Co-auteur
  • MAZZANTI Maria (1)
Type de Document
  • Thèse de doctorat (1)
Directeur de la thèse SALAMÉ Ghassan Publié en 2013-01
MAZZANTI Maria
140
vues

140
téléchargements
Notre étude a pour objet l’analyse des développements politiques et juridiques relatifs au concept de “Responsabilité de protéger“ (R2P). Notre recherche est conduite selon deux parcours parallèles : l’un traite de l’évolution du concept de souveraineté et de l’importance grandissante du rôle qu’assume la communauté internationale dans les affaires internes d’un Etat ; l’autre est consacré à la notion d’intervention à des fins humanitaires et des leçons qui découlent des expériences des années ‘90. Notre point de départ était que ce que la Responsabilité de protéger est ou n’est pas aujourd’hui, doit être compris à la lumière de cette évolution. Ayant délimité notre espace de recherche et identifié quels sont les éléments essentiels de la Responsabilité de protéger, nous avons evalué si, et de quelle manière la Responsabilité de protéger - après dix années d’existence - a été capable d’influencer la conduite de la communauté internationale, et, en particulier, du Conseil de Sécurité des Nations Unies. C’est pourquoi nous avons choisi d’étudier quatre cas – Libye, Côte d’Ivoire et Sri Lanka et Syrie – où la Responsabilité de protéger a été invoquée ou aurait dû l’être, pour déterminer les règles applicables à l’avenir. Nous avons adopté pour hypothèse de recherche que la Responsabilité de protéger est influencée par cinq variables indépendantes, à savoir, , la dynamique des discussions au sein du Conseil de Sécurité, la perspective d’un succès raisonnable fondée sur l’analyse coûts/bénéfices; le rôle des organisations régionales/subrégionales concernées; les activités du Conseil des droits de l´homme et l´action de la société civile.