Coauthor
  • BOULLIER Dominique (16)
  • LE BÉCHEC Mariannig (6)
  • JACOMY Mathieu (3)
  • OOGHE Benjamin (2)
  • Show more
Document Type
  • Conference contribution (8)
  • Article (6)
  • Part or chapter of a book (4)
  • Report (4)
  • Show more
3
views

0
downloads
Les livres qui s’entassent dans votre bibliothèque sont-ils encore vivants ? Pourquoi les garder s’ils ne le sont plus ? Pourquoi l’attachement au livre imprimé ne se dément-il pas à l’heure du livre numérique ? Nous avons observé pendant plusieurs années tous les échanges auxquels les livres donnaient lieu, en ligne et hors ligne et la vitalité de ces livres imprimés (technique vieille de plus de 500 ans !) à travers 150 entretiens de lecteurs, libraires, éditeurs, blogueurs, bibliothécaires, 25 observations participantes, 750 réponses à un questionnaire en ligne et 5 000 sites francophones cartographiés – nous a impressionnés. Oui, votre livre continue de vivre tout en restant dans votre bibliothèque car vous en parlez, vous vous en souvenez, vous y faites référence. Mieux même, vous l’avez prêté à une amie pour qu’elle le lise, vous êtes allés voir ceux qui en parlaient avant de l’acheter ou après l’avoir lu, les critiques professionnels, certes, mais aussi les blogueurs. La conversation continue quand bien même le livre ne circule plus.

Publication date 2014
CRÉPEL Maxime
CHAUDET Claude
1
views

0
downloads

in Manuel d'analyse du web en Sciences Humaines et Sociales Publication date 2013-01
6
views

0
downloads

Publication date 2018-03
8
views

0
downloads
Les livres, comme les chats, auraient neuf vies. Leur passage en librairie dure quelques semaines, mais une autre vie commence dans les mains des lecteurs et des lectrices. Aimer un livre, c'est le prêter, l'offrir, le recommander, en parler, le commenter sur son blog, le présenter sur YouTube ou dans un cercle de lecture, et puis le poser sur un rayonnage ou le laisser quelque part, en quête d'une autre vie. Au travers des témoignages de lecteurs-échangeurs, se dessine tout un panorama des usages du livre, et des changements provoqués par internet et le livre numérique. Le livre-échange met en lumière une écologie de la lecture, dans toute la diversité des pratiques. (résumé éditeur)

in Urbe Publication date 2014-01
CRÉPEL Maxime
3
views

0
downloads
The Vélib bike rental system is worth analyzing in order to understand how cities move out of a model of large infrastructures towards a personal service principle connected to digital traceability and mapping of all activities. The new offer of bikes distributed all over the city creates a new map for access to mobility resources while introducing citizens to a “personal-public” device. Each feature of the system requires a very well designed information system to match the needs for bikes and to charge the users through cards (credit or transportation cards). Personal data is the essential entity that fuels the whole system and that creates potential privacy problems as well as monetization opportunities. The paper relies on a theoretical framework, called habitele, which accounts for the process of inhabiting that is now extended to the personal data ecosystem. The portability of mobile phones (and other devices such as cards) creates an envelope that follows the urban citizen and equips all his activities while it makes a new layer of the city appear, adapted to the personal involvement in the urban environment.

Les deux tiers de l’humanité sont désormais connectés à un téléphone portable. Il fait converger dans un dispositif technique unique, un ensemble d'objets qui équipaient les personnes dans la gestion quotidienne de leurs identités, de leurs mondes sociaux et de leurs activités (téléphone, cartes de crédits, cartes d’acces diverses, clés, agenda, etc.). Le concept d’ « habitele »1 permet de décrire cette nouvelle enveloppe de données personnelles qui permet aux utilisateurs de maintenir les connexions avec leurs univers sociaux. Pour valider ces hypotheses sur les composants de l'habitele, et en particulier sur cette possibilité inédite de basculer instantanément entre univers sociaux, nous avons réalisé une enquête internationale quali-quantitative composée de deux entretiens successifs aupres de 522 personnes dans 8 pays à travers le monde, en exploitant les données directement extraites de leur téléphone mobile. Notre communication analysera deux étapes centrales de notre protocole, riches en enseignements pour le travail d'enquête sociologique sur ce type de données. D'une part, l'extraction semi- automatisée de données sur différents types de mobiles via un logiciel propriétaire destiné aux enquêtes judiciaires, d'autre part, le design d'une interface de visualisation pour confronter les utilisateurs à leurs réseaux et traces d'activité mobile (autoconfrontation). En effet, si des méthodes d'extraction de données mobile sont utilisées par certains instituts de sondages, elles quantifient uniquement l'usage des applications sur smartphone dans des logiques marketing. Afin de capter la diversité des mondes sociaux, il nous fallait adopter un systeme capable d’extraire l'ensemble des données, y compris celles du répertoire, sur tout type de mobile. Ce choix s'est révélé être un défi sur le plan technique, étant donné la variété des modeles et des systemes d'exploitation (5200 modeles existants), sur le plan éthique, quant au respect de la vie privée et à la sécurisation des données, et également sur le plan méthodologique, du fait du travail d'uniformisation des données issues d'une variété de formats, de pays et de types de mobiles (base de 522 utilisateurs pour 1653 variables). La production d'une interface de visualisation de ces données a permis de confronter les enquêtés à leurs propres traces d'activité (timeline des communications, réseaux sociaux dans le journal des appels et des sms, usage du calendrier et d'autres applications, etc.) et d'articuler des méthodes d'enquête qualitative avec des traitements de données quantitatives. Cette interface s'est révélée être un outil performant pour faire parler les enquêtés sur leur activité quotidienne de communication, leur gestion des identités numériques, mais également pour faire exprimer les catégorisations ordinaires mobilisées pour définir leurs réseaux d'appartenance. Cela nous a permis de valider, en la limitant cependant, notre hypothese de l'habitele comme abri pour le basculement entre mondes sociaux.

in Etudes de communication Publication date 2014
LE BÉCHEC Mariannig
CRÉPEL Maxime
2
views

0
downloads
Le livre numérique oblige à observer le livre imprimé comme un dispositif de circulation, matérielle, conversationnelle et écrite pour mieux mesurer ce que le passage au numérique amplifie ou restreint. Les travaux de recherche que nous conduisons depuis 5 ans nous montrent que le livre numérique n’est pas équivalent à la musique et qu’un grand nombre de blocages interviennent pour rendre attractive l’expérience de lecture numérique. Sur les deux supports, imprimé et numérique, lire c’est donner à lire, lire c’est parler et lire c’est écrire, certes, mais l’analyse d’entretiens et la topologie des sites web montrent de grandes différences.

A partir du cas du web du livre en France, cet article interroge la notion de zoom dans l’exploration visuelle de réseaux. En soumettant un graphe à des questionnements et traitements successifs, il devient possible de comprendre ce qui apparaît comme une anomalie pour le chercheur, un entrelacement sur le plan visuel de deux communautés pourtant distinctes du point de vue des catégories et de l’algorithme de modularité. En appliquant ces différentes épreuves au graphe apparaît la variété des algorithmes de spatialisation et de clusterisation, les limites des notions de zoom, de découpage et d’exploration des réseaux, toutes métaphores spatiales peu pertinentes. Cette démarche plaide pour des conventions d’exploration qui assurent la robustesse de l’exploitation de ce type de données.

L’équipement de tablettes et de liseuses augmente, les catalogues de livres numériques s’étoffent et la concurrence entre tous les acteurs du secteur est particulièrement incertaine. C’est pourquoi le moment est crucial pour observer les tendances majeures de la lecture et de l’achat de livres numériques. Le MOTif s’est associé au médialab de Sciences Po pour réaliser une analyse comparative des fonctionnalités de 20 plates-formes de vente d’ebooks et examiner la population actuelle des usagers de livres numériques.

Next