Type
Numéro de périodique
Titre
Les élections européennes de 2014
Dans
Revue européenne des sciences sociales
Auteur(s)
Éditeur
CH : Librairie Droz
Volume
53
Numéro
1
Pages
337 p.
ISSN
00488046
Mots clés
Elections européennes, Sociologie politique, Enquête comparative, Sociologie du vote, Populisme
Résumé
FR
Trente cinq ans après leur première tenue au suffrage universel direct, les élections européennes ne se sont pas encore affirmées comme des échéances électorales majeures. Faible participation, poussée des partis protestataires et incertitudes sur le fait que les résultats de ces scrutins peuvent susciter des changements significatifs en termes de politiques publiques sont autant de raison d’un scepticisme persistant quant à leur portée. Marquées par un contexte global de crise économique et de défiance politique, les élections de 2014 ne laissaient pas prévoir d’inflexion majeure dans ces dynamiques. Ces élections ont été en effet marquées par une poussée sans précédent des partis eurosceptiques. La droite extrême est arrivée en tête au Royaume‑Uni (UKIP : 26,8 %), au Danemark (Parti du Peuple : 26,6 %), en France (Front national : 24,9 %) tandis que des nouvelles gauches radicales faisaient des scores inespérés en Grèce (SYRIZA : 26,6 %) et en Espagne (Podemos : 8 %). Même un pays europhile comme l’Allemagne voyait émerger un mouvement anti-européen, l’Alternative pour l’Allemagne (AfD : 7 %). À partir d’une enquête comparative (Sauger, Dehousse, Gougou, 2015) portant sur trois pays du Nord (Allemagne, Autriche, France) et quatre du Sud (Grèce, Italie, Espagne, Portugal), ce dossier interroge les causes et la portée de ces votes. Trois axes de recherche ont été privilégiés : le premier porte sur la nature de ce scrutin ; le deuxième sur les facteurs explicatifs de la décision électorale ; et le troisième interroge l’impact objectif et subjectif de la crise économique qui débute en 2008 et renforce la dualisation de la société, le clivage entre insiders, jouissant d’une relative sécurité de l’emploi et d’une protection sociale, et outsiders qui en sont privés.

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT