Co-auteur
  • FROMONT Emilie (3)
  • PARCOLLET Dominique (3)
  • CADOREL Sarah (2)
  • CALL Samantha (2)
  • Voir plus
Type de Document
  • Article (40)
  • Communication non publiée (32)
  • Partie ou chapitre de livre (8)
  • Compte-rendu d’ouvrage (5)
  • Voir plus
in Ame commune : Lettre d’information de l’Institut Marc Sangnier Publié en 2012-03
3
vues

0
téléchargements
Témoignages après la mort de Jean Sangnier (1912-2011)

La spécificité des Archives d'histoire contemporaine au Centre d'histoire de l'Europe du XXe siècle de la Fondation nationale des sciences politiques tient à sa spécialisation en histoire politique française contemporaine, à son public essentiellement universitaire accueilli de manière personnalisée et à sa place au sein de Sciences Po où archives, enseignement et recherche sont étroitement liés. Sciences Po constitue un maillon de la chaîne de la recherche en histoire contemporaine française.

3
vues

0
téléchargements
Le but de l'ouvrage de Solange Roussier, "Veufs, la vie sans elle" [...] est clairement indiqué dans le sous-titre, première enquête sur un monde discret. L'auteur, confrontée au veuvage de son père - précise, dès l'introduction, qu'il s'agit de privilégier le témoignage et de faire partager des expériences de veufs. (Premier paragraphe).

in Sous le figuier Publié en 1994-11
GAULTIER-VOITURIEZ Odile
0
vues

0
téléchargements

Publié en 2019-02
Université d'Artois
8
vues

0
téléchargements
Pendant la Grande Guerre, le directeur du Journal des Débats , Étienne de Nalèche, écrit à son ami et mécène, l’industriel sucrier Pierre Lebaudy, engagé sur le front, pour lui raconter la guerre vue de Paris. Sa correspondance témoigne de la vision d’un homme au cœur des réseaux de pouvoir, très bien informé, lucide sur le basculement de civilisation en cours.

0
vues

0
téléchargements

Pendant la Première Guerre mondiale, Étienne de Nalèche, directeur du Journal des Débats, resté à Paris, s’adresse quotidiennement, de 1914 à 1919, à son ami Pierre Lebaudy, industriel sucrier et officier qui s’est engagé malgré son âge. Le contexte et les circonstances de la production sont présentés dans un premier temps. Sont ensuite évoqués le corpus de 1 020 lettres d’un à quatre feuillets au contenu structuré, sa conservation dans la famille Nalèche, son utilisation par plusieurs chercheurs qui notent son éminent intérêt et sa transmission à Sciences Po. L’originalité du fonds tient à l’évolution du statut de ce corpus qui, de correspondance entre deux amis, devient une chronique de la guerre vue de Paris : c’est l’intérêt général, politique, diplomatique et militaire qui prime sur les évocations personnelles, le tout écrit d’une plume enlevée. L’exemple de la lettre du 16 novembre 1917 est annexé, en fac-similé et en transcription.

2
vues

0
téléchargements

Suivant