Auteurs Centres de recherche Disciplines et Collections Projets
Français English
 
 

La division sexuée du travail dans les couples selon le statut marital en France

 

Notice

Type:   Working paper
 
Titre:   La division sexuée du travail dans les couples selon le statut marital en France : Une étude à partir des enquêtes emploi du temps de 1985-1986, 1998-1999, et 2009-2010
 
Auteur(s):   Kandil, Lamia - Observatoire français des conjonctures économiques (Auteur)
Périvier, Hélène - Observatoire français des conjonctures économiques (Auteur)
 
Date de publication:   2017-03
 
Éditeur:   PARIS
 
Collection:   Working paper de l'OFCE  :  2017-03
 
Mots-clés:   [fr] Division sexuée du travail, Statut marital, Economie de la famille, Enquête emploi du temps, Méthode d'appriement
 
JEL:   J12,  J22
 
Résumé:   [fr] L’objet de cet article est d’analyser le partage des tâches domestiques dans les couples selon leur statut marital, et son évolution depuis les années 1980 à partir de trois enquêtes emploi du temps de l’Insee (1985-86, 1998-99 et 2009-10). La méthode des MCO est complétée par la méthode d’appariement qui permet de tenir compte de l’auto-sélection des couples au regard de leurs caractéristiques observables dans les différentes formes d’union (mariage, union libre et pacs pour l’année 2009-10). En 1985-86 ainsi qu’en 1998-99, le degré de division sexuée du travail était plus important dans les couples mariés que dans les couples vivant en union libre. Pour l’année 1985-86, cet écart s’explique par les différences de caractéristiques des couples vivant en union libre. En revanche, à la fin des années 1990, les couples en union libre optaient pour une organisation moins inégalitaire que celle des couples mariés toutes choses égales par ailleurs. Pour l’année 2009-10, en moyenne la part de travail domestique réalisée par les femmes est sensiblement la même qu’elles vivent en union libre ou qu’elles soient mariées (respectivement 72% et 73,5%), mais elle est significativement plus faible pour les femmes pacsées (65,1%). Ces écarts ne sont pas dus aux différences de caractéristiques observables des couples selon le type d’union. L’article montre qu’une auto-sélection des couples qui s’opèrerait sur les valeurs expliquerait cet écart : en 2009-10, le pacs attirerait les couples les plus « égalitaires », qui, avant l’introduction de l’union civile, optaient pour l’union libre.
 
URL:   https://www.ofce.sciences-po.fr/pdf/dtravail/WP2017-03.pdf
 
 

Fichiers

Version Format Fichier Taille
Version de l'éditeur wp2017-03-kandil-divisionsexueedutravail.pdf 0,96 MB