Co-auteur
  • KAYA Sümbül (4)
  • LILES Thomas (2)
  • MONCEAU Nicolas (2)
  • BOURMAUD Philippe (2)
  • Voir plus
Type de Document
  • Contribution à un site web (55)
  • Article (29)
  • Partie ou chapitre de livre (9)
  • Livre (8)
  • Voir plus
in Turkey, Russia and Iran in the Middle East. Establishing a New Regional Order Sous la direction de BALCI Bayram, MONCEAU Nicolas Publié en 2021-09-15
MONCEAU Nicolas
1
vues

0
téléchargements
The Arab Spring and the resulting conflicts, particularly the Syrian crisis that erupted in 2011, have ushered in a new era of domination and influence in the Middle East. As a former province of the Ottoman Empire, to which Turkey is the principal heir, as a French mandate before becoming independent and integrating Moscow’s sphere of influence during the Cold War, and as an immediate neighbor of Israel where security is threatened by Iran but assured by the United States, Bashar al-Assad’s Syria is the scene of a conflict that has a decisive influence on the Middle East and more broadly on the international order as a whole. Many actors, local, regional, and international, are involved in this conflict: forces loyal to the Syrian regime, rebel groups (Free Syrian Army, Kurds, and jihadists), international and regional organizations (the United Nations and the European Union), and Western countries (United States) as well as several regional powers, with Turkey, Iran, and Russia in the forefront. This book attempts to examine and explain the effects of the Syrian conflict on the new governance of the Middle East region by these three political regimes: Russia, Turkey, and Iran.

0
vues

0
téléchargements
This article aims at analyzing the various ideological interventions, prompted by the pandemic in Turkey, in the fields of power, politics, and religion. In a country and a context where politics and religion are closely connected, and a particular Turkish experience with few parallels in the Muslim world, our investigation will be two-fold: how to calculate the ongoing impact of Covid-19 on the Turkish political field, and secondly, how has the religious world reacted in backing up politics in its response to this crisis. We are seeking to understand the effects of the crisis on the established power, and on the orientations of national and international policy in the context of a health crisis. Lastly, we need to examine the role of religion in the management of the crisis.

in Turkey, Russia and Iran in the Middle East. Establishing a New Regional Order Sous la direction de BALCI Bayram, MONCEAU Nicolas Publié en 2021-09-15
0
vues

0
téléchargements
Soon to be a century old, the Republic of Turkey has faced several major crises in its regional environment; however, none of them has affected it to the same extent as the Syrian conflict, which still continues to be the major concern for the current political power. Indeed, as a country close and similar to Turkey in many respects, Syria, via its crisis, has had a transformative effect on Turkey, that changes its identity, its ethnic and religious composition and, of course, its foreign policy, and even its place in the international order. The main objective of this chapter is to demonstrate that it is through the Syrian crisis that Turkey is marking a real break with its traditional geopolitical family, i.e., the Western camp, to move closer to a Russia that is historically anything but Turkey’s friend.

Sous la direction de BALCI Bayram, MONCEAU Nicolas Publié en 2021-09-15 Collection The Sciences Po Series in International Relations and Political Economy
0
vues

0
téléchargements
This book explores the complexity of the Syrian question and its effects on the foreign policies of Russia, Iran, and Turkey. The Syrian crisis has had a major effect on the regional order in the Middle East. Syria has become a territory where the rivalry between Russia and Western powers is being played out, and with the West’s gradual withdrawal, the conflict will without a doubt have lasting effects locally and on the international order. This collection focuses on the effects of the Syrian crisis on the new governance of the Middle East region by three political regimes: Russia, Iran, and Turkey. Many articles and a number of books have been written on this conflict, which has lasted over ten years, but no publication has examined simultaneously and comparatively how these three states are participating in the shared management of the Syrian conflict.

in Analyses pluridisciplinaires sur la crise sanitaire COVID-19 en Turquie Sous la direction de BALCI Bayram, BOURMAUD Philippe, KAYA Sümbül Publié en 2021-03-04
KAYA Sümbül
24
vues

0
téléchargements
Cet article vise à analyser les différents investissements idéologiques dans les champs du pouvoir, du politique et du religieux auxquels la pandémie donne lieu en Turquie. Dans un pays où politique et religieux sont intimement liés, dans une expérience turque originale qui a peu d’équivalent dans le monde musulman, notre interrogation sera double : comment évaluer l’impact, toujours en cours, du COVID-19 sur le champ politique en Turquie et, dans un deuxième temps, quelle a été la réponse du secteur religieux pour épauler le politique dans sa réponse à la crise. Nous chercherons notamment à comprendre les effets de la crise sanitaire sur le pouvoir en place, sur les orientations de la politique nationale et internationale en contexte de crise sanitaire. Enfin, il conviendra de se demander comment le religieux joue un rôle dans la gestion de la crise.

