Type
Report
Title
Des maires plus combatifs à quatre mois des élections municipales
Editor
Paris : CEVIPOF
Pages
8 p.
Keywords
Elections municipales 2020, Maires, Bilan mandature, climat politique
Abstract
FR
À quatre mois des prochaines élections municipales, le climat politique local s’est légèrement amélioré par rapport à la même période de l’an passé. Il faut rappeler qu’en octobre 2018 la relation entre les maires et les représentants de l’État s’était profondément abîmée. Depuis, la révolte inédite des Gilets jaunes a forcé l’exécutif à réagir en plusieurs temps. L’une des réponses a été l’organisation du Grand débat national pour réinstaller le président de la République au cœur des territoires. Emmanuel Macron a décidé de s’impliquer personnellement lors de quatorze débats, dont six avec les maires. Et c’est d’ailleurs, symboliquement, devant 600 élus normands réunis dans le gymnase de la commune de Grand Bourgtheroulde que le Grand débat national a été lancé. Au terme de cette séquence, le clivage entre une France d’en haut incarnée par des élites éloignées des réalités territoriales (fracture numérique, mobilités, déserts médicaux et éducatifs...) et une France d’en bas représentée par des maires aux capacités d’action publique limitée ne s’est pas refermé. Actuellement discuté au Parlement, le projet de loi Engagement et proximité porté par Sébastien Lecornu, ministre chargé des Collectivités territoriales, propose des éléments de réponse à ce que nous avions pu identifier, lors de l’enquête d’octobre 2018, comme sources d’insatisfaction des maires, en particulier autour des relations entre les communes et leur intercommunalité.

BIBLIOGRAPHIC QUOTE
EXPORT