trois temps. Nous nous demanderons d'abord dans quel contexte se fait la genèse de cette école. Nous nous interrogerons ainsi sur les conditions réunies pour favoriser la circulation de la mêthode. Nous examinerons ensuite les programmes et la pédagogie proprement dite. Enfin, en nous centrant sur un cas, nous verrons le rôle joué par le contexte économique et religieux dans la réussite de I'expérience.

in La Nouvelle revue du travail Publié en 2020-11
3
vues

0
téléchargements
La 6ème édition de Crise et avenir de l’État-social marque la continuité d’un projet porté par Christoph Butterwegge depuis 2005. Attentif aux conditions d’émergence de la protection sociale en Allemagne et à ses évolutions, l’auteur actualise régulièrement la configuration des acteurs et l’état des controverses. Cet ouvrage représente donc le point de vue le plus récent et le plus complet sur l’État-social allemand, sa mise en crise et ses futurs possibles. Politiste allemand prolifique, Christoph Butterwegge accède à la notoriété comme spécialiste de la pauvreté (2016 pour une synthèse), puis analyste critique des années Schröder, qu’il compare à un glissement « vers une autre République » (2018b), perpétué par les gouvernements successifs. Ce bouleversement dans le rapport entre l’État-social, les capitalistes et les assurés/assistés dessine à ses yeux un modèle « néolibéral » (avec Lösch et Ptak, 2016). [deux premiers paragraphes]

in Economic Sociology (European Electronic Newsletter) Publié en 2020-11
1
vues

0
téléchargements
The CARES Act enacted on March 27, 2020 to help American businesses and citizens face the coronavirus crisis is largely composed of credits. A scandal quickly occurred when large companies managed to benefit from credits initially intended for small entrepreneurs, restaurants and retailers. [first paragraph]

in The Oxford Handbook of Institutions of International Economic Governance and Market Regulation Sous la direction de BROUSSEAU Eric, GLACHANT Jean-Michel, SGARD Jérôme Publié en 2020-11
3
vues

0
téléchargements
This chapter analyzes the transnational institutionalization of the European Unified Patent Court (created in 2013) as a case illustrating government by relationships and mobilization of relational infrastructures in joint regulation of the economy. This court, specializing in patent litigation, originated from a public-private network of corporate lawyers, national judges, and European-level technocrats as institutional (or judicial) entrepreneurs, a collegial oligarchy using their own personal social networks across borders to start negotiating a common interpretation of the European patent and to lobby for the creation of the institution. A neostructural sociological approach is then proposed to frame this example in a more general perspective on institution building. The chapter identifies specific characteristics of institutional entrepreneurs who punch above their weight in regulatory processes. It stresses in particular the importance of being part of a collegial oligarchy and having several high, heterogenous, inconsistent, and multilevel dimensions of social status combined with the right rhetorics of sacrifice for the common good that helps to manage the losers of the process.

229
vues

0
téléchargements
Comment en est-on arrivé à confiner l’ensemble de la population française de mars à mai 2020 ? A quelles conditions a-t-on pu présenter cette mesure inédite, aux effets considérables, comme la seule solution possible face à la pandémie de Covid-19 ? Et pourquoi a-t-on créé de nouvelles instances pour gérer la crise en lieu et place de celles conçues pour faire face à ce type de situation ? A partir d’une enquête sociologique menée « à chaud » auprès d’acteurs de la crise, et en tirant parti des acquis des sociologies des crises, de la décision et des organisations, les auteurs formulent un ensemble d’hypothèses originales. Plutôt que d’expliquer le caractère chaotique de la gestion de la crise à partir de défaillances individuelles ou de dysfonctionnements techniques, ils en soulignent les déterminants systémiques et organisationnels. Ils analysent ainsi les problèmes de coopération et de coordination entre acteurs publics ainsi qu’au sein du secteur hospitalier. Ils montrent également que l’effritement progressif des moyens alloués au risque pandémique au cours de la dernière décennie n’a pas dissipé le sentiment collectif d’être « bien préparé ». Ce livre démontre aussi que la création de nouvelles instances reproduit de vieux travers qui consistent à croire que les instruments organisationnels, pourvu que ceux-ci soient rationnels, garantissent la coopération entre les acteurs. Or, comme le manifeste de manière spectaculaire cet événement, il est urgent de se défaire de cette croyance, afin de pouvoir saisir les véritables déterminants de la coopération : les relations de pouvoir. En sortant des discours qui cherchent déjà à singulariser cette crise, ce livre propose finalement des pistes d’amélioration permettant de tirer les vraies leçons de la gestion de ces situations extrêmes en repensant la préparation des prochaines crises et la formation des décideurs.

