Co-auteur
  • Centre de recherches internationales (1)
Type de Document
  • Partie de rapport (1)
in Observatoire international du fait religieux (bulletin n°18 - avril 2018) Sous la direction de Centre de recherches internationales Publié en 2018-04
2
vues

0
téléchargements
Les questions religieuses au Nigeria ne sauraient évidemment se résumer à l’insurrection de la secte Boko Haram, dont le nom signifie : « l’éducation occidentale est sacrilège ». Mais le défi du jihadisme a remis au goût du jour de nombreuses controverses à propos du rôle de l’islam dans l’instabilité chronique du pays le plus peuplé d’Afrique (environ 195 millions d’habitants en 2018). Dans les régions à dominante musulmane du nord du Nigeria, en particulier, les écoles coraniques sont maintenant décriées par certains chrétiens comme des incubateurs du terrorisme, un facteur d’obscurantisme, un anachronisme et un support de l’endoctrinement salafiste. Un rapide panorama de la situation invite pourtant à nuancer ces représentations pour éviter les amalgames et la stigmatisation des élèves appelés almajirai en haoussa (sg. almajiri) ou fukarbe en peul (sg. pukaraajo), qui sont trop souvent assimilés à des mendiants et des jihadistes en puissance...