Type de Document
  • Article (1)
  • Partie ou chapitre de livre (1)
5
vues

0
téléchargements
La recherche universitaire a jusqu’ici prêté trop peu d’attention à l’étude des instituts culturels et de leur action à l’étranger. Elle semble au demeurant être assise entre deux chaises car elle fait une distinction entre d’un côté la diplomatie et la politique étrangère, et de l’autre la politique culturelle. L’article qui suit a pour but au contraire de combiner les deux aspects ; il adopte comme perspective la diplomatie publique au travers de l’exemple du bureau parisien de l’Institut suédois des relations culturelles avec l’étranger. Il porte sur la période 1945-1960, c’est-à-dire les quinze premières années d’existence dudit bureau. Dans un premier temps, nous expliquerons comment cette initiative nouvelle pour la diplomatie suédoise, étroitement liée de surcroît au contexte international de la fin de la Deuxième Guerre mondiale, a vu le jour. Puis nous analyserons les principales activités du bureau parisien afin de retracer en gros les évolutions intervenues au cours de ces quinze ans. De manière plus spécifique, ce travail cherche à comprendre son rôle dans la diplomatie publique et l’histoire des relations culturelles franco-suédoises ; en d’autres termes, il s’agit de découvrir quelles images de la Suède furent promues dans la capitale française à cette époque.

in Médiations interculturelles entre la France et la Suède Sous la direction de BRIENS Sylvain , CEDERGREN Mickaëlle Publié en 2015-12
2
vues

2
téléchargements
Cet article porte sur la création du Centre culturel suédois à Paris (Svenska kulturhuset i Paris), qui a ouvert ses portes au public pour la première fois en janvier 1971, et qu’on appelle aujourd’hui l’Institut suédois à Paris. Les sources les plus importantes dans la réalisation de ce projet sont les archives inédites de l’Institut. Nous allons aborder le sujet par une contextualisation des relations franco-suédoises, puis parler du projet du Centre culturel suédois plus spécifiquement et examiner ses activités pour enfin esquisser le nouveau champ de recherche qui s’ouvre, au croisement entre histoire culturelle et histoire politique, à travers l’étude d’un tel établissement.