Auteurs Centres de recherche Disciplines et Collections Projets
Français English
 
 

Introduction : le « Printemps arabe » et ses suites dans la péninsule Arabique

 

Notice

Type:   Article
 
Titre:   Introduction : le « Printemps arabe » et ses suites dans la péninsule Arabique
 
Auteur(s):   Bonnefoy, Laurent (1980-...) - Centre de recherches internationales (Auteur)
Louer, Laurence (1973-...) - Centre de recherches internationales (Auteur)
 
In:   Arabian Humanities
 
Date de publication:   2015-04
 
Éditeur:   YÉMEN
 
ISSN:   23086122
 
Mots-clés:   [fr] Printemps arabe, péninsule Arabique, mobilisations, Arab Spring, Arabian Peninsula, mobilizations
 
Résumé:   [fr] Dans la péninsule Arabique, les mobilisations de 2011 ont pris des formes variées et ont poursuivi des objectifs différents. Les mobilisations de masse au Yémen, à Oman et au Bahreïn, contrastent avec les timides mouvements au Qatar et aux Émirats arabes unis, où seuls de petits groupes d’intellectuels ont demandé des réformes. Les contestations n’ont pas débouché, non plus, sur les mêmes résultats. Le Yémen, où le président ‘Alī ‘Abdallāh Ṣāliḥ a été contraint à la démission, se distingue ainsi du Bahreïn où la répression a semble-t-il préservé la « stabilité » (istiqrār) du pays. Par conséquent, une analyse comparative au niveau régional tend à confirmer l’idée que les monarchies et les États riches en ressources étaient mieux armés que les républiques pour répondre aux protestations. Cependant, et au-delà des événements eux-mêmes, ces mobilisations ont partout généré des processus de changement au long court et à différents niveaux des ordres politiques et sociaux...

[en] Introduction: The Arab Spring in the Arabian Peninsula and its aftermath
In the Arabian Peninsula, mobilizations in 2011 against authoritarian rulers took various shapes and followed different rationales. For that matter, Yemen, Bahrain and Oman, where mass-mobilizations took place, are very different from Qatar and the United Arab Emirates where only a small segment of intellectuals demanded reforms. Contestation also met with varying levels of success. As such, Yemen, where President ‘Alī ‘Abdallāh Ṣāliḥ was forced to resign, is again different from Bahrain where repression apparently preserved the so-called “stability (istiqrār)” of the country. Hence, a comparative analysis at the sub-regional level adds to the assessment that monarchies and resource-rich states were better equipped than republics to deal with protest.1 However, regardless of their initial success, these mobilizations triggered long-term processes of change everywhere and at various levels of the social and political order...
 
 

Fichiers

 

Résolveur de liens