in International Review of Administrative Sciences Publié en 2020-10
CARROLL Brendan J
BERTELS Jana
KUIPERS Sanneke
SCHULZE-GABRECHTEN Lena
1
vues

0
téléchargements
Identifying and explaining change in the structure of central state bureaucracies and the determinants of survival of individual public organizations are two closely related areas of research in public administration. We aim to bridge the gap between these two main strands of studies of organizational change by presenting a novel approach to collecting event history data for public organizations. We have developed this framework as part of the Structure and Organisation of Governments Project, which aims to map entire central state bureaucracies in three Western European countries. Our approach is flexible enough to describe macro-trends in public sector organization populations and to explain these trends by analysing the event histories of the organizations they comprise. In addition to presenting our framework and how we applied it to create this data set, we also present some initial cross-national comparisons of the distribution of the event types recorded, highlighting initial findings and promising avenues for further research.

L’observation de la construction politique de nouvelles institutions judiciaires transnationales permet d’éclairer un usage de la notion de culture juridique que l’on peut appeler dramaturgique. Cet article explore cet usage dans la négociation, par une oligarchie collégiale de juges et avocats d’affaires, harmonisateurs réunis en « conclave », d’un nouveau régime de la propriété intellectuelle en Europe au moment de la construction d’une juridiction unifiée du brevet unitaire. L’analyse de controverses entre ces entrepreneurs judiciaires, de la sélection de leurs leaders institutionnels ex ante, ainsi que de la manière dont ils représentent leurs compromis et sacrifices dans la négociation fait apparaître que les enjeux économiques, bien plus que les cultures juridiques au sens patrimonial, structurent cet usage dramaturgique.

in 50 questions de sociologie Publié en 2020-10
25
vues

0
téléchargements
Les sociétés contemporaines sont caractérisées par la présence massive d’argent, qui lie les commerçants et leurs clients, les États et leurs citoyens. Ces liens se matérialisent par l’impôt, les prestations sociales, les amis, les familles et se déploient à travers la multiplicité des échanges monétaires qui caractérisent la vie quotidienne. Historiquement, la « monétarisation » de la société est concomitante de l’industrialisation : en comparaison de la vie rurale, la vie urbaine et salariée est une vie où l’argent circule car il devient indispensable pour se loger, se nourrir, s’habiller, voire déléguer des tâches de soin auparavant prises en charge par les groupes familiaux. Quelles sont les relations entre l’argent et la société : L’argent transforme-t-il les liens sociaux ? A l’inverse, est-ce que les valeurs et la culture influencent les usages de l’argent ? [premier paragraphe]

Le contrôle des pesticides constitue aujourd'hui un enjeu d'action publique central dans le champ de la santé environnementale. Au sein de l'Union Européenne, comme aux Etats-Unis, les règles qui encadrent leur commercialisation et leur utilisation en agriculture sont fixées par une procédure d'autorisation administrative de mise sur le marché, qui repose sur une évaluation de risque théoriquement adossée à l'état des connaissances disponibles. Or, les données épidémiologiques relatives aux effets des pesticides sur la santé des travailleurs exposés restent aujourd'hui marginalement prises en compte dans cette évaluation de risque et dans les recommandations d'usage qui en découlent. Ce policy brief rend compte des causes de cette situation d'ignorance institutionnelle.

in 50 questions de sociologie Publié en 2020-10
23
vues

0
téléchargements
Dans la théorie sociologique durkheimienne, la régulation de la population s’effectue de façon très différente selon que les individus sont organisés en communauté ou en société. Dans les communautés, la solidarité organique lie les personnes : la conscience collective recouvre la conscience individuelle et le groupe enserre les individus. Dans les sociétés, c’est la solidarité organique qui préside au lien social. La place de chacun est déterminée par un rôle précis dans la division du travail, les différences sont plus nombreuses et les consciences individuelles restent seulement en partie concordantes avec la conscience collective. La régulation est pour Durkheim l’action par laquelle la société aligne les désirs individuels sur les objectifs de la société. Elle permet ainsi de limiter les désirs potentiellement infinis et de légitimer l’ordre social. [premier paragraphe]

in Les tribunes de la santé Publié en 2020-10
9
vues

0
téléchargements
Dix ans après son passage, toujours relativement intacte malgré les nombreuses tentatives républicaines d’abrogation totale ou partielle, l’Obamacare a permis de ralentir la croissance des dépenses de santé et d’améliorer significativement l’accès aux soins de la population. Elle a permis à près de 20 millions de personnes qui en étaient privées auparavant d’obtenir une assurance santé. Trente millions de personnes restent néanmoins non assurées, loin des promesses d’une couverture médicale « quasi » universelle entendues dans les discours démocrates en 2010. Quelques mois avant les élections présentielles de novembre 2020 et en pleine pandémie de Covid-19, ces limites appellent à réformer la réforme. Cet article revient sur les avancées et sur les limites de l’Obamacare dix ans après son vote, ainsi que sur les inflexions menées sous les républicains.

Since the mid-2000s, French military telecommunications have been partially outsourced to private companies. This was justified by an intent for budgetary savings and efficiency. However, an interview survey conducted among military technicians shows that this transfer weighs upon their work and expectations. Outsourcing damages the profession’s appeal, deprives staff of strategic resources, and places their time under the control of private providers. This represents a symbolic cost for the personnel committed to the institution but also grants symbolic benefits to officers who are hostile to the process. Although they were not designed for this purpose, market procedures closely regulate the activity of frontline military technicians.

En partant de l’exemple de l’industrie agroalimentaire en France, cet article propose une méthode permettant de donner une vision d’ensemble de l’espace social où les activités politiques des entreprises prennent forme. Simple du point de vue du traitement, cette démarche permet de distinguer et de représenter à partir de données quantifiées les stratégies mises en œuvre par les principaux acteurs économiques pour peser sur les décisions et les politiques publiques. Cette démarche n’a pas seulement un intérêt en matière de classification des acteurs individuels et collectifs impliqués dans diverses pratiques politiques ou de caractérisation du champ institutionnel et du réseau que forment ces acteurs. Elle permet aussi de dégager quelques enseignements de portée plus générale sur le travail d’influence des entreprises.

Publié en 2020-09 Nom de la conférence Le télétravail aujourd'hui et demain. Quelles leçons tirer de la crise du coronavirus ?
Institut de Recherches Economiques et Sociales
Fondation Friedrich-Ebert
1
vues

0
téléchargements
A partir d'une enquête conduite dans un service public local de l'eau, maintenu en activité durant le confinement au prix d'un télétravail massif, nous montrons comment ce dernier a modifié les rapports de pouvoir préalablement établis. Si le télétravail correspond à une demande largement partagée par les salariés, sa mobilisation brusque et massive n'a pas uniquement rencontré l'approbation unanime des individus concernés : il a aussi bousculé quatre types de relations sociales. En premier lieu, il a légèrement allongé les journées de travail de nombreux agents, mais surtout désynchronisé les temps laborieux et les temps privés, plaçant les proches dans un rôle informel de perturbateurs. En second lieu, il a placé la direction des services informatiques en position centrale dans les rapports de force bureaucratiques. En troisième lieu, il a constitué un dispositif de jugement des pairs et des subalternes. Finalement, il a représenté une loupe déformante portée sur le niveau des effectifs.

En 2008 a été lancé le plan Ecophyto, qui visait à réduire de 50% en dix ans la consommation de pesticides dans l’agriculture française. Après une décennie de travail, l’objectif de cette politique publique n’a pas été atteint : la consommation de pesticides continue d’augmenter. Cette thèse propose de dépasser ce constat d’échec pour s’intéresser aux instruments d’action publique qui ont été imaginés pour engager les agriculteurs vers une réduction du recours à ces substances. Comme d’autres travaux dans le champ des études d’innovation ou en sociologie économique, un intérêt particulier est porté aux opérations de « détachement ». Quels mécanismes, quelles connaissances scientifiques, quels acteurs sont mobilisés dans l’action publique lorsqu’il s’agit de réduire sans interdire ? Car si l’objectif de réduction qui structure le plan n’a pas été atteint, ce dernier est un laboratoire dans lequel des modes d’intervention hétérogènes sont mobilisés par les pouvoirs publics, en collaboration avec des acteurs plus ou moins engagés historiquement dans le gouvernement des pratiques agricoles : conseillers de chambres d’agriculture, agronomes, distributeurs de produits phytosanitaires… À la croisée de la sociologie de l’action publique, de la sociologie des sciences et des techniques et de la sociologie économique, cette thèse s’intéresse à la diversité des prises à la disposition de l’action publique à partir du moment où celle-ci est structurée par une injonction au « moins de ».

in The Cost of Free Shipping Sous la direction de ALIMAHOMED-WILSON Jake, REESE Ellen Publié en 2020-09
21
vues

0
téléchargements

24
vues

0
téléchargements
Pour le lecteur contemporain, habitué aux défenses libérales de la construction européenne, le texte de Friedrich Hayek traduit ici pourra sonner étrangement familier. Pourtant, à sa publication il y a 80 ans, cette concordance n’était en rien acquise. À travers ce texte, présenté par Hadrien Clouet et Hugo Canihac, c’est ainsi une certaine vision libérale de la « construction européenne » qui se laisse apercevoir.

in Dictionnaire des politiques territoriales Publié en 2020-09
6
vues

0
téléchargements
La fonction publique territoriale (FPT) est incontournable pour qui s’intéresse aux politiques territoriales. D’abord, les deux millions d’agents territoriaux (soit 35% des effectifs publics français) comptent parmi les acteurs les plus significatifs de ces politiques. Plus nombreux et plus qualifiés que par le passé, ils interviennent dans des secteurs diversifiés, du fait de la clause générale de compétence longtemps reconnue aux collectivités ainsi que des compétences transférées par l’État depuis le début des années 1980. De surcroît, la fonction publique territoriale est elle-même une catégorie de l’action publique territoriale. Au croisement des politiques de l’emploi public et des réformes territoriales, elle est le produit d’un système complexe de relations entre plusieurs catégories d’acteurs, parfois sécantes : État et collectivités territoriales d’une part, agents et employeurs d’autre part. En somme, elle est tout à la fois un statut juridique, une construction politique et un groupe social, dont l’hétérogénéité et la déstabilisation tendancielle mérite d’être interrogées, tant elles pèsent sur les politiques territoriales.

in Gendered Academic Citizenship Sous la direction de SÜMER Sevil Publié en 2020-09
LE FEUVRE Nicky
BATAILLE Pierre
0
vues

0
téléchargements
This chapter analyses the academic citizenship experiences of postdoctoral researchers in the Swiss context. Adopting the notion of ‘probationary citizenship’, the chapter provides new insights into the contradictory expectations placed on early-career academics, together with an analysis of their implications for the gendering of academic citizenship more generally. In the Swiss context, the transitional status of a large number of postdocs offers a variety of potential outcomes in the form of relatively stable positions (and thus limited or even full academic citizenship) or in the form of voluntary or involuntary exit from the academic labour market (i.e. non-citizenship). Within this framework, the chapter identifies one of the core aspects of the postdoc experience that has been relatively undocumented earlier; namely the ‘divergent prescriptions’ male and female postdocs face at different stages of a typical academic career path, and their consequently divergent experiences of membership and recognition.

Publié en 2020-09 Collection Document de travail du Centre d'études de l'emploi et du travail : 202
DE LARQUIER Guillemette
6
vues

0
téléchargements
L’enquête Offre d’emploi et recrutement, Ofer, (Dares, 2016) permet d’analyser les déclarations spontanées des recruteurs pour préciser ce qui détermine la sélection des candidats à l’emploi : de 1 à 3 critères sont cités avec une grande variété de formulations (N=18 788 occurrences). Une analyse de données met en évidence leur agencement d’après les niveaux de qualification. 3 registres de sélection, traduisant des attentes distinctes à l’égard de la main d’œuvre, sont identifiés : les capacités à « S’investir dans son travail » ; à « Evoluer dans l’entreprise » et à « Interagir avec autrui ». Selon la mobilisation séparée ou conjointe des registres, nous dégageons 4 classes de recrutement, décrites d’après les entreprises, les emplois et les profils de candidats recrutés. Enfin, nous mettons en évidence les méthodes de recrutement et de sélection associées à ces différentes classes. Les résultats soulignent l’importance des contextes de recrutement dans le choix des qualités valorisées par les recruteurs, et met à mal l’idée d’une transversalité des compétences nécessaire à l’occupation des emplois.

