Type
Livre
Titre
L'Afrique du Nord après les révoltes arabes
Dans
Académique
Éditeur
Paris : Presses de Sciences Po
Collection
Académique
Pages
224 p.
ISBN
9782724624755
Mots clés
Afrique du Nord, vie politique, société civile, révoltes arabes, politiques publiques
Résumé
FR
Ce livre rend compte de la manière dont les Etats d’Afrique du Nord se recomposent, comment ils développent des politiques publiques permettant de « tenir ensemble » en dépit des révoltes, insurrections et révolutions qui les menacent d’un effondrement. Historiquement les nations d’Afrique du Nord ont trouvé dans la contestation de l’oppression coloniale les liens qui les unissent : dans les Etats post coloniaux, quels sont les liens qui unissent encore les individus, les groupes et les communautés ? Qu’est-ce qui fait encore « tenir ensemble » ces Etats-nations ? Si l’intérêt général n’est pas au cœur de l’action de l’Etat comment maintenir les liens de loyautés ? Depuis les indépendances, des révoltes et des émeutes structurent les relations entre la société et ces Etats, qui parviennent à chaque fois à restaurer l’ordre. Ces Etats sont alors perçus et analysés comme « robustes » tant ils semblent maitriser ce désordre. L’irruption inattendue et imprévisible des révoltes arabes est un véritable défi pour les Etats d’Afrique du Nord. Ce livre analyse, dans la durée historique, la mise en œuvre par les pouvoirs publics d’une politique de lutte contre une société considérée d’abord comme « archaïque et rétrograde », au lendemain des indépendances, puis radicalisée, à partir des années 2000, en raison du salafisme et du jihadisme. L’ouvrage souligne combien la reconstruction des liens d’appartenances et de loyautés envers l’Etat s’avèrent nécessaires. Ce livre analyse les réponses des Etats à ces questions et souligne la difficulté des dirigeants de l’Afrique du Nord face à la fragilité des communautés politiques et à la faiblesse des instruments étatiques pour arriver à faire vivre, en paix, la nation dans sa diversité et sa pluralité.

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT