Auteurs Centres de recherche Disciplines et Collections Projets
Français English
 
 

Usages du passé et démocratisation : Le rapport des partis politiques roumains à la période communiste

 

Notice

Type:   Thèse de doctorat
 
Titre:   Usages du passé et démocratisation : Le rapport des partis politiques roumains à la période communiste
 
Auteur(s):   Gussi, Alexandru - Department of International Relations (Auteur)
 
Directeur de la thèse:   Colas, Dominique - Centre de recherches internationales (Directeur de thèse ou de mémoire)
 
Date de soutenance:   2007-05
 
Établissement de soutenance:   Sciences Po - Institut d'études politiques de Paris
 
Résumé:   [fr] Le point de départ de notre recherche a été le constat de l’importance du rapport au passé communiste dans le processus de définition identitaire que chaque parti politique entreprend au début de la transition démocratique. Notre principale hypothèse a été que non seulement le rapport à l’héritage totalitaire a constitué une matrice de l’organisation du système partisan roumain après 1989, mais aussi que la réalité politique d’après 2001 restait déterminée par le cadre fixé au début du processus de démocratisation. Il a donc fallu suivre comment s’est forgé et a évolué ce clivage autour du passé et répondre à des questions comme : dans quelle mesure peut-on voir dans ces rapports au passé le reflet de visions de l’avenir ? Est-ce que ce clivage résume ou cache d’autres clivages, parfois plus anciens? Enfin, est-ce qu’il tend à disparaître ? La vie politique roumaine a été analysée comme étant l’espace de la compétition entre des images du passé communiste. De ce point de vue, l’attitude de l’Etat n’est qu’une résultante de cette compétition, tranchée politiquement, mais une résultante dynamique. Nous avons donc étudié l’attitude des principaux partis – celui de Ion Iliescu, l’actuel PSD, et les anticommunistes de la CDR – car, dans chaque cas, elle a une logique propre. Enfin, nous avons montré pourquoi l’absence d’un cadre commun d’interprétation de l’expérience communiste doit être mise en relation avec l’absence d’un compromis constitutionnel. Finalement, l’ambiguïté de la position officielle à l’égard du passé communiste est le résultat d’une adoption problématique des valeurs démocratiques par l’élite politique et par la société roumaine.
 
 

Pour citer cette publication

 

Fichiers

Version Format Fichier Taille
Version de l'auteur gussi-scpo-2007.pdf 3,25 MB