Dans le contexte actuel d’urbanisation massive et sans précédent, la compréhension des forces façonnant la croissance et le déclin inégal des villes a structuré différents champs académiques, contribuant chacun à éclairer une partie du puzzle. Tandis que la Nouvelle Géographie Economique (NEG) ainsi que les Sciences Régionales et l’Economie Urbaine (SREU) ont utilement mis en lumière le rôle de forces technologiques et économiques dans l’agglomération des activités, la littérature sur la gouvernance urbaine n’a pour l’heure pas réellement contribué à expliquer la croissance différenciée des villes. En se concentrant sur les cas de Paris et de Londres pendant la Troisième Révolution Industrielle (1990-2017), deux villes-mondiales de premier plan et les deux seules mégacités ouest-européennes, cette thèse entend explorer le lien entre leurs dynamiques métropolitaines comparées et leurs systèmes respectifs de gouvernance. Elle commence par établir un diagnostic quantitatif spatial, démographique et socioéconomique détaillé de leurs trajectoires, mettant en lumière points communs et différences. Différences qui constituent les variables dépendantes effectives de la thèse. Elle établit ensuite les mécanismes par lesquels les modèles de gouvernance expliquent ces différences. Au travers d’une analyse de la gouvernance de l’aménagement et d’une comparaison des acteurs institutionnels et structures de représentation du monde économique, elle explore ensuite la manière dont chaque système d’interrelations et en particulier d’interactions publiques-privées contribue à produire et à reproduire les différentes trajectoires de développement. Ne se fondant pas sur une démonstration économétrique parcimonieuse, mais sur une démarche historique et qualitative mise en perspective par une analyse statistique, ce travail soutient l’hypothèse que la “gouvernance économique” des villes, entendue comme des formes d’institutionnalisation souple des relations publiques-privées, dans une filiation fidèle à l’économie néo-institutionnelle, joue un rôle complémentaire et catalyseur dans les dynamiques métropolitaines.

in Review of Agricultural, Food and Environmental Studies Publié en 2020-09
THOMAS Alban
LAMINE Claire
ALLÈS Benjamin
CHIFFOLEAU Yuna
DORÉ Antoine
HANNACHI Mourad
3
vues

0
téléchargements
We discuss in this paper the role of the economic and social organization in agriculture and the food industry, in relation with the Health-Agriculture-Food- Environment (HAFEN) concept. The aim is to better understand the potential impact of the implementation of this concept in food consumption and production systems in terms of research needs. The paper suggests a research agenda dedicated to the modes of social and economic organization of key stakeholders in the implementation of nexus-based systems, facilitating the convergence among health, food and environmental objectives. Based on a literature survey, three main topics are discussed: (a) processes and drivers of change of food consumption practices; (b) coordination and multi-agent governance modes to better account for health issues in agrifood systems and (c) the analysis of paradigms that put forward health as an entry point to reshape existing agricultural and food systems, and associated modes of knowledge production. For each of these topics, we suggest a selection of research priorities for the future and conclude with methodological perspectives on the HAFEN.

7
vues

0
téléchargements
What could a European Union (EU) response mechanism to health emergencies look like in the context of a more integrated Health Union? Despite an increased EU role in the preparedness, monitoring and coordination of health emergencies over the past two decades, Member States’ responses to the first wave of COVID-19 were surprisingly uncoordinated. In light of calls to improve cooperation regarding future health emergencies, this article discusses the creation of EU surveillance, preparedness and response mechanisms for health emergencies. Using insights from previous research and secondary literature, we highlight gaps in the existing serious cross-border health threats regulatory framework and discuss opportunities for further EU action. Based on a comparison with other EU crisis management mechanisms (the Banking Union, risk preparedness in the electricity sector and food safety), we discuss different crisis decision-making and coordination models and their potential applicability to the health sector. We then formulate several propositions to strengthen Decision 1082/2013/EU on serious cross-border health threats to streamline ex ante pandemic preparedness and organise emergency responses.

