Type
Article
Titre
« ‘Je pense avoir fait mon devoir comme militant’. David Diamant et le Centre de documentation auprès de l’Union des Juifs pour la Résistance et l’Entraide (UJRE) », 1945-1956 »
Dans
Archives juives
Auteur(s)
GRUMBERG Zoé - Centre d'histoire de Sciences Po (Auteur)
Éditeur
FR : Les Belles Lettres
Volume
Vol. 51
Numéro
2018/2
Pages
18 - 38 p.
ISSN
00039837
Résumé
FR
Les chercheurs travaillant sur le monde juif immigré en France, de l’entre-deux-guerres à l’après-guerre, connaissent bien le fonds David Diamant. D’une grande richesse, il ne constitue pas un ensemble cohérent et continu puisqu’il est composé de quatre parties, à la fois redondantes et complémentaires, déposées au gré de plusieurs versements au Centre de documentation du Mémorial de la Shoah, au Musée de la Résistance nationale à Champigny-sur-Marne, aux archives départementales de Seine-Saint-Denis et au Musée d’art et d’histoire du judaïsme (MAHJ). Si ces archives sont très souvent exploitées par les chercheurs, qui y trouvent des documents sur des thématiques et des périodes variées, leur fondateur et son travail n’ont jamais fait l’objet d’une recherche approfondie. Or, en tant que responsable du Centre de documentation auprès de l’Union des Juifs pour la résistance et l’entraide (UJRE) [1] [1]L’UJRE est une organisation proche du parti communiste français… , David Diamant (1904-1994) a contribué de différentes manières (collecte d’archives, de photographies et de témoignages ; expositions ; publication d’ouvrages et de brochures) à la construction des premières mémoires de la Shoah en France

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT