Type
Book
Title
Changer de société, refaire de la sociologie
Author(s)
GUILHOT Nicolas - GRAPHOS - IFROSS Recherche (Translator)
LATOUR Bruno - (Author)
Editor
Éditions La Découverte
Pages
400 p.
ISBN
2707146323
Abstract
FR
« Il faut changer de société », dit on souvent et on a bien raison car celle ou nous vivons est souvent irrespirable. Mais, pour y parvenir, il faut peut-être d’abord s’efforcer de changer la notion même de société. En effet, il y a maintenant une tension de plus en plus forte entre pratiquer la sociologie, penser la politique et croire en l’existence d’une société. Afin de trouver une issue, ce livre veut d’abord pousser cette tension à bout. C’est pourquoi il faut distinguer deux définitions du social. La première, devenue dominante dans la sociologie, présente le social comme l’ombre projetée par la société sur d’autres activités, par exemple l’économie, le droit, la science, etc. Dans cette optique, le social ne change jamais puisque la société est toujours déjà là, et le sociologue peut tranquillement continuer à produire des « explications sociales ». La seconde préfère considérer le social comme l’association nouvelle entre des êtres surprenants qui viennent briser la certitude confortable d’appartenir au même monde commun ; le social au deuxième sens se modifie constamment. Et, pour le suivre, il faut d’autres méthodes d’enquête, d’autres terrains, d’autres exigences. C’est grâce à eux qu’il sera possible d’étudier les nouvelles « associations », toujours imprévues, entre, par exemple, les virus, les pénuries, les passions, les innovations techniques, les pays émergents, les rumeurs, les catastrophes naturelles, etc. C’est à retracer le social comme association que s’attache depuis trente ans ce qu’on a appelle la « sociologie de l’acteur-réseau » et que Bruno Latour présente dans ce livre. Sa proposition est simple : entre la société et la sociologie, il faut choisir. Après avoir montré pourquoi la notion de « nature » rendait la politique impossible, il faut maintenant se faire à l’idée que la notion de société, à son tour, est devenue l’ennemi de toute pensée du politique. Et donc refaire de la sociologie.

BIBLIOGRAPHIC QUOTE
EXPORT