This paper elaborates on our joint experience of teaching quantitative methods to (mostly) historians since the early 2000s and writing an introductory book on this topic, first in French, then in English, in a revised and expanded version. All along, we have pursued three aims, related to two different types of audience. First, we want to make quantitative methods accessible for all historians—and humanists generally—, especially those who do not think that such methods are “for them,” because they do not enjoy mathematics, or because they study topics that are not traditionally considered as suited to quantification. Second, our intent is to contribute to less routine uses of quantification in the social sciences, by promoting diversity in methods and imagination in categorization schemes—going beyond “the usual suspects” in terms of sources, variables, and calculations. Third, we promote respect for the basic tenets of the historical profession, i.e. principles of source criticism, as the cornerstone of the constitution of data from historical sources. The first part of the paper begins by explaining where we speak from. As practices of quantification differ between countries and sub-disciplines, we first tell a few words about our own experience with quantitative history, in the context of its recent evolutions, since it lost any pretense at dominance in the historical discipline. These trajectories led us to promote constructivist, small-scale, experimental quantitative history. In terms of teaching, this translates into a learning-by-doing focused on the construction and categorization of data from sources. The second and third parts of the paper briefly flesh out the main principles that we promote in our teaching, with examples in and out of economic history and the history of capitalism. The second part addresses the transformation of sources into quantifiable data; the third part discusses data categorization and analysis.

in La Vie des idées Publié en 2020-07
NAUDET Jules
GUÉNARD Florent
0
vues

0
téléchargements
La pandémie a mis l’expertise scientifique en demeure de réagir très vite à une crise qui a surpris par son ampleur. D. Benamouzig, membre du Comité scientifique Covid-19, revient sur le rôle de cet organe consultatif dans l’épidémie et sur l’aide qu’il a apportée à la décision publique.

in Economic Sociology (European Electronic Newsletter) Publié en 2020-07
12
vues

0
téléchargements
During a ceremony on November 13, 2019, Sciences Po in Paris awarded the sociologist Viviana Zelizer and the economist Joseph Stiglitz the titles of Doctor Honoris Causa. This distinction was given to Professor Zelizer for her work as the founder of a new school of economic sociology, and to Professor Stiglitz as the leading figure of the new Keynesian economy.

in Sudamérica: Revista de Ciencias Sociales Publié en 2020-07
4
vues

0
téléchargements
Este artículo compara las técnicas francesa y estadounidense de asignación de crédito mediante el uso de scoring, técnica estadística que mide el riesgo de no reembolso. Las calificaciones francesas son múltiples e internas a los bancos, mientras que en el caso estadounidense se trata de un puntaje único y público, que está en el origen de un mercado que no existe en Francia. Basándonos en la distinción entre “mundo” y “realidad” establecida por Luc Boltanski, mostramos aquí que el scoring, en particular en su forma estadounidense, incorpora temporalidades pasadas, presentes y futuras, y es un intento de eliminar el acontecimiento y hacer desaparecer la experiencia vivida por los prestatarios, morosos o no.

La langue française est-elle menacée par ses évolutions ? Oui, se lamentent d’illustres « hommes de lettres » depuis 1 000 ans. Non, ripostent les deux autrices, montrant de façon implacable les luttes incessantes qui traversent le français dès ses premières codifications. Difficilement classable, l’ouvrage est à la fois une analyse sociolinguistique, une revue de littérature et un plaidoyer pour une action publique moderniste en matière de langue française. [premier paragraphe]

1
vues

0
téléchargements
the world of labor is experiencing a new series of social tensions. They are not very audible because opportunities for collective action are limited by COVID-19 precautions; the spread of partial unemployment, remote work, and layoffs has also largely atomized workers. But how are these social tensions structured — and are they likely to have an effect beyond the current health crisis? Even though the data is scarce and fragmented, some do point to major conflicts traversing the world of labor today — ones that assume an unprecedented role and visibility during the current crisis. As well as the capital-labor conflicts over the production of sanitary equipment, this crisis highlights a reality of the world of labor that is often less considered among the general public: namely the “professional consciousness” of workers and trade unionists, concerned with their health, viable economic production, as well as objectives of general interest. In this sense, it constitutes an observatory for the differentiated practices between firms, depending on the degree of social democracy in action.

  Suivant