in Analyses pluridisciplinaires sur la crise sanitaire COVID-19 en Turquie Sous la direction de BALCI Bayram, BOURMAUD Philippe, KAYA Sümbül Publié en 2021-03-04
BOURMAUD Philippe
KAYA Sümbül
51
vues

0
téléchargements
Plan du chapitre : - Se souvenir des épidémies anciennes... ; - Une gestion du COVID-19 alla turca qui ne confine pas l’autoritarisme… ; - Une crise entraînant une autre : le vacillement de l’économie turque…

Sous la direction de BALCI Bayram, BOURMAUD Philippe, KAYA Sümbül Publié en 2021-03-04 Collection La Turquie aujourd’hui : 28
10
vues

0
téléchargements
L’objet de ce dossier vise à croiser les regards et les approches disciplinaires pour proposer des analyses plurielles de la crise sanitaire COVID-19 en Turquie. Les différentes approches font émerger des questionnements transversaux. Un premier questionnement tient à la pertinence des différents pouvoirs (locaux, étatiques, internationaux) face à des épidémies qui présentent toutes des spécificités, tant du point de vue de la diffusion et de la prévention, que des savoirs ou de la prise en charge. Une deuxième interrogation transversale porte sur la compénétration des pratiques et rituels sociaux et des dispositifs techniques. Les épidémies transforment le quotidien en validant ou répudiant certaines pratiques, et en induisant des réponses techniques qui sont à leur tour ritualisées. Comment interpréter cette transformation des pratiques ? Un troisième questionnement porte sur la frontière entre experts et profanes et à son évolution dans la temporalité de la pandémie. L’idée qu’un événement de l’ampleur d’une épidémie nécessitait une réponse organisée, et par conséquent un pilotage politico-sanitaire surplombant s’est heurtée à la durée de la pandémie, à l’évolution des connaissances à son sujet et à la compétition des objectifs stratégiques des politiques publiques, même lorsque ceux-ci, la santé et l’économie notamment, ne pouvaient aller l’un sans l’autre.

Le 27 septembre dernier explosait à nouveau et avec une rare intensité la guerre du Karabagh opposant l’Arménie à l’Azerbaïdjan, un conflit communément considéré comme gelé mais dont les étincelles n’ont jamais cessé de faire rougeoyer les braises. Cette fois, la crise est plus profonde. Au point que devant la détermination des forces militaires azerbaïdjanaises qui sont entrées dans le cœur historique du Karabakh, la ville de Chouchi (ou Choucha), l’Arménie a dû accepter, le couteau sous la gorge, un cessez-le-feu qui s’apparente pour elle à une capitulation. En effet, au terme de l’accord scellé sous l’égide de la Russie dans la nuit du 9 au 10 novembre, l’Azerbaïdjan va récupérer ses sept districts adjacents du Karabagh dont il contrôlera la plus grande partie, Bakou ne laisse à l’Arménie qu’un corridor qui lui permet d’être connectée au reste du Karabakh qui demeurera arménien. L’Azerbaïdjan s’octroie aussi un corridor traversant l’Arménie qui lui permettra d’être connecté à sa province de Nakhitchevan située entre l’Arménie, l’Iran et la Turquie et donc dépourvue de continuité territoriale avec l’Azerbaïdjan, ce qui établira une continuité entre la Turquie, l’Azerbaïdjan, la mer Caspienne et le reste du monde turc, soit les Etats turcophones d’Asie centrale, (Turkménistan, Ouzbékistan, Kirghizstan et Kazakhstan), un gain géopolitique précieux pour Ankara dont le rôle a été important dans cette guerre.

56
vues

0
téléchargements
Sous la houlette de la Russie, l’Arménie a accepté le 10 novembre 2020 un cessez-le-feu dans la guerre du Karabakh qui s’apparente à une capitulation. L’Azerbaïdjan triomphe, avec le soutien militaire et logistique de la Turquie. La leçon pourrait être amère pour la Russie, longtemps puissance dominante dans le Caucase et protectrice de l’Arménie. Mais dans le jeu complexe de confrontations et d’alliances entre Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdoğan, chacun pourrait y trouver son compte.

133
vues

0
téléchargements
Hérité de l’ère soviétique, le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan à propos du territoire à majorité arménienne enclavé du Haut-Karabakh est en train de repartir. Mais la relance des hostilités le 27 septembre 2020 pourrait déboucher sur une entente turco-russe, déjà à l’œuvre dans d’autres conflits dans le monde, et la mise en place d’un condominium de fait pour encadrer le conflit et apporter à terme un début de solution.

Suivant