Co-auteur
  • HUBERT Paul (37)
  • BLOT Christophe (30)
  • CREEL Jérôme (29)
  • RAGOT Xavier (5)
  • Voir plus
Type de Document
  • Article (17)
  • Working paper (12)
  • Rapport (7)
  • Partie ou chapitre de livre (6)
  • Voir plus
1
vues

0
téléchargements
1Au début des années 1990, le modèle de la banque centrale indépendante et orientée vers la stabilité des prix était le modèle canonique proposé par les études théoriques et empiriques. La Bundesbank, en raison de ses réussites et de son influence, s’est imposée comme l’exemple naturel en termes de crédibilité et de fonctionnement vers lequel la Banque centrale européenne (BCE) devait tendre. Tout cela a concouru à ce que le traité de Maastricht promeuve ce fonctionnement ainsi que l’objectif de stabilité des prix et cela été repris dans le traité de fonctionnement de l’Union européenne (TFUE). 2 Mais, depuis la crise des subprimes, nous assistons à l’élargissement des prérogatives et des objectifs des banques centrales en général et de la BCE en particulier. Ainsi, la BCE a pris en charge l’objectif de stabilité financière, a élargi la gamme de ses instruments et est maintenant responsable de la surveillance des banques dans le cadre de l’Union bancaire.

This paper investigates the instantaneous and dynamic effects of ECB forward guidance announcements on the term structure of private short-term interest rate expectations. We estimate the static and dynamic impact of forward guidance on private agents’ expectations about future short-term interest rates using a high-frequency methodology and an ARCH model, complemented with local projections. We find that ECB forward guidance announcements decrease most of the term structure of private short-term interest rate expectations, this being robust to several specifications. The effect is stronger on longer maturities and persistent.

10
vues

0
téléchargements
This paper investigates the instantaneous and dynamic effects of ECB forward guidance announcements on the term structure of interest rates. We estimate the static and dynamic impacts of forward guidance on overnight indexed swaps (OIS) rates using a high-frequency methodology and an ARCH model, complemented with local projections. We find that ECB forward guidance announcements have lowered the term structure of private short-term interest rates at most maturities, even after controlling for the macroeconomic information published by the ECB. The effect is stronger on longer maturities and persistent.

Depuis 2009, les principales banques centrales mettent en oeuvre des politiques monétaires expansionnistes afin de stimuler l'activité économique, réduire les risques de spirale déflationniste et soutenir le système financier. Ces politiques se sont traduites par des taux d'intérêt fixés à leur plus bas niveau ou presque et par des mesures non conventionnelles. L'amélioration récente du climat conjoncturel et la volonté affichée des banques centrales d'organiser le retrait progressif des mesures non conventionnelles posent la question d'une éventuelle normalisation des politiques monétaires. Pour autant, toute hausse des taux d'intérêt d'ici 2014 est exclue. En effet, le risque inflationniste est inexistant et la croissance anticipée trop modérée pour entraîner une baisse rapide du taux de chômage. Or, la Réserve fédérale et la Banque d'Angleterre ont conditionné un relèvement du taux d'intérêt à une cible de taux de chômage. Cette politique de communication (forward guidance ou orientation prospective) relative aux taux d'intérêt a pour objectif d'ancrer les anticipations de taux et de fournir par ce biais un soutien à la croissance. Cette stratégie accompagne l'ensemble des mesures non conventionnelles de nature plus quantitatives telles que les programmes d'achat de titre ou les opérations exceptionnelles de refinancement du système bancaire. La normalisation des opérations de politique monétaire passe par un retrait progressif de ces mesures non conventionnelles. Mais l'annonce de Ben Bernanke d'un éventuel ralentissement progressif du rythme des achats de titres par la Réserve fédérale a provoqué de la volatilité sur les marchés et une augmentation rapide des taux à long terme. Dès lors, les banques centrales doivent faire preuve d'une grande prudence afin d'éviter une normalisation trop hâtive des politiques monétaires. Ceci d'autant plus que les risques associés à ces mesures (développement de nouvelles bulles, indépendance des banques centrales ou risques inflationnistes) ne paraissent pas être aujourd'hui la principale menace dans les pays industrialisés.

in Financial Regulation in the European Union Sous la direction de KATTEL Rainer, KREGEL Jan, TONVERONACHI Mario Publié en 2015-11
0
vues

0
téléchargements
Have past and more recent regulatory changes contributed to increased financial stability in the European Union (EU), or have they improved the efficiency of individual banks and national financial systems within the EU? Edited by Rainer Kattel, Tallinn University of Technology, Director of Research Jan Kregel, and Mario Tonveronachi, University of Siena, this volume offers a comparative overview of how financial regulations have evolved in various European countries since the introduction of the single European market in 1986. The collection includes a number of country studies (France, Germany, Italy, Spain, Estonia, Hungary, Slovenia) that analyze the domestic financial regulatory structure at the beginning of the period, how the EU directives have been introduced into domestic legislation, and their impact on the financial structure of the economy. Other contributions examine regulatory changes in the UK and Nordic countries, and in postcrisis America. [Résumé Editeur]

in Revue de l'OFCE - Débats et politiques Publié en 2013-04
LABONDANCE Fabien
1
vues

0
téléchargements
L’objectif de notre contribution est d’analyser empiriquement les mécanismes de transmission de la politique monétaire vers les prix immobiliers dans les principales économies de la zone euro. Nous tenons compte explicitement du rôle des banques, via le canal du taux d’intérêt. Notre approche est en deux étapes : la première permet d’illustrer la répercussion des taux contrôlés par la BCE sur les taux pratiqués par les banques pour les crédits immobiliers, tandis que la deuxième fait le lien entre les taux bancaires et les prix immobiliers. Cette analyse permet de comprendre les différentes sources de l’hétérogénéité de la transmission de la politique monétaire. Il apparaît en effet que le canal du taux d’intérêt est de plus en plus homogène dans la zone euro. Mais ce résultat masque le rôle des effets d’offre de crédit qui ont pu induire une hétérogénéité de la transmission de la politique monétaire. La transmission des taux bancaires aux prix immobiliers et à l’ensemble de l’économie demeure dépendante des structures propres à chaque État membre.

This paper aims to quantify the link between financialisation and financial instability, controlling for the financial and macroeconomic environment. Our main identification assumption is to represent these two concepts as a system of simultaneous joint data generating processes whose error terms are correlated. Based on panel data for EU countries from 1998, we test the null hypotheses that financialisation positively affects financial instability -a vulnerability effect- and that financial instability has a negative effect on financialisation -a trauma effect-, using Seemingly Unrelated Regressions and 3SLS. We find a positive causal effect of credit/GDP on non-performing loans - a vulnerability effect- in the EU as a whole, in the Eurozone, in the core of the EU but not at its periphery, and a negative effect of non-performing loans on credit/GDP - a trauma effect - in all samples. Even when relaxing our identification assumption, both opposite effects hold.

Cette contribution s’intéresse aux effets redistributifs des politiques monétaires non conventionnelles. Les canaux par lesquels la politique monétaire influence les inégalités sont présentés et cette relation est testée au niveau de la zone euro. Les résultats suggèrent que les politiques monétaires non conventionnelles ont pu exacerber les inégalités en favorisant les ménages déjà détenteurs d’un emploi ou possédant un patrimoine financier.

En annonçant un plan d’assouplissement quantitatif ( QE ) en janvier 2015, la BCE renforce les moyens mis en œuvre pour lutter contre le risque déflationniste dans la zone euro. Ce risque s’est en effet amplifié avec le recul de l’inflation, le maintien d’un niveau de chômage élevé et la possibilité d’un décrochage des anticipations. Les modalités du QE sont proches de celles adoptées par d’autres banques centrales, en particulier la Réserve fédérale ou la Banque d’Angleterre, si bien que l’on pe ut tirer des enseignements des effets de ces politiques monétaires non-conven tionnelles. Bien que les effets sur l'économie réelle restent incertains il ressort néanmoins que ces mesures ont conduit à une baisse des ta ux d’intérêt souverains et plus généralement à une amélioration des conditions financières dans l’ensemble de l’économie. Ces effets ont notamment résulté d’un signal sur l’orientation présente et future de la politique monétaire et d’une réalloca tion des portefeuilles des investisseurs. Certaines études montre nt également que le QE américain a provoqué une dépréciation du dollar. Cet effet pourra it être primordial dans le cas des mesures prises par la BCE. Une analyse en termes de modèles VAR montre que les mesures de politique monétaire prises par la BCE ont un effet significatif sur l’euro mais également sur l’inflation et les anticipations d’inflation.

4
vues

4
téléchargements
Le consensus qui prévalait sur le rôle des banques centrales s’est fissuré. La poursuite du seul objectif de stabilité des prix est aujourd’hui insuffisante pour assurer la stabilité macroéconomique et financière. Un nouveau paradigme émarge dans lequel les banques centrales doivent à la fois veiller à la stabilité des prix, à la croissance et à la stabilité financière. Les évolutions institutionnelles récentes de la BCE vont dans ce sens puisqu’elle se voit confier la surveillance micro-prudentielle. En outre, la conduite de la politique monétaire dans la zone euro montre que la BCE est aussi restée attentive à l’évolution de la croissance. Mais, si la BCE poursuit de fait un triple mandat, la question de la bonne articulation entre ces différentes missions continue de se poser. La coordination entre les différents acteurs en charge de la politique monétaire, de la régulation financière et de la politique budgétaire est primordiale et fait défaut dans l’architecture actuelle. Par ailleurs, certaines pratiques doivent être clarifiées. La BCE a joué un rôle de prêteur en dernier ressort (des banques et dans une moindre mesure des États) sans que cette fonction ne lui soit précisément attribuée. Enfin, dans ce nouveau schéma, la BCE souffre d’une illégitimité démocratique, renforcée par le rôle croissant qu’elle joue dans la détermination de l’équilibre macroéconomique et financier de la zone euro. Il nous semble important que la BCE soit plus explicite au regard des différents objectifs poursuivis et qu’elle mette en oeuvre les conditions d’une coopération étroite avec les instances budgétaires et de régulation financière. Enfin, nous appelons à la création ex nihilo d’un organe de contrôle de la BCE, chargé de discuter et d’analyser la pertinence des politiques monétaires mises en place par la BCE.

